Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2018

1/ la chapelle San Quilicu à Cambia

A l'attention des amis de la FAGEC: ces trois notes sur la chapelle San Chirgu de Cambia que les caprices de la météo nous ont empêché de voir dans de bonnes conditions!

 

En Castagniccia, la chapelle San Quilicu di Cambia. Pieve di e Vallerustie.

(Je reprends la note de l'hiver 2008 et la complète avec des images des fresques restaurées dernièrement par Madeleine ALLEGRINI)

1°/ La chapelle romane et ses décors sculptés

San Quilicu est blog.jpg

(à la lumière de cet été, le chevet de la chapelle, orientée comme il se doit à l'est)

 Pour la visite, s'adresser à la mairie de Cambia.

Cette chapelle San Quilico (alias saint Cyr) - comme sa petite sœur voisine dédiée à Santa Maria- semble dater du début du XIIIème siècle - leur fondation n’étant confirmée par aucun témoignage historique. On la découvre avec émerveillement blottie au secret d’une chênaie vigoureuse, au bord d'un ancien chemin muletier fort pentu qui descend à l'ombre des arbres. En hiver le grondement du torrent  caché ajoute au mystère du lieu ...

San Quilico sud ext blog.jpg   

 (La nef mesure 12,60 m de long, 4,60m de large; l'abside: 3,20m en ouverture et 1,65m en profondeur, mesures données par l'archéologue  Geneviève MORACCHINI-MAZEL dans  "Les églises romanes de Corse", ouvrage de référence publié en 1967

 

Ses murs de schiste gris blondissent au moindre rayon de soleil , rythmés par la musique des arcatures et de leurs modillons sculptés sous la corniche, des fenêtres meurtrières, des deux portes surmontées de leurs tympans en fort relief. L’élégance dynamique de l’ensemble, la variété des sculptures, leur formidable vitalité est, à chaque visite,  un enchantement …

 

 

San Quilicu avec Marie Germaine blog.jpg

 ( en ce mois d'août 2010, la façade ouest, avec notre chère Marie -Germaine Mary Conrad)

 

 Une histoire verticale

 

(Où l'espèce humaine devient à son tour, tant bien que mal,  championne de la verticalité)

 

 "Si vous mangez du fruit de l'arbre, vous serez comme des dieux"Adam Eve serpent arbre.jpg

 

 Le tympan de la porte de la façade occidentale illustre la scène de la tentation au Paradis du couple originel. Un arbre puissamment enraciné pousse droit, et le Serpent qui s'enlace autour du tronc avec force et élégance dépose dans la main d'Eve le fruit de la Connaissance par où l'humanité évolue vers son destin. 

Avez -vous remarqué? Le Serpent semble sortir du corps d'Eve et lui fait l'offrande d'amour (et de la petite graine si utile à la croissance et la multiplication de la descendance humaine - ce que le bon Adam pour l'instant ignore).

Le serpent se dresse. 

 Animal par la suite rampant et voué à la terre, fluide ou immobile, il s'arrache du monde horizontal et glaiseux auquel il appartiendra pour se dresser de toute sa volonté, s'élèver de toute sa vigueur intelligente. Dans cette recherche verticale, il a besoin de l'arbre pour atteindre le plus haut des degrés supérieurs concevables ...

Dualité du serpent:  symbole de mort, de luxure, bref, du Mal, ou bienveillant et guérisseur (le serpent d'airain érigé par Moïse dans le désert, le serpent d'Esculape sur le caducée, le Christ rédempteur figuré sous forme de serpent sur la Croix...). Quoi qu'il en soit, si besoin est, le serpent se dresse. A moins qu'il ne se morde la queue - mort et résurrection de l'ouroboros ... En tous cas si souvent présent sur le tympan de nos chapelles romanes qu'il faut bien s'accommoder de cette rencontre fatale.

  Car le serpent est le symbole de l'intelligence, de tous les animaux, c'est même le plus rusé. Sa sagesse acquise, volée? se double de séduction: à la fois tentateur et gardien du sacré, il utilise l'arbre du Paradis pour s'élever et, en faisant goûter ses fruits, entraîne, nous dit-on,  la mort spirituelle de ceux qu'il a séduits en leur faisant la promesse trompeuse d'une élévation au rang des dieux. Connaissance et Immortalité.

