Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2012

Les stèles gravées de Truchinacce,

Dans la suite des interrogations posées par ces stèles ésotériques de Truchinacce (Pieve d'Ampugnani) ...

(suite de la note précédente)

Casalta stèle 1.jpg

L'on peut peut-être rapprocher l'énigme de ces gravures ésotériques et forestières au monde caché de cette société secrète active en Corse au 19° siècle  "  i topi marini" ou  " topi pinnuti" (des chauve-souris "initiées" ...) liée à la Carboneria  , à laquelle appartint en particulier le grand Giuseppe Garibaldi, Carboneria fondée en 1806 par Philippe Buonarroti, cet extraordinaire "agitateur" professionnel européen de la révolution ... à retrouver sur le site de J C Cabanel son article  "Charbonnerie et F M

http://jccabanel.free.fr/
Citons également pour ce sujet passionnant cette conférence donnée à l'ADECEC à Cervioni par P. Guglielmi:

"Philippe GUGLIELMI

La Franc-Maçonnerie
dans le rural corse

 

Une conférence donnée à l'ADECEC au couvent ST François de Cervioni le 5 mai 2000

 

On note la présence de sociétés de type maçonnique en Corse dès le début du XVIII° siècle. Si ces sociétés ont été qualifiées du terme aujourd’hui péjoratif de secrètes, c’est qu’à l’époque elles constituaient souvent des îlots de résistance à l’occupant. On peut aussi se poser la question de savoir si les carbonari et les pinnuti Corses pouvaient être considérés comme appartenant à des structures maçonniques ? Ni les uns ni les autres ne dépendaient du Grand Orient de France, la seule obédience maçonnique dans la région à l’époque, mais de nombreux membres avaient la double appartenance. Nous verrons que Carbonari et Pinnuti pratiquaient une initiation inspirée directement des rituels de la Franc-Maçonnerie dont ils partageaient également l’esprit de progrès. Ces éléments font qu’ils peuvent être considérés comme une variante de la Franc-Maçonnerie. Peut-être reçurent-ils une patente, ce document de reconnaissance de la qualité maçonnique ?

Pour spécifique qu’elle fut la Franc-Maçonnerie rurale Corse des 18° et 19° siècles s’inspira largement des lumières et entretint naturellement des liaisons avec d’autres sociétés secrètes telles que les carbonari italiens par exemple.

L’objet de cet exposé est de mieux comprendre l’importance des effectifs de cette Franc-Maçonnerie locale qui ne peut s’expliquer que par la bienveillance et la protection dont elle bénéficiait de la part des chefs politiques de l’époque qui en étaient souvent membres, tels le Roi Théodore 1° de Neuhoff ou plus tard Pasquale PAOLI.

Pour mieux approcher l’émergence de ces sociétés initiatiques de type rural, nous étudierons successivement :

- Les sociétés initiatiques et de pensée en Corse des origines à la moitié du XVIII° siècle.

- La Franc-Maçonnerie en Corse du Généralat de Pasquale PAOLI au premier Empire

- La Franc-Maçonnerie rurale en Corse et carbonarisme au XIX° siècle.

 

1°/ Les sociétés initiatiques et de pensée en Corse des origines à la moitié du XVIII ° siècle :

Les Corses sont toujours apparus aux allogènes comme secrets. Qu’il s’agisse des écrivains de l’antiquité, du Pape Grégoire le Grand dans une lettre datée de 598, ou encore l’officier de Picardie dans ses mémoires tous accuseront les Corses de se livrer à des pratiques occultes.

Les confréries religieuses avec leurs cérémonies aux assistants cagoulés, constitueront souvent un refuge, voire une contestation, de la haute hiérarchie ecclésiastique, pouvant aller jusqu’à la rupture. Les membres de la Confrérie étaient par contre souvent proches du ministre du culte local, tant il est vrai qu’en Corse le petit clergé a toujours pris partie pour le peuple.

Des Cathares arriveront en exil en Corse vers 1340, ils auraient inspiré le mouvement des giovannali dont on trouve la trace à Carbini où ils seront exterminés.

Mais l’ère moderne des sociétés initiatiques commence en Corse avec l’arrivée dans la plaine orientale du Baron de Neuhoff qui sera élu Roi de Corse à Alésani en 1736.

Théodore est membre de l’ordre des chevaliers teutoniques de Sainte Marie des Allemands, il est également membre de l’ordre des Roses Croix . Précisons que l’ordre de la rose croix ne doit pas être confondu avec le grade de chevalier Rose Croix qui constitue un degré intermédiaire des 33 grades maçonniques. Théodore aurait réglé cette problématique en ayant reçu les deux initiations.

Les Chevaliers Teutoniques sont un Ordre religieux de chevalerie fondé par des bourgeois de Brême et de Lübeck pendant le siège d’Acre (1191) où ils créèrent un hôpital, avant d’être transformé en ordre militaire (1198). Ils sont soumis à la règle des Templiers pour le soin des malades, et dépendent étroitement de la curie. Leur uniforme est alors un manteau blanc avec une croix noire.

Ragon écrit que Théodore a été envoyé en Corse pour y établir une Loge Maçonnique. Théodore sera très discret sur son appartenance aux chevaliers teutons et à la Franc Maçonnerie. Dans une lettre du 31 janvier 1743, il fait référence à un titre de Grand Maître de l’Ordre Militaire de la Rédemption tout comme il nommera des chevaliers de la clef d’or. Le symbolisme de la clé est commun à la religion Chrétienne, Chiite, et à la Franc-Maçonnerie. Si l’on trouve la clé d’ivoire dans les hauts grades maçonniques, on la trouve dans les armoiries du pape, les clés de Saint Pierre, et plus funestement au cou des pasdarans chiites , les combattants de Dieu, car ces clés, s’ils étaient tués, leur ouvriraient plus sûrement la voie vers le prophète Ali gendre de Mahomet.

Si ce n’est directement la structure Maçonnique se sont les idées des lumière qui prennent pied en Corse et cette implantation n’est donc pas l’apanage des grandes cités. Théodore, imprégné d’idées nouvelles, exprime la notion de « liberté absolue de conscience » lors d’un discours à Aléria. Mais un autre chef de la Nation corse va s’illustrer, il sera le fondateur de la République moderne, il a pour nom Pasquale PAOLI.

