Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2018

le programme des prochains parcours de la Montagne des Orgues

à la découverte du patrimoine

avec l’Association Saladini de Speloncato

Renseignements et réservations au :

04 95 61 34 85 / 06 17 94 70 72

e mail : elizabethpardon@orange.fr

http//:elizabethpardon.hautetfort.com

 http://www.la montagnedesorgues.com/

Parcours en véhicule personnel

Prévoir son pique-nique ou le restaurant, selon les parcours

01 orgue Crudeli volets ouverts blog.jpg

(l'orgue historique Crudeli de Speluncato)

 

LUNDI 28 MAI 2018

une journée en Haute-Balagne et Ghjunsani

 « LA MONTAGNE DES  ORGUES »

Des parcours initiatiques et festifs pour rencontrer la Corse autrement, vous immerger dans ses paysages et ses communautés, découvrir son  patrimoine, son histoire, ses traditions rurales : des clefs pour vous ouvrir les églises, vous faire comprendre leur sens caché et entendre leurs orgues historiques que l’on vous joue…

Accueil à COSTA à 9h sur la place de l’église,  puis visite  de SPELONCATO, PIOGGIOLA, OLMI CAPPELLA, enfin de VALLICA.

La journée, commencée dans la délicieuse église de Costa continue dans le village altier de Speloncato, avec la Collégiale Santa Maria Assunta – la première  des quatre collégiales de Corse -   puis  se déroule ensuite dans la vallée haute du Ghjunsani, sous le tutélaire Monte Padre (2390 m),  une région de montagne granitique, magnifique et lumineuse dont les habitants travaillent à préserver le patrimoine naturel et humain : évocation des légendes, vitalité du tissu social et des confréries, du chant polyphonique, des orgues historiques, et présence internationale du théâtre de l’Aria … Cette balade patrimoniale et musicale  vous permettra d’entendre  ces merveilleux petits orgues historiques et de monter à leur tribune pour mieux en comprendre le fonctionnement .

 

 

 

 

***

Dimanche 3 Juin 2018

Haute-Balagne et Ghunsani

 Palasca St Joseph au travail blog.jpg

(Palasca, le bon Saint Joseph au travail: au fait, c'est quand la retraite ?)

 Accueil à 9h à PALASCA, sur la place de l’église, puis découverte de la lumineuse région de montagne du Ghjunsani avec VALLICA, OLMI CAPPELLA, PIOGGIOLA,  enfin  SPELONCATO …

Orgue Pioggiola 001 blog.jpg

(l'orgue Saladini de Pioggiola)

La journée, commencée dans l’église Santa Maria Assunta de Palasca,  se déroule ensuite dans la vallée haute du Ghjunsani, sous le Monte Padre (2390 m)  : Cette balade patrimoniale et musicale se terminera dans le beau village médiéval de Speloncato, avec sa Collégiale – et l’un des orgues les plus attachants de l’île.

 

***

 

Vendredi 1er Juin

Une matinée en Balagne:

orgue volets ouverts blog.jpg

(l'orgue magnifique de Corbara)

Accueil à CORBARA , à 9 h devant la Collégiale de la Santa Nunziata,

puis visite de l'église de la Trinité à Aregno, et enfin de l'église de la Nunziata de Sant'Antonino

Mardi 12  Juin 2018

 

une journée en CASTAGNICCIA

 

Une immersion historique, patrimoniale et musicale dans l'une des régions les plus riches et attachantes de Corse:  

 Accueil à 9hsur le parking du Super U de Ponte Leccia. Découverte des fresques de la chapelle San Tumasgiu à Castellu di Rustinu, du site archéologique paléochrétien et roman de Santa Maria di Rescamone, des églises baroques de Stoppia Nova ( Notre-Dame du Mont Carmel, La Porta ( Saint Jean-Baptiste, orgue 1780), et Piedicroce ( Saint Pierre et Saint Paul) .

