Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2015

Immaculée Conception

8 décembre, fête de l'Immaculata,

l'Immaculée Conception

(note revisitée)

immaculée conception,joachim et anne,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

à Prunelli di Cascconi,

détail de l'Immaculée Conception,

attribuée par M.E. Nigagioni à Saverio Farinole :

un thème cher aux franciscains...

et aux Corses!



immaculée conception,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici

à Vallica (Ghjunsani),

le petit tableau de l'Immaculée Conception en compagnie de San Roccu et du jeune San Quilicu (alias, San Chirgu, Quilico, Cyr ...),

peint par Giacomo Grandi, autour de 1750.

La Vierge, conçue sans péché, les yeux baissés vers la Terre (où elle descend s'incarner), pieds nus sur le croissant de lune et écrasant le Serpent, la tête couronnée d'étoiles: à ce propos, en ces temps d'incertitude pour l'Europe, n'a-t-on pas dit que les étoiles du drapeau européen ont été empruntées à l'iconographie de la Vierge de l'Immaculée Conception ?

immaculée conception,joachim et anne,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

Au Musée Fesch d'Ajaccio, cette Immaculata peinte au XVIII°s par un anonyme napolitain, huile sur cuivre.

 

Petit retour en arrière:  et tout ça, la faute à qui, je vous le demande?

Eve blog.jpg

notre petite mère Eve,

vue et aimée  par Gilesbertus à Autun

Le choix d'Eve

Eve, avec son air de ne pas y toucher, voluptueusement couchée pour une petite sieste au Paradis d'Autun, le fruit défendu à portée de main ... Eve hardie et assoiffée de connaissance, décrite dans la Genèse comme la part la plus active du couple primordial: il s'agit, en mangeant le fruit défendu d'accueillir la vie avec tous ses risques, le bien et le mal: un programme illimité pour notre humanité! (Teilhard de Chardin n'aurait pas renié le choix d'Eve)... et d'un coup nous tombe dessus, marque indélébile pour ses descendants,  le péché originel avec, jusqu'à la fin des temps et indissociables de la vie, la libido et la mort. Pas de conception sans libido, pas de naissance sans mort ... du grain à moudre pour les pasteurs des familles judéo-chrétiennes et les psychanalystes.

Récit de la Tentation et de la Chute, dans la Genèse 3, 1-24:


" Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que le Seigneur Dieu avait faits. Il dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ?   La femme répondit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin.  Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez point et vous n'y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point ; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.

La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea. Les yeux de l'un et de l'autre s'ouvrirent, ils connurent qu'ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des ceintures.

 

Adam  Eve  serpent arbre.jpg

 à Cambia, chapelle San Quilicu, le récit de la Tentation.

L'arbre de la connaissance, solidement enraciné, est représenté ici sous sa forme la plus parlante: une fourche en Y, proposant les deux voies possibles du Bien ou du Mal, avec, au sommet, la Croix. Il fonctionne comme l'axe du monde et fait communiquer trois mondes: la monde des morts, souterrain; le monde des vivants, ici avec Adam et Eve; enfin le monde céleste, avec la Croix rédemptrice.

 

 

Alors ils entendirent la voix du Seigneur Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l'homme et sa femme se cachèrent loin de la face du Seigneur Dieu, au milieu des arbres du jardin.  Mais le Seigneur Dieu appela l'homme, et lui dit : Où es-tu ?   Il répondit : J'ai entendu ta voix dans le jardin, et j'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché.  Et le Seigneur Dieu dit : Qui t'a appris que tu es nu ? Est-ce que tu as mangé de l'arbre dont je t'avais défendu de manger ?   L'homme répondit : La femme que tu as mise auprès de moi m'a donné de l'arbre, et j'en ai mangé. Et le Seigneur Dieu dit à la femme : Pourquoi as-tu fait cela ? La femme répondit : Le serpent m'a séduite, et j'en ai mangé.  Le Seigneur Dieu dit au serpent: Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie.  Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon."

immaculée conception,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

à Santa Maria de Rescamone,

le couple originel et l'Arbre où s'enlace le Serpent.

 

 l'Immaculée Conception

 

immaculée conception,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

l'Immaculée Conception, El Greco, Musée Santa Cruz

(Sous ses pieds, la ville de Tolède, mise sous la protection de la Vierge et des éléments iconographiques qui se réfèrent  aux "Arma Virginis" dans les Litanies de la Vierge)

 

Une doctrine qui met longtemps à se mettre en place,  longtemps combattue par les dominicains, diffusée par les franciscains, puis par les jésuites, consacrée par le Concile de Trente, et qui ne devient un dogme qu'en 1854, sous le pape Pie IX.


 

" Un signe grandiose apparut au ciel: c'est une Femme; le soleil l'enveloppe, la lune est sous ses pieds, douze étoiles couronnent sa tête (...) " (l'Apocalypse de Saint Jean)

 

Tiepolo l' Immaculée Conception.jpg

Tiepolo, l'Immaculée Conception, 1769

 Lumineuse, nimbée de soleil, couronnée des douze étoiles,  protégée par la Colombe de l'Esprit Saint, écrasant de ses pieds nus le Serpent du Péché originel (regardez bien, il tient dans sa gueule le fruit défendu), Marie se tient bien droite: pas de doute, la terre peut tourner, rouler comme un vulgaire ballon de cirque, Marie reste en équilibre, les yeux baissés, non par pudeur excessive, mais par prudence, pour voir où elle met ses tendres pieds nus. A moins qu'elle ne couve de son regard attentif sa nichée humaine. C'est qu'elle descend du ciel sur terre, en mission:

immaculée conception,joachim et anne,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

Giorgio Vasari 1541, une oeuvre puissante:

au registre supérieur, l'Immaculée Conception, apaisante, contemple l'humanité dont elle a la charge et prie pour elle; l'arbre de la Tentation, habité par Satan, Serpent cornu à tête humaine (une femme, dites-vous?)  sépare le registre inférieur, divisant le couple d'Adam et Eve, tandis que s'agitent et supplient leurs descendants. 

"Quos Evae culpa damnavit,

Mariae gratia solvit"

(la grâce de Marie rachète la faute d'Eve)

Sous ses pieds, le croissant de lune.

Victoire de la Vierge Marie de la stabilité sur l'incertitude: la lune  est l'attribut d'Eve, un attribut lié à l'élément liquide, mouvant, insondable, dangereux mais aussi nourricier de l'eau.

 

 

Mais aussi, victoire après la bataille de Lépante, des chrétiens sur le Croissant des ottomans ...

Immaculée Conception fronton ämes du Purgatoire  détail.jpg

Fronton de l'autel des Ames du Purgatoire,

église du Couvent de Marcassu, à Catteri:

Un croissant de lune qui souvent présente ses cornes vers le haut: ces cornes sont un lointain écho du culte lunaire d'Isis, mais ici elles apparaissent surtout comme les cornes du Démon ...

La Vierge ouvre les mains pour accueillir sa mission divine (et sa future maternité).

 

immaculée conception,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

 

Toujours au Couvent de Marcassu, l'Immaculée Conception, de Pietro Antonio Rossi (peintre domicilié à Bastia où son activité picturale est documentée à partir de 1692, mort avant 1722 - M.E. Nigaglioni)

La Vierge est représentée en compagnie du petit San Quilico/San Chirgu (alias St Cyr),  Ste Catherine d'Alexandrie, Ste Apollonie,  Ste Julitte (la mère du petit St Cyr), un évêque, et le donateur.

La très belle église du Couvent de Marcassu souffre hélas de l'impécuniosité de ses affectataires ...

 


http://www.youtube.com/watch?v=gVH0fkNY-xA&feature=colike

La lune encore, mais empruntée à l'iconographie de l'Antiquité:

immaculée conception,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier


Diane Chasseresse, Ecole de Fontainebleau, 1550, Musée du Louvre.

La lune coiffe Diane/Artémis et sa nudité.

Nous voilà bien loin de l'Immaculée Conception , et pourtant : dans cette citation de la chasteté de Diane/Artémis on pourrait voir une réappropriation détournée:  la lune, symbole du cycle féminin, de la fécondité de la nature et du temps qui passe à travers ses phases successives et régulières, mort et renaissance. Les bons Pères de l'Eglise vont charger la Vierge de maîtriser toute cette part incontrôlable de la féminité:  elle sera donc représentée foulant de ses pieds nus le croissant de lune ... 

Il faut également signaler que le désir de conférer la pureté totale à la mère d’un dieu ou d’un héros se retrouve beaucoup plus anciennement dans les mythes de l’Asie: ainsi de Krishna qui nait de Devaki,  vierge chaste qui l’enfante sans connaître l’homme ou du premier Boudha, conçu sans péché ni père par la vierge-mère MayaC’est le concile d’Ephèse qui instaurera le culte de la Vierge Marie, Mère de Dieu, pour lutter contre le culte de la déesse Artémis.

