Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2018

4 - Cassano: l'Abbé Bastianelli, ex-missionnaire au Tibet, post scriptum

(réédition) 

Post-sriptum à la note précédente:

l'abbé Bastianelli, Cassanu et Sant' Albanu

Cassano village blog.jpg

le village de Cassanu, Montegrossu, en Balagne ...

 

Voici l'excellente trouvaille faite par notre ami historien Jacques Denis (merci, Jacques!), pistant depuis Mausoleu et à notre requête l'abbé Bastianelli, ex-missionnaire du Tibet et commanditaire du Saint Laurent de Cassanu en 1841 :

Bastianelli Laurent-1.GIF

 Source : Annales Franciscaines, 1865, volume 2, page 413.

 

saint alban,capucins de corse,famille bastianelli de cassano,a fiera di l'alivu

L'acte de décès de Laurent Bastianelli: merci Jacques! Il stipule que notre Laurent serait né à Ajaccio et non à Cassanu, où d'ailleurs du reste il ne figure pas dans le dénombrement de 1769.

 

J'avoue ne pas avoir été surprise (je l'attendais!) du prénom - Laurent - de ce bon Révérend Père Bastianelli, compte-tenu de la présence de la toile de Saint Laurent à Cassano, même si le peintre Louis Jassogne en a usurpé les traits et tout le decorum auprès du Saint Rodrigue de Cordoue peint par Murillo ...

Né au lendemain de la Bataille de Ponte Novu notre Laurent Bastianelli aura traversé  près d'un siècle sous l'habit religieux, arpenté l'Europe et l'Asie, et connu bien des bouleversements politiques ... L'histoire mouvementée des missionnaires capucins en Asie nous éclairera peut- être un jour sur sa présence au Tibet .

 Jacques Denis me signale également la présence en 1728 à Cassano, parmi les notables, d'un Albano Bastianelli, paciere -( Arch. Corse du Sud, Civile governatore, liasse 754) . Voilà qui confirme que cette famille tenait une place importante dans le village. Le prénom d'Alban s'est conservé dans la famille.

Il évoque évidemment le Sant' Albano, représenté dans le beau retable sur bois d'Antonio de Calvi (1505) conservé à l'église paroissiale de Cassano et qui ornait primitivement la première église paroissiale de cette communauté dédiée à ce saint ( cette grande chapelle se trouve en contre-bas du village, au milieu du cimetière) :

Cassano - Retable Antonio de Calvi - 1505 copy.jpg

 

Cassano -Sant Albano- Retable Antonio de Calvi - 1505.jpg

 

Voici encore un autre mystère de Cassano: les deux Saints Alban répertoriés, l'anglais Saint Alban de Verulam, et le Saint Alban de Mayence et de Namur - deux saints "doublets"   vraisemblablement - sont deux saints céphalophores ( ils portent entre leurs mains leur tête décapitée lors de leur martyre) et ne sont nullement évêques, contrairement à la représentation de Cassano.

Ce Sant'Albabus serait-il l'évêque Albanus "qui faisait sans doute partie de la soixantaine d'évêques africains exilés en Sardaigne par le roi vandale Thrasamund en 508- 509" ? ( Sant'Albano, dans Corsica Sacra, de Geneviève Moracchini-Mazel, p. 167).

Toujours est-il que ce Sant'Albano évêque a son église,

 

 

 entourée des tombes de Cassano,

Résultat de recherche d'images pour "cassano corse"

 

les oliviers de Cassano à sant'Albano blog.jpg

un lieu paisible,

Oliviers sant Albano.jpg

peuplé d'oliviers prêts à nourrir a Fiera di l'Alivu:

Fiera di l' Alivu - foiresdecorse site de la Fédération des ...

www.foiresdecorse.com/fiera-di-l-alivu

 

 

3- l'énigme de San Rodrigo de Cordoba: suite et rebondissement imprévu

Où St Laurent et St Rodrigue font connaissance à Cassanu grâce à un ex-missionnaire du Tibet (réédition)

Murillo c.1650-55 Gemaeldegalerie Alte Meister Dresden Allemagne, détail.jpg

Dans la note précédente, je m'étais penchée sur les aventures du Saint Rodrigue de Murillo au XIX° siècle, se laissant copier, parmi toutes les admirables et nombreuses  toiles de la Galerie espagnole de Louis-Philippe au Musée du Louvre, entre 1838 et 1848, avant de disparaître à Londres et de réapparaître quelques années plus tard à la Gemäldegalerie Alte Meister de Dresden ...