 

2°/ La Franc-Maçonnerie en Corse du Généralat de Pasquale PAOLI au premier Empire :

Hyacinthe, le père de Pasquale PAOLI, s’il s’est rallié au roi Théodore n’en est pas moins méfiant de ce Noble qui vient d’Europe du Nord et qui professe des idées par trop novatrices. On peut penser que Pasquale qui a 11 ans à l’avènement de Théodore observe avec une grande attention cette page d’histoire qui se déroule sous ses yeux et qui lui vaut de partir en exil avec son père trois ans plus tard en embarquant à PADULELLA. C’est la Ville de NAPLES qui reçoit les exilés, dans d’excellentes conditions d’ailleurs, puisque Hyacinthe prendra la charge de Colonel du Régiment corse et Pasquale y servira comme sous-lieutenant. NAPLES connaît en cette première moitié du XVIII° siècle une vie intellectuelle riche marquée par l’illuminisme.

C’est à la fin du XVIIIe siècle, à l’heure où la philosophie des Lumières connaît le plus grand succès, qu’en marge de ce rationalisme régnant, un désir de beauté et de merveilleux vient ébranler le matérialisme ambiant. Kant lui-même s’intéresse aux phénomènes de voyance de Swedenborg ; les rois et les princes se tournent avec curiosité vers les sciences occultes. Sectes, loges, confréries se multiplient dans toute l’Europe. Ainsi des sociétés théosophiques s’inspirant de Swedenborg sont créées à Londres en 1783, trois ans plus tard à Stockholm, puis en Pologne, en Allemagne, en France – à Paris, Strasbourg, Avignon. Zurich apparaît comme un centre réputé où défilent, parmi de nombreux adeptes, Madame de Staël et le duc de Rohan. Après la mort de Martinès de Pasqually (1779), qui fonda à Bordeaux l’ordre des Élus-Coëns, Lyon devient un centre de diffusion des doctrines de Louis Claude Saint-Martin – le martinisme – grâce à l’influence de Jean-Baptiste Willermoz, qui, s’appuyant sur la franc-maçonnerie, cherchera à unifier les groupes disséminés à travers l’Europe et fondera une Église universelle. Cette sorte d’église intérieure tentera de réunir les adeptes dispersés dans les différentes religions.

Dans le NAPLES grouillant d’idées nouvelles, Pasquale PAOLI aurait suivi l’enseignement du philosophe Antonio GENOVESI. Ce dernier également écrivain et économiste italien vécut de 1713 à 1769. Son enseignement est recueilli dans ses leizioni di commercio, qui furent une œuvre majeure de la réflexion économique du XVIII siècle, il fut titulaire de la première chaire d’économie politique créée en[P1] Europe. Mais à l’époque GENOVESI n’était qu’un obscur professeur d’éthique et c’est sans doute cet enseignement plutôt que l’économie qu’il dispensa au jeune Pasquale..

Pourquoi Pasquale PAOLI n’aurait-il pas eu alors ses premiers contacts avec des Francs-Maçons initiés ailleurs et qui se trouvent comme lui en exil ? Cela serait peu probable, car il n’y aurait pas trace de loges normalement installées à NAPLES avant 1755. Toutefois l’historien de la franc-maçonnerie Ubaldo TRIACA écrit que cette société initiatique fut introduite à NAPLES en 1731. En 1756 plusieurs loges napolitaines fondent une grande loge Nationale qui sera dissoute en 1790. Pasquale PAOLI a lui rejoint la Corse en 1755 et il est proclamé Général de la Nation. La législation qu’il met en place s’inspire de « l’esprit des lois » du Franc-Maçon MONTESQUIEU initié le 16 mai 1730 à la loge Horn, Westminster Tavern en Angleterre. PAOLI va rencontrer d’éminents maçons durant son généralat et tout au long de son existence. James BOSWELL sera de ceux-là lorsqu’il se rend en Corse en 1765, au cours de son voyage il rédigera une biographie de PAOLI dans son « account of Corsica ».

Il n’y a pas d’implantation de loges maçonniques en Corse avant Ponte-Novu. La première loge installée est en 1774 la loge militaire « La parfaite union » au régiment Vermondois Infanterie, elle ne reçoit ni civils, ni militaires Corses.

C’est sans doute cette exclusive qui poussa les partisans de PAOLI à fonder une contre maçonnerie, dite des Béati-Paoli qui s’appuyait sur la société sicilienne des vengeurs. Les Béati-Paoli furent nombreux et essaimèrent dans les Iles de la Méditerranée, ne dit-on pas dans notre région, « so quantu i béati-paoli ».

Peut-être furent-ils encouragés à distance par Pasquale PAOLI lui-même qui est initié à LONDRES le 15 juin 1778 au sein de la Loge «Les neuf Muses ». Le 7 avril de la même année, VOLTAIRE a été initié à PARIS par la loge « Les neuf Sœurs ». Ne pourrait-on voir dans ces deux initiations à deux mois de distance une lutte d’influence entre Franc Maçonnerie Anglo-Saxonne et d’Europe continentale ? Nous pouvons aussi penser que PAOLI a été informé de l’initiation de VOLTAIRE, auquel il est reconnaissant du soutien apporté après PONTE-NOVU dix ans auparavant. PAOLI, favorablement influencé, aurait alors plus facilement répondu à l’invite de ses proches, Francs-Maçons anglais.

Napoléon quant à lui contrôlera totalement la Franc-Maçonnerie, il cherchera d’ailleurs à en unifier les hauts grades sous l’égide du Grand Orient de France, dont son frère Joseph est Grand-Maître, par un concordat avec le Suprême Conseil en 1805. Ce Concordat s’il porte le même nom n’a rien à voir avec celui qui fut obtenu du Pape non sans contrainte. Cet autoritarisme maçonnique a du entraîner une radicalisation de la Franc-Maçonnerie rurale corse qui a ainsi développé sa spécificité, sous la restauration et jusqu’au second empire.