***

L'histoire de Sainte Anne, mère de Marie 

avec Giotto di Bondone, église de l'Arena (chapelle Scrovegni), vers 1303.


- Vu du petit bout de la lorgnette, on pourrait dire que la conception de Marie par ses parents Sainte Anne et Saint Joachim  s'inscrit dans les gènes familiaux  et  tient du miracle. 

Nulle trace de la présence précise des grand-parents maternels de Jésus dans le Nouveau-Testament, mais les évangiles apocryphes vont se charger de réparer poétiquement cette lacune (Proto évangile de Jacques et Pseudo Matthieu). Ils nomment les parents très âgés de Marie : Joachim (Dieu accorde) et Anne (la Grâce). Ce couple exemplaire de foi et d'humilité, affligé de stérilité, moqué par son entourage, va recevoir miraculeusement l'annonce de sa prochaine descendance par l'archange messager Gabriel ... dont on connait le rôle dans l'Annonciation  faite par la suite à leur fille.

Peint par Giotto di Bondone à l'égise de l'Arena à Padoue: 


l'annonce de sa future maternité à Sainte Anne

le songe de Saint Joachim, qui, moqué par ses pairs,  a choisi de vivre au milieu des bergers.

(une préfiguration du songe de Saint Joseph ...)

 

Le chaste baiser d'Anne et Joachim devant la Porte Dorée de Jérusalem:

" La Mère de Dieu aurait été conçue non de façon naturelle (ex coitu), mais par un simple baiser sur les lèvres (ex oculo)" (Louis Réau, Iconographie de l'Art chrétien)

Toujours est-il que si la dévotion à Sainte Anne et Saint Joachim n'a pas connu le même engouement en Corse qu'en Bretagne, on la retrouve parfois dans nos églises de Corse, illustrant la naissance de la Vierge,

 

immaculée conception,joachim et anne,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

comme ici à l'église paroissiale de Muro: un Joachim bien pensif et que l'on pourrait prendre pour Joseph,

 

immaculée conception,joachim et anne,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

tandis qu'Anne, après l'effort de l'accouchement, reçoit le réconfort sous forme, traditionnelle, de deux oeufs.

 

 

immaculée conception,joachim et anne,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

ou à Canavaggia, peinte par Francesco Carli: la vieille Anne reçoit là aussi le réconfort tandis que les servantes ou les amies donnent son premier bain à Marie.

Scènes de la vie quotidienne ...

 

Piola Immaculée Conception blog.jpg

l'Immaculée Conception vue par le peintre génois Domenico Piola

" Nondum erant abyssi et ego jam concepta eram" (passage des Proverbes évoquant la nature immaculée de Marie): Piola illustre dans un raccourci saisissant  la pensée créatrice de Dieu concevant Marie sans péché avant même la création du monde ...  Dieu Trinitaire: le Père tient la couronne d'étoiles de l'Apocalypse, la colombe de l'Esprit Saint darde son rayon fécondant sur la Vierge, à ses pieds, l'Enfant Jésus terrasse Satan à l'aide de la croix ...

 

immaculée conception,joachim et anne,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

 

Et ici cette étonnante vision de Velasquez , en 1619  (collection privée) illustrant la pensée créatrice de Dieu projetant la Vierge à travers une sorte de vide sidéral, en dehors du temps et de l'espace.

 

 

Zurbaran Immaculée Conception blog.jpg

Zurbaran ... et les Litanies  de la Vierge :

(avec Marc Antoine Charpentier)

http://www.youtube.com/watch?v=XgVhpqjqnFE&feature=colike

 

immaculée conception,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

Les attributs mystiques de la Vierge - Bréviaire Grimani -Bibliothèque Nationale de Venise -1450-1510

 

immaculée conception,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

(frise du décor mural de l'église paroissiale de Catteri, attribué au peinte Fortius-Joseph Marchesi, de Belgodère)

 

"(...) Speculum justiciae,

Sedes sapientiae,

Causa nostrae laetitiae,

Vas spirituale,

Vas honorabile,

Vas insigne devotionis,

Rosa mystica,

Turris Davidica,

Turris eburnea,

Domus aurea,

Foederis arca, Janua coeli,

Stella matutina,

Salus infirmorum,

Refugium peccatorum,

Consolatrix afflictorum,

Auxilium Christianorum (...)"

 

immaculée conception,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

(Catteri)

 

(...) Vase spirituel, priez pour nous.

Vase d'honneur, priez pour nous.

Vase insigne de la dévotion, priez pour nous.

Rose mystique, priez pour nous.

Tour de David, priez pour nous.

Tour d'ivoire, priez pour nous.

Maison d'or, priez pour nous.

Arche d'alliance, priez pour nous.

Porte du ciel, priez pour nous.

Étoile du matin, priez pour nous.

Salut des infirmes, priez pour nous.

Refuge des pécheurs, priez pour nous.

Consolatrice des affligés, priez pour nous.

Secours des chrétiens, priez pour nous.

http://www.youtube.com/watch?v=FAbrugfuAao&feature=colike

 

Im Conception Canari.jpg

(Canari, l'Immaculée Conception,

pieds nus sur le serpent et le croissant de lune, cornes vers le bas).

Les angelots l'entourent des symboles des Litanies ("Arma Virginis") - l'un d'entre eux tend un miroir sans tache, Speculum sine macula, et elle apparait comme une véritable " Porte du Ciel", Porta coeli ...

 

immaculée conception,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

Santa Lucia di Tallano, l'Immaculée Conception signée par Marc'Antonio De Santis et datée de 1668: merci Michel-Edouard Nigaglioni !

Ici l'iconographie est particulièrement riche: cette toile liée au couvent franciscain de Sta Lucia, représente, auprès de la Vierge, St François et St Jean-Baptiste, ainsi qu'un donateur qui nous regarde droit dans les yeux, nous invitant à partager sa dévotion. Le Serpent du Mal enlace  puissamment la lune, témoignant de son emprise inquiétante sur l'humanité.  Tout autour, les Arma Virginis et des détails qui évoquent les côtes corses, la mer et ses dangers:

immaculée conception,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

voguant au large, un navire battant pavillon génois: armé par le donateur? La Méditerranée de l'époque n'est pas tranquille, pirates musulmans et chrétiens sont toujours prêts à fondre sur les navires de commerce, et les tours de guet ne suffisent pas protéger bateaux et populations riveraines. Mieux vaut se placer sous la protection de la Vierge...

Lire, sur le sujet:

- "Mer et religion", neuvièmes journées universitaires de Bonifacio (Editions A. Piazzola) et en particulier la contribution de M.E. Nigaglioni: " Périls de mer et iconographie dans les églises de Corse"

- " La Corse, la Méditerranée et le Monde musulman", douzièmes journées universitaires de Bonifacio (Editions A. Piazzola)

Cette dévotion de l'Immaculata est chère au cœur des Franciscains qui se feront les champions, avec les Jésuites, de ce qui n'était encore qu'une croyance et pas encore un dogme. C'est pourquoi il n'est pas rare, dans nos églises conventuelles franciscaines de Corse de la retrouver en bonne place, comme ici, à San Martinu di Lota, où St François place le couvent sous la protection de l'Immaculée Conception:

immaculée conception,joachim et anne,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

immaculée conception,joachim et anne,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

San Martinu di Lota, l'Immaculée Conception en compagnie de St François, St Jean-Baptiste, St Jacques, St Joseph et un donateur. Marc Antoine De Santis 1664

 

 

immaculée conception,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici

 

à Piedicroce , le même thème ... Ici le croissant de lune ressemble à la coiffe de Diane, pointes en l'air.

et ici encore, dans la gueule du serpent, le fruit défendu.

 

Le 8 décembre, en Corse, l'on a célèbre, avec l'Immaculée Conception, "a Festa di a Nazione" , la "Fête nationale de la Corse": en 1735, les grands hommes du moment, Sebastiano Costa, Luiggi Giafferi, Giacinto Paoli ...  définissent au Couvent d'Orezza la légitimité de la révolte des corses contre l'oppresseur génois et la naissance d'une Nation corse indépendante en commençant par ces mots:

" Le royaume choisit pour sa protectrice l'Immaculée Conception de la Vierge Marie, dont l'image sera peinte sur ses armes et ses étendards. On en célèbrera la fête dans tous les villages avec des salves de mousqueterie et de canon".

