Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2018

5- Codicille: l'acquisition du San Rodrigo de Murillo par la Galerie de Dresde

( réédition de février 2013)

 

Petit supplément d'information sur les notes précédente

http://elizabethpardon.hautetfort.com/trackback/4974580

Où l'on en apprend un peu plus sur la destinée européenne du San Rodrigo de Cordoba, de Murillo:

L'ami Jacques Denis m' a fait parvenir ce document intéressant qui témoigne de l'acquisition par la Galerie de Dresde de notre San Rodrigo, à retrouver dans l'Almanach (1866) de la littérature, du théâtre et des beaux-arts:

 
 
 Merci Jacques pour cette fructueuse collaboration, et vive internet!
Il est donc question de la Galerie de Dresde, p. 85:
 
san rodrigo de murillo,galerie espagnole de louis-philippe,gemâldegalerie  alte meister dresden" (...) En juin 1853, quinze tableaux espagnols furent achetés de la collection de Louis-Philippe; le complètement beau, sérieux et magnifique tableau, Saint Rodrigue recevant d'un ange la couronne du martyre, est du meilleur temps de  Murillo"
 

Dont acte!

 

 

Par ailleurs Michel-Edouard Nigaglioni a extirpé du Bénézit la notice du peintre Louis Jassogne , le copiste du San Rodrigo de Murillo:

san rodrigo de murillo,galerie espagnole de louis-philippe,gemâldegalerie  alte meister dresden

Bon, il ne semble pas avoir révolutionné l'histoire de l'art de cette époque et sans doute jamais ses oreilles n'ont tant sifflé dans l'au-delà que ces jours-ci ...

 

 

2 -Saint Rodrigue de Cordoue à Cassano, suite

Murillo c.1650-55 Gemaeldegalerie Alte Meister Dresden Allemagne.jpg

Suite du feuilleton de Cassano ... (réédition)

Où le Saint Rodrigue de Murillo, parti d'Andalousie, musarde en bonne compagnie quelque temps au Musée du Louvre à Paris,  avant de s'exiler  à Londres pour enfin finir à Dresde .

L' enquête démarrée dans ce petit village de Cassano en Balagne à la suite de la rencontre improbable avec ce saint Rodrigue de Cordoue et sa représentation plutôt fidèlement copiée du grand peintre sévillan  Bartolomé Estéban Murillo (1618/1682) m'entraîne tout d'abord vers l'original : hébergé depuis un siècle et demi à la Gemäldegalerie Alte Meister   de Dresde (voir la note précédente) , cette oeuvre  a eu une destinée européenne, intéressant tant l'Histoire que  l'histoire de l'art - si tant est que l'on puisse séparer l'une de l'autre.

 Cette peinture semble faire partie de l'acquisition (entre 1835 et 1837) par le baron Isidore Taylor et l'artiste-peintre Adrien Dauzats pour le compte du Roi Louis-Philippe, sur les fonds propres du monarque,  de la somme considérable des oeuvres achetées en Espagne pour ouvrir  en 1838 la Galerie espagnole, ou le Musée espagnol du Musée du Louvre, où le Saint Rodrigue de Murillo sera mentionné. L'aventure est relatée dans l'excellent livre de José Cabanis: le Musée espagnol de Louis-Philippe, GOYA, édition Gallimard.

 Je vous renvoie à deux sites qui traitent fort bien du sujet et soulignent l'impact qu'a eu cet apport espagnol dans la formation du goût artistique dans la France de l'époque :

Le premier concerne cette magnifique exposition du Musée d'Orsay en 2002 : "Manet -Velasquez, la manière espagnole au XIX° siècle":

www.cineclubdecaen.com/peinture/expositions/manetvelazquez.htm

 

Le deuxième retrace l'histoire de la Galerie espagnole du Louvre:

fr.wikipedia.org/wiki/Galerie_espagnole

 

 Et par ailleurs, voici ce qu'en dit un contemporain, dans la Revue des Deux Mondes, T.10, 1837, et où l'on trouve la trace de notre Saint Rodrigue de Murillo:

 

La Galerie espagnole au Louvre,

par Henri Blaze

 

" Jusqu’ici l’école italienne et l’école flamande ont été les seules dignement représentées au Louvre. On citait bien, çà et là, quelques magnifiques peintures de Murillo, de Vélasquez et de Ribera ; mais ces chefs-d’œuvre, pour la plupart, vous apparaissaient isolés et sans suite. Quelques tableaux rassemblés au hasard ne font pas un musée. Le génie a ses temps ; on ne voit guère qu’il pousse, un beau matin, comme un champignon après la pluie ; certaines successions nécessaires précèdent son avènement. Pour faire un peintre comme Raphaël, un poète comme Alighieri, un musicien comme Mozart, il faut tout le travail d’un siècle ; l’un relève de l’autre dans cette grande famille, et c’est justement ce lien de parenté mystérieuse, qu’on retrouve dans le sanctuaire des musées, qui distingue l’étude grave et sérieuse des maîtres, d’une curiosité oisive qui se satisfait sans besoin de comparaison. Les collections logiques, pour ainsi dire, outre qu’elles augmentent à l’infini le nombre de vos richesses, vous aident merveilleusement dans l’appréciation des chefs-d’œuvre que vous possédez ; car, pour s’épanouir librement sous vos yeux, la belle fleur étrangère transportée en votre sol a besoin de cette atmosphère natale. A tout prendre, un musée espagnol manquait au Louvre ; on regrettait de n’y pouvoir suivre dans ses développemens ce grand art de la couleur chaude, de la forme énergique et du mouvement, ainsi qu’on peut le faire chaque jour, en ce qui concerne les écoles d’Italie et de Hollande. Les noms que nous avons jusqu’à présent salués en France, ne sont pas les seuls glorieux que l’Espagne ait produits ; derrière les grands maîtres que nous admirions, non sans hésiter parfois quelque peu, faute d’éducation spéciale, il y a toute une école, centre de lumière, d’où se sont échappés ces trois rayons jusqu’à ce jour un peu égarés parmi nous ; et ce grand art de l’Espagne, ne pourrions-nous pas dire, tous tant que nous sommes, qu’avant même qu’il se révélât d’une aussi splendide façon, nous l’avions deviné au fond de nos consciences ? En effet, en lisant cette histoire, où le caractère de l’épopée domine, lors même que vous ne sauriez rien de Vélasquez ni de Calderon, vous vous dites comme entraîné par une puissance invisible : L’art est là ; s’il ne nous apparaît pas dans son harmonie et sa grandeur, c’est qu’il est enfoui ; n’importe, il existe ; il ne s’agit plus que de le conquérir. Il suffit de jeter un coup d’œil sur cette terre si pleine encore de sève et de fécondité, dans ces temps que certains prophètes appellent son âge de décrépitude, et qui ne sont, après tout, pour elle, que l’âge d’une transformation tardive et laborieuse ; il suffit de la contempler, cette terre du soleil, pour sentir que ces rares chefs-d’œuvre, qui nous avaient frappés dans leur isolement, bien loin de n’être autre chose que le jet d’une fantaisie indépendante et capricieuse, puisent tous leur loi d’existence dans une unité profonde et catholique, dont le monde ignore peut-être encore le secret en deçà des Pyrénées. Vous appelez l’Espagne une terre usée pour nous ; l’art n’a désormais plus rien à récolter sur ce sol aride, dites-vous, et c’est vouloir perdre sa peine que d’y retourner ! En effet, j’en conviens, vous avez étrangement abusé des couleurs qui se prennent à la surface des choses. Les bonnes lames de Tolède commencent à se rouiller ; les fanfaronnades castillanes nous assomment ; et c’est à mourir d’ennui, quand un soudard ivre nous raconte ses amours avec des comtesses de Séville. Mais la parfaite déconsidération dans laquelle sont tombées ces boutades ingénieuses qui nous plaisaient fort autrefois, signifie tout simplement que les temps du réalisme brutal et du pastiche sont accomplis. Désormais, il ne s’agit plus d’imiter, il faut traduire. D’ailleurs, quels rapports peuvent exister entre de pareilles balivernes et le grand art catholique de Zurbaran ou de Calderon ? C’est au fond des cathédrales et des couverts que l’art espagnol repose enseveli ; c’est là qu’un jour des mains pieuses le rappelleront à la lumière du soleil comme un autre Lazare. L’entreprise vient d’être tentée pour la peinture. Elle a réussi. Voilà toute une école qui va se révéler à nous ; plus tard, la poésie aura son tour, sans doute, et peut-être aussi la musique. Qui sait ?