 

3°/ Franc- Maçonnerie rurale en Corse et carbonarisme au XIX° siècle :

Il se trouve que le lieu essentiel de l’activité de ces sociétés sera l’espace de l’actuel canton du Campuloro-Moriani. La lettre du Juge de paix BONALDI de San Niculaiu répondant au Sous-Préfet de BASTIA le 9 février 1829 est édifiante. Nous pouvons lire qu’existe depuis 1818 une société secrète de carbonari qui « a juré une haine éternelle aux monarchies ». Le juge BONALDI parle ensuite d’une rixe qui a opposé des Carbonari de Santa Maria Poghju à des membres d’une autre société secrète, royaliste celle là, et donc certainement encouragée par le pouvoir en place. Il s’agit des Fischjuloni dont le juge Bonaldi est justement à l’origine de la création.

Les autorités n’arriveront pas à réduire ces carbonari de plus en plus nombreux après 1830. Ils vont développer une forme locale, appelée « I pinnuti » sans doute parce qu’ils évoluaient la nuit comme « i topi marini » ou « topi pinnuti » les chauves-souris. Fernand ETTORI a écrit à leur sujet : « I pinnuti sont une forme nouvelle et spécifiquement corse de la charbonnerie. On les voit sortir de l’ombre en 1847, au moment où commence en Italie la révolution dite de 1848. Leurs yeux sont tournés vers l’effort des patriotes italiens auxquels ils souhaitent porter secours ». Les pinnuti sont partagés entre la philosophie républicaine dont ils ont hérité des carbonari et le fait que certains chefs du mouvement soient bonapartistes tel Sampieru GAVINI frère de Diunisu.

Sur ce que furent au plan idéologique et symboliste les pinnuti, rien n’est plus riche d’enseignement que le document qui m’a été fort aimablement commenté par le professeur Pasquale MARCHETTI et dont m’avait parlé il y a une vingtaine d’années son frère Luigi-Filippu trop tôt disparu. Ce document était détenu jusque dans les années 30 par leur grand-père le Notaire MARCHETTI de San Niculaiu.

 

Etude et commentaire sur le document MARCHETTI :

Le document :

Ce document est rédigé en langue italienne, qui était alors la langue écrite des Corses, il est intitulé « Legge della famiglia di Santo Nicolao ». Il énonce à l’article premier l’amende prévue à l’encontre de tout frère qui rirait au moment où est posée la question « che ora è ? », et à l’article 2 l’amende prévue pour tout frère qui parlerait à un profane (de son appartenance et de ce qui se dit en réunion) sans s’être consulté préalablement avec au moins six autres frères.

Il décrit l’ouverture par le Vénérable (trois coups de maillet) des « travagli dei pellegrini della vérità sotto il titolo distintivo - Gli allievi della filantropia cirnese- all’oriente di santo Nicolao ». On trouve ensuite le règlement de l’admission des profanes, le rôle du « préparatore », les obligations de « apprendente pellegrino » et enfin le « giuramento ».

La formule de clôture des travaux est la suivante : « Alla gloria del Grande Architeto dell’Universo, del Gloriosissimo San Rocco nostro protettore e sotto gli auspici del nostro augustissimo Sovrano Carlo Decimo ». On est alors sous le règne de Louis Philippe et non de Charles X, ce qui laisse supposer que l’on est en présence du recopiage d’un document d’avant 1830.

La datation finale est elle aussi en forme maçonnique « Anno della vera luce 5848 ».

Suit un état des membres : 40 sont de San Nicolao, dont le Vénérable Don Giovanni de Battisti, et des Quilici, Giorgi, Raggi. 25 sont de San Giovanni, les Gigantei, Germani, Samani, Giordani, Reg geti, Dezi. 17 sont de Poghju, Poggi, Contri…

Les lieux d’admission sont signalés pour chaque nom, et on apprend que les lieux de réunion variaient. Il s’agit de Busarese sur la commune de San Niculaiu, Coccola sur Santa Lucia, et Santa Cristina sur Valle de Campoloro.

L’analyse du document :

Ce document exceptionnel apporte énormément à la connaissance du Carbonarisme dans le bassin Méditerranéen. IL montre combien l’essence et le symbolisme de la Charbonnerie sont lié à la Franc Maçonnerie. Le caractère exceptionnel de ce document se confirme lorsque l’on sait qu’habituellement la Charbonnerie se réclamait de la Franc-Maçonnerie du bois, toujours très minoritaire, alors que dans le document MARCHETTI nous sommes en présence de la Franc-Maçonnerie de la pierre qui est celle très officielle que nous connaissons encore aujourd’hui. Le rituel en vigueur au sein de ce que nous appellerons la Loge de San Niculaiu, comme la nommaient d’ailleurs ses membres, est bien celui du Grand Orient de France dans la première moitié du XIX° siècle. Les points particuliers décrits dans le documents MARCHETTI sont encore en usage de nos jours.

L’apostrophe, « qu’elle heure est-il » ? marque la rupture d’avec le monde profane, car durant les travaux les frères vont travailler à l’heure de la vraie lumière, celle des initiés en rajoutant 4000 ans à l’année en cours qui est alors 1848. Le frère doit en consulter six autres pour rendre valide les décisions et plus largement l’ensemble des travaux de la loge. Le nombre 7 ainsi formé par le groupe se réfère au nombre de synthèse le plus expressif de l’initiation Maçonnique, il est l’association du binaire principe mâle et femelle, connu ailleurs comme le yin et le yang, d’avec le nombre impair 5 exprimant le symbolisme solaire. Cette courte incursion au sein du symbolisme maçonnique met en exergue le haut niveau de connaissance des frères de la Loge de San Nicolao. Ces notables, ces propriétaires terriens et sans doute d’autres plus modestes ne pouvaient pas ignorer l’essence de ce symbolisme. Il est tout à fait préjudiciable que la teneur détaillée de leurs travaux ne soit pas parvenue jusqu’à nous, ce qui rend d’autant plus inestimable le document MARCHETTI qui en est la seule trace. Ces FF devaient travailler énormément le symbolisme, car se réunissant en plein air, on peut penser que s’ils n’avaient parlé que de sujets politiques, les échos de leurs oppositions seraient parvenus aux habitants proches du lieu de réunion. Or ni le juge BONALDI, ni le Sous-Préfet ne parlent de luttes à l’intérieur même des groupes de Pinnuti. Par contre les rapports sont nombreux concernant des Pinnuti qui affrontent des groupes qui leurs sont étrangers voire hostiles comme c’est le cas dans la rixe de CERVIONE. Les Pinnuti sont donc très unis, ils sont érudits et peuvent approcher une discussion ésotérique. Ils ont du atteindre un tel niveau de cohésion et de sérénité découlant de leur approche philosophique des travaux en loges, qu ‘ils ont pu avoir sans heurts des discussions à portée sociale. L’on peut penser que cette grande intimité fraternelle, va largement contribuer à la sédimentation des clans dans le Campoloro- Moriani et, selon les endroits où les Pinnuti étaient présents, dans la Corse tout entière.