Je citerai Antoine Marie Graziani:

"La Vierge avait une importance particulière à Gênes. Au 17° siècle, chaque Doge génois apparaissait lors de son couronnement avec une représentation de la Vierge d'un côté et de la Corse de l'autre. Les nationaux corses se sont sans doute approprié ce symbole génois. J'ai tendance à croire que cette référence à l'Immaculée Conception a pris de l'importance à la fin du 19°siècle lors du conflit entre l'Eglise et l'Etat. Dans une Corse encore très catholique, certains y ont sans doute vu le moyen de se  démarquer de la République. Une position qui a dû s'exacerber avec la séparation de l'Eglise et de l'Etat en 1905 et les conflits entre catholiques et anticléricaux. (...) Cela fait une douzaine d'années maintenant, avec la montée politique du mouvement nationaliste, que cette date est réapparue dans notre actualité."

 

immaculée conception,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

à Bastia, oratoire de la Conception

 

immaculée conception,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

(photo M.E. Nigaglioni: merci! )

 

      Sur ce médaillon de la voûte de ce même Oratoire le peintre italien Francolini peint l'Immaculée, reprenant probablement le motif préexistant dans le décor du XVII° siècle :

 

    "Francolini : peintre italien dont l’activité est attestée en 1854-1855. A cette époque, il fait partie d’une équipe qui restaure le décor monumental de l’Oratoire de la Conception, à Bastia (sous la direction du peintre florentin Bernardo Francesco Sienni, chef de chantier). Francolini est chargé de l’exécution des trois médaillons principaux de la voûte." (M.E. Nigglioni )

 

Toujours est-il que, dans les églises de Corse, chantres, confrères, fidèles  chantent pour cette fête :

 

"Tota pulcra es , Maria

et macula originalis non es in te" (...) ,

" La Vierge immaculée est assimilée à la fiancée du Cantique des Cantiques. C'est la Sulamite du Pseudo-Salomon comme le prouvent les paroles inscrites sur un phylactère: Tota pulchra es, amica mea, et macula non est in te ,  et les métaphores bibliques semées autour d'elle comme les perles d'un collier. " ( Louis Réau: Iconographie de l'Art chrétien)

 

"Tota pulcra es , amica mea, et macula non es in te"...)

Ce beau chant alterné, transmis par des générations dans nos villages sur une trame musicale commune connait des variations d'une communauté à l'autre. A Speloncato j'ai le souvenir de la transmission de ce chant par feu notre cher sacristain Martin Ambrosini, Josette Giovansily, et par notre Marie Quilici.

Marie Quilici.jpg

Marie Quilici

Marie qui nous avait fait encore récemment le magnifique cadeau  imprévisible de sa voix et de son témoignage sur ce chant, lors des Journées du Patrimoine 2010, alors que nous évoquions les chemins de  la transmission du chant à Speloncato ... Une voix de dame âgée mais qui ne dévie pas de son centre, sans fioritures, naturelle et ferme. Une vraie leçon d'être au chant, et non de savoir faire. Malheureusement, pas d'enregistrement ...

Les chants transmis dans nos villages ne sont pas désincarnés, ni  fixés une fois pour toutes dans une partition : ils ont une vie, je devrais dire des vies,  une âme, une histoire, et toute la fragilité coriace d'un monde qui passe et résiste ...

Ce "Tota Pulcra es Maria" que l'on  retrouve dans les grands livres de chœur des couvents franciscains  des 17 et 18° siècles ...

 

 

immaculée conception,attributs mystiques de la vierge,fête nationale corse,speloncato,cambia,autun,zurbaran,piola,tiepolo,canari,piedicroce,marie quilici,litanies de la vierge marc antoine charpentier

à Speloncato, Collégiale Santa Maria Assunta:

l'autel de l'Immaculée Conception où chaque année  se célèbre la messe de l'Immaculée
(stucs du maestro Domenico Impernetti et de son élève, le jeune Antonio Sartori delle Ville, 1770)

 

15/11/2015

13 novembre: mes jours sont passés, mes projets anéantis ...

 

Toujours novembre,

encore la Mort

avec cette belle bannière de confrérie en Balagne

en dehors du temps et de toute idéologie ...

(et Job en écho aux attentats de Paris

« Post tenebras spero lucem »

"Après les ténèbres, j'espère la lumière ")

Feliceto Bannière de la Mort.jpg

Bannière de confrérie de Feliceto

La grande Faucheuse, a Falcina, élégamment drapée de nuit et sans quitter sa faux s'accorde quelque repos. Elle médite et ricane, accoudée au comptoir d'un tombeau: devant elle vacille la dernière lueur d'une chandelle épuisée, et un grand sablier lourdement posé sur un parchemin déroulé finit d'égrainer le temps :

 

 Dies mei transierunt cogitationes meae dissipatae sunt torquentes cor meum

Mes jours sont passés, mes pensées se sont dispersées qui tourmentaient mon coeur

 (Livre de JOB , 17:11, extrait de la Vulgate)

Traduction de la Bible de Jérusalem:

" Mes jours ont fui, loin de mes projets, et les fibres de mon cœur sont rompues"

Le livre de Job (et sa douloureuse interrogation sur le Mal, vieille comme l'humanité )  fait partie des lectures utilisées lors des Offices des Morts par les confrères : la bannière de Feliceto illustre cet usage.

En résonnance avec les attentats de Paris: à Speloncato, ce soir, un Office des Morts sera récité par les confrères à la mémoire des victimes des attentats de Paris et chanteront :

Job 14:1 L`homme né de la femme! Sa vie est courte, sans cesse agitée.

Job 14:2 Il naît, il est coupé comme une fleur; Il fuit et disparaît comme une ombre.

Job 14:3 Et c`est sur lui que tu as l`oeil ouvert! Et tu me fais aller en justice avec toi!

Job 14:4 Comment d`un être souillé sortira-t-il un homme pur? Il n`en peut sortir aucun.

Job 14:5 Si ses jours sont fixés, si tu as compté ses mois, Si tu en as marqué le terme qu`il ne saurait franchir,

Job 14:6 Détourne de lui les regards, et donne-lui du relâche, Pour qu`il ait au moins la joie du mercenaire à la fin de sa journée.

Job 14:7 Un arbre a de l`espérance: Quand on le coupe, il repousse, Il produit encore des rejetons;

Job 14:8 Quand sa racine a vieilli dans la terre, Quand son tronc meurt dans la poussière,

Job 14:9 Il reverdit à l`approche de l`eau, Il pousse des branches comme une jeune plante.

Job 14:10 Mais l`homme meurt, et il perd sa force; L`homme expire, et où est-il?

Job 14:11 Les eaux des lacs s`évanouissent, Les fleuves tarissent et se dessèchent;

Job 14:12 Ainsi l`homme se couche et ne se relèvera plus, Il ne se réveillera pas tant que les cieux subsisteront, Il ne sortira pas de son sommeil.

Job 14:13 Oh! si tu voulais me cacher dans le séjour des morts, M`y tenir à couvert jusqu`à ce que ta colère fût passée, Et me fixer un terme auquel tu te souviendras de moi!

Job 14:14 Si l`homme une fois mort pouvait revivre, J`aurais de l`espoir tout le temps de mes souffrances, Jusqu`à ce que mon état vînt à changer.

Job 14:15 Tu appellerais alors, et je te répondrais, Tu languirais après l`ouvrage de tes mains.

Job 14:16 Mais aujourd`hui tu comptes mes pas, Tu as l`oeil sur mes péchés;

Job 14:17 Mes transgressions sont scellées en un faisceau, Et tu imagines des iniquités à ma charge.

Job 14:18 La montagne s`écroule et périt, Le rocher disparaît de sa place,

Job 14:19 La pierre est broyée par les eaux, Et la terre emportée par leur courant; Ainsi tu détruis l`espérance de l`homme.

Job 14:20 Tu es sans cesse à l`assaillir, et il s`en va; Tu le défigures, puis tu le renvoies.

Job 14:21 Que ses fils soient honorés, il n`en sait rien; Qu`ils soient dans l`abaissement, il l`ignore.