 - Il a choisi Eve pour atteindre Adam: c'est la plus vive, la plus avide de sensations nouvelles, la plus téméraire, la plus spontanée peut-être aussi? Ou bien la plus intéressée, la plus envieuse, la plus calculatrice? Et qui pourrait dire à quel moment précis ces deux-là en ont fini avec la pureté de coeur?

 

"Si je parle à l'homme, il ne m'écoutera pas, car il est difficile d'infléchir l'esprit d'un homme. Voilà pourquoi je préfère m'adresser d'abord à la femme dont l'esprit est plus superficiel (et la voilà entamée, la vaste histoire des femmes trop curieuses, en passant par Barbe Bleue!). Je sais qu'elle m'écoutera car la femme prête attention à chacun. (Glosez comme vous voudrez)

 

 Adam, tout comme Eve, tend la main du désir vers le fruit défendu:  ils ne l'ont pas encore croqué le fruit que déjà ils ont pris la mesure de leur nudité, de leur différence, et se cachent le sexe de leur grande main maladroite... Leur conscience s'éveille...  Deux étoiles stylisées  accompagnent dans leur chute celle de nos pauvres parents... Annonce d'amour, d'exil et de mort.

L'Arbre du Paradis lui aussi s'élève, mais naturellement et sans artifices, sans engrais chimiques ni tripotages transgéniques - pas encore eu besoin de les inventer, la terre d'Eden est naturellement bio et généreuse ... A lui seul il contient toute notre nostalgie de l'ascension après la chute et d'une communication terre/ciel. Le monde judéo-chrétien partage cette symbolique universelle de l'arbre/ axe du monde/ échelle cosmique avec bien d'autres civilisations:

"Dans l'ordre rituel,  rappelons-nous le cas typique des chamanes qui dressent le tronc d'un bouleau au centre de leur hutte, le sommet passant par le trou de fumée assimilé au pôle céleste, et en font l'ascension rituelle pour déboucher dans l'au-delà"

(Le monde des Symboles, éditions Zodiaque, p. 331)

  

Le futur Arbre de la Croix.

 

Axe cosmique de l'univers, l'Arbre exprime la croissance naturelle de la vie et l'aspiration de l'homme intérieur à se régénérer par la vie spirituelle: ses racines solides plongent dans le monde souterrain, celui des enfers, celui de l'obscurité - d'aucuns diraient celui de l'Inconscient, celui des trépassés, mais aussi celui de l'humus nourri des reliques des Saints, et il projette ses branches vers le monde céleste, en recevant lumière, spiritualité ("Pater noster qui es in caelis")  et eaux fécondantes. Curieusement, les branches de l'arbre préfigurent à leur façon les bras de la Croix.

 Aregno l'arbre et la croix blog.jpg

(enlacés, dans leur message cohérent, l'Arbre de la connaissance et la Croix: église pisane de la Trinité à Aregno, Balagne)

 

L'Arbre de la Croix :

 

 "(...) Cet Arbre qui s'étend aussi loin que le ciel, monte de la terre aux cieux. Plante immortelle il se dresse au centre du ciel et de la terre: ferme soutien de l'univers, lien de toutes choses, support de toute la terre habitée, entrelacement cosmique, comprenant en soi toute la bigarrure de la nature humaine. Fixé par les clous invisibles de l'esprit, pour ne pas vaciller dans son ajustement au divin; touchant le ciel du sommet de sa tête, affermissant la terre de ses pieds, et, dans l'espace intermédiaire, embrassant l'atmosphère entière de ses mains incommensurables. (...)

 

Hymne composé par Hippolyte de Rome au IIIème siècle

 

 

 

A propos du fruit offert à Eve par le serpent. 