Ce qu’il faut admirer franchement dans cette entreprise, c’est la générosité toute royale qui l’a commandée et le courage avec lequel elle a été menée à fin. En effet, pour peu qu’on y réfléchisse, on verra que les temps semblaient moins que jamais venus d’une pareille conquête, et, sans s’exagérer les difficultés, il était permis de croire que l’occasion se ferait attendre encore ; car si, d’une part, l’état de dénuement dans lequel les deux partis aux prises depuis tantôt cinq ans entretiennent l’Espagne, favorisait cette tentative ; de l’autre, le transport devenait de plus en plus dangereux à travers des chemins infestés par toutes sortes de bandes ennemies. Enlever à prix d’or une peinture de maître aux murs croulans d’un cloître, où les injures de l’air luttaient contre elle avec les injures du temps, pour la faire tomber, après bien des allées et des venues, entre les mains de Gomez ou de Cabrera, c’eût été, il faut l’avouer, un triste avantage pour le chef-d’œuvre. Quant il s’agit de peinture, le sabre d’un chef de bande vaut bien la faux du temps. N’importe, une volonté éclairée et toute puissante, celle qui dispose des fonds de la liste civile, s’est mise à la tête de l’entreprise, et grace à l’habileté singulière de deux artistes pleins de courage et de persévérance, un nouveau musée va s’ouvrir au Louvre dans quelques jours : le musée espagnol. Pour ma part, je ne sais pas de sensation plus complète que celle qui vous prend en face d’un art qui vous apparaît tout entier avec ses formes imprévues, ses couleurs étranges, ses harmonies ; c’est comme une seconde révélation de la lumière et de la voix ; on respire des parfums inconnus ; on entend des bruits inouïs ; il semble qu’on assiste à une fête du printemps, d’un printemps qui n’est pas de ce monde. Il y a dans cette jouissance quelque chose de divin, et c’est ce qui fait que j’applaudis de toutes mes forces à la pensée qui vient de produire le musée espagnol ; pensée généreuse, d’ailleurs, et dont l’Espagne doit se réjouir au moins autant que la France. En effet, à ces magnifiques peintures, hier encore en butte à tous les outrages des hommes et de l’air, nous allons donner le Louvre pour demeure ; c’est du fond de cet asile inviolable que les chefs-d’œuvre immortels feront désormais rayonner sur leur patrie la gloire qui lui appartient. Quant aux grands maîtres, en récompense de leur génie qu’elle adopte, la France leur donnera sa consécration, la seule durable, la seule éternelle. Qui pourrait donc se plaindre d’un tel pacte ? Ces tableaux, aujourd’hui notre richesse, s’effaçaient là-bas de jour en jour ; encore quelques années, ils n’étaient plus que poussière. Qu’on y songe bien, nous ne les enlevons pas à l’Espagne, mais au néant.

Il y a dix-huit mois, MM. Taylor et Dauzats partirent pour l’Espagne, chargés par la liste civile d’aller à la conquête des chefs d’œuvre de l’école de Madrid, de Séville et de Tolède. Depuis ce temps, ils ont parcouru l’Espagne en tout sens, tantôt séparés, tantôt ensemble, visitant les cloîtres abandonnés et les majorats envahis, et cherchant à travers les balles des carlistes la trace de Murillo ou de Zurbaran. Aujourd’hui qu’ils sont de retour avec leur butin magnifique, c’est plaisir de leur entendre raconter, tout en faisant les honneurs de la galerie nouvelle qui s’ordonne sous leurs yeux, les petites ruses dont ils se servaient pour conduire leur affaire à souhait. Ainsi, lorsqu’ils arrivaient dans un de ces couvens où toutes sortes de merveilles sont enfouies pêle-mêle et sans choix, les moines ne manquaient jamais de leur refuser net tout accommodement. Alors il fallait bien avoir recours à l’éloquence. On appelait à son aide la parole d’or de Chrysostôme, pour démontrer aux dignes pères que leurs tableaux tombaient en ruines, et qu’il était de toute nécessité de les faire réparer au plus vite ; et pour témoigner de son désintéressement, on allait même jusqu’à proposer de pourvoir à tous les frais de restauration, moyennant un tableau qu’on prendrait au hasard, comme une simple indemnité. Les moines, qui voyaient dans cet accommodement l’occasion de ne pas débourser un écu, finissaient toujours par accepter, et l’on s’en allait avec un tableau de plus. Or, on pense bien que le tableau pris au hasard ne manquait jamais d’être le meilleur de tous et le plus précieux ; et c’est ainsi, à force d’habileté, de dévouement et de persévérance, que les deux pélerins sont parvenus à composer avec un million la plus admirable galerie qui se puisse voir. Affronter les périls et les fatigues, parcourir les routes d’Espagne à dos de mulet, souffrir la faim et la soif au grand soleil, et s’exposer au poignard des bandits, et tout cela pour quelques tableaux que l’on rapporte à sa patrie ! Que l’on dise encore maintenant que l’art n’est pas une religion.

Le caractère de l’école espagnole, c’est la puissance, l’animation, la vie ; un luxe de couleur qui vous entraîne, une exubérance de sève qui déborde. Du reste, on le sait, elle n’idéalise guère ; et, pour se convaincre de cette vérité, il suffit de comparer un instant les madones de Raphaël avec les vierges de Murillo. Chez l’Italien, tout est pur, calme, réservé ; il s’exhale de ces lignes divines comme une vapeur mystérieuse qui environne la sainte personne, et la consacre plus encore que l’auréole suspendue au-dessus de son front. Chez l’Espagnol, au contraire, la femme vous préoccupe plus que la mère du Christ ; cette reine qui monte au ciel parmi des légions d’anges, n’a rien dépouillé de son humanité, et vous lance du milieu de son assomption glorieuse des regards de feu qui, certes, sont bien loin de vous inspirer le mépris des plaisirs de ce monde. Voilà pour quelle raison l’école espagnole me semble plus admirable lorsqu’elle s’attaque à des sujets de la vie monastique ; c’est dans cette œuvre qu’elle atteint son plus haut point d’originalité, et triomphe de toutes ses rivales. Pour faire d’une femme de sang et de chair, qui pose devant vous, la mère du fils de Dieu, il faut idéaliser, quoi que l’on puisse en dire. Or, il n’en est plus de même lorsqu’il s’agit de reproduire des têtes sur lesquelles les pratiques austères de la règle et l’habitude de l’extase ont gravé une expression qui n’est déjà plus celle de la vie humaine. En ces temps admirables de la peinture et de la poésie, le dogme catholique enserrait toutes choses, la nature se travaillait elle-même pour l’art.