Job 14:22 C`est pour lui seul qu`il éprouve de la douleur en son corps, C`est pour lui seul qu`il ressent de la tristesse en son âme

 

 Le texte d'où est extrait celui de la bannière:

Job 17
17:1
Mon souffle se perd, Mes jours s'éteignent, Le sépulcre m'attend.
spiritus meus adtenuabitur dies mei breviabuntur et solum mihi superest sepulchrum
17:2
Je suis environné de moqueurs, Et mon oeil doit contempler leurs insultes.
non peccavi et in amaritudinibus moratur oculus meus
17:3
Sois auprès de toi-même ma caution; Autrement, qui répondrait pour moi?
libera me et pone iuxta te et cuiusvis manus pugnet contra me
17:4
Car tu as fermé leur coeur à l'intelligence; Aussi ne les laisseras-tu pas triompher.
cor eorum longe fecisti a disciplina et propterea non exaltabuntur

On invite ses amis au partage du butin, Et l'on a des enfants dont les yeux se consument.
praedam pollicetur sociis et oculi filiorum eius deficient
17:6
Il m'a rendu la fable des peuples, Et ma personne est un objet de mépris.
posuit me quasi in proverbium vulgi et exemplum sum coram eis
17:7
Mon oeil est obscurci par la douleur; Tous mes membres sont comme une ombre.
caligavit ab indignatione oculus meus et membra mea quasi in nihili redacta sunt
17:8
Les hommes droits en sont stupéfaits, Et l'innocent se soulève contre l'impie.
stupebunt iusti super hoc et innocens contra hypocritam suscitabitur
17:9
Le juste néanmoins demeure ferme dans sa voie, Celui qui a les mains pures se fortifie de plus en plus.
et tenebit iustus viam suam et mundis manibus addet fortitudinem
17:10
Mais vous tous, revenez à vos mêmes discours, Et je ne trouverai pas un sage parmi vous.
igitur vos omnes convertimini et venite et non inveniam in vobis ullum sapientem
17:11
Quoi! mes jours sont passés, mes projets sont anéantis, Les projets qui remplissaient mon coeur...
dies mei transierunt cogitationes meae dissipatae sunt torquentes cor meum
17:12
Et ils prétendent que la nuit c'est le jour, Que la lumière est proche quand les ténèbres sont là!
noctem verterunt in diem et rursum post tenebras spero lucem
17:13
C'est le séjour des morts que j'attends pour demeure, C'est dans les ténèbres que je dresserai ma couche;
si sustinuero infernus domus mea est in tenebris stravi lectulum meum
17:14
Je crie à la fosse: Tu es mon père! Et aux vers: Vous êtes ma mère et ma soeur!
putredini dixi pater meus es mater mea et soror mea vermibus
17:15
Mon espérance, où donc est-elle? Mon espérance, qui peut la voir?
ubi est ergo nunc praestolatio mea et patientiam meam quis considerat
17:16
Elle descendra vers les portes du séjour des morts, Quand nous irons ensemble reposer dans la poussière.
in profundissimum infernum descendent omnia mea putasne saltim ibi erit requies mihi

 

texte extrait de la Vulgate et traduction tirés de : http://bibleglot.com/pair/FreSegond/Vulgate/Job.17/

Job G. La Tour 1630.jpg

Job raillé par sa femme, Georges de La Tour 1630, Epinal

En attendant, quelles que soient nos "cogitationes"

et pour répondre et résister  à la terreur,

(même pas peur!)

 ne manquons pas de partager nos fêtes :

" Prendre soin de la vie et de l'humain, avec une infinie tendresse et une obstination sans faille, est, aujourd'hui, la condition de toute espérance."

(à nouveau, Philippe Mérieu)

11/07/2015

Découverte du Ghjunsani avec la Montagne des Orgues, jeudi 16 Juillet

Association Saladini de Speloncato 


               

« LA MONTAGNE DES ORGUES »

 

Une journée initiatique et conviviale pour rencontrer la Corse autrement, vous immerger dans ses paysages et ses communautés villageoises, découvrir son riche patrimoine religieux, son histoire, ses traditions rurales : des clefs pour vous ouvrir les églises, vous faire comprendre leur sens caché et vous faire entendre leurs orgues historiques que l’on vous joue pendant le parcours …


                                

Basilic et griffon copie.jpg

Jeudi 16 Juillet 2015

HAUTE BALAGNE et GHJUNSANI

 

 Accueil à 9h à PALASCA, sur la place de l’église, puis découverte de la vallée haute du Ghjunsani avec VALLICA, OLMI CAPPELLA, PIOGGIOLA,  enfin  SPELONCATO …

La journée, commencée dans la belle église de Palasca se déroule ensuite dans la vallée haute du Ghjunsani, sous le Monte Padre (2390 m)  : évocation des légendes, vitalité du tissu social et des confréries, du chant polyphonique, des orgues historiques, et présence internationale du théâtre de l’Aria … Cette balade patrimoniale et musicale se terminera dans le beau village médiéval de Speloncato, avec sa Collégiale – la plus ancienne  des quatre de Corse- et l’un des orgues les plus attachants de l’île.

 

01 orgue Crudeli volets ouverts blog.jpg

 

 

Les fonds récoltés lors de ces journées contribuent à la restauration et à la valorisation de ce patrimoine.

Participation aux frais : 30 € par personne – gratuit pour les enfants de moins de 12 ans – mi-tarif pour les 12/18 ans.

Renseignements et réservations au :

 04 95 61 34 85 -  06 17 94 70 72

e mail : elizabethpardon@orange.fr

Site : www.lamontagnedesorgues.com/ 

02/05/2015

La Montagne des Orgues, Jeudi 6 Mai, dans le Ghjunsani ...

Association Saladini de Speloncato 


 

                 « LA MONTAGNE DES ORGUES »

 

Aicardo et Castellini Vierge à l'Enfant.jpg

(Belgodère, la Vierge à l'Enfant d'Aicardo et Castellini)

 

 

 

Une journée initiatique et conviviale pour rencontrer la Corse autrement, vous immerger dans ses paysages et ses communautés villageoises, découvrir son riche patrimoine religieux, son histoire, ses traditions rurales : des clefs pour vous ouvrir les églises, vous faire comprendre leur sens caché et vous faire entendre leurs orgues historiques que l’on vous joue pendant le parcours …


                                

14 -  Belgodère - orgue Lazari 1761 pour le couvent des Servites de Belgodère- transféré àSt Thomas en 1797 - restauration Loriaut 2006.jpg

le petit orgue Lazari, 1761, provenant du couvent des Servites

 


Jeudi 7 Mai 2015

HAUTE-BALAGNE et GHJUNSANI

 

 Accueil à 9h à BELGODERE, sur la place de l’église, puis découverte de la lumineuse région de montagne du Ghjunsani avec VALLICA, OLMI CAPPELLA, PIOGGIOLA,  enfin  SPELONCATO …

La journée, commencée dans l’église San Tumasgiu de Belgodère se déroule ensuite dans la vallée haute du Ghjunsani, sous le Monte Padre (2390 m)  : évocation des légendes, vitalité du tissu social et des confréries, du chant polyphonique, des orgues historiques,  présence du théâtre de l’Aria … Cette balade patrimoniale et musicale se terminera dans le beau village médiéval de Speloncato, avec sa Collégiale – la plus ancienne  des quatre de Corse- et l’un des orgues les plus attachants de l’île.

 

 

Renseignements et réservations au :

04 95 61 34 85 / 06 17 94 70 72

e mail : elizabethpardon@orange.fr

Site : www.lamontagnedesorgues.com/  Blog : elizabethpardon.hautetfort.com/

 

 

08/03/2015

Balade autour du Bestiaire fantastique de Speluncatu: le Basilic et le Griffon

 

Une balade hors du temps

autour  du Bestiaire fantastique de Speluncatu,

sous le sceau de la dualité 

le Basilic et le Griffon

 

"A qui lui demandait : "Si un incendie était en train de détruire ta maison, qu'est-ce que tu te hâterais de sauver ? " Jean Cocteau répondit : "Le feu. "

le basilic et le griffon.jpg

 le tympan (début XII°s.?) de  feu l'église San Stefano de l'antique village de Giustiniani: il  orne aujourd'hui le portail de la Collégiale Santa Maria Assunta de Speloncato.

Un bref rappel: le village de Speloncato s'est développé à cheval sur deux pièves distinctes, celle de Tuani (vallées des affluents de la rive droite du Regino) et celle de Sant'Andrea (haute vallée du Regino et ses affluents), un cas de figure rarissime. Ecoutons ce qu'en dit, dans sa  Description de la Corse au XVI° s.,  Agostino Giustiniani (1470- 1536) : la Pieve de Tuani comprend "  les  ensembles habités de Quercioli, Belgodère, Occhiatana,  Ville, Costa, Cavalleragie et   Speloncato. Et Speloncato, quant à la juridiction ecclésiastique, appartient moitié à la pieve de Tuani et moitié à celle de Sant'Andrea. " De l'autre côté, la Pieve de Sant'Andrea,   "qui renferme les villages de Nessa, Feliceto, Casenove, Muro et Giustiniani" (Avapessa n'est pas alors mentionné).

 

 

Chapelle San Filipu.jpg

Sur le chemin muletier entre Speloncato et le site antique de Giustiniani,

la petite chapelle baroque de San Filippu (de Neri): une chapelle "récente" au regard de l'antiquité de   l'occupation humaine dans cette région bénie ... Un peu plus loin se trouve le site de San Martinu, l'église annexe de San Stefano, elle aussi aujourd'hui disparue , et que viendra par la suite remplacer dans le rôle de paroisse l'église Santa Catarina au village.

(Summarium : merci Edouard!)