Les mises en garde inhérentes à la discipline des travaux, montrent le soucis du secret d’appartenance et du contenu des réunions. Si aujourd’hui la Franc-Maçonnerie est simplement discrète, elle était à l’époque et jusqu’au lendemain de la deuxième guerre mondiale délibérément secrète car sujette à des persécutions. Le Vénérable Don Giovanni de Battisti, ouvre rituellement les travaux de trois coups de maillet et nous apprenons que la Loge a pour titre distinctif : « Les élèves de la philanthropie cirnese ». Ce nom est dans la mode des appellations de Loges du GODF de l’époque. L’appellation « pèlerins de la vérité », montre le soucis d’une quête intellectuelle non dépourvue de religiosité. La loge se réclame du Grand Architecte de l’Univers ce qui était commun à toutes les Loges du GODF avant 1877 où, lors du convent ou assemblée générale des Loges de cette année là, cette invocation sera rendue facultative. Il n’est pas anormal de trouver la référence à saint Roch un des patrons du canton, car la religion catholique est souvent exigée des nouveaux initiés. Ainsi Jérôme Napoléon initié à la Loge «la Paix » de TARBES en 1801 voit la mention « de religion catholique » portée en regard de son nom. Pour ce qui concerne la référence au roi elle est également normale, n’y a t-il pas eu une loge « saint Napoléon » sous l’empire.

L’apprendente pellegrino n’est autre que l’apprenti maçon, premier grade initiatique. Nous apprenons que la loge de San Nicolao comprenait 90 membres ce qui est tout à fait remarquable car l’effectif moyen d’une loge est de 50 membres. Il est courant de voir des villes de 100 000 habitants ne compter q’une centaine de Francs-Maçons.

On a dit que le terme pinnuti pouvait également venir d’une pinnata, genre de serpe, que les Pinnuti auraient porté croisée sur le côté droit selon Jean Victor ANGELINI dans son histoire secrète de la Corse (Albin Michel 1977). Pourquoi pas? lorsque l’on sait que l’épée et le poignard font souvent partie des décors maçonniques. Ainsi le maître Maçon porte t- il au XVIII° siècle le cordon de couleur bleu venant de l’ordre du saint Esprit et l’épée au côté. Cette concession a été faite dans les loges et uniquement durant la durée des travaux par les Nobles qui veulent ainsi reconnaître comme leurs égaux les frères roturiers. Le Duc de Crussol d’Uzés dignitaire du GODF ne déclare-t-il pas deux ans avant la révolution : « Que nos loges soient des temples élevés à l’égalité et que les brillantes lumières de la naissance et du rang y disparaissent ». Le Chevalier de Ramsay dignitaire des hauts grades Maçonniques avait déclaré bien avant lui : « notre ordre sert à former de bons citoyens ». La pinnata aurait remplacé l’épée et donc nous ne verront aucun caractère barbare à cet équipement. La pinnata marque la notion de vengeance initiatique, que les pinnuti semblent parfois avoir rendue bien réelle, même si Jean Victor ANGELINI nous dit que les représailles s’exerçaient plutôt sur les biens matériels. Les Pinnuti pratiquaient « l ‘accintu » des arbres fruitiers, l’arrachage des vignes et l’incendie des maisons de leurs ennemis, mais rarement l’assassinat. Les grades de vengeance existent, entre autres explications, en franc Maçonnerie pour rendre justice aux templiers victimes du roi Philippe le Bel et du Pape. Il n’est donc pas anormal de lire que selon le juge Bonaldi les Pinnuti auraient « juré la haine de toutes les monarchies ».

Enfin s’il fallait faire un dernier retour aux sources, nous apprenons que les Pinnuti se réunissaient également sur la propriété MARCHETTI à Acqua Callula et que leur mot d’ordre était, « nous sommes de Moriani combattants de la liberté ». Ils disaient également se rendre « in barraca » en cayenne. Barraca, c’est aussi le terme baraque proche du terme cabane de chantier, nom que donnaient les constructeurs de la cathédrale de Strasbourg au lieu dans lequel ils se réunissaient la veille de chaque journée de travail, afin d’en préparer les plans. Un document strasbourgeois nous apprend que le terme de loge ne sera employé qu’en 1278, pour n’être repris en Angleterre que deux ans plus tard.

EN GUISE DE CONCLUSION :

L’épisode des Pinnuti qui s’est déroulé dans le CAMPULORU-MORIANI, il y a prés de deux siècle est représentatif de ce que furent les sociétés initiatiques à cette époque. La Franc-Maçonnerie et la Charbonnerie étaient étroitement liées. L’une était la représentation officielle de l’autre. L’épisode des quatre sergents de LA ROCHELLE , carbonnari et Francs-Maçons de la Loge « Les amis de la vérité » de PARIS, avaient suffisamment ébranlé le règne de LOUIS-PHILIPPE pour qu’il étende sa répréssion jusqu’à la CORSE.

Les Pinnuti, malgré cette période troublée, ont voulu marquer encore plus fortement leur attache initiatique en donnant à leur lieu de réunion un nom qui les faisait remonter aux origines même et à l’age d’or de la Franc-Maçonnerie, c’est à dire au Moyen-âge. Tout cela se passait au XVIII ème siècle au cœur même de la méditerranée occidentale, dans le Campoloro-Moriani.