En Corse on pourrait y voir, à la place de la pomme, une figue, ce qui faciliterait grandement par la suite le premier habillage d’Adam et Eve : les feuilles du figuier sont juste d'une taille  adéquate- sinon d'un grand confort lorsqu'on en connait les vertus urticantes - pour cacher ce sexe qu’ils viennent honteusement de découvrir – c’est du reste ainsi qu’Albert Dürer choisit de figurer cette scène - La feuille du pommier serait trop petite, la feuille de bardane assurément trop encombrante et peut-être n’en auraient-ils pas eu sous la main, bref  la figue fait parfaitement l’affaire, d’autant que c’est un fruit plutôt chargé de sens : la figue et le raisin ne sont-ils pas les attributs de Dionysos et de Priape ? Une invitation à «  consommer » la figue dont nous sommes tous issus…

Et si ce n’est pas une figue, c’est une pomme, bien sucrée et toute féminine, même si l’on sait que la pomme n’était encore présente en Orient à l’époque de la Genèse … Et si c’est une pomme, cela facilite aussi grandement l’interprétation puisque son nom latin est malum, le terme recouvrant du reste d’autres fruits comme le coing, la grenade, le citron, la pêche, l’orange, homonyme de malum, le Mal. Nous y voilà ! Et c’est Eve bien sûr qui en fait cadeau à son grand benêt d’Adam, lequel manque de s’étouffer en la mangeant trop avidement (on le représente souvent portant la main à sa gorge : d’où la pomme d’Adam). 

 

Si l’on trouve fréquemment sculptée sur nos églises romanes de Corse cette représentation de la Tentation d’Adam et Eve, elle disparaît  de l’iconographie dans les églises baroques de l’île : c’est que le Concile de Trente  est passé par là transformant cette malédiction du péché originel en message de rédemption. 

C’est ainsi que Marie, la mère du Christ venu racheter le péché originel, a transmuté le nom de EVA, notre mère originelle,  en AVE et en message de paix:

"Sumens illud ave

Gabrielis ore

Funda nos in pace

Mutans Hevae nomen"

Annonciation blog.jpg

                    ( l'Annonciation  de l' église d'Altiani )

 Désormais, sur les autels retables de nos églises,   la Vierge nimbée de lumière écrasera sous ses pieds nus le serpent du Mal, et, regardez bien, la plupart du temps, le Malin tient dans sa gueule une pomme … juste un petit rappel sympathique.

Piedicroce Immaculée Conception blog.jpg

 l'autel de l'Immaculée Conception à St Pierre et St Paul de Piedicroce

Piedicroce Immaculée Conception détail serpent.jpg

  (sale Bête, va!)

Les symboles traversent les siècles sans se soucier du politiquement correct et les sculpteurs de cette époque n’étaient pas pudibonds, on en aura quelques exemples savoureux sur les murs de cette chapelle ...

 

personnage de l 'abside.jpg

Le petit personnage impudique installé au-dessus du chevet salue béatement chaque matin le soleil levant.

 Sur les façades latérales, tous les modillons des arcs sont ornés de décors sculptés: têtes humaines ou animales, étoiles, fleurs, cordelières, croix , alternent avec des motifs géométriques.

San Quilicu Grandez'oreilles.jpg

(Oyez, oyez, Grandez'oreilles)

 

San Quilicu serpent à 2 têtes.jpg

(le Serpent bicéphale)

 

San Quilicu tireur de langue  blog.jpg

 

 

 ( le tireur de langue: faire la grimace pour éloigner les mauvais esprits ?)

  Et voici une charmante image, mi-ange, mi -diablotin , l'une de mes préférées !

s Quilicu ange blog.jpg

(Alleluia!)

et un peu plus loin, cette bien curieuse sirène bifide... que l'on retrouve du reste ailleurs sur nos chapelles (Murato, Aregno ...) :

sirène bifide.jpg

                 ... plutôt triton ou drac, non? ... En tous cas, voilà un être symbolique qui semble contrôler son aventure : thème fréquent chez les imagiers romans. Vous pouvez retrouver sur ce sujet un essai d'interprétation dans le livre d'Anne et Robert Blanc: " Monstres, Sirènes et Centaures, symboles de l'art roman" , aux Editions du Rocher.

S; Quilico tympan sud.jpg

 

 (le tympan de la porte sud)

 La façade latérale sud est percée d’une porte surmontée d’un très beau tympan posé sur un linteau massif et mouluré : sous l’arc surhaussé où courent des entrelacs élégants lui faisant une auréole, un personnage se tient solidement debout, jambes écartées, sa tunique (me semble-t-il) serrée à la taille  par une ceinture. De sa main gauche il empoigne le cou d’un gros serpent aux dents menaçantes et de l’autre il s’apprête à trancher la tête du monstre avec son glaive : le serpent monstrueux se tord puissamment autour de l’homme dont toute l’attitude déterminée et calme proclame la victoire du Bien sur le Mal…

 

 

C’est par cette porte que j'entrerai: dans la pénombre, les fresques nous attendent, nouvellement restaurées par Madeleine Allegrini ...