La copie très fidèle de cette toile, présente à Cassano, me posait quelques problèmes: il fallait tout d'abord que je vérifie la date de cette copie en la regardant de plus près , ainsi que la signature:

Cassano St Rodrigue signature copiste 1842.jpg

Ce que j'avais pris pour 1832 s'avéra 1842, donc en pleine période de ce Musée espagnol du Louvre. D'autre part la signature du copiste devenait lisible: L. Jassogne . Comment ce rare saint andalou avait pris place à Cassanu restait une énigme, et il me semblait devoir ne laisser aucune piste possible de côté d'une relation de ce village avec l'Espagne ou l'Amérique du Sud - les Corses étant de grands et intrépides voyageurs, on le sait!

 Une chose m'intriguait encore: à Cassanu, la tradition voulait que ce saint diacre martyre fût Saint Laurent, et non Saint Rodrigue, dont personne n'avait entendu parler. J'avais remarqué, en comparant les deux toiles, un détail troublant: si le Saint Rodrigue de Murillo a bel et bien la gorge tranchée, celui de Cassanu, pourtant assez fidèlement copié par ailleurs jusque dans les détails, ne comportait plus cette blessure.

 

          Cassanu - San Lorenzu-Rodrigo détail.jpg

la balafre qui déchire le tableau n'a rien à voir avec la décollation de Saint Rodrigue ...

Oubli de Jassogne? Cela ne collait pas avec la minutie du peintre copiste, soucieux de restituer les moindres détails, à défaut de pouvoir transmettre l'ardeur mystique de Murillo.

Et voici ce que, ce matin aux aurores je découvre, grâce à la magie d'internet! en recherchant qui pouvait être ce Jassogne, en 1842: dans un dossier de la base Arcade, l'on apprend que ce Jassogne, l'auteur, honore une commande d'un Saint Laurent faite en 1841/42 par l' Abbé Bastianelli, ex-missionnaire au Tibet ...

Voir la notice des Archives Nationales AR 101942 - cote F/21/0342 -dossier 21.

Et voilà l'une des clefs du mystère, du moins je le pense: le peintre Jassogne reçoit commande d'un St Laurent en 1841/42. Où pourrait-il bien en trouver un qui ferait l'affaire ? Allons au Louvre! Justement, à cette fameuse Galerie espagnole nouvellement ouverte depuis trois ans, il y a ce beau diacre martyre peint par Murillo, vous savez Murillo, le moins dérangeant des peintres espagnols pour le goût français : Saint Rodrigue de Cordoue, dites-vous? Bah! la belle affaire, on arrangera la chose à moindre frais en effaçant la blessure et voilà un Saint Laurent tout-à-fait présentable, même si le gril de son martyre manque à l'appel. J'ignore si notre Abbé Bastianelli y a trouvé à redire, en tous cas voici sans doute comment notre Saint Lorenzo/Rodrigo a trouvé place dans le choeur de l'église de Cassano. Après tout, rien ne ressemble plus à un diacre qu'un autre diacre ...

Mais qui est donc cet Abbé Bastianelli ? Missionnaire aventurier au Tibet au XIX° siècle ... voilà encore bien autre chose! Je ne connais pas encore son prénom ... Serait-il un Lorenzo à défaut d'être un Rodrigo ?

Cette petite enquête de Cassanu m'a fait entrevoir d'autres relations imprévisibles entre la Corse, Murillo, Séville ... La prochaine fois, sans quitter la Pieve de Pino, nous irons du côté de Montemaggiore.

A suivre!

 

 

 

12/02/2018

La restauration de l'Annonciation de Nicolao Castiglioni à la chapelle de la Nunziata de Bastia

Cunferenza Nunziata.jpg

Pour ceux qui peuvent venir , une découverte et une conférence de Michel Edouard Nigaglioni, ça ne se refuse pas!

Une initiative de la Mairie de Bastia:

"En 2017, la Ville de Bastia a fait restaurer le grand tableau qui surmonte le maître autel de la chapelle del’Annonciade.