Cette région a été, au cours des XVIII et XIX ème siècles, le creuset où s’est façonné l’humanisme moderne. Théodore de Neuhoff sera le chantre de la liberté de conscience dans un monde dominé par le dogme. Le général Pasquale PAOLI sera celui qui fondera la république moderne et mettra en place des institutions laïques, cela bien avant la révolution américaine et la révolution française. Nous pouvons nous demander si les Pinnuti, ces membres d’une Franc-Maçonnerie bien singulière mais au combien éclairée, n’ont pas été dans leurs conciliabules nocturnes, les Hussards noirs de la république Universelle, bien avant l’heure. Malheureusement trop tôt pour la Corse et pour l’humanité.

 

BIBLIOGRAPHIE

- Jean-Victor ANGELINI : « Histoire secrète de la Corse » Albin Michel 1977

- Jean-Baptiste NICOLAI : « Vive le Roi de Corse » éditions Cyrnos et Méditerranée 1981 et « les sociétés secrètes en Corse" chez le même éditeur 1988

- Charles SANTONI : « chroniques de la Franc-Maçonnerie en Corse 1772-1920 » éditions Alain Piazzola 1999.

- Paul ARRIGHI : « La vie quotidienne en Corse au XVIII° siècle » Hachette 1970

- Daniel LIGOU : « Dictionnaire universel de la Franc-Maçonnerie » éditions du prisme 1974.

- Louis AMIABLE : «La Loge des neufs sœurs » PARIS 1897 réédition EDIMAF 1989 (commentaire de Charles PORSET)

- Jacques BRENGUES : « La Franc-Maçonnerie du bois » Editions du Prisme 1973 "


(à suivre!)

 

franc maçonnerie,i topi marini,i topi pinnuti,carboneria,philippe buonarroti,jc cabanel,p guglielmi


Je m'étais intéressée à ce monde secret de la Carboneria en découvrant pour la première fois cet étonnant témoignage peint dans une demeure de notables à Piedicroce: une copie par Alberti de "ET IN ARCADIO EGO" de Nicolas Poussin : à retrouver sur ce sujet les notes du blog du 24/11/2009, et suivantes.

02/01/2012

l'énigme des stèles ésotériques de Casalta, pieve d'Ampugnani

L'univers symbolique des stèles de "Truchinacce"

entre Casalta et Silvarecciu,

dans cet espace  perdu quelque part au milieu de la chênaie dans la montagne: un lieu puissant, visité mercredi 28 décembre 2011 ...


Je reprends brièvement cette première note sur le sujet de la fin décembre 2011, car, entre temps, nous avons eu quelques informations complémentaires sur ce sujet:  il est clair que ce lieu pose quantité d'énigmes toutes aussi passionnantes les unes que les autres.

La première information, et de taille! est que ce site comportait beaucoup plus de stèles qu'aujourd'hui, une vingtaine selon la mémoire orale. Ce qui signifie que ce lieu a été  pillé par des gens qui ont jugé ces stèles dignes d'être volées (pour en faire quoi ???) . La deuxième information nous signale qu'il existe ... et qu'il a existé ailleurs dans cette même région d'autres stèles gravées, elles aussi menacées de disparition. Le fait que ce  site a comporté un aussi grand nombre de pierres levées nous inciterait à interroger les amis préhistoriens sur l'éventualité d'une occupation très ancienne. Enfin la densité des signes et  des symboles sculptés ici (gravés probablement au 19° siècle: les visiteurs éclairés d'il y a une vingtaine d'années  confirment  avoir lu sur ces stèles disparues des dates de ce siècle) , entre signes religieux (calices, ostensoirs, croix...) et symboles ésotériques (pentacles, compas ...) nous pousse également à solliciter l'avis éclairé des uns et des autres de quelque famille qu'il soient ... Notre sculpteur appartenait-il à une loge maçonnique ou une société secrète du style des Carbonari, présents en Corse et dans l'Ampugnani en particulier?

DSC00959.jpg

ce "cimetière" ancien - du moins nous semble-t-il - ( il est dit, toujours dans la tradition orale, qu'ici étaient enterrés des ecclésiastiques liés à la piévanie de l'Ampugnani de l'ancien évêché d'Accia: l'église piévane, Santa Maria, se trouve plus bas dans la plaine au nord, sur le territoire de Casalta). 

 

symbolique du pentacle,abraxas,franc-maçonnerie en corse,carbonari,gnostiques,le triangle,le compas,le chandelier,pianu,casalta,silvarecciu,pierres gravées,campiestru,victor segalen

l'église santa Maria de Casalta, piévanie de l'Ampugnani.

J'y consacrerai prochainement une note. Faut-il rappeler ici que le petit diocèse d'Accia, avec sa minuscule cathédrale plantée au sommet du San Pedrone, comportait seulement deux pieve: l'Ampugnani et le Rustinu, et que dans ces deux pieve l'on trouve des pierres gravées, et des manifestations "magico-religieuses" pré-chrétiennes fort dérangeantes pour l'Eglise, et qu'elle cherchera toujours à rechristianiser ...

DSC00971.jpg

un "cimetière, donc, où veillent trois stèles énigmatiques comme sentinelles

DSC00972.jpg

ce mercredi dernier, en la bonne compagnie des amis Toussaint Quilici et Jean-Pierre Mannoni, les infatigables arpenteurs/défenseurs de leur région, auteurs du livre " Pieve di Rustinu" (Editions Anima Corsa), nous découvrons ce monde étrange: trois pierres dressées tels de petits menhirs, gravées recto-verso de signes et d'inscriptions qui nous laissent perplexes,

DATE.jpg

difficilement datables : ici, est-ce vraiment une date, 1853 ? Ou bien une référence à Isaïe ?