 

San Tumasgiu le visage de la Vierge au pied de la Croix blog.jpg

(détail de la fresque de San Tumasgiu: la Vierge au pied de la croix)) 

 

La Porta façade centrée (réduit).jpg

(la façade de l'orgue Maracci de La Porta)

 

 

 

 

 

 

 

 

09/03/2018

1-l'énigme de San Rodrigo de Cordoba à Cassano

A l'attention des amis de Cassano rencontrés aujourd'hui à Muro, je réédite ces notes de janvier février 2013, petite enquête sur une toile de l'église de Cassano ...

 

Où  San Rodrigo di Cordoba,  

Saint Rodrigue de Cordoue

s'invite à Cassanu

(village du Montegrossu, Pieve de Pino, Balagne, Corse)

Montegrosso janvier 2013.jpg

Hier, dans le Montegrossu, par une lumineuse journée d'hiver.

Selon les chroniques, vers l'an 950, le dernier des six rois maures de Corse, Nugolone - ou Hugolone, aurait choisi dans cette région l'emplacement de sa capitale, nommée Corduvella, comme la "Cordoue" d'Espagne, et l'antique cité romaine de  Corduba.

Ceci pour planter le décor. Le Montegrossu accueille désormais (1971/1972) trois villages dans sa communauté: Montemaio, Lunghignanu, Cassanu.

L'église de Cassanu, dédiée à l'Annonciation, riche d'un patrimoine pictural assez exceptionnel, nous pose par ailleurs une énigme troublante. Si l'on connait bien son très beau retable sur bois signé et daté d' Antonio de Calvi, 1505:

Cassano - Retable Antonio de Calvi - 1505 copy.jpg

l'on identifie infiniment moins bien certaines des toiles intéressantes de l'église, comme ce saint diacre martyre présent au fond du choeur, à une place fort honorifique derrière le maître-autel, et qui m'a laissée perplexe:

St Rodrigue de Cordoue Cassano blog.jpg

"d'après Murillo" ... à Cassano,

un diacre martyre ... à dire vrai, en Corse, on rencontre "d'habitude" soit Saint Laurent et le gril de son brûlant martyre, soit Saint Etienne et les dures caillasses de sa lapidation, soit Saint Césaire de Terracine précipité à la mer. Ici, notre diacre mystérieux tient à la main la palme de son martyre et une sorte de couvre-chef énigmatique qui s'avèrera être une barrette. Appelé à la rescousse, Michel-Edouard Nigaglioni me donne d'un coup de baguette magique la solution: il s'agit de Saint Rodrigue de Cordoue ...

St Rodrigue signature.jpg

En bas à gauche, malheureusement en partie illisible, un écrit signale qu'il s'agit d'une copie de Murillo, faite, me semble-t-il lire, en 1832 (?).

Murillo c.1650-55 Gemaeldegalerie Alte Meister Dresden Allemagne.jpg

Copie du Saint Rodrigue, alias Rodrigo de Cordoba, magnifiquement peint par Bartolomé Esteban Murillo, aujourd'hui à la Gemäldegalerie Alte Meister, à Dresden (Allemagne). Gal.-Nr. 704

Sur sa damaltique, bien reconnaissables, les personnages de Saint André et Saint Paul. Au cou, la blessure de sa gorge tranchée, mais rien n'exprime la souffrance du martyre, tout est extase.

Vous ne le connaissez peut-être pas ... En tous cas, le moins qu'on puisse dire est qu'il ne fait pas partie des saints "habituels" de Corse. Voici donc ce que vous pourrez lire sur le site suivant:

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20110313&id=2669&fd=0

"Saint Rodrigue et saint Salomon de Cordoue

Martyrs  († 857)

 

         Saint Rodrigue avait deux frères vivant à Cordoue sous la domination arabe. L'un était chrétien et l'autre musulman ; ils se battaient souvent pour des questions de religion. Un jour, voulant les séparer, il reçut tous les coups et fut considéré comme mort.