A propos de l'occupation de la communauté de Giustiniani dans la plaine de Speloncato : elle fait donc partie de la pieve de Sant'Andrea : "On rencontre  Giustiniani ou  Yustignano, Iustignano dans les documents du XIII° siècle (G. Pistarino, Le carte, pp.14 et sq.). Les ruines éparses de ce village et de son église (San Stefano) se trouvent aujourd'hui sur le territoire de la communauté de Speloncato (rouleau du Plan Terrier n°8 - lieu-dit Santo Stefano)" (in: Description de la Corse, par Agostino Giustiniani, préface, notes et traduction d'Antoine-Marie Graziani, éd. Piazzola, p.89).

En résumé pour diverses raisons (en particulier d'insécurité ) , les familles de Giustiniani vont donc peu à peu délaisser leur habitat de la plaine, leur antique église San Stefano, migrer vers les hauteurs et s'installer à Speloncato (versant pieve de Sant'Andrea), autour de leur oratoire Santa Catalina qui prendra par la suite le titre d'église paroissiale après l'abandon progressif de San Stefano et San Martino.

 

la tour de Giustiniani.png

e Torre de Giustiniani, entre X° et XVI ° s. ...

Voir la note du site de Speluncatu Noi Tutti sur le sujet:  http://www.noitutti.com/articles.php?lng=fr&pg=518

Toute cette région intéressait grandement Geneviève Moracchini Mazel qui est venue l'interroger à plusieurs reprises en compagnie des anciens . Saluons ici la mémoire de cette grande dame de l'archéologie médiévale insulaire qui nous a quittés il y a déjà maintenant un an, mais qui continue d'habiter tous ces sites pour lesquels elle a donné toute l'énergie et les intuitions de sa vie.

sous Giustiniani.jpg

sous e Torre, des maisons anciennes du village abandonné au XVII° s. de Giustiniani

Les thermes.jpg

un riche territoire rural occupé depuis le néolithique et investi par le monde romain:  

ici, les fameux "Bagni", thermes romains.

 Voir à ce sujet la note de Noi Tutti:

http://www.noitutti.com/articles.php?lng=fr&pg=536

 

Mais avant d'arriver à I Bagni et e Torre, l'on rencontre au bord du chemin le site de San Stefano, l'église de Giustiniani, aujourd'hui disparue . "En 1646,  lors de la visite pastorale de Mgr Marliani, l'église S.Stefano était déjà détruite et le curé de Speloncato touchait les revenus du "benefizio semplice di S. Stefano ... chiesa distrutta alla spiaggia" (G. Moracchini-Mazel ,  Les églises romanes de Corse, p.236 )

 

Sto Stefano Giustiniani.jpg

Sur le site de San Stefano

l'on aperçoit en hauteur les maisons de Speloncato et

 au premier plan, une aire de battage et un pagliaghju.pierres aire.jpg

On a comme souvent par le passé ailleurs , réutilisé de belles pierres de l'église  romane San Stefano pour le pavage de l'aghja,

pagliaghju pierres angle.jpg

ainsi que pour construire le pailler,  taillées dans des granits de différentes couleurs : San Stefano devait avoir fière allure, avec son harmonie polychrome et son tympan sculpté .

mur du tympan.jpg

C'est dans le mur de cette maisonnette ...

 

tympan paillier copie.jpg

que se sont trouvés piégés pour de longues décennies nos deux animaux fabuleux après la ruine de l' église.

Délogés une seconde fois de leur habitat champêtre, contraints d'abandonner  San Stefano et suivant la migration des anciens habitants de Giustiniani vers les hauteurs,   ils trouvent refuge  dans la crypte de l'église St Michel/ Sta Maria Assunta de Speloncato (versant pieve de Tuani).  Là ils subissent quelques longues années de purgation avant de retrouver enfin une place digne de leur statut, au-dessus du linteau de la porte d'entrée de la collégiale.

portail avec tympan.JPG

Mais qui sont ces étranges gardiens du sanctuaire,?

Nulle part ailleurs en Corse, à ma connaissance, nous ne voyons semblable tympan où je choisis de  lire la lutte  d'un Basilic et d'un Griffon .

 

Speloncato.jpg

 

A gauche un étrange volatile à la tête surmontée d'une aigrette ou plutôt d'une crête, le corps me semble-t-il terminé par une queue de serpent enroulée, à moins qu'il ne s'agisse  d'un  vulgaire croupion et d'une paire d'aile - (le bas-relief a souffert par le passé d'un excès de zèle et reste difficile à interpréter) s'attaque à un quadrupède puissant, un corps de fauve et une tête  d'aigle au large bec crochu  , la queue fouettant l'air, et deux grandes ailes déployées comme pour défendre un passage : une vision dramatique, ardente, de combat entre deux bêtes fantastiques   nées des premiers temps de l'humanité, chargée d'un message  pour ces hommes du Moyen-Âge et qu'il nous faut tenter d'approcher en déposant notre carapace raisonnable de gens du XXI°s. En nous laissant conduire par notre imaginaire le plus archaïque, le plus instinctif , celui-là même qui surgit à l'improviste dans nos rêves,  peuplant parfois nos nuits de créatures inquiétantes ou bienfaisantes dans les situations les plus anodines. 

 

Deux animaux tout droit sortis des "Bestiaires" médiévaux (issus  de l'antique premier Bestiaire chrétien, le  Physiologos, entre le II° et le IV° s. qui a inspiré durablement tous les Bestiaires médiévaux ) après un long temps d'adaptation au christianisme:

"Les Bestiaires sont des livres qui nous racontent et nous font voir  les rêves du Moyen Âge.

 (...) Leur éclairage  résulte d'un discours idéologique. (...) Nous voilà donc devant les monuments d'un faux savoir zoologique. La logique du vivant n'y est qu'en apparence naturelle. Rien de plus arbitraire que ce système culturel qui va enfermer la pensée occidentale dans une ménagerie orientale. Il est vrai qu'il s'agit , en fin de compte, de prêcher le christianisme, religion née au Moyen-Orient, en figurant le dogme par des légendes animalières là-bas plus familières. L'implantation des idées se fait par bouturage en jardin d'acclimatation exotique. Bel exemple d'acculturation, illustrant la construction d'un système de pensée sur des schémas venus de l'étranger. Les traditions gauloises, romaines et germaniques sont broyées par une machine gréco-orientale, fabriquant encore, dix siècles après son invention, des thèmes religieux et des motifs esthétiques pour séduire l'Europe médiévale." ( Daniel Poirion , dans Le Bestiaire, Histoires dites naturelles, p. 13- Ed. Philippe Lebaud)

 

A quels archétypes venus du fond des âges appartiennent ces créatures fantastiques qui peuplent l'univers de nos chapelles, églises  et cathédrales  romanes ?  Comme souvent, ces animaux fabuleux s'avèrent singulièrement polyvalents, évoluant au fil du temps, tantôt fastes, tantôt néfastes, tour à tour protecteurs ou destructeurs ...

Je vais devoir prendre parti, sans certitude aucune ...

Et pour commencer, je déciderai donc de voir dans mon petit volatile de gauche  un Basilic, plutôt qu'une huppe ou une quelconque gallinacée. Il faut dire que ça m'arrange. Voyez plutôt:

 

Le Basilic ( Basileus,  le petit roi)

"Le Basilic, antithèse du Coq emblématique

De même que le Coq fut souvent l'image du Sauveur, le Basilic fut celle de Satan, l'Adversaire, l'Anté-Christ, après avoir été, dans les cultes préchrétiens, l'emblème du Mal et de la Mort" (  Le Bestiaire du Christ, Louis Charbonneau-Lassay p. 641, éd. Albin Michel)

basilic copie.jpg

 (merci Leo!)

 basilic cathédrale Metz.jpg

le basilic de la Cathédrale de Metz s'apparente assez au nôtre :

une  créature hybride,  redoutable malgré sa petite taille, entre  une quinzaine et une cinquantaine de centimètres et qui appartient au monde rampant des serpents, mais aussi à celui des oiseaux .

Un basilic qui a de nombreux ancêtres lointains,  

tombe du quadrige infernal serpent 3 têtes copie.jpg

 dont ce terrible serpent  à trois têtes à crêtes de coq, gardant la tombe étrusque dite "du Quadrige infernal" (fin IV° s. a. J.C.), dans la nécropole des Pianacce à Sarteano.

 

 On le trouve mentionné à plusieurs reprises dans l'Ancien Testament: Isaïe menaçant les Philistins leur prédit que " de la race de la couleuvre sortiront le basilic et son fruit, qui est un serpent ailé et de feu".  Pline l'ancien, dans sa description du basilic,  signale que son sang aurait des vertus plutôt inattendues venant de ce petit monstre meurtrier , lui attribuant "le pouvoir  de faire réussir  l'homme près des puissances dans les demandes, près des dieux dans les prières, de guérir les maladies et de prévenir les maléfices. Certains l'appellent Sang de Saturne" (Pline , Histoire naturelle, XXIX, 19) . Bon, tout n'est pas perdu!