 

stèle 1 bis.jpg

messages symboliques : au sommet, une forme solaire irradiante d'où s'écoule une profonde rigole,  surmonte une sorte de coeur,

 

symbolique du pentacle,abraxas,franc-maçonnerie en corse,carbonari,gnostiques,le triangle,le compas,le chandelier,pianu,casalta,silvarecciu,pierres gravées,campiestru,victor segalen

un coeur qui m'évoque fortement le coeur qui orne les cetere,

comme ici la cetera de Salvadore Saladini


à moins qu'il ne s'agisse d'une feuille de peuplier, auquel cas la symbolique est doublement  funéraire, le peuplier noir signant les enfers et la douleur, le peuplier blanc, "consacré à Héraclès qui l'avait découvert près du fleuve Achéron lorsqu'il était descendu aux enfers" (Encyclopédie des symboles) annonçant la régénérescence et le salut ...

coeur et pentacle.jpg

Puis, sous une inscription,  vient un pentacle: une étoile à cinq branches riche de significations symboliques ... pour Pythagore, harmonie du corps et de l'âme, pour les gnostiques, figure centrale du "Néant suressentiel", pour les amulettes "ABRAXAS", protection magique,  pour les chrétiens, témoignage des cinq plaies du Christ ... pentacle présent dans les tombes égyptiennes comme sur les céramiques étrusques, signe des cinq éléments pour les alchimistes comme pour les gnostiques manichéens (la lumière, l'air, le vent, le feu, l'eau), cher à la Franc-Maçonnerie ... enfin, une figure - telle un talisman - bien propre à chasser Satan et ses démons ...

stèle 1 base.jpg

et sous les nombres, un A campé sur ses jambes comme le compas du Grand Architecte? bref, notre sculpteur inconnu a des messages codés à faire passer ... et de bons outils pour travailler, creuser, percer (... ces nombreux "trous" qui ponctuent le discours)

calice et ostensoir.jpg

 autre stèle: "ostensoir", "calice" ...

DSC00977.jpg

pentacle, nombres, chandelier (?)  ...

le chêne a poussé entre temps.

stèle 2.jpg

grande croix, cercles ...


INRI: l'acronyme de Iesus Nazarenus Rex Iudaeorum

(Jésus le Nazaréen Roi des Juifs: version habituelle)

notre homme illuminé est un lettré, un initié?


... d'autres choix:

Igne Natura Renovatur Integra

la Nature  Intègre est Régénérée par le Feu )


Ineffabile Nomen Rerum Initium

(le Nom ineffable est le commencement de toutes choses)


Intra Nobis Regnum Ieovah

(au dedans de nous le règne de Jehovah)

Iesus Nazareth Raphael Iudas

etc ...

 

DSC00964.jpg

coeur, croissant de lune inversé, croix, soleil rayonnant  ...

DSC00965.jpg

écriture ... pour le plaisir du geste ?

ou message crypté pour les initiés?

" J'enfouis ce témoignage,

Je scelle cette révélation

au coeur de mes disciples"

(Isaïe 8 - 16)

Pax nobis.jpg

Ici, l'inscription IHS (Iesus Hominum Salvator)

et PAX VOBIS (du moins me semble-t-il: ou nobis ?)

 

verso de la stèle 3.jpg

grande croix et sommet de la stèle percé de part en part

 

symbolique du pentacle,abraxas,victor segalen,franc-maçonnerie,gnostiques,le triangle,casalta,silvarecciu,pierres gravées,campiestru

Selon certains informateurs, le soleil passant à travers ce trou viendrait désigner le site de Santa Maria de Casalta (il faudrait vérifier ...)


le triangle inversé et le pentacle.jpg

 et sous cette croix, le mystère du triangle inversé contenant à nouveau un pentacle: image féminine? triangle alchimique ?  Quelle inspiration secrète a guidé  le ciseau  initié de ce sculpteur original (quelle date? probablement XIX° siècle - les arbres ont poussé depuis ces inscriptions, semble-t-il)  pour célébrer la mémoire des siens ? ou bien pour les protéger ? ...

et quelle origine pour ces stèles dressées comme stantare ?

 

Toujours est-il que nous sommes ici dans un univers symbolique qui nous interroge: dans toute la région l'on retrouve des gravures rupestres remontant à la préhistoire, signes dont on recherche encore le sens (cf "la Pieve di Rustinu" citée plus haut). Notre mystérieux sculpteur s'inscrit en tous cas dans cette nécessité de laisser une trace durable et visible par tous, sinon lisible. Stèles.


stèle 3 blog.jpg

Cette stèle, en particulier, évoquerait bien une figure anthropomorphe: le coeur représentant alors en fait un visage. Ces stèles auraient-elles, dans un passé très ancien, été déjà primitivement gravées, et notre ou nos sculpteurs plus récents n'auraient-ils pas réutilisé l'existant ?

 

"Religion lumineuse

L'Empereur, -- père de toutes les croyances, et estimant en chacune d'entre elles la Raison qui est une, -- veut que ceci, prêt à s'effacer par négligence, soit reporté sur une table neuve et marqué du sceau de son règne :

L'Être admirable, n'est-ce pas l'Unité-Trine, le Seigneur sans origine, Oloho ? Il a divisé en croix les parties du monde ; décomposé l'air primordial ; suscité le Ciel et la terre ; lancé le soleil et la lune ; créé le premier homme dans une parfaite harmonie.

Mais Sa-Than répandit le mensonge, proclama l'égalité des grandeurs et mit la créature dans le lieu de l'Éternel. L'homme perdit la voie et ne put la retrouver.

Viennent ensuite des promesses : une incarnation ; un supplice ; une mort ; une résurrection. Or cela n'est pas bon à faire trop savoir aux hommes.

Que nul n'ose donc ajouter de commentaires ici. Que nul ne cherche un enseignement ici. Afin que sans fruits ni disciples la Croyance Lumineuse meure en paix, obscurément."

(Victor Segalen: Stèles, Face au Midi)

 

symbolique du pentacle,abraxas,franc-maçonnerie,gnostiques,le triangle,casalta,silvarecciu,pierres gravées,campiestru

et, un peu plus loin du côté de Silvarecciu, ce rocher gravé par le même (dirait-on) et mangé par le lichen ...

Merci à Colette pour ses photos et aux amis Quilici et Mannoni pour cette troublante rencontre lors de cette riche journée!


En attendant, bonne préparation de réveillon!


(à suivre pour cette enquête à mener et pour l'église piévane Santa Maria de Casalta et les gravures rupestres de Petricaghju, sous Castellu di Rustinu ... qui firent l'objet de cette journée ).


 

 

31/12/2011

Pace, Salute è Divizia!

ange voeux copy.jpg


(Bonne année dans "toutes" (du moins dans quelques ) les langues trouvé sur le site de freelang... mon cher Hervé, on a eu la même idée!)