Nous n’entreprendrons pas de décrire tous les trésors de la nouvelle galerie espagnole ; l’éclat de ces merveilles nous éblouit encore ; qu’il nous suffise de les indiquer en passant ; plus tard, nous reviendrons sur les détails. Que de noms splendides qu’on avait ignorés jusqu’à ce jour ! Il faut du temps pour distinguer les têtes au milieu de cette multitude d’hommes de génie, et compter les étoiles de cette voie lactée. Vous voyez se développer et grandir cette puissante école du midi, vous assistez à toutes les périodes qu’elle a traversées depuis son berceau jusqu’à sa fin. Les voici tous, ces sublimes apôtres de l’art, saluons-les en passant. Voici Moralès el Divino, qui n’a jamais reproduit sur la toile que la face du Christ, la seule qui se soit réfléchie en son ame ; Pedro Orrente, simple et grand comme la Bible, où il s’inspire ; don Juan Carreno de Miranda le Van Dick de l’Espagne ; Lucas Jordan, qui a couvert l’Escorial de merveilleuses peintures ; Esteban March, énergique et fier comme Salvator ; et Capitan Juan de Toledo, guerrier et peintre de batailles, Espagnol de bonne race, qui tient une épée d’une main, un pinceau de l’autre ; Alonzo Cano, artiste de la famille de Michel-Ange, peintre, architecte et statuaire, le même qui tua sa femme, et dont les bourreaux respectèrent le bras droit, qui avait créé tant de chefs-d’œuvre ; puis encore Jose Ribera, duquel Byron a dit qu’il colorait ses toiles avec le sang des martyrs ; puis Juan de Juanez, qui enveloppe les pieds de ses anges dans de longues et flottantes robes blanches ; puis Francisco Zurbaran, le peintre sublime de la vie monastique, et tant d’autres que j’oublie, et qui se sont groupés, à Madrid, autour de Vélasquez ; à Séville, aux pieds de Murillo. Si nous avons tardé jusqu’à présent à citer les grands noms de Murillo et de Vélasquez, ce n’est pas que l’on ait commis à leur égard la moindre négligence dans la composition du nouveau musée ; au contraire, grace à cette magnifique entreprise, la France possède aujourd’hui, en plus grand nombre que jamais, d’inappréciables chefs-d’œuvre de ces deux maîtres. Nous avons commencé par les autres, tout simplement parce qu’ils étaient nouveaux pour nous, et méritaient, à ce titre, d’être traités avec plus de cérémonie. Parmi tous ces grands peintres, dont la renommée va désormais nous devenir de jour en jour plus familière, le plus fécond et le plus divinement inspiré, celui dont l’imagination dispose de la forme la plus austère, des teintes les plus mâles et du caractère le plus profond, c’est, sans contredit, Zurbaran. Zurbaran affectionne les sujets empruntés à la vie des cloîtres ; mais non point à cette vie rose, épanouie, et telle qu’il est convenu de la reproduire depuis Voltaire. Zurbaran est le peintre de la règle inexorable et de la pénitence ; nul ne sait mieux que lui les mystères de ces ames désolées par l’excès de la foi ; nul ne sait mieux que lui vêtir d’un suaire claustral ces corps épuisés par le jeûne et la prière, et rendre avec une plus effrayante vérité ces orbites qui se creusent, ces tempes livides, ces mains décharnées, et ces pauvres pieds qui se sont usés à fouler un sol pétri de larmes et d’ossemens. Il faut voir ce moine recueilli qui tient entre ses mains une tête de mort, et semble l’interroger, non pas comme Hamlet, le sourire sur les lèvres, mais avec une gravité solennelle, et comme pour s’inspirer quelque salutaire terreur. Il faut voir aussi le saint François en extase, tendant ses deux mains saignantes au bel archange qui le visite, pour comprendre tout ce qu’il y a de sombre expression et de mélancolie rêveuse dans le génie de Zurbaran.

Maintenant, en ce qui regarde Murillo, nous dirons tout Bartolome Esteban Murillo- Vierge à l'Enfant Dresde.jpgsimplement que la Vierge à l’Alfaja est la plus admirable peinture qui se puisse voir de ce maître. Sainte Marie est assise, tenant sur ses genoux le petit Jésus, qu’elle enveloppe de ses langes ; et comme l’enfant divin ouvre la bouche pour pleurer, de beaux chérubins, groupés à l’entour, s’occupent à le distraire de sa peine en jouant de divers instrumens. Et tout cela se passe avec une simplicité délicieuse dans cette lumière chaude et transparente, qui est comme l’harmonie de la Murillo c.1650-55 Gemaeldegalerie Alte Meister Dresden Allemagne, détail.jpgpeinture. Sans compter que nous avons encore de Murillo la Décollation de saint Rodrigue, une Sainte Catherine, l’Enfant prodigue, la Conception de la Vierge et le Saint Félix de Cantalicio, composition suave et tout empreinte de mélancolie, où l’intérêt s’accroît encore par le charme de l’action. — Le soleil commence à décliner ; l’ermite, las de mendier vainement, va retourner à jeun dans sa cellule, lorsque l’enfant divin descend du ciel, et dépose un pain dans sa besace, tandis que des anges écartent le voile des nuages pour épier cette rencontre miraculeuse. -Puis, enfin, le portrait de Murillo peint par lui-même, objet d’amour et de vénération, inappréciable trésor. Cette noble tête de Murillo, que vous avez conquise, placez-la désormais au milieu des chefs-d’œuvre qu’elle a conçus, afin qu’elle entende le bruit que font au-dessous d’elle les applaudissemens de la postérité, et se réjouisse sans cesse dans sa création. — De Ribera, nous avons l’Assomption de sainte Marie l’égyptienne, composition terrible qui contraste singulièrement avec la manière dont Murillo a l’habitude de traiter des sujets pareils. Cette forme livide, qui sort du sépulcre et se dirige seule vers le ciel sans qu’un ange l’accompagne dans sa route, cette nature désolée et morne, vous glacent d’épouvante. Qu’on est loin alors des doux ravissemens et des agréables pensées que Murillo éveille dans le cœur ! et pourtant le motif est à peu près le même. Oui, mais quelle différence dans la manière de l’envisager ! D’un côté, c’est une morte ressuscitée à peine, qui flotte au hasard dans un air humide et froid ; de l’autre, une belle jeûne femme qui n’a jamais cessé de vivre, et s’élève parée de tous ses attraits au milieu d’une gerbe de lumière et d un chœur de blonds adolescens, frais épanouis. Tant il est vrai que le sujet n’est, dans les mains de l’artiste, qu’une argile qui se modifie et se transforme selon sa volonté. Ribera aime surtout une nature âpre, escarpée et sévère ; il faut, avec lui, que le sang coule et que les chênes craquent. Murillo, au contraire, se complaît dans la lumière, l’harmonie et l’encens. Murillo est comme le soleil, qui réjouit toute chose. On peut citer encore de Jose Ribera deux toiles importantes, et qui figurent aussi dans le nouveau musée. Je veux parler de l’Hercule assommant le Centaure, et surtout de l’admirable Martyre de saint Barthélemy, où se révèle toute la sauvage énergie de l’élève de Caravage. Quant à Vélasquez, il faut placer au premier rang des chefs-d’œuvre nouvellement conquis de ce maître l’Adoration des bergers, belle et naïve peinture, encore dans tout l’éclat de sa jeunesse et de sa couleur, ainsi que le portrait du comte-duc d’Olivarez, qui fonda la réputation de son auteur à la cour du roi Philippe IV. Enfin, pour clore cette rapide nomenclature, nous parlerons d’un sujet de sainteté, d’Andrea del Sarto, et du portrait de Philippe II, par Titien, deux merveilles enlevées à l’abîme des temps du même large coup de filet.