 Son apparence se modifie au Moyen-Age, il est doté de pattes et son apparence hybride mi-coq,  mi-serpent révèle une symbolique complexe et contradictoire:

- coq,  courageux et vaillant, il a le pouvoir de capturer avant l'aube et d'annoncer par son chant le retour de la lumière, et , pourvu d'ailes, il appartient au monde du Ciel ; mais son regard tue,  irradiant comme le soleil qu'on ne peut regarder en face.

serpent, intelligent et patient, il rampe à la surface de la Terre,  communique avec le monde souterrain  (et les morts) qu'il affectionne particulièrement ; mais son haleine fétide empoisonne l'eau des sources et des puits. 

 

 

" Une femelle crapaud, alors qu'elle se sentait fécondée, vit un œuf de serpent, s'assit dessus pour le couver jusqu'à ce que ses petits viennent au monde. Ils moururent, mais elle continua de couver l'œuf du serpent jusqu'à ce que s'y manifeste une vie nouvelle, et cette vie fut placée dès lors sous le signe du serpent de l'Eden ... Le petit brisa la coquille, se glissa hors de l'œuf mais exhala aussitôt de puissantes flammes... Il tue tout ce qu'il rencontre." 

(Hildegarde de Bingen , 1098- 1179)

 

 

   

Son seul regard tue et son haleine épouvantable condamne à mort celui qui la respire ... Il semble que seule la belette puisse l'affronter sans crainte . 

  St Augustin qui le considère comme le roi des serpents ne tient guère en estime Parmi les péchés capitaux, le Basilic représente la Luxure. * 

On trouve également une variante du Basilic avec une tête de chien ou de loup:

Basilic tête chien baptistère Parme copie.jpg 

 

 

 

 

comme ici sculpté sur

le Baptistère roman de Parme

Basilic chapiteau Reims.jpg

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 ou comme ici sur ce chapiteau de la Cathédrale de Reims

 

 

 

 

 

Un petit monstre peu fréquentable, puant, tueur invétéré ,  et que l'on ne peut vaincre qu'en le forçant à se regarder lui-même dans un miroir. A chacun son basilic intérieur qu'il convient d'affronter avec lucidité et prudence, tout un programme, me semble-t-il. En tous cas, nettement une créature plutôt diabolique, un emblème ou, à tout le moins, un serviteur de l'Esprit du Mal.

"Dans la Kabbale, le Basilic est la monture de l'ange infernal Azagel, parce que ce monstre ne tue pas seulement par le regard, mais par les germes de la peste et des maladies contagieuses qu'il porte avec lui" (ibid. Le Bestiaire du Christ, Louis Charbonneau-Lassay, p. 646, )

En somme une créature sans âge  qui  fut, est et sera , continuant d'empoisonner à sa source l'eau de la vie, et  à qui j'attribuerai volontiers aussi les innombrables fléaux de notre temps ,  égoïsmes,  intolérances,  obscurantismes, fanatismes de tous poils,  écailles et  plumes, avec leurs lugubres cortèges de guerres, assassinats, viols, désespoirs, folies, exodes, désastres écologiques et pollutions définitives ...

 

***

  Face au Basilic

le Griffon déploie ses ailes aquilines 

  

griffon copie.jpg

le Griffon de San Stefano

Parmi les animaux hybrides venus du fond des âges  la symbolique chrétienne a souvent choisi le griffon "pour figurer la nature et l'excellence du Christ divin" (Charbonneau, le Bestiaire du Christ).

 Un corps de lion ,  des ailes et une tête d'aigle, souvent du reste pourvue d'oreilles de cheval. Un héritage qui nous vient de loin:

              Cnossos salle du trône.jpg

 

ici à Cnossos (capitale Minoenne de la Crète, Age du bronze,),

la salle du Trône, bien gardée par la frise de ces magnifiques griffons

 

les griffons de Persépolis .jpg

ou ce chapiteau de colonne portant ces deux griffons achéménides de Persépolis (la Ville des Perses),  gardiens de l'Allée des processions (V° s. a. J.C.).

Symbole de la Perse et de son antique religion le Mazdéisme où s'affrontent les deux Esprits primordiaux - pour faire simple - du Bien et du Mal, le Griffon apparait comme le symbole du dualisme entre ces deux principes fondamentaux, développés par la doctrine du Zoroastrisme : au sein d'un monothéisme,  le dualisme du Bien et du Mal, de la Lumière et des Ténèbres, de la Vie et de la Mort ... jamais l'un sans l'autre, mais, à la fin des temps, la victoire annoncée de la Lumière sur les Ténèbres.

Une vision qui séduit toujours autant : sans oublier  le Manichéisme et les hérésies cathares, "Le Seigneur des Anneaux", "Harry Potter" vous connaissez ?

Dualisme ou gémellité ? Tout homme, en tous cas, a toujours le choix d'affirmer, par ses actes, sa préférence. 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Zoroastrisme

http://www.clio.fr/bibliotheque/le_mazdeisme_la_religion_des_mages.asp

 

 

Une religion qui sans doute imprègnera durablement le Judaïsme et le peuple des Hébreux lors de leur déportation à Babylone, lorsque les Perses prendront la ville au VI° s. a. J.C. ... Et dont héritera peu ou prou le Christianisme, qui aura à lutter, entre autres,  contre les tentations des dérives manichéennes .

Là encore le Griffon apparait dans toute sa complexité hybride , doté d'une abondante parentèle ailée, lié au pouvoir, à la vie et à la mort, au bien et au Mal, tantôt démon, tantôt génie protecteur, et toujours représenté avec une tête de rapace: une puissance "hiéracocéphale" (comme le dieu Horus des Egyptiens) qui aura beaucoup d'avatars:

 

Assyrie un génie ailé avec arbre de vie Louvre.jpg

comme dans cette représentation du griffon "fertilisant "  l'Arbre de Vie (à l'aide d'une pomme de pin) , mi-homme, mi-aigle: un génie serviteur de Nergal, dieu des Enfers, à l'origine maléfique puis protecteur - Palais du Roi Assurnasipal II ( Assyrie, IX° s. A. J.C.) - Musée du Louvre.

Gardiens des trésors, du sacré, de l'arbre de vie et de l'arbre de la connaissance, n'hésitant pas à anéantir du bec et des griffes les téméraires qui  violent les frontières du mystère, nos griffons font partie de la grande fratrie de ces êtres hybrides nés à l'aube des âges: ils assurent leur service  solaire auprès des dynasties puissantes et des dieux dans ce Moyen-Orient fertile, dans la Crète du Roi Minos, à Mycènes  ou en Egypte ...

 

Israël griffon de Megiddo 1300 a. J.C..jpg

tel ce griffon sculpté dans l'ivoire (datant de 1300 a.J.C.)  et qui provient du site de Megiddo (à 90 km de Jérusalem)

 

 

palais Darius Suse la frise des griffons.jpg

ou ce cousin proche,  lion/griffon  de la frise du Palais des Achéménides à Suse, 510 a. J. C. (Musée du Louvre)

Lamassu taureau ailé de Dur-Sharrukin -713 a.J.C.jpg

- ou ce puissant "Lamassu", taureau ailé, génie protecteur posté de part et d'autre des portes du palais de Sargon II à Dur-Sharrukin ( 713 a. J.C.)- Musée du Louvre.

(petite,  ces personnages colossaux et énigmatiques m'impressionnaient terriblement  )

[un patrimoine humain mondial pré-islamiste  aujourd'hui dramatiquement menacé de destruction définitive par les intégristes islamistes - il faut dire qu'avant eux, Alexandre le Grand s'était chargé de l'anéantissement de Persépolis ...]

http://www.france24.com/fr/20141224-images-onu-liste-tres...

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-paul-baquiast/090315/...

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orien...