 


AFRIKAANS - gelukkige nuwejaar / voorspoedige nuwejaar
AKPOSSO  - ilufio ètussé
ALBANAIS -  Gëzuar vitin e ri
ALLEMAND -  ein gutes neues Jahr / prost Neujahr
ALSACIEN - e glëckliches nëies / güets nëies johr
ANGLAIS - happy new year
ARABE -  عام سعيد (aam saiid) / sana saiida
ARMÉNIEN -  shnorhavor nor tari
ATIKAMEKW -  amokitanone
AZERI  - yeni iliniz mubarek
BAMBARA - aw ni san'kura / bonne année
BAS-SAXON -  gelükkig nyjaar
BASAA - mbuéé
BASQUE - urte berri on
BENGALI -  subho nababarsho
BERBÈRE - asgwas amegas
BETI - mbembe mbu
BIÉLORUSSE - З новым годам (Z novym hodam)
BIRMAN - hnit thit ku mingalar pa
BOBO - bonne année
BOSNIAQUE - sretna nova godina
BRETON-  bloavezh mat / bloavez mad
BULGARE -  честита нова година (chestita nova godina)
CANTONAIS -  sun lin fi lok / kung hé fat tsoi
CATALAN -  bon any nou
CHINOIS - xin nian kuai le / xin nian hao
CINGALAIS (SINHALA) -  ශුභ අළුත් අවුරුද්දක් වේවා (shubha aluth awuruddak weiwa)
CORÉEN - 새해 복 많이 받으세요 (seh heh bok mani bat uh seyo)
CORSE - pace e salute
CRÉOLE ANTILLAIS -  bon lanné
CRÉOLE GUADELOUPÉEN - bonne année
CRÉOLE GUYANAIS - bon nannen / bon lannen
CRÉOLE HAITIEN -  bònn ané
CRÉOLE MARTINIQUAIS - bon lanné / bonanné
CRÉOLE MAURICIEN - banané
CRÉOLE RÉUNIONNAIS- bone-érèz ané
CRÉOLE SEYCHELLOIS - mon swet zot la bonn anen
CROATE - sretna nova godina
DANOIS - godt nytår
DARI - sale naw tabrik
DOUALA - mbu mwa bwam
ESPAGNOL -  feliz año nuevo
ESPÉRANTO -  feliĉan novan jaron
ESTONIEN -  head uut aastat
EWE - eƒé bé dzogbenyui nami
EWONDO -  mbembe mbu
FÉROÏEN -  gott nýggjár
FINNOIS -  onnellista uutta vuotta
FLAMAND -  gelukkig nieuwjaar
FRANÇAIS -  bonne année
FRANCIQUE LORRAIN -  Proscht nei Johr / Beschte Wìnsch fer's neije Johr
FRISON - lokkich neijier
FRIOULAN - bon an
GAÉLIQUE D'ÉCOSSE - bliadhna mhath ur
GAÉLIQUE D'IRLANDE -  ath bhliain faoi mhaise
GALICIEN -  feliz aninovo
GALLO - Bónn anaèy
GALLOIS - blwyddyn newydd dda
GÉORGIEN - გილოცავთ ახალ წელს (gilocavt akhal tsels)
GREC - kali chronia / kali xronia
eutichismenos o kainourgios chronos (nous vous souhaitons une bonne année)
GUJARATI -  sal mubarak / nootan varshabhinandan
GUARANÍ -  rogüerohory año nuévo-re
HAOUSSA - barka da sabuwar shekara
HAWAIIEN-  hauoli makahiki hou
HÉBREU -  שנה טובה (shana tova)
HÉRÉRO - ombura ombe ombua
HINDI - nav varsh ki subhkamna
HMONG - nyob zoo xyoo tshiab
HONGROIS - boldog új évet
INDONÉSIEN - selamat tahun baru
ISLANDAIS - gleðilegt nýtt ár
ITALIEN - felice anno nuovo, buon anno
JAVANAIS - sugeng warsa enggal
JAPONAIS - akemashite omedetô
KABYLE - asseggas ameggaz
KANNADA - hosa varshada shubhaashayagalu
KASHMIRI - nav reh mubarakh
KAZAKH - zhana zhiliniz kutti bolsin
KHMER - sur sdei chhnam thmei
KIEMBU-  ngethi cya mwaka mweru
KINYARWANDA - umwaka mwiza
KIRUNDI _ umwaka mwiza
KURDE - sala we ya nû pîroz be
LANGUEDOCIEN (OCCITAN) - bona annada
LAO - sabai di pi mai
LATIN - felix sit annus novus
LETTON - laimīgu Jauno gadu
LIGURE - bón ànno nêuvo
LINGALA - bonana / mbula ya sika elamu na tonbeli yo
LITUANIEN - laimingų Naujųjų Metų
LUXEMBOURGEOIS - e gudd neit Joër
MACÉDONIEN - Среќна Нова Година (srekna nova godina)
MALAIS - selamat tahun baru
MALAYALAM - nava varsha ashamshagal
MALGACHE  - arahaba tratry ny taona
MALTAIS - is-sena t-tajba
MANGARÉVIEN - kia porotu te ano ou
MAORI - kia hari te tau hou
MARATHI - navin varshaachya hardik shubbheccha
MARQUISIEN - kaoha nui tenei ehua hou
MOHAWK - ose:rase
MONGOL - Шинэ жилийн баярын мэнд хvргэе (shine jiliin bayariin mend hurgeye)
MORÉ - wênd na kô-d yuum-songo
NDEBELE - umyaka omucha omuhle
NÉERLANDAIS - gelukkig nieuwjaar
NGOMBALE - ngeu' shwi pong mbeo paghe
NORVÉGIEN - godt nyttår
OCCITAN - bona annada
ORIYA - subha nababarsa / naba barsara hardika abhinandan
OURDOU - naya saal mubarik
OUZBEK - yangi yilingiz qutlug' bo'lsin
PACHTO - nawe kaalmo mobarak sha
PAPIAMENTO - felis anja nobo
PERSAN - سال نو مبارک (sâle no mobârak)
POLONAIS - szczęśliwego nowego roku
PORTUGAIS - feliz ano novo
PROVENÇAL - bòna annada / bono annado (provençal rhodanien)
PUNJABI - ਨਵੇਂ ਸਾਲ ਦੀਆਂ ਵਧਾਈਆਂ (nave saal deeyan vadhaiyaan)
ROMANCHE - bun di bun onn
ROMANI - baxtalo nevo bersh
ROUMAIN - un an nou fericit / la mulţi ani
RUSSE - С Новым Годом (S novim godom)
SAMOAN - ia manuia le tausaga fou
SANGO - nzoni fini ngou
SARDE - bonu annu nou
SERBE - srećna nova godina / Срећна нова година
SHIMAORÉ - mwaha mwema
SHONA - goredzva rakanaka
SINDHI - nain saal joon wadhayoon
SLOVAQUE - šťastný nový rok
SLOVÈNE - srečno novo leto
SOBOTA - dobir leto
SOMALI - sanad wanagsan
SRANAN - wan bun nyun yari
SUÉDOIS - gott nytt år
SUISSE-ALLEMAND - es guets Nöis
SWAHILI - mwaka mzuri / heri ya mwaka mpya
TAGALOG - manigong bagong taon
TAHITIEN - ia orana i te matahiti api
TAMAZIGHT - assugas amegaz
TAMOUL - iniya puthandu nalVazhthukkal
TATAR - yaña yıl belän
TCHÈQUE - šťastný nový rok
TELUGU - నూతన సంవత్శర శుభాకాంక్షలు (nuthana samvathsara subhakankshalu)
THAI-  สวัสดีปีใหม่ (sawatdii pimaï)
TIBÉTAIN - tashi delek / losar tashi delek
TIGRÉ - sanat farah wa khare
TSHILUBA - tshidimu tshilenga
TSWANA - itumelele ngwaga o mosha
TULU - posa varshada shubashaya
TURC - yeni yılınız kutlu olsun
TWENTS - gluk in'n tuk
UDMURT - Vyľ Aren
UKRAINIEN - Щасливого Нового Року / З Новим роком (Z novym rokom)
URDU - naya sar Mubarak
VIETNAMIEN - Chúc Mừng Nǎm Mới / Cung Chúc Tân Niên / Cung Chúc Tân Xuân
WALLON - ene boune anéye, ene boune sintéye
WALLON (orthographe à betchfessîs) - bone annéye / bone annéye èt bone santéye
WOLOF - dewenati
XHOSA - nyak'omtsha
YIDDISH-  a gut yohr
ZOULOU - unyaka omusha omuhle