Oui, c’est là une solennelle conquête, et nous en avons la certitude, l’Espagne, tôt ou tard, s’en réjouira comme nous, car il y va de son intérêt et de sa gloire. Quant à l’ordonnance que le ministre de l’intérieur vient de publier à Madrid, et qui a pour but d’interdire toute exportation à l’étranger des tableaux de l’école espagnole, nous ne pouvons prendre au sérieux cette boutade, au moins intempestive. Pourquoi vouloir parquer le génie dans l’étroite mesure d’un royaume ? Pourquoi vouloir lui donner les Pyrénées et la mer pour limites, à lui qui est éternel et de tous les pays et n’a de bornes ni dans l’espace, ni dans le temps ? Certes, s’il doit exister entre les peuples des relations agréables et fécondes, ce sont celles qui reposent sur le commerce des œuvres de la pensée. Nous vous ravissons vos trésors, dites-vous ? Eh bien ! imitez notre exemple, venez en France, parcourez nos provinces, et si vous trouvez dans quelque château en ruines des toiles de Claude ou de Poussin, emportez-les, qui vous empêche ? Que le Musée soit le sanctuaire inviolable de l’art national, rien de plus juste ; mais aussi que les chefs-d’œuvre restés en dehors de l’arche sainte, que les chef d’œuvre errans passent de l’Italie en Allemagne, qu’ils circulent, qu’ils changent de maîtres et soient transmis sans relâche pour l’enseignement des peuples. D’ailleurs, puisque les palais d’Aranjuez, d’El Pardo, de la Granja, d’El Buen Retiro ne sont pas assez vastes pour contenir toutes vos richesses ; puisqu’il ne s’agit plus que de choisir entre nous et les fléaux qui menacent de les anéantir à jamais, pourquoi vous obstiner à regretter cette conquête, destinée, après tout, à vous concilier tant de sympathies ? Laissez-les, ces créations sublimes, s’échapper du sépulcre de l’oubli et revivre parmi nous, à votre honneur. Vierges divines, secouez la poussière de vos vêtemens ; blonds séraphins, sortez du milieu des ruines ; et vous, saints canonisés, levez au ciel vos mains marquées des stigmates de la croix ; venez, légion splendide, abattez-vous du haut des Pyrénées, la France vous tend les bras, et toi, leur mère féconde, Espagne, regarde-les s’enfuir avec joie ; ne pleure pas, car tu ne seras point oubliée avec ingratitude, et, du fond de ce Louvre que nous leur donnons pour tabernacle, ils parleront de ta gloire au monde entier qui viendra les visiter !

Au reste, l’Espagne aurait mauvaise grâce à vouloir se plaindre de notre façon d’agir vis-à-vis d’elle, car on pourrait, au besoin, lui citer pour excuse son propre exemple. En 1628, Philippe IV envoya en Italie, un homme investi de toute sa confiance, et chargé par lui d’une mission à peu près pareille à celle que vient d’accomplir si noblement M. le baron Taylor. Il s’agissait de choisir, parmi les chefs-d’œuvre de l’école, les plus admirables, de se les procurer à prix d’or, et de les rapporter au roi pour son musée. Or, en fait de peinture, l’envoyé n’était pas homme à se laisser prendre en défaut, et s’appelait tout simplement Vélasquez. Après tout, on peut le redire sans trop de vanité, ce qui pouvait arriver de plus heureux à ces tableaux, c’était que la France s’en emparât. La France s’enthousiasme volontiers pour tous les nouveaux trésors qu’elle possède, elle est toujours prête à faire sonner haut la renommée du génie, de quelque lieu qu’il vienne, et c’est peut-être une de ses plus nobles vertus, que ce désintéressement qu’elle apporte dans toutes les choses d’art. La France proclame la gloire des étrangers avec autant d’amour et de bonheur que s’il s’agissait de ses propres enfans. En Angleterre, on achète une toile de maître à plus haut prix peut-être ; mais aussi, dès qu’on la tient, on l’enferme sous clé, elle disparaît sans que nul en profite ; on en jouit seul, ou, pour mieux dire, on n’en jouit pas du tout. En France, au contraire, on ouvre les portes à la multitude, et plus elle se presse et se foule, plus on se sent le cœur joyeux ; on n’a pas de cesse qu’on ne l’ait montrée à tous, au grand soleil. De tout temps, ç’a été la destinée de la France de s’émouvoir et d’entrer en travail pour rendre populaires les idées et les chefs-d’œuvre. D’ailleurs je ne vois pas quelles raisons légitimes l’Espagne aurait à faire valoir contre nous, en cette occasion. Quelques années encore, et ces tableaux, qui sont sa gloire et la nôtre aussi désormais, disparaissaient du domaine de l’art, où ils tiennent une si noble place. Les coups de sabre dont quelques-uns d’entre eux sont mutilés, prouvent assez qu’on ne les épargnait guère là-bas. Dès-lors, tant de noms lumineux échappaient au baptême de la France. On devait franchir les Pyrénées pour savoir quelque chose du divin Moralès, de Zurbaran, d’Alonzo Cano, et de tant d’autres. C’est une triste nécessité quand il faut apprendre la langue d’un peuple pour lire l’histoire de ses arts. Quelle différence pour l’honneur qui en revient au pays des maîtres, entre les tableaux que l’on emprisonne, à grands frais, dans des salons fastueux, où les conviés seuls sont admis, et ceux que l’on rassemble dans un but de travail et de progrès, et que l’on expose volontiers à chaque heure du jour ! Les uns sont des diamans dans un écrin, les autres des étoiles au firmament. Il est temps d’en user avec plus de franchise, et de dépouiller toutes ces petites rivalités de climats. Messieurs les Espagnols, si vous avez bonne mémoire, vous devez vous souvenir que le mystère ne vous a pas toujours bien réussi, vous en avez été les dupes plus d’une fois. Je me contente de citer un seul fait.

En 1520, Fernand Magellan, dans une expédition entreprise par les ordres de Charles-Quint, découvre la Nouvelle-Hollande, et fait part à l’Espagne de son aventure. Dès-lors le gouvernement, pour obéir sans doute à son éternel système de politique ombrageuse, tient l’affaire secrète ; pas un mot n’en transpire au dehors. Qu’arrive-t-il ? Deux siècles plus tard, Cooke pose le pied sur cette terre, il parle au monde entier de la Nouvelle-Hollande, et l’honneur de cette découverte revient aux Anglais. Ne voilà-t-il pas une belle équipée ? Un peu plus de franchise, et vous enleviez cet avantage à l’Angleterre. Il y a des choses qui, par cela seul qu’elles sont utiles et bonnes, doivent se révéler à l’humanité ; on peut bien, à force de ruse et de calcul, en retarder l’apparition de quelques jours, mais il ne dépend ni d’un empereur, ni d’un peuple, de les exploiter éternellement à leur profit. Si, par un sentiment d’égoïsme national, vous refusez de faire part à l’humanité de vos découvertes, Dieu, qui ne se lasse pas, soufflera l’esprit qui vous a dirigés dans le cœur d’un autre homme, celui-ci accomplira sa mission avec plus de loyauté, et la reconnaissance du monde ira vers lui. Il me semble que cela peut se dire aussi pour les œuvres du génie, qui sont après tout des découvertes dans le champ infini de l’imagination.

Les beaux-arts commencent à s’éveiller de la torpeur funeste où la gravité des temps les avait fait languir. Voyez autour de vous ; tout palpite, et s’anime et prend forme. Une haute et intelligente pensée dirige le travail. Versailles se fait comme aux jours de Louis XIV, l’œuvre de Michel-Ange s’installe aux Petits-Augustins, et le musée espagnol va s’ouvrir. Qu’elle en ait notre reconnaissance, ainsi que les ministres qui l’ont si dignement comprise, MM. Thiers et de Montalivet. Voilà qui répond mieux que les plus belles paroles à tout ce qu’on peut dire. La France veut des arts ; il lui faut, pour qu’elle soit heureuse, de la musique et des tableaux : nous n’osons nommer encore la poésie ; mais les temps viendront. Grace à Dieu, nous n’en sommes plus à discuter cette thèse ridicule que l’art est une chose frivole. S’il y a encore aujourd’hui des gens qui ne voient dans une partition de Mozart ou dans une peinture de Raphaël qu’un moyen de tuer le temps, ils ne l’avouent guère tout haut. Cette importance de l’art doit grandir encore avec les siècles. Les nations finiront par comprendre qu’elles n’ont pas entre elles de point de contact plus sensible que celui-là. Or, voilà ce qui fait qu’on ne saurait trop louer la fondation d’un musée espagnol, aujourd’hui que ce malheureux peuple se débat sous la main de fer d’une double nécessité. Il y a dans cette idée plus d’un germe fécond pour l’Espagne ; et, croyez le bien, désormais si les temps sont venus, ces beaux anges en extase de Murillo, ces moines ascétiques de Zurbaran, ces martyrs sublimes de Ribera parleront aussi à la France de sympathie nationale et d’intervention.