 

         Son frère catholique s'enfuyant par crainte du calife d'Espagne, son autre frère musulman emmena son corps en ville et accusa le catholique d'avoir tué un musulman, prétendant que Rodrigue s'était converti.

         Rodrigue revint alors à lui et nia son attachement à l'islam, criant haut et fort sa foi chrétienne. Le Cadi le mit alors en prison pour « apostasie » où il rencontra Salomon, accusé du même crime : être chrétien. Liant amitié, ils passèrent le peu de temps qu'il leur restait en prière.

      Ils furent décapités le même jour à Cordoue."

 

Mais que diable (sic!) fait donc Saint Rodrigue dans l'église de ce petit village de Cassano ? Et qui a exécuté cette copie d'une oeuvre de Murillo attestée au Musée de Dresde depuis 1862 ? Et qui a offert cette copie à l'église de Cassano? 

 Nous avons épluché les archives paroissiales et de confréries  parfois fort anciennes (début XVII° s.) présentes à l'église en quête - sans guère d'espoir - d'un hypothétique nom de famille Rodriguez, en vain. Il nous faut explorer d'autres pistes qui risquent de nous faire voyager dans le temps et bien au-delà de la Balagne. 

 Le lien avec l'Espagne me semble évident. Dans la marmite des interrogations se mêlent entre autres  les migrations précoces des calvais - avec leur passage obligé par Séville - vers les pays du Nouveau-Monde, la légende fantasmée et noire de Don Juan de Mañara au village voisin de Montemaio, le passage à Cassano de la belle impératrice Eugénie (de Montiro) , épouse de Napoléon III, et qui était, comme on le sait, "l' Espagnole" d'Andalousie ...

( à suivre!)

 

 

 

27/05/2014

tr: Les 5èmes Rencontres Historiques d'Ile Rousse




Je relaie cette invitation du Spaziu d'Ile Rousse:

U Spaziu vous invite aux 

5èmes Rencontres Historiques d’Ile Rousse

les vendredi 30, samedi 31 mai et dimanche 1er juin 2014

La prise de pouvoir de Pascal Paoli

                    Du Marquis de Cursay  à  Pascal Paolisame1 mai et

dimanche 1er juin 2014

Vendredi 30 mai à 17h30

Lucien Bély, Université de Paris-Sorbonne :

La politique méditerranéenne de la France (1748 – 1755)

Débat animé par Carlo Bitossi

Samedi 31 mai

De 9h30 à 10h15

Carlo Bitossi, Université de Ferrare

La politique génoise durant la période 1748 – 1755

Débat animé par Thierry Giappiconi

De 10h45 à 11h30

Emiliano Beri, Universita degli Studi di Genova

Le Marquis de Cursay en Corse

Débat animé par Antoine  Franzini

De 14h30 à 15h15

Antoine  Franzini, Université de Paris Val de Marne :

L’Accademia dei Vagabondi

Débat animé par Antoine Marie Graziani

De 15h45 à 17 h 15

Dominique  Taddei, ancien Président d’Université :

Fà l’unione ! De l’ordre de Malte à la Cunsulta di Caccia  octobre 1753 à avril 1755

Débat animé par Lucien  Bély

Dimanche 1er juin

De 9h45 à 10h20

Thierry Giappiconi, Docteur d'Etat :

L'étrange permission du colonel Marc Antonio Giappiconi

Débat animé par Emiliano Beri

De 11h00 à 11h45

AM Graziani,  Université Pasquale Paoli :

De Gaffory à Paoli

Débat animé par Dominique Taddei

Entrée libre

>  


U Spaziu

Centre Culturel
Place de l'hôtel de ville
20220 Ile Rousse

04.95.35.60.93
06.32.91.12.19

www.uspaziu.com
info@uspaziu.com

09/02/2014

Les Stuarts et la Corse

 

Hier à Speluncatu,

la conférence de Desideriu Ramelet-Stuart:

merci!