19:41 Publié dans corse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voeux, san quilicu, cambia |  Facebook |

28/12/2011

Auguri!

ensemble blog voeux copy.jpg
la belle crêche de Corbara

Marie blog.jpg

avec la douce Marie

 


( " Eloge d'une vierge occidentale

La raison ne s'offense pas : certainement une vierge occidentale a conçu, voici deux mille années, puisque deux mille ans avant elle, Kiang-yuan, fille sans défaut, devint mère parmi nous : ayant marché sur l'empreinte du Souverain Roi du Ciel.

Et enfanta aussi légèrement que la brebis son agneau, sans rupture ni grands efforts. Même le nouveau-né se trouva recueilli par un oiseau qui d'une aile faisait sa couche et de l'autre l'éventait.

Ceci est croyable. Le philosophe dit : Tout être extraordinaire naît d'une sorte extraordinaire : la Licorne autrement que chien et boue ; le Dragon non pas comme lézard. — M'étonnerai-je si la naissance des hommes extraordinaires n'est pas celle des autres hommes ?

La raison ne s'offense pas. Certainement une vierge occidentale a conçu."

(Victor Segalen: Stèles)

P1010861 copy.jpg

"entre le boeuf et l'âne gris,

dort, dort,

dort le petit fils"


24/12/2011

Ce soir, Noël en partage

 

Ce soir, à Speluncatu, comme à Pioggiula et tant d'autres villages de Corse,

la veillée de Noël pour le partage de cette fête de la paix entre toutes générations ...

veillée des enfants.jpg

les enfants ...

Veillée Noël 2010 Marie.jpg

les anciens ...

(Marie Quilici chante "Tu scendi dalle Stelle")

les confrères.jpg

... les confrères chantent a Nanna ...

Selon les villages, la messe suivra ou non la veillée: quoi qu'il en soit la nuit sera belle et bonne!

 

natale,fêtes de noël,feu de noël,tempi fà


A Speluncatu notre amie italienne Maria Cecilia Farina, accompagnera exceptionnellement la messe à l'orgue ce soir: veillée à 19H30 suivie de la  messe à 20H 30 ...

feu de Noël 2010.jpg

puis viendra le moment de se réchauffer autour du Focu di Natale...


Espérons que ce feu restera ce qu'il doit être,  un rite humble mais sacré du partage de la lumière et de la chaleur -  et non une mortelle compétition: dans certains villages, on n'hésite plus à couper de grands arbres vigoureux pour l'esbrouffe d'un soir - ce que jamais, je pense, autrefois en Corse l'on n'aurait permis car l'on connaissait trop bien la valeur de la vie.

Chacun apportait sa modeste contribution à ce feu collectif en donnant sa plus  belle bûche, "u rochju di u Bambinu " - ayant la conscience ainsi de participer au bon renouvellement de la lumière et de  la communauté,  et à la bonne entente entre les morts et les vivants en cette période de solstice: je vous renvoie sur ce sujet , entre autres, aux belles pages consacrées par Tempi fà, Fêtes religieuses, rites et croyances populaires de Corse (éditions Albiana). A Pioggiula ... les étincelles du Focu di Natale dûment interprétées permettaient de prédire l'avenir des récoltes et la bonne santé des bêtes. Enfin, l'on utilisait les brandons allumés du feu de Noël pour rallumer l'âtre familial: autant de rites qui nous éloignent du mercantilisme des super-marchés et de la sur-consommation des familles d'aujourd'hui ...

 

 

Bon Natale!

(avec cette nanna, profane, à défaut d'un bon enregistrement villageois qui reste à faire des nombreuses variantes des chants de Noël dans nos villages)

http://youtu.be/T8SwIVkVJO4