San Quilicu ensembledu fond blog.jpg

(à suivre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3°/ La chapelle San Quilicu di Cambia (pieve de Vallerustie), les fresques (suite)

Et les autres ...

 

San Quilicu St Michel blog.jpg

Dans l'écoinçon de gauche, le grand Saint Michel Archange à l'ouvrage : terrasser le Démon et ses diablotins, inlassablement  peser les âmes en transit , pas de répit : la retraite n'est pas pour lui . Toujours magnifiquement cuirassé et armé, chevalier céleste incontournable dans nos chapelles . Dans sa main gauche, la balance fatidique et ses deux plateaux habités:

San Quilicu la balance blog.jpg

Avez-vous remarqué ses jambières? Deux têtes menaçantes armées de crocs, de quoi mettre en déroute le Malin, qui justement tente d'attaper cette petite âme pécheresse avec une espèce de pince à sucre. L'âme de droite,  sereine et dévote, s'apprête pour l'ascension céleste ... Procédé efficace, le sol, sous le Diable ferré, marque la profondeur dans la fuite de ses carreaux.

San Quilicu Diableries blog.jpg

Grand Saint Michel, gardez-nous de cette sale engeance griffue et poilue!

 Ste Julitte et saint Quilico blog.jpg

 

 

Dans l'écoinçon de droite, le groupe imposant des saints patrons de cette chapelle: Santa Giulitta (Sainte Julitte) en robe safran et manteau bleu et son fils , le petit San Quilicu (saint Cyr), dont on ne voit que les pieds, dépassant de sa tunique rouge ...

 

Santa Giulitta visage.jpg

Toute la grâce et la douceur du visage de Santa Giulitta ... martyrisée ainsi que son fils à Tarse, lors des persécutions de Dioclétien. Le petit San Quilicu, à peine âgé de trois ans, meurt assommé sur les marches du tribunal en proclamant sa foi chrétienne ... Il est très populaire sur l'île où il a reçu un grand nombre de lieux de culte dès le Moyen-Age (cf.l'article qui lui est consacré dans le  très précieux ouvrage Corsica Sacra , p. 29, de Geneviève Moracchni Mazel).

 

 

San Quilicu statue blog.jpg

Le petit martyre

La Vierge et l'Enfant et St Pierre blog.jpg

 

A gauche de la fenêtre meurtrière, la Sainte Vierge assise et tenant l'Enfant Jésus bénissant,  debout sur ses genoux. A leur côté, Saint Pierre les regarde, tout fondu de tendresse ...

 

... suite et fin : 

Pieds d'apôtres blog.jpg

les Apôtres   

San Quilicu série d'apôtre droite blog.jpg

Sur le côté droit de l'abside, une série de saints apôtres, drapés dans leur  beau chamarré et serrant contre le coeur le Livre : à gauche, Paul et l'épée de son martyre, puis  Jacques et son bourdon, Philippe, Barthélémy et le couteau de son supplice, Simon, et ? ...

 

San Quilicu série gauche d'apôtres blog.jpg

Et à gauche: on reconnait  le jeune Jean à son visage imberbe , André avec la croix de son supplice présumé et ses poissons (il est le saint patron des pêcheurs), Pierre et ses clefs ...

Humanité compatissante de ces visages barbus qui reflètent une même douceur dans les regards:

visage de st Barthélémy.jpg

Saint Barthélémy

 

 

visage de st Philippe.jpg

 

Saint Philippe

 

visage de st Simon.jpg

Saint Simon

 

visage de st Pierre.jpg

Saint Pierre

 

visage St André.jpg

Saint André

 

visage de st Paul.jpg

 

Saint Paul

 

visage de st Jacques.jpg

 

Saint Jacques "Fils du tonnerre"

visage de St Jean.jpg

Saint Jean, "l'apôtre péréféré"

Manquent quelques personnages, cachés par les ailes du maître-autel construit au XVII°s contre les pieds-droits de l'arc. Fallait-il détruire l'ensemble de stucs pour retrouver l'ensemble des fresques ?