Desideriu Ramelet-Stuart.jpg

 

 En février 2011, nous avions convié l'historien Desideriu Ramelet-Stuart  à nous faire découvrir son premier livre sur les Stuarts de Corse, voir la note:

Desideriu Ramelet Stuart à Speluncatu : ELIZABETH PARDON

elizabethpardon.hautetfort.com/.../desideriu-ramelet-stuart-a-speluncatu....
 

Trois ans plus tard, nous avons à nouveau invité Desideriu Ramelet-Stuart  pour présenter son deuxième ouvrage sur les Stuarts de Corse à l’époque de Pascal Paoli : « Un Stuart dans la nation corse ».   Qui ne s’est  interrogé, au cimetière du Couvent de Caccia, en découvrant les tombes de la mystérieuse famille Stuart ? D.Ramelet-Stuart, en suivant à la trace la destinée particulière de l’un de ses ancêtres, Manuel Stuart, le premier Stuart installé en Corse,  croise les  complexes manoeuvres diplomatiques internationales qui  accompagnèrent l’histoire de la jeune nation corse.

Cette conférence dense, soutenue par une iconographie efficace,

 

carte d'Italie.jpg

(diaporama D. Ramelet-Stuart)

 

nous a fait découvrir une histoire foisonnante, étroitement liée aux activités des libérateurs de la nation corse,  et où l’île, dépassant ses frontières naturelles,  se retrouve au centre d’un vaste échiquier stratégique où s’affrontent les grands personnages de l’Europe, du Nord au Sud, de Castifau au Vatican, du Piémont-Sardaigne à l'Angleterre, de Gênes à la France. Mais aussi une histoire humaine où l'amitié fidèle de quelques unes des familles de Balagne et de la région de Castifau a permis l'enracinement de cette branche des Stuarts en Corse malgré un contexte politique particulièrement défavorable.

 

Ainsi des Grimaldi d'Esdra de Castifau, dont notre ami Joseph Grimaldi à Speluncatu garde la tradition orale familiale:

 

Desideriu Ramelet Stuart et Joseph Grimaldi d'Esdra blog.jpg

(en février 2011, Joseph Grimaldi d'Esdra et Desideriu Ramelet-Stuart)

En 1890, Théodore Stuart, descendant direct de Manuel Stuart et qui épousera une jeune fille d'Ochjatana, Lucie Siacci,  s'interroge le premier sur l'identité de sa famille :

 

Théodore Stuart.jpg

(extrait du diaporama de la conférence: un air certain de ressemblance avec Desideriu!)

 

Enfin, ultime interrogation : pourra-t-on un jour démontrer la filiation des Stuarts de Corse avec la famille royale d’Ecosse ? D. Ramelet-Stuart  recourt à une discipline moderne, la généalogie génétique, pour tenter de combler les lacunes des archives ... Une méthodologie prometteuse qui réserve déjà de belles surprises : à suivre! 

 

Evelyne Luciani.jpg

 

Parmi d'autres auditeurs attentifs, notre amie Evelyne Luciani, qui vient de publier sa traduction de la "Justification de la révolution de Corse", de Don Gregorio Salvini : autre travail de bénédictin!

 

 


31/01/2014

Conférence- débat: "Un Stuart dans la Nation Corse"

Samedi 8 février à Speloncato

salle Paul Giuliani à 16 H

l'Association Saladini invite Desideriu Ramelet-Stuart

qui présentera son livre:

"Un Stuart dans la Nation Corse"

 

Untitled-1.jpg

Après trois nouvelles années de recherches en Corse et à l'étranger, Desideriu Ramelet-Stuart publie un second volume qui , suivant à la trace une destinée particulière, celle de son ancêtre, lève le voile sur les interactions diplomatiques et les enjeux internationaux autour de la Corse du XVIIIe siècle.

Voir la note :

Desideriu Ramelet Stuart à Speluncatu : ELIZABETH PARDON

elizabethpardon.hautetfort.com/.../desideriu-ramelet-stuart-a-speluncatu....

 

 

A suivre!