 

L’œuvre y sera présentée au public vendredi 16 février à 18 heures.

 

A cette occasion,  une conférence animée par Michel-Edouard Nigaglioni (Historien de l’Art, chercheur au Service de l’Inventaire de la Collectivité de Corse) permettra de saisir l’importance historique de cette toile, attribuable à Nicolao Castiglioni, l’un des meilleurs peintres corses du XVIIe siècle.

 

La restauratrice qui est intervenue sur l’œuvre, Maria Teresa Donetti, présentera le processus du travail de restauration. Elle montrera de nombreuses photographies de la toile, avant, pendant et après les différentes phases du travail qui a permis de rendre à ce tableau son aspect d’origine. "

 

30/09/2017

Exposition: Le patrimoine remarquable des églises de Corse. Du 29 septembre au 1er octobre à Calvi

 

Je vous signale cet évènement rare!

Exposition:

Le patrimoine remarquable des églises de Corse.

Du 29 septembre au 1er octobre à Calvi

17358438-21869064.jpg

Le Centre de Conservation et Restauration du Patrimoine Mobilier de Corse (CCRPMC) de Calvi ouvre ses portes pour une exposition sur le patrimoine remarquable des églises de Corse. 

Une sélection d’objets choisis par les chercheurs de l’inventaire de la CTC sera présentée à cette occasion. Les œuvres sont pour la plupart attribuées à des artistes corses du 17e au 19e siècle et témoignent d’une production locale fortement ancrée dans le style baroque. 

L’exposition permettra de valoriser des œuvres méconnues qui sont les témoins discrets de l’histoire de l’art Corse et d’un réel savoir-faire artistique 

13/05/2016

tr: FWD : Journée "le livre ancien dans tous ses états" jeudi 12 mai 2016, musée de Bastia

Je regrette beaucoup de ne pas avoir pu diffuser cette information à temps, mais ce travail pédagogique et patrimonial mérite largement qu'on le signale!


> De : "Association Petre Scritte" <petrescritte@orange.fr>
 
> Objet : FWD : Journée "le livre ancien dans tous ses états" jeudi 12 mai 2016, musée de Bastia
>
> Bonjour,
>
> nous avons l'honneur de vous inviter à participer à la journée "le livre
> ancien dans tous ses états" qui aura lieu au musée de Bastia le jeudi 12
> mai 2016, organisée par les "classes du patrimoine" du lycée
> professionnel Jean Nicoli (2nde CAP Vente, 2de et Terminale CAP Commerce
> et ULIS en inclusion, Première bac Pro Gestion Administration) et la
> bibliothèque patrimoniale de Bastia. Elle combine expositions, tables
> rondes et ateliers pédagogiques. Vous pourrez notamment voir nos élèves
> au travail lors de démonstrations de leur savoir-faire sur des livres
> anciens de la bibliothèque patrimoniale Tommaso Prelà, sous les conseils
> de Linda Piazza, adjointe à la conservation et responsable du fonds qui
> les a initiés à la conservation et au travail de petite restauration
> tout au long de l'année.
>
> Jean-Christophe Liccia est intervenu avec beaucoup de passion et de
> pédagogie auprès de nos élèves à l'occasion de visites de découverte des
> archives départementales initiées par Monsieur le Directeur des archives
> Dominique Devaux et son équipe. Nous serions très honorés de rencontrer
> les responsables, adhérents et amis de votre association à l'occasion de
> cette journée originale, qui mêle ateliers, tables rondes et exposition
> de travail d'élèves de primaire, collège et lycée professionnel.
>
> Un avant-goût de l'expo ici :
> http://web.ac-corse.fr/lyc-nicoli/Projet-Classes-du-patrimoine-en-lice-pour-le-prix-national-de-l-audace-artistique_a156.html
>
>
> Ci-joint également le programme de la journée ainsi que votre carton
> d'invitation.
>
> En espérant que la journée soit une réussite et un jour de fête autour
> du travail des élèves, nous espérons de tout coeur vous avoir parmi nous.
>
>
> Anne-Solen Gourdon,
>
> Enseignante Documentaliste
>
> Coordonnatrice du projet "Classes du patrimoine"
>
> Lycée Professionnel Jean Nicoli
>




2016-invit' livre ancien.pdf

2016-prog-livreancien-web.pdf