 

 

San Quilicu ensemble  petit.jpg

La profusion des éléments décoratifs occupe tout l'espace possible: carrelages en perspective, papiers pliés,  tissus ornés de rinceaux, de fleurettes, étoiles ... notre fresquiste vernaculaire n'est pas avare de son art !

En tous cas il laisse ici une oeuvre poétique, naïve  et intemporelle qui nous touche profondément par sa spontanéité et sa tendresse.

 

A nouveau, je vous invite à retrouver le beau livre de Joseph ORSOLINI: L'ART DE LA FRESQUE EN CORSE DE 1450 A 1520 (édition du Parc Naturel Régional de la Corse)

le vase.jpg

ici le vase qui surplombe le sommet l'arc triomphal, travaillé à la façon d'un vase d'étain aux motifs repoussés: il contient , tel le hanap magique des romans médiévaux, toute l'abondance divine, inépuisable ...

 

 

 

 

 

02/09/2017

la Costa Verde et la Haute Balagne avec la Montagne des Orgues cette première semaine de Septembre

MARDI 5 SEPTEMBRE 2017

et

SAMEDI 9 SEPTEMBRE

( Samedi en compagnie des Amis du Musée de Bastia et de la Dante Alighieri)

 

une journée avec l’Association Saladini

( la Montagne des Orgues)

en Costa Verde

 

 

 S Nicolau chaire à prêcher Ignazio Saverio Raffali 29 mai 1740.jpg

 (San Nicolau, la chaire de prêche d'Ignazio Saverio Raffali, 1740)

 

Rendez-vous à 9H 30 devant la poste de Moriani plage, à côté du centre commercial du Casino.

Au programme, le matin, trois belles églises baroques de la Pieve de Moriani où se sont illustrés des artistes locaux, en particuliers les Raffali de Castagniccia:

- San Nicolau, étonnante église au décor foisonnant dont on pourra découvrir la récente restauration et où l’on retrouvera remis en place le Polyptique restauré du florentin Raffaele de Rossi (XVIème siècle).

San Nicolau Polyptyque Raffaele de Rossi 1° moitié XVI° copie.jpg

Santa Lucia , où l’on évoquera la Semaine Sainte avec la rencontre d’un sepolcru monumental, l’un des plus importants de Corse. 

sepolcru Sta Lucia Moriani copie.jpg

(le sepolcru de Santa Lucia di Moriani: un monde à découvrir!)

- et San Giovanni dont on goûtera l’harmonie et le charme et où l’on fera connaissance de San Mamilianu …

S Giovanni anges copie 2.jpg

 

(les anges de San Giovanni di Moriani)

 

Pique-nique dans les environs, puis, l'après-midi :

 l'orgue de Cervione copie.jpg

(Cervioni, le petit orgue du couvent, transféré à la cathédrale à la fin du 18° s. (?) et restauré par Barthélémy Formentelli en 1974)

  • la cathédrale Sant' Erasmu di Cervioni, où l’on pourra entendre le petit orgue anonyme du XVIII° siècle (orgue du couvent San Francescu di Cervioni) : reconstruite au XVIIIème siècle à l’emplacement de la cathédrale élevée lors de l’épiscopat du grand Saint Alexandre Sauli, cette imposante église a été dotée au XIXème siècle d’un riche décor peint par Giavarini et Giordani.miracle S Alexandre Sauli 1584.jpg(Cervioni: le décor monumental de Francesco Giavarini, ici le miracle de Saint Alexxandre Sauli repoussant en 1584 les felouques barbaresques au large de Cervioni)

hippolyte- severine blog.jpg

(Sant Ippolito , chapelle Santa Cristina di Valle di Campuloru)

  • Enfin, pour clore cette journée, visite en compagnie des amis de   de Sainte Christine (une équipe formidable!) de la belle chapelle de Santa Cristina di Valle di Campuloru, avec sa double abside et ses magnifiques fresques datées de 1473, restaurées en 2007-2009 : l’un des plus beaux fleurons des chapelles à fresques de Corse …

    la double abside sta Cristina copie.jpg

  • (la double abside de Santa Cristina)

N'hésitez pas à visiter le blog très intéressant de la chapelle : 

http://valle-di-campoloro-chapelle-sainte-christine.over-blog.com/

et le site fabuleux de nos amis belges "Corse-romane": 

http://corse-romane.eu/cmpcri/

 

Une belle journée en perspective à partager!