HENRI BLAZE"

 De la bonne conscience à l'état pur, ou comment profiter du délabrement moral d'autrui pour le piller allègrement: Henri Blaze marque ici un goût assez juste pour la peinture espagnole, mais justifie sans sourciller les roublardises de Taylor pour négocier auprès de moines incultes ou complices les oeuvres dont il espère bien honorer la France ...

"La France, disait le baron Taylor, "sera riche de mon zèle et de mon travail ardent"." (José Cabanis, opus cité ci-dessus) Et Taylor ne veut pas laisser "échapper l'occasion que procurait alors l'état troublé de l'Espagne". Bref, les affaires vont bon train et l'Espagne se laisse acheter, quelques décennies après avoir été passablement  pillée par le Maréchal Soult lors de la campagne d'Espagne par l'armée de Napoléon (1807-1814): la France, après la chute de Napoléon, restituera les oeuvres à l'Espagne.

La Galerie espagnole de Louis-Philippe ne restera pas non plus longtemps en France, puisque, mise sous séquestre en 1848, elle sera restituée au roi déchu et le suivra en exil à Londres, où toute la collection sera démantelée après sa mort . Toutefois elle restera suffisamment longtemps au Louvre pour permettre aux artistes de Paris d'en faire des copies.Notons au passage que la Galerie espagnole exposait ... trente-huit Murillo, en compagnie de nombreux Ribera, Zurbaran , Velasquez, Greco, Goya ... 

Le Saint Rodrigue de Cordoue de Murillo quittera donc le sol anglais entre 1853 - date de la dispersion des oeuvres - et 1862, date à laquelle il apparait au catalogue de Dresde . Tout cela ne nous dit toujours  pas qui a réalisé la copie en 1832 (?) de Murillo, qui en fut le destinataire choisi (Saint Rodrigue me pardonnera de dire qu'il n'est pas le saint le plus connu de la chrétienté), et pourquoi cette copie atterrit à Cassano, à une place si honorifique dans l'église ... 

Dans une prochaine note l'on verra comment Saint Rodrigue, en suivant les méandres de ma fantasque rêverie,   croise le chemin de Don Juan de Mañara en passant par Montemaggiore, village voisin de Cassano :  à suivre!

 

 

20/10/2013

Visages de Santa Cristina di Valle di Campuloru

A l'attention des amis qui n'ont pu rentrer dans la chapelle Santa Cristina de  E Valle di Campuloru , je réactualise cette note du 25/ 2/ 2010
 
 Quelques regards sur la chapelle Santa Cristina aujourd'hui restaurée
de" E Valle di Campuloru" - Pieve de Campuloru -
et de ses deux  absides jumelles   ...
 
" Dieu a fait l'homme à son image. Nous le lui avons bien rendu "
(Voltaire)
 
Je  rappelle le remarquable travail de Joseph ORSOLINI:
 
L'ART DE LA FRESQUE EN CORSE DE 1450 A 1520
ouvrage édité en 1989 - et réédité depuis, par le PARC NATUREL DE LA CORSE.
 
DSCF0161.jpg
 La chapelle a subi plusieurs transformations depuis son premier état préroman (date probable: fin IX ème siècle) ...
DSCF0162.jpg
 
 Je réactualise et complète cette note après une nouvelle visite le 21/ 02/2010: la chapelle est désormais libérée de ses échaffaudages et accueille dans sa  lumière  retrouvée notre contemplation empathique.
Peinte en 1473 par  un artiste puissant portraitiste et doux maître des fleurettes qui parsèment ailes, auréoles, bords des robes...
ensemble santa cristina avant restauration.jpg
Avant sa restauration (photo de novembre 2007) :
l'ensemble peint  à fresques, datant de 1473, recouvrant les deux absides jumelles et célébrant le culte de sant' Ippolitu et de santa Cristina.
Santa Cristina Valle di Campuloru blog.jpg
Après sa restauration par l'atelier Hevrard menée en 2009
Santa Cristina crucifixion.jpg
La Crucifixion domine et unifie les deux absides soeurs
 
 
christ Pantocrator 2007.jpg
(le Christ Pantocrator, photo 2007, avant restauration)
Christ Pantocrator.jpg
" EGO SUM LUX MUNDI ET VIA VERITAS "
proclame le Christ Pantocrator tout en vous bénissant.
le taureau et l'ange.jpg
Eléments du Tétramorphe: l'Ange (Mathieu)et le Taureau (Luc)
le lion.jpg
et ici, le Lion (Marc)
 
(après restauration ... ne soyez pas chagrins si l'on a laissé les cicatrices du temps, si l'on ne cherche pas à combler les lacunes : nous sommes en présence du même mystère, transmis et non modifié )
" Charte de la restauration 1972
(...) Art. 4 :
Par "sauvegarde", on entend toute mesure de conservation n'impliquant pas une intervention directe sur l'oeuvre; par restauration, toute intervention destinée à maintenir son efficacité, à faciliter sa lecture et à transmettre intégralement au futur les oeuvres et les objets définis dans les articles précédents"
( ...) Art.6 :
En relation avec les objectifs auxquels doivent correspondre les opérations de sauvegarde et de restauration (cf art. 4), il est interdit, sans distinction, (...)
1) de les compléter dans le style ou par analogie, même de façon simplifiée et même s'il existe des documents graphiques ou plastiques indiquant l'aspect réel ou probable de l'oeuvre terminée;
( ... ) "
à lire dans l'une des  "bibles" des restaurateurs : Théorie de la restauration, de Cesare BRANDI, Editions du Patrimoine (INP)
Aujourd'hui les travaux de restauration sous la conduite de Michel Hevrard sont terminés:  le 17 novembre dernier, les échaffaudages étaient encore en place et ce fut alors l'occasion d' approcher les visages ...
 
Visage du Christ.jpg
... et tout d'abord, à tout Seigneur tout honneur, et qui vous regarde de face, le  Christ Pantocrator, si troublant jusque dans ses manques: Séverine Haberer, la jeune restauratrice qui a eu le privilège de le restituer, et le temps de se prendre d'amour pour ce beau visage. Un face à face si intérieur et si lointain, un  regard d'éternité, voilé mais à l'affût,  interrogatif, suspendu à notre désir de retrouver notre part commune de divine humanité. Sa bouche, dessinée, charnelle. Les lacunes ne sont donc pas comblées. Comme la mémoire effacée d'une très vieille personne qui nous est chère, irremplaçable, main dans la main.
 
 
 
saint tonsuré.jpg
J'imagine les gens d'autrefois regardant ces visages qui parlent. Point n'était besoin d'avoir fait des études pour ressentir ce  regard perdu en dedans. Lèvres scellées sur son destin, face tournée vers la lumière, rides barrant le front, écrivant au coin des yeux un sourire . Et, parsemées sur l'auréole et le vêtement du saint, les fleurs, marque du peintre de santa Cristina: un frais parfum de sainteté (des champs) ... Saint Pierre?
Santa Cristina St Christophe blog.jpg
 
Sur le pied droit de l'abside de gauche, Saint Christophe porte l'Enfant Jésus en eaux poissonneuses
 
Santa Cristina St Christophe et Jésus blog.jpg
(un regard qui pèse lourd)
 