 

 

 

 [ mais même les incendies et bombardements ne pourront détruire le feu de la spiritualité]

- ou ces "Keroubim"- Chérubins (créatures de sainteté, "ceux qui communiquent", "qui prient", terme et concept empruntés directement de l'imagerie babylonienne) dont nous parle l'Ancien Testament :

 - après la chute d'Adam et Eve , Yahvé les chasse du jardin d'Eden: " Il bannit l'homme et il posta devant le jardin d'Eden les chérubins et la flamme du glaive fulgurant pour garder le chemin de l'arbre de vie." (Genèse 3-24)

- ou les immenses statues de Chérubins aux ailes déployées du Temple de Salomon

- ou l'extraordinaire vision d'Ezéchiel dont héritera la chrétienté à travers la représentation du  Tétramorphe (les quatre Evangélistes et leurs symboles ailés: l'Homme de St Matthieu, le Taureau de St Luc, le Lion de St Marc, et l'Aigle de St Jean):

 

(gravure tirée de la Bible de l'Ours, 1569)
Ezechiel Bible de l'Ours 1569.jpg10:1 Je regardai : sur la voûte céleste qui était au-dessus de la tête des keroubim il y avait comme du lapis-lazuli; on voyait au-dessus d'eux quelque chose dont l'aspect ressemblait à un trône.
10:2 Il dit à l'homme vêtu de lin : Entre à l'intérieur du tourbillon sous les keroubim, remplis tes mains de braises que tu prendras entre les keroubim, et jette-les sur la ville ! Et il y alla sous mes yeux.
10:3 Les keroubim se tenaient à droite de la Maison quand l'homme arriva, et la nuée remplit la cour intérieure.
10:4 La gloire du SEIGNEUR s'éleva de dessus le keroub sur le seuil de la Maison; la Maison fut remplie de la nuée, et la cour fut remplie de la clarté de la gloire du SEIGNEUR.
10:5 Le bruit des ailes des keroubim se fit entendre jusque dans la cour extérieure, pareil à la voix du Dieu-Puissant lorsqu'il parle.
10:6 Ainsi, quand il ordonna à l'homme vêtu de lin : « Prends du feu à l'intérieur du tourbillon, entre les keroubim ! », il alla se placer près de la roue.
10:7 Alors le keroub étendit la main entre les keroubim vers le feu qui était entre les keroubim; il en prit et le mit dans les mains de celui qui était vêtu de lin. Il le prit et sortit.
10:8 Quant aux keroubim, une forme de main humaine apparaissait sous leurs ailes.
10:9 Je regardai : il y avait quatre roues près des keroubim, une roue près de chaque keroub; l'aspect de ces roues avait l'éclat d'une pierre de chrysolithe.
10:10 Par leur aspect, toutes les quatre se ressemblaient; chaque roue paraissait être au milieu d'une autre roue.
10:11 Quand elles se déplaçaient, elles allaient sur chacun de leurs quatre côtés; elles ne viraient pas en se déplaçant; elles allaient dans la direction de la tête, sans virer en se déplaçant.
10:12 Tout le corps des keroubim, leur dos, leurs mains et leurs ailes, étaient remplis d'yeux tout autour, de même que les roues, leurs roues à eux quatre.
10:13 J'entendis qu'on appelait les roues « Tourbillon ».
10:14 Chacun avait quatre faces; les faces du premier étaient des faces de keroub, les faces du deuxième des faces d'homme, pour le troisième des faces de lion, et pour le quatrième des faces d'aigle.
10:15 Et les keroubim montèrent. C'était le vivant que j'avais vu près du Kebar.
10:16 Quand les keroubim se déplaçaient, les roues allaient à côté d'eux; quand les keroubim déployaient leurs ailes pour s'élever de terre, les roues, à leur côté, ne viraient pas.
10:17 Quand ils s'arrêtaient, elles s'arrêtaient; quand ils s'élevaient, elles s'élevaient avec eux, car le souffle du vivant était en elles.
10:18 La gloire du SEIGNEUR se retira du seuil de la Maison et se plaça sur les keroubim.
10:19 Les keroubim déployèrent leurs ailes et montèrent de terre sous mes yeux quand ils partirent avec les roues. Ils s'arrêtèrent à l'entrée de la porte de la maison du SEIGNEUR, côté est; et la gloire du Dieu d'Israël était sur eux, en haut.
10:20 C'était le vivant que j'avais vu sous le Dieu d'Israël près du Kebar, et je sus que c'étaient des keroubim.
10:21 Chacun avait quatre faces et quatre ailes et, sous leurs ailes, ce qui ressemblait à des mains humaines.
10:22 Leurs faces ressemblaient à celles que j'avais vues près du Kebar; c'était le même aspect, c'était eux-mêmes. Chacun allait droit devant lui.

(EZ. 10)

 

 

vision d'Ezechiel 1573.jpg

autre gravure de 1573: la vision d'Ezechiel, façon OVNI

... des Keroubim/Chérubins redoutables, ardentes antennes du Verbe .

Rien à voir avec les charmants chérubins putti qui suivront!

 

 

 

 Le monde ancien des griffons étant d'une richesse inépuisable,  pas question ici d'en faire le tour exhaustif. Toujours est-il qu'il ne cesse d'être présent, traversant les âges, survolant les déserts, les montagnes et les mers, sortant ici ses griffes redoutables, perdant là quelques plumes,  atteignant le grand nord, les monts  de l'Hyperborée, et même au-delà, la Scythie, pays des Arimaspes :

 

griffons et Arimaspes, 370 a. J.C. Musée du Louvre.jpg

Scène de Grypomachie:

lutte de griffons contre les  légendaires Arimaspes., peuple cyclope.

(autour de 370 a. J. C. - Musée du Louvre)

Dans l'univers des Grecs, il est consacré à Apollon, dieu de lumière et de beauté, dont il garde les trésors (Hérodote).

Apollon et griffon art grec.jpg

Apollon chevauchant un griffon. Coupe attique - 380 a. J. C. Kunsthistoriche Museum de Vienne.

"Et, conception plus haute, ils  [les Grecs] le considéraient comme "le gardien, aussi, des voies du salut" (le Bestiaire du Christ, ibid.) : il lutte alors contre les êtres malfaisants ... rampants comme le serpent et le basilic en particulier.

 

Animal "psychopompe" (ou "psychagogue"), de ses ailes puissantes il élève au ciel les âmes des défunts: c'était le rôle, dans l'Egypte ancienne, du griffon Sefer " qui se transformait , s'identifiait avec les offrandes brûlées des sacrifices, et, par leurs fumées, portait vers le ciel les âmes des morts pour lesquels elles avaient été offertes".

Un rôle que l'on va retrouver dévolu à St Michel Archange à l'époque médiévale, lui qui d'une main armée d'une lance ou d'une épée maîtrise le Malin- dragon-serpent  et de l'autre pèse les âmes,  permettant aux justes de s'élever au ciel ...

 

St Michel pesant les âmes blog.jpg

Aregno, église de la Trinité, fresque de St Michel (1448).

Le magnifique et redoutable Archange St Michel dans sa dualité :  tout comme le griffon, à la fois gardien impitoyable au bras armé d'une épée ou d'une lance terrassant Satan, et passeur d'âme (psychopompe), pesant les défunts et conduisant ceux qui le méritent vers le ciel. 

Une constante dans l'iconographie de nos chapelles à fresques de Corse.

***

Un autre épisode significatif se trouve dans les légendes d'Alexandre le Grand restituées au XII° s. , récits aussi populaires et largement diffusés que la Bible elle même :

Alexandre et les griffons Hans Scäufelein copie.jpg

le grand roi Alexandre, lors de ses voyages, aurait capturé deux griffons dans une contrée étrange et sauvage, puis, les ayant fait jeûner trois jours, les attache à une sorte de nacelle de bois et de cuir (voire, à son trône) , qu'il fait s'envoler en leur tendant sous le bec un morceau de viande du bout de sa lance ... " Il monte jusqu'au ciel de feu. La chaleur excessive le contraint enfin à descendre, ce qu'il fit en abaissant sa lance." (ibid. Le Bestiaire du Christ)

 

 

 

gravure d' Hans Scäufelein (1480/1539)

 

Alexandre -Jean Wauquelin - XV°s. BNF Manuscrits.jpg

Jean Wauquelin, Alexandre emporté par les griffons -
Flandre ( XV° s.) -BNF, Manuscrits, Français 9342 fol. 180v

Pour l'historien de l'art Emile Mâle "Alexandre , c'est l'orgueil humain, c'est la science qui veut arracher à Dieu ses secrets. L'homme monte, il entre avec audace dans la région des mystères, mais c'est une région sans limite, et il faut qu'enfin il s'arrête devant de nouveaux mystères" (cité par Charonneau-Lassay, ibid, dans le Bestiaire du Christ p. 371). 

Je crois entendre s'interroger tout haut nos astrophysiciens et autres fous de l'infiniment petit ...

***

 Revenons-en au Moyen-Âge , un temps où l'on ne doute pas de la réalité du griffon, au même titre que de celle du lion, de la hyène, du basilic, du hérisson ou de la salamandre, et dont on tire des leçons morales tout-à-fait édifiantes à défaut d'une connaissance scientifique infaillible.

 

Voici ce qu'en dit le Physiologos (cf .plus haut) dont se sont inspirés les Bestiaires médiévaux : 

 

" LE GRIFFON

 

Le griffon est un oiseau qui est d’une taille supérieure à celle de tous les oiseaux du ciel. Il se dresse en Orient, dans le port du fleuve Océan ; et lorsque le soleil se lève, surgissant des profondeurs des eaux, et qu’il inonde le monde de ses rayons, le griffon, justement, déploie ses ailes et capte l’incandescence du soleil pour éviter que la terre habitée ne soit entièrement brûlée. Un second griffon les accompagne jusqu’au crépuscule, selon ce qui est écrit sur ses ailes : « avance, toi qui donnes la lumière, donne au monde la lumière ».