Renseignements au 06 17 94 70 72 / 04 95 61 34 85

 

***

 

Le JEUDI 7 septembre 2017

 

Un parcours très musical en HAUTE-BALAGNE 

 

Costa orgue anonyme vers 1818.jpg 

(l'orgue anonyme de Costa)

 

 Accueil à COSTA, à 9 h sur la place de l’église, et découverte de San Salvatore (orgue anonyme début XIX° s.), puis de  MURO (église de la Santa Nunziata,  orgue Pagnini 1796/ Agati Tronci 1878), de CATERI (église Santa Maria, orgue Domini 1902),  AREGNO (église romane de la Trinità)

Elle face (2).jpg

(Aregno, église de la Trinité)

et enfin CORBARA :

orgue volets ouverts blog.jpg

(église de la Nunziata, orgue Saladini/Agati Tronci )…


 

Renseignements et réservations au :

04 95 61 34 85/ 06 17 94 70 72

 

adresse mail : elizabethpardon@orange.fr

Blog : elizabethpardon.hautetfort.com

Site : www.lamontagnedesorgues.com/

 

Les fonds récoltés lors de ces journées contribuent à la restauration et à la valorisation du patrimoine.

 

 

 

 

24/06/2015

Chapelle san Pantaleu di Gavignanu: regards.

  A l'occasion de la prochaine visite en compagnie du Conservatoire d'espaces naturels

(www.cen-corse.org), ce dimanche 28 Juin, je réédite cette note ancienne : elle témoigne de ces belles fresques de San Pantaleu avant leur restauration récente par l'atelier du Gruppo Giartosio.

 A la rencontre des visages de la chapelle

san Pantaleu di Gavignanu,

 Pieve du Rustinu.

 

 

Gavignano ensemble blog.jpg

 

 Cette  modeste chapelle environnée d'un cimetière anarchique va faire l'objet  d'une restauration dans l'année à venir: le ruissellement des eaux a eu le temps de dégrader une partie de cet ensemble de fresques de la fin  du XV° siècle qui nous offre pourtant  encore de bien  belles émotions.

Voici quelques regards croisés - et aimés - ici. Grands yeux habités d'une pensée intérieure et d'une sorte d'innocence qui nous touche.

Gavignano san Pantaleon portrait.jpg

San Pantaleone

Tout d'abord le saint patron de cette chapelle: san Pantaleu, saint Pantaléon de Nicomédie, un saint Médecin Anargyre ( comme ses collègues saints Cosme et Damien), c'est-à-dire qui refuse tout salaire pour l'amour du Christ . IL aurait soigné l'empereur Galère Maximien  et  fait partie des Quatorze intercesseurs. Il exerçait son art à Nicomédie en Bithynie, et aurait été martyrisé en 305 : un martyre riche de sept supplices ( dont la roue dentelée, comme Sainte Catherine aux côtés de laquelle il est représenté). Son martyre s'achève par une décollation mémorable: de son cou jaillit du lait mêlé de sang, ce qui en fait un saint patron non seulement des médecins et des sages-femmes, mais aussi des nourrices ...

Gavignano portrait du donateur.jpg

A ses pieds le donateur tonsuré, saisi dans sa fervente prière adressée au saint patron de la chapelle...

Gavignano ste Catherine portrait.jpg

                           Comme dit ma petite fille de deux ans:" même pas peur!"

  Représentés côte à côte sur le piédroit à droite de l'arc, ces deux saints martyrisés pour leur foi arborent leurs attributs: Pantaleone, coiffé d'un bonnet rouge,  avec les outils de son art, ici plus précisément un instrument de chirurgie, Catherine avec la roue de son supplice, le Livre saint qu'elle proclame et la palme du martyre.

 

 

 Gavignano st Pantaleon et ste Catherine blog.jpg

Il serait intéressant de comprendre le choix de cette dévotion à San Pantaleu à Gavignanu: elle signifie, je suppose, le désir d'être protégé de la maladie (on l'invoquait contre la consomption et le mal de tête), et peut-être la présence de médecins dans le Rustinu ?  Toujours est-il que ce culte oriental s'est diffusé depuis le monde byzantin vers Venise où, nous dit Louis Réau dans son Iconographie de l'Art Chrétien, "le prénom de Pantaleone était si répandu qu'il a fini par désigner le personnage de la Comédie italienne incarnant le Vénitien. Par un curieux enchaînement sémantique, pantalon, qui était à l'origine un nom de saint, s'est appliqué à un personnage de comédie "vestu en Pantalon" pour désigner finalement une paire de hauts-de-chausses."