 Le géant  cananéen Auferus (le Brigand) ou Reprobus ( le Maudit) , dont on a dit qu'il était anthropophage,  avait décidé de mettre sa force au service du maître le plus puissant de la terre: il découvre un jour que son premier maître, le Roi, craint le Diable et donc Reprobus se met à servir le Diable. Mais  même Satan montre des signes de faiblesse, faisant un grand détour sur son chemin pour éviter  de passer devant une croix ... Le Cananéen apprend alors d'un moine ermite la puissance de l'amour du Christ. Il pose alors son bâton de pélerin (un vrai tronc d'arbre!), son baluchon et sa vie au bord d'un fleuve, et décide de mettre  sa force prodigieuse au service de son prochain: désormais il portera les pauvres gens pour les faire passer d'une rive à l'autre. Mais voilà qu'un beau jour, un tout petit enfant lui demande son aide pour traverser le guet: qu'à cela ne tienne, Reprobus en a vu d'autres, et voilà le minot perché sur son épaule, léger comme un moineau... Mais tandis que notre bon géant repenti s'avance dans les eaux vives et que lui filent entre ses pieds nus truites, perches et gardons, tâtant le fond de son bâton, son épaule fléchit peu à peu sous le poids du tout petit : l'enfant pèse de plus en plus lourd comme jamais humain n'a pesé , c'est comme  s'il portait tout le poids du  monde sur son dos ... D'un regard étonné il interroge son petit passager: l'enfant lui révèle qu'il transporte sur son épaule le créateur de l'univers, le Christ lui même ... Reprobus  devient alors Christophoros (le porteur du Christ), et , s'étant converti, il connaîtra le martyre sous Dèce. C'est l'un des quatorze saints intercesseurs les plus efficaces pour les pélerins et autres voyageurs contre les tempêtes, la grêle, la "male mort" ou mort subite:
"Christophori. sancti speciem quicumque tuetur
Ista nempe die non morte mala morietur."
( Quand du grand saint Christophe on a vu le portrait,
De la mort, ce jour-là, on ne craint plus le trait"
(Iconographie de l'Art Chrétien, de Louis Réau)
Un saint, donc, plutôt précieux pour les habitants de cette terre de Corse, si souvent en mouvement dans une montagne dangereuse,  si souvent malmenés par leur histoire, et en proie, de surcroît, aux mortelles exactions de la vendetta...
Sta Cristina St Michel Archange.jpg
 et, lui faisant pendant sur le pied droit de l'abside de droite, Saint Michel Archange, pesant les âmes
Sta Cristina Satan vaincu blog.jpg
et maîtrisant  Satan
Sta Cristina St Jean Baptiste blog.jpg
Sur le pilier central, entre les deux absides, Saint Jean-Baptiste
Sta Cristina St J Baptiste visage.jpg
 
Le beau visage ascétique et nerveux  de saint Jean le Baptiste,  la peau tannée, les cheveux  hirsutes, desséchés,  fouettés par les vents et les sables du désert, la bouche frémissante. Regard du Précurseur, -  fils de Zacharie et d'Elisabeth, elle même cousine de Marie . Tout en attente assoiffée dans le désert où il aurait choisi de vivre encore petit  enfant, disent les sources apocryphes, , ses grands yeux ardent d'un feu intérieur, tournés vers celui qu'il annonce. Son auréole est dorée comme le plat précieux qui recevra sa tête tranchée, entre les mains de la charmante jeune  Salomé (une Lolita, celle-là !) ... Cela se passait au 1er siècle, sous le règne de ce faiblard d'Hérode Antipas et de sa "garce" de  belle-soeur, nièce  et épouse usurpée, la redoutable Hérodiade.
Sta Cristina St Hippolyte centré blog.jpg
 
 
Le regard calme et déterminé de  Saint Hippolyte,  l'un des deux saints patrons de cette chapelle. Le soldat romain , chargé de garder saint Laurent en prison, converti par son prisonnier, il récupère dans son martyre (écartelé par des chevaux), grâce à son nom (" traîné par les chevaux") , un morceau de légende lié au fils du héros Athénien  Thésée  ... à retrouver dans l' Hippolythe d'Euripide ou la Phèdre de Racine ... Un bien beau jeune homme,  avec ses yeux en amande qui vont droit au but.
Santa Cristina Vierge orante blog.jpg
 
 
La Vierge, en orante, dans sa robe rouge d'humanité et toute en retenue dans la proximité divine, montre le chemin ...
" "Je n'ai rien à offrir et rien à demander,
Je viens seulement, Mère, pour vous regarder.
Vous regarder, pleurer de bonheur, savoir cela
Que je suis votre fils et que vous êtes là."
(La Vierge à midi, Paul Claudel)
 
 Santa Cristina et donateur blog.jpg
... et là, perdu au milieu des grands saints, dans l'abside de gauche, le voyez_vous? ...
le donateur copie.jpg
... parmi tous ces visages, l'un de ceux qui me touche le plus : celui du petit
 donateur aux tendres yeux bleus, la joue appuyée sur la main de sainte Christine qui le présente. Un abbé tonsuré des bénédictins de l'abbaye de Monte-Cristo, dont dépend la chapelle Santa Cristina ... Absolue confiance dans le doux regard de cet homme minuscule ...
Tout cela est donné, immédiat, pas besoin d'initiation savante.
Santa Cristina Gabriel blog.jpg
L'Archange Gabriel, au centre des deux absides, déploie son message et ses ailes ...
 
Sta Cristina Vierge Annonciation blog.jpg
 
et, dans son univers clos de tentures inviolées,  la Vierge Marie accueille en silence l'Esprit Saint.
anges copie.jpg
 les anges en prière, au-dessus de l'abside de gauche
 
Sta Cristina Sta Margarita et Stu Bernardinu di Sienna blog.jpg
Dans l'abside de droite, la série des saints:
ici, Sainte Marguerite gobée par l'infâme Dragon à la solde d'Olybrius, le gouverneur  d' Antioche, en compagnie de Saint Bernardin de Sienne
Sta Cristina St Antone abbate blog.jpg
Le beau visage du trèx vieux Saint Antoine Abbé
Sta Cristina abside gauche saints apôtres blog.jpg
... et dans l'abside de gauche, la série des apôtres: on reconnaît Ssaint Barthélémy, le troisième en partant de la gauche, portant sa peau sur l'épaule, et saint Jean, près de la fenêtre, le calame à la main ...
 
Séverine.jpg
Merci à l'équipe des restaurateurs (ici Séverine Haberer, de l'entreprise Noémi et son collègue Jean-Luc Mulhauser) qui, eux, ont reçu une formation sérieuse et nous permettent de retrouver le meilleur de ces fresques  respectueusement restituées . Leur plaisir est le nôtre.
ancienne fresque.jpg
La date ( MCCCCLXXIII . X . NOVE (M) BR (IS) au-dessus de la fenêtre de l'abside ... et, apparition lors de la restauration, d'un décor plus ancien :
 les restaurateurs ont fait des découvertes bien intéressantes de fresques antérieures, non seulement à l'intérieur de la chapelle, mais également à l'extérieur...
décor extérieur Severine blog.jpg
(photo de Séverine Haberer)

18/10/2013

Aregno, église de la Trinità, regards sur la façade occidentale

Aregno, a Trinità 

Balagne

 église pievane de la Pieve d'Aregno, Diocèse d'Aleria,

au lieu-dit Pieve,

dédiée à la Trinità et à San Giovanni Battista.la trinité d'aregno,le grand architecte créant le monde,le tireur d'épine

 

(ces jours-ci, après restauration: la haute façade s'étire vers le ciel dans la lumière en ce début d'après-midi d'octobre.

 

 

 

La façade occidentale:

une invitation à la démarche spirituelle

En prélude, cette citation de Marie-Madeleine Davy dans le prologue de son " Initiation à la symbolique romane" (Champs histoire, éditions Flammarion):

 "La différence entre les hommes se réduit à celle-ci: la présence ou l'absence de l'expérience spirituelle. Si lumineuse qu'elle soit, cette expérience n'est pas acquise une fois pour toutes, elle est vouée à des approfondissements successifs, c'est pourquoi l'homme en qui elle s'accomplit est attentif aux signes de présence, aux symboles qui tels des lettres lui apprennent un langage, le langage de l'amour et de la connaissance. L'homme spirituel est instruit par les symboles et quand il veut rendre compte de son expérience ineffable, c'est encore aux symboles qu'il a nécessairement recours .

(...) Les symboles sont autant de regards animés, de mains pleines de trésors.

L'important est de savoir qu'ils sont en nous et autour de nous, attendant patiemment d'être reconnus"

La piévanie d'Aregno, dédiée à la Trinità et San Giovanni Battista, se dresse aujourd'hui au milieu du cimetière communal. 