De la même façon la divinité est accompagnée de deux griffons en marche, autrement dit l’archange Michaël et la sainte Mère de Dieu, et ils captent l’incandescence du soleil, autrement dit la colère de Dieu, pour éviter qu’il ne dise à tous les hommes : « je ne vous connais pas », et que sa colère ne les brûle entièrement."

 

Le Griffon, après quelque temps de disgrâce et de mauvaise réputation dans les tout premiers temps du christianisme où on le soupçonne de servir les forces du Mal,  va se trouver réhabilité et son symbolisme va s'enrichir de nouveaux attributs qui finiront par en faire l'emblème du Christ

 alliant la puissance solaire du lion à l'action céleste de l'aigle,  faisant communiquer la terre et le ciel, reliant la matière à l'esprit, le monde tellurique au monde cosmique, celui des morts et celui des esprits célestes entre lesquels vivent les hommes,  il va symboliser la double nature du Christ, humaine (lion) et divine (aigle), et sa double royauté : le lion, roi des animaux terrestres, et l'aigle roi des créatures célestes.

 

Dante Alighieri, dans sa Divine Comédie, met en scène dans ses Chants du Purgatoire  le symbolisme christique du Griffon, "l'animal à la double nature" ("ch'è sola una persona in due nature"), aux ailes immenses, tirant le char symbolique de la vision d'Ezechiel sur lequel descend Béatrice à la rencontre de Dante:

 

Sandro Botticelli - Dante -le char du Griffon.jpg

 Sandro Botticelli, entre 1480 et 1500, Purgatoire: le char mystique tiré par le Griffon

Le Griffon, c'est à dire l'Homme-Dieu, le Christ, attache le char à l'arbre de la connaissance du bien et du mal desséché, dévitalisé par le péché originel d'Adam et Eve, et le faisant reverdir et fleurir:

 " Bienheureux es-tu, Griffon, qui de ton bec ne détache rien de cet arbre agréable au goût, puisque se tordent dans la douleur les entrailles qui s'en nourrissent" ( Purgatoire, Chant XXXII )

***

Là encore, pour les alchimistes, le Griffon est un emblème important:

Aurora consurgens - 1410, le combat du soleil et de la lune.jpg

Aurora Consurgens-1410

le combat du soleil et de la lune:

"Dans le combat que se livrent l'aigle (volatil) et le lion ( fixe), il faut que les deux protagonistes soient réciproquement confondus pour constituer finalement le griffon, c'est-à-dire un seul et même corps parfaitement fixe et indivisible (...)"

(Les clés secrètes de l'alchimie -Fabrice Bardeau, édit. Lanore)

Mais il faut bien reconnaître que dans l'iconographie du Moyen-Age on rencontre parfois aussi l'autre versant du Griffon, alors emblème de Satan: il porte alors souvent de monstrueuses ailes de chauve-souris, un arrière-train dragonné avec une queue reptilienne ...  iconographie que l'on retrouve également dans certains blasons,

armoieries d'Hérimoncourt.jpg

 

Comme ici, les armoiries d' Hérimoncourt, au griffon rampant et lampassé, et aux ailes de chauve-souris.

 

 

 

 

 

 

 

La figure du griffon  se retrouve dans d'innombrables armoiries,

 

armoieries Ville de Gênes Père Accinelli (XVIII°).jpg

                              

comme ici dans ce Blason de la République de Gênes, vues par le Père Accinelli au XVIII° s. :

on peut reconnaître en haut du blason soutenu par deux griffons la tête de Maure de la Corse ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

poids pour le Doppia de Gênes 1792-97.jpg

 

 

et, toujours à Gênes,

ce poids pour le Doppia de Gênes,

(1792- 97)

 

 

 

Blason de Volterra griffon et basilic.jpg 

et  ici à Volterra:

sur ce blason, le noble Griffon règle son compte à l'infâme Basilic ...

 

Une remarque : ici l'identité du Bien (Griffon) n'existe pas en soi, elle ne peut se manifester que dans la relation au Mal (Basilic) ... Nous voilà revenus au dualisme du temps de Zoroastre et cette image nous rapproche du tympan de Speluncatu

 

***

 Revenons enfin en Corse :

qu'en est-il du Griffon et du Basilic de Speluncatu?

 

Basilic et griffon copie.jpg

Au mieux, c'est un dialogue, comme diraient certains chefs d'état dans l'impasse, entre deux principes fondamentaux, opposés ... voire complémentaires. Bref un gentil petit couple.

 

Au plus réaliste c'est un combat sans merci, et notre Griffon de Speloncato (anciennement de San Stefano) ouvre largement ses ailes immenses pour protéger nos gens du Basilic tueur : je ne doute pas qu'il arrive, comme à Volterra, à maîtriser l'Adversaire. 

 

Car j'ai définitivement choisi : pour les besoins de ma lecture, je décide de voir  à Speloncato la queue serpentine du  Basilic et non le croupion déplumé d'une Poule ou d'un Coq. Parce que si c'était une Poule, tout mon scénario tomberait à l'eau car elle serait alors l'emblème de la bonté vigilante  du Sauveur et il faudrait revoir en négatif le rôle de son adversaire, le Griffon ... Ainsi en est-il du monde complexe des symboles, à  chacun sa lecture.

 

Enfin, depuis que ce tympan a élu domicile au-dessus de la porte de l'église Saint Michel - devenue Collégiale Santa Maria Assunta en 1749 -  notre Griffon se voit en outre symboliquement investi de la mission du passeur d'âmes, du "psychopompe" attribuée à St Michel.

 

Où retrouver d'autres Basilics et d'autres Griffons en Corse ? Pour ma part je connais deux tympans qui évoquent le même univers:

 

 

 

Portail Mariana.jpg

Le décor de la porte occidentale de la Cathédrale  de Mariana:

au-dessus du linteau et du tympan sculptés en plat-relief,  les six claveaux de l'archivolte forment une frise d'animaux. De gauche à droite :

- une sorte de lion

-  puis deux griffons ailés à tête d'aigle s'affrontent bec à bec

-  vient ensuite au centre de la frise l' Agneau mystique, agenouillé et portant sa croix

-  sur sa droite un loup bondit vers lui, la gueule ouverte sur des crocs menaçants, prêt à le déchiqueter

-  le cinquième claveau montre un cerf atteint dans sa course par un chien portant un collier et qui lui mord déjà le flanc

-  enfin le sixième claveau porte deux basilics affrontés à tête de loup ...

Piedicorte  portail roman.jpg

à Piedicorte di Gaggio :

l'archivolte, le linteau et le tympan semi-circulaire romans réemployés à la base du clocher de l'église paroissiale actuelle Sta Maria Assunta .

" Le style de ces entrelacs et de ces sculptures rappelle celui de la porte occidentale de l'église Santa Maria Assunta, ancienne cathédrale de Mariana, dite la Canonica; c'est pourquoi nous avons pensé que ces œuvres pouvaient être contemporaines, c'est-à-dire dater des environs de 1100 " (ibid. G.Moracchini-Mazel, Les églises romanes de Corse p. 334)

De gauche à droite:

-  deux bêtes féroces affrontées,

- puis un griffon,  bien centré,

- qui combat sur sa droite, un basilic à tête de loup.

 

Piedicorte le griffon.jpg

le Griffon de Piedicorte 

  Piedicorte Basilic.jpg

et "son" Basilic

Enfin, il faut signaler le monde perdu de la cathédrale San Marcello d'Aleria, évoqué par Geneviève Moracchini-Mazel:

mésopotamie,speloncato,cathédrale de mariana,piedicorte,symbolisme du griffon et du basilic

Aléria - Bas-relief publié par Mérimée en 1840 et provenant vraisemblablement de la cathédrale San Marcello (début XII°s.).

"(...) Mérimée a publié une sculpture qu'il a vue en 1840 remployée sur le mur d'une maison qu'on venait de construire dans le petit hameau d'Aleria, et qui lui semblait "provenir de quelque église détruite aujourd'hui";

Pour G. Moracchini-Mazel, " il est probable en effet que ce bas-relief provient bien de la cathédrale San Marcello, en raison de son style" ( Les églises romanes de Corse, p. 104)

 Ce bas-relief n'a malheureusement pas été retrouvé . Il s'inscrit nettement dans le même dualisme qu'à Speloncato ...

Ouvrez l'oeïl !

A suivre ...

A faire, une lecture intéressante sur le voyage iconographique au Haut Moyen-Âge et qui concerne le sujet:

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cr...