Pantalon, ajoute Réau, qui sera adopté par les Jacobins sous la Révolution, laissant la culotte courte aux aristocrates ...

Le culte de notre saint Pantalon/Pantaleone/Pantaleu était très populaire en Sardaigne. Il est arrivé en Corse - on ne sait quand - peut-être  en même temps que celui des saints Cosme et Damien .Geneviève Moracchini-Mazel signale dans sa Corsica Sacra qu'une demie douzaine de sanctuaires portaient son nom et deux églises paroissiales (Barretali et Altagène). Pour Gavignano elle évoque le passé ancien de cette chapelle  qui "paraît avoir conservé en partie une "muratura" préromane, assez difficile à observer sous les crépis aujourd'hui. Des transformations attribuables au XI° s et des réparations ultérieures sont visibles sur ce monument, mais l'abside pourrait remonter jusqu'aux VI° ou VII°s." (p.32, in Corsica Sacra).

  

                                                   Et de l'autre côté de l'abside:

Gavignano Saint Michele et Saint François blog.jpg

Côte à côte sur le piédroit à gauche de l'arc, San Michele  et San Francescu.

Gavignano San Michele portrait.jpg

  Le visage impassible du blond saint Michel Archange. Ce représentant de l'ordre (n'est-il pas le grand Général en chef des Milices célestes ) serait-il génois?

  

Gavignano visage st François.jpg

... et celui, juvénile et mystique, de saint François, le regard tourné vers l'intérieur :

 Saint Michel Archange, comme à l'accoutumée, pèse les âmes. Sa cuirasse porte comme un étendard la Croix rouge sur fond blanc, dite Croix de Saint Georges, emblême de la ville de Gênes: il fait autorité, annonce le jugement et la loi.

 Saint François, à ses côtés, partage  et souffre la Passion du Christ de ses stigmates ruisselants de sang. Faut-il le redire? La pastorale franciscaine agit en Corse dès les premières générations du monde franciscain: à côté de l'inquiétante pesée des âmes, le message de l'espoir et de la rédemption.

Gavignano ensemble Christ Pantocrator et Tétramorphe.jpg

Dans la voûte de l'abside en cul de four, le Christ Pantocrator entouré du Tétramorphe (le Taureau de Luc, et le Lion de Marc sont encore bien lisibles, l'ange de Mathieu et l'aigle de Jean, beaucoup moins) . Hélas la dégradation de la fresque a effacé le visage du Christ, comme elle a fait disparaître ce qui devait être une scène de l'Annonciation dans les écoinçons de l'arc triomphal. Reste le traditionnel livre ouvert: "EGO SUM LUX MUNDI ET VIAVERITAS". 

Sous ses pieds, les Saints  Apôtres: en voici quelques portraits, de profil, de trois quart, de face, ils sont bien là, souvent barbus, vieux ou jeunes, pas toujours identifiables - beaucoup d'inscriptions se sont effacées -  mais toujours bien présents ...

Gavignano St Tadeus.jpg

San Taddeus

Gavignano st Jacobus Maior.jpg

 droit dans les yeux

  

Gavignano saint à droite de Jacobus maior.jpg

 un saint à sa droite

Gavignano S Felipus.jpg

 San Felipus

Gavignano st Jacques.jpg

Muni d'un  bourdon et d'un sac ...  Saint Jacques Majeur

Gavignano saint à droite de Jacobus.jpg

 le jeune saint à droite du précédent

Gavignano s Pierre -.jpg

 le visage ardent Saint Pierre

 Gavignano saint voisin de Pierre.jpg

 le saint voisin de Pierre

Gavignano sant' Andreu.jpg

 Sant Andreu

Gavignano saint à gauche de st Barthélémy.jpg

 le saint vieillard à droite d'André

Gavignano saint Barthélémy dépouille.jpg

 le visage mort de san Bartolomeu ( image inversée ...)