 Cette église pisane, habillée de ses belles dalles de granit de trois couleurs - ocre doré, gris foncé, blond - est datable, comme sa soeur San Michele de Murato, du XII° siècle. Classée Monument Historique depuis le 11 août 1883.

Dessins fin XIX° Trinité Aregno.jpg

 

la trinité d'aregno,le grand architecte créant le monde,le tireur d'épine

 

Dans son ouvrage : "Les églises romanes de Corse", G. Moracchini-Mazel nous montre, à travers ces "dessins anciens relevés à la fin du XIX°s. en vue de la restauration de l'église de la Trinità " (p. 128) ce que pouvaient voir les visiteurs de l'époque, avant restauration. Le campanile n'a jamais retrouvé sa place dans l'édifice.

"A l'origine,la porte occidentale de l'église d'Aregno était une ouverture surmontée d'un arc en plein cintre sans tympan - ce qui est assez rare dans l'architecture romane de Corse - ; c'est la restauration de la fin du XIXe siècle qui a fait disparaître cette disposition pour mettre à la place de l'arc inférieur un linteau momnolithe (...)" - Geneviève Moraccchini-Mazel, Corse romane, ZODIAQUE, la Nuit des Temps.

Notons que dans les dessins de Gaubert réalisés entre 1886 et 1889, la façade occidentale se présente comme aujourd'hui. A retrouver sur le site:


"GAUBERT, Dessins pris sur place de 1886 à 1889, Recherches sur les origines de la Corse par les Monuments"

www.cerviotti.com/Publiergaubert/index.html

 

Pour commencer, et en attendant de rentrer à l'intérieur nouvellement restauré par Madeleine Allegrini, voici quelques regards sur la façade occidentale.

 

 

 

 

arc de décharge et personnages.jpg

Au-dessus de la porte d'entrée occidentale,  un arc de décharge animé de quinze claveaux alternant en éventail couleurs sombres et claires. Les pierres gris clair sous l'arc font partie de la restauration de la fin  XIX° S., de même que le linteau monolithe triangulaire qui a remplacé un premier arc en plein cintre, visible sur les dessins anciens.

De part et d'autre de l'arc de décharge et par lui réuni, un premier couple avec ces deux  personnages en haut-relief:

En robe.jpg

à gauche, debout, une femme (?) ou un clerc (?) portant un calot plat sur la tête,  solidement planté(e) jambes écartées et  mains sur les hanches,

 

la trinité d'aregno,le grand architecte créant le monde,le tireur d'épine

- difficile de ne pas y voir une femme, en cette lumière d'octobre -

 habillé(e?) d'une robe tombant jusqu'à ses pieds.

l'homme.jpg

et à droite, de l'autre côté, cet homme totalement nu, assis, tenant sur ses genoux ce qui pourrait être un volumen ou un bâton de commandement.

l'homme au volumen.jpg

Tous deux sont équipés de grandes oreilles rondes, pour mieux entendre: la Parole divine? le Jugement? Car ici se rendait sans doute la Justice au tribunal de la piévanie:

" C'est ainsi qu'il faudrait savoir si elles (les statuettes) ne seraient pas l'allégorie des différents pouvoirs qui s'exerçaient dans l'édifice, judiciaire (rouleau de la loi) et ecclésiastique (robe)" (in: Les églises romanes de Corse, p. 114, G. Moracchini-Mazel)

(- voir la note sur a Tribuna de Prato de Giovellina: 

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/04/20/pieve-de-giovellina-torre-di-monte-albano-et-a-tribuna.html )


Ces deux statues sont à comparer avec les deux mêmes personnages rencontrés à San Michele, à Murato:

Murato homme volumen blog.jpg

(Murato, l'homme nu au volumen)

Murato person robe blog.jpg

(Murato, le personnage en robe, jambes écartées, mains sur les hanches )

Même fonction, semble-t-il ...

***

 Au-dessus de l'arc de décharge et du couple, quatre arcs aveugles animent à leur tour la façade:

"Le Trois et le Quatre qui, additionnés, donnent Sept et multipliés font Douze, sont les nombres auxquels le christianisme assigne le plus de vertus. Dans la pensée de saint Augustin, ils expriment respectivement l'esprit et la matière, l'âme et le corps: "Numerus ternarius ad animam pertinet, quaternarius ad corpus".

(...) Quatre est le nombre des éléments (terre, air, eau, éther ou feu), des saisons, des fleuves du paradis ( Phison, Géon, Tigre et Euphrate) qui irriguent les quatre régions de la Terre, des humeurs qui irriguent le corps de l'homme (...)et déterminent les tempéraments ou complexions de l'homme (sanguin, lymphatique,  bilieux ou nerveux). Quatre est encore le nombre des Evangélistes, des grands Prophètes, des principaux Pères de l'Eglise tant d'Orient que d'Occident, des Vertus cardinales. (...)

(Lexique des Symboles, Zodiaque)

4 arcs aveugles.jpg

Je retiendrai, pour ma part, entre autres, la vision des quatre Vivants de l'Apocaypse, des quatre Evangélistes, chaque arc surmontant les cinq pilastres formant une porte - un accès vers la Jérusalem céleste?

Chaque arc porte un décor différent: cordelière, fleurs, denticules, double cordelières. Sous chaque arc, dans une sorte de cupule creusée prenait place autrefois une céramique polychrome, aujourd'hui disparue.

A la retombée des arcs, cinq modillons sculptés:

tête de bovidé et arcs.jpg

au centre, une tête de bovidé, sur un fond végétal: représentation de l'animal noble du sacrifice, celui du Christ ? Le feuillage, lui, symbolise, à mon sens, la puissance du renouvellement spirituel, à l'aune de la renaissance du printemps.

De part et d'autre, un couple de bêtes apprivoisées, si l'on en juge par la corde qu'ils portent autour du cou:

ourse.jpg

à  gauche, Dame Ourse, montrant les dents mais docile,

ours.jpg

à droite, Messire Ours, dans toute sa vigueur.

- évocation de notre part animale contrôlée et tenue en laisse: l'homme charnel en route vers la spiritualité.

féroce gauche.jpg

le modillon de l'extrême gauche montre un fauve dévorant une créature (humaine?)

féroce droit.jpg

et celui de l'extrême droite, un animal sauvage bondissant:

la hure d'un sanglier, la silhouette d'un bison ...

***

Au-dessus, bien centré, immobile,  transperçant la façade de sa bouche d'ombre à travers laquelle jaillit la lumière  du Verbe:

" Au commencement était le Verbe

et le Verbe était avec Dieu

et le Verbe était Dieu...

Tout fut par lui

et sans lui rien ne fut.

De tout être il était la vie

et la vie était la lumière des hommes

et la lumière luit dans les ténèbres...

Le Verbe était la lumière véritable

qui éclaire tout homme ..."

(Prologue de l'Evangile de Saint Jean)

"Le Christ est le jour vraiment éternel et sans fin"

(Zénon de Vérone)

 

la trinité d'aregno,marie madeleine davy,initiation à la symbolique romane,le grand architecte créant le monde,le tireur d'épine

 

cet oculus énigmatique, bordé "à l'extérieur" de  vingt et un poinçons carrés de taille décroissante, enroulés en spirale dynamique,

 

la trinité d'aregno,marie madeleine davy,initiation à la symbolique romane,le grand architecte créant le monde,ouroboros,le tireur d'épine

...un  serpent se mordant la queue, comme l'Ourobouros : dont nous avons une représentation bien intéressante sur le tympan du grand baptistère roman (XII° s.) San Giovanni Battista, sur le site de la piévanie de Rescamone, à Valle di Rustinu.