Gavignano s Barthélémy écorché visage.jpg

 le visage vivant San Bartolomeu: regard incisif. Impressionnant.

Gavignano conversation entre apôtres.jpg

Apôtres en conversation: regards si humains de ces grands yeux ouverts dans une muette communication.

 Les couleurs chaudes ou froides,  lumineuses, harmonieusement  contrastées,  renforcent le climat animé de cette série des apôtres  représentés sur fond de tentures de velours décorées d'arabesques.

Gavignano s Tadeus, Jacobus Maior,et - blog.jpg

On attend avec impatience la restauration de ce bel ensemble mis à jour par les Monuments Historiques en 1970. 

 (à suivre)

  

 San Bartolomeu (saint Barthélémy)  écorché vif, le regard incisif. Impressionnant.

Gavignano saint Barthélémy en pied blog.jpg

  San Barto, comme nous le nommons affectueusement, portant sa peau sur l'épaule comme d'autres leur serviette de bain... A sa gauche le profil du jeune Saint Jean Evangéliste tenant le livre ouvert de son Evangile semble s'adresser à Barthélémy:

 

Gavignano st Jean blog.jpg

 ( L'artiste a représenté le jeune Evangéliste Jean d'une façon particulièrement vivante, la bouche ouverte sur la Parole.)

 

J'ai pris ces photos lors de ma dernière visite avec des amis dans le Rustinu le 30 septembre 2010.

 

 

 

 (Chapelle décrite par Joseph Orsolini dans : L'Art de la fresque en Corse de 1450 à1520 édité par le Parc Naturel de la Corse)

                                                     Santa Catarina

 

 

A leur gauche, Sainte Catherine d'Alexandrie,  fille du roi Costos, belle, dans la fraîcheur de ses 18 ans, riche d'intelligence, de connaissances (arts, poésie, sciences, philosophie ...) et de spiritualité, bref exceptionnellement dotée, droite et ferme en ses convictions: au bout du chemin, le martyre. Sa Passion coûte cher aux philosophes païens envoyés par l'empereur Maxence pour disputer avec elle: convertis et illico brûlés vifs. Bref une sainte redoutable qui entraîne l'adhésion et finit décapitée après  être passée par le supplice de la route dentée ...

 

 

 

Entre-temps, cette autre visite faite en cours de restauration:

 

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2012/05/28/gavignano-des-nouvelles-de-la-restauration-en-cours-de-san-p.html

 

 

 

 

 

05/05/2014

Jeudi 15 MAI 2014, la Montagne des Orgues en Castagniccia

 

 

L' Association Saladini propose ses parcours de

 

« LA MONTAGNE DES  ORGUES »

 

Itinéraire pastoral et musical

 

à la découverte du PATRIMOINE

 

 

 


 

Des parcours initiatiques et festifs pour rencontrer la Corse autrement, vous immerger dans ses paysages et ses communautés, découvrir son histoire, son  patrimoine,  ses traditions rurales : des clefs pour vous ouvrir les églises, vous faire comprendre leur sens caché et entendre leurs orgues historiques que l’on vous joue.


 

Jeudi 15 Mai 2014

 

 

une journée en CASTAGNICCIA

 

Accueil à Ponte Novu, à 9h, sur le parking de la poste.

 

 

 

            arrivée.jpg

(Santa Maria di Rescamone)

 

 Nous commencerons par la découverte du site archéologique (paléo-chrétien et roman) de Santa Maria di Rescamone,

san tumasgiu di pasrureccia,castellu di rustinu,valle di rustinu,santa maria di rescamone,stoppia nova,la porta,piedicroce

(Notre-Dame du Mont Carlel, à Stroppia Nova)

 

 puis nous poursuivrons  par celle de l’église nouvellement restaurée de Stoppia Nova (Notre-Dame du Mont-Carmel, une petit bijou de l’art baroque), puis de La Porta (église Saint Jean-Baptiste et son emblématique petit orgue Maracci de 1780), Verdèse (église Saint Sébastien et son orgue Ahgati Tronci fin XIX°) , enfin Piedicroce (église Saint Pierre et Saint Paul et son orgue  Spinola, le plus ancien de Corse, 1619)

 

 

 

 

Renseignements et réservations au :

 

 

04 95 61 34 85 / 06 17 94 70 72