 

 

 

 

la trinité d'aregno,marie madeleine davy,initiation à la symbolique romane,le grand architecte créant le monde,le tireur d'épine

(disque de bronze du Bénin: Histoire de la Civilisation africaine, Frobenius 1936)

 

-  évoquant le cycle  du perpétuel recommencement  des heures, des jours, des saisons ... avec  la présence "à 10h" d'une sorte de flèche  - ou de compas ? 21 poinçons , en chemin pour le nombre 24 ( les Vingt-Quatre Vieillards de l'Apocalypse ? une représentation de l'année cosmique ?), les trois derniers étant cachés par la mystérieuse figure triangulaire. Dieu, au centre, immobile,  maître du Temps.

 

  

 

Dieu Architecte créant le monde.jpg

Le compas de Dieu Architecte créant le monde?

(comme ici, représenté dans une Bible du XIII°s. - Bibliothèque Nationale de Vienne)

Toujours est-il  que cet oculus évoque  en son centre immobile et passeur de lumière, la porte de la Jérusalem céleste, souvent symbolisée dans les enluminures par l'Agneau mystique:

 

la trinité d'aregno,marie madeleine davy,initiation à la symbolique romane,le grand architecte créant le monde,le tireur d'épine

(comme ici, dans le Beatus de San Millàn illustrant l'Apocalypse de saint Jean, X° siècle, Madrid, Biblioteca Nacional).

 

***

 

la trinité d'aregno,le grand architecte créant le monde,le tireur d'épine

Au-dessus de l'oculus, deux baies géminées, ( la lumière de l'Ancien et le Nouveau Testament ?) séparées par une petite colonne,

 

 

la trinité d'aregno,le grand architecte créant le monde,le tireur d'épine

 

 

et surmontées d'un tympan portant en relief à nouveau un couple de deux vigoureux serpents entrelacés, dotés de queues fourchues, protégé, unifié par un arc mouluré non moins vigoureux :

gardiens du temple ou serpents maudits et terrassés, tête en bas ?

 

 

la trinité d'aregno,marie madeleine davy,initiation à la symbolique romane,le grand architecte créant le monde,le tireur d'épine

(Murato, San Michele)

Voilà qui nous rappelle à nouveau l'iconographie de San Michele de Murato ...

Au même niveau, huit arcs et leurs modillons sculptés - têtes, crochets ...

 

Le nombre Huit symbolise la Vie nouvelle, la renaissance par le baptême, la résurrection, c'est le chiffre de la perfection et de l'infini. Ce n'est pas pour rien que ces huit arcs ornent le sommet de la façade.

***

Enfin, là-haut, sous la corde qui enserre la totalité de l'église, au sommet du fronton et dominant l'ensemble, l'extraordinaire personnage en ronde-bosse du "tireur d'épine":

le tireur d'épine.jpg

assis nu, il immobilise fermement d'une main sa jambe gauche sur son genou droit,

tireur d'épine carré.jpg

 et de sa main droite semble s'enlever une épine du pied.Si la gauche est résolument le côté du monde intérieur, tous les espoirs sont permis ...

la trinité d'aregno,le grand architecte créant le monde

thème roman que l'on retrouve par exemple sur un chapiteau de l'église à Grandson (Vau - Suisse)

la trinité d'aregno,le grand architecte créant le monde

(Médaillon de Cluny, Musée Ogier)

... et, plus anciennement, dans l'art antique:

la trinité d'aregno,le grand architecte créant le monde

(Rome, Musée du Capitole, il Spinario, le Tireur d'épine)


" On lui a aussi associé l'histoire légendaire d'un jeune berger, Gnaeus Martius, qui aurait sauvé Rome en portant au Sénat un message urgent, ne s'arrêtant pour extraire l'épine qui blessait son pied qu'après avoir accompli sa mission. Au Moyen Âge, on retrouve de nombreuses reproductions du Tireur d'épine. Le nom de Martius étant proche du nom du mois de mars, mois qui coïncide souvent avec la période du Carême, le Spinario a donc pu être interprété comme un symbole de pénitence, arrachant « l'écharde de la chair ». (Wikipedia)

Toujours est-il qu'à Aregno, les anciens faisaient encore référence à Mars il n'y a pas si longtemps. Mars, mois du Carême ?

Invitation à s'extirper le péché de l'âme, "l'écharde de la chair" ?

Un geste de contrôle pour une démarche spirituelle à laquelle semble nous inviter ce magnifique ensemble de la façade occidentale de l'église de la Trinità d'Aregno, dans la douceur de ses granits polychromes, la sobriété de son architecture animée par le discours de ses pilastres, arcades, fenêtres, oculus, modillons, sculptures en ronde-bosses ...

Une façade cohérente à relire, avec comme exemple ici la "frise " des cinq modillons sculptés du haut de la façade. Voici la lecture que je propose:

 

la trinité d'aregno,le grand architecte créant le monde,le tireur d'épine

 les deux modillons extérieurs (le fauve dévorant et l'animal bondissant) témoignent de notre animalité sans contrôle, puis le couple d'ours souligne la maîtrise de cette bestialité, enfin la tête de bovidé appelle à l'abnégation, au sacrifice,  après la mort acceptée, à la renaissance dans une vie spirituelle.

L'oculus central nous convie, me semble-t-il, à pénétrer dans la pénombre du Sacré, voire à plonger à l'intérieur de nous-même une fois la dualité de notre double appartenance réunifiée. Transformation du "Vieil Homme" (celui de la Chute, l'homme du péché originel, celui du monde purement matériel) en "Homme Nouveau" (celui de  l'harmonisation, de la transcendance du matériel par le spirituel).

Reste l'énigme des deux personnages postés de part et d'autre de la porte d'entrée, détachées en ronde-bosse du mur, tels deux idoles-sentinelles d'un âge immémorial dressées là pour l'avertissement et gardant le passage ...

 

 

la trinité d'aregno,le grand architecte créant le monde,le tireur d'épine

à suivre pour la visite de l'intérieur...

 

Pour la comparaison avec la soeur romane d'Aregno, San Michele de Muraro,

vous pouvez retouver les notes sur San Michele:

1°/Murato, église San Michele, ancienne piévanie de Bevinco:

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/03/02/san-michele-de-muratu.html

 

2°/ Murato, San Michele, toujours la façade Sud:

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/03/14/murato-eglise-san-mieli-suite.html

 

3°/Murato, San Michele, suite 3

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/03/19/murato-san-michele-suite-3.html

 

4°/ Murato, à propos des Sirènes:

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/03/22/murato-san-michele-suite-4.html 

5°/ Murato, à propos des symboles:               

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/03/26/murato-san-michele-suite-5.html

6°/ Murato, autour du carré, du cercle, de la croix :

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/03/27/murato-san-michele-suite-6.html

7°/ Murato, à propos de la dualité et du couple:


http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/03/31/murato-san-michele-suite7-dualite.html

8°/ Murato, conjonction conjugale:


http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/04/02/murato-suite-8-le-cantique-des-cantiques.html

9°/ Murato, le Cep et la Vigne:


http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/04/05/murato-san-michele-suite-9-la-vigne.html

 

10°/ Murato, l'Arbre et la Croix:


http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/04/12/murato-san-michel-suite-10.html

 

11°/ Murato, la Vendange mystique:


http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/04/26/murato-san-michele-la-vendange.html

 

12°/ Murato, Saint Michel et l'Homme armé:


http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/05/08/murato-suite-12-l-homme-arme.html

 

13°/ Murato, l'Agneau mystique

     
http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/06/26/murato-suite-13.html

14°/ Murato, l'intérieur de l'église San Michele:


http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/06/27/muratu-san-michele-l-interieur-de-l-eglise.html

 

(à suivre!)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

06/10/2013

Un nouveau site sur les chapelles romanes de Corse

A découvrir!


http://www.corse-romane.eu/spip.php?page=contexte


Je vous invite à découvrir ce nouveau site très intéressant mis en ligne par mes amis Claudine et Philippe Deltour: pour tous les amoureux de la Corse romane, enfin un site utilisable pour localiser et trouver ces innombrables chapelles dont la connaissance et l'amour nous vient en premier de l'énorme somme de travail effectué pendant des décennies par la grande archéologue Geneviève Moracchini-Mazel ...

Et, ce qui ne gâche rien, les photos sont fort belles!