Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2018

une journée en Castagniccia mardi 12 Juin

Association Saladini de Speloncato

 

« LA MONTAGNE DES  ORGUES »

à la découverte du PATRIMOINE

 

Mardi 12 JUIN 2018

 

une journée en CASTAGNICCIA

Christ Pantocrator blog.jpg

(San Tumasgiu: le Christ Pantocrator)

 

Des parcours initiatiques et festifs pour rencontrer la Corse autrement, s'immerger dans ses paysages et ses communautés, découvrir son histoire, son  patrimoine,  ses traditions rurales : des clefs pour vous ouvrir les églises, vous faire comprendre leur sens caché et entendre leurs orgues historiques que l’on vous joue.

 

 

 

 

 Accueil à 9h, sur le parking du Super U de Ponte Leccia. Découverte des fresques de la chapelle San Tumasgiu à Castellu di Rustinu, du site archéologique paléochrétien et roman de Santa Maria di Rescamone, des églises baroques de Stoppia Nova ( Notre-Dame du Mont Carmel, La Porta ( Saint Jean-Baptiste, orgue 1780), et Piedicroce ( Saint Pierre et Saint Paul) .

 

orgue piedicroce façade.jpg

(Piedicroce: façade de l'orgue Spinola, 1619)

Réservation et renseignements au :

06 17 94 70 72  / 04 95 61 34 85

Parcours en véhicule personnel

Prévoir son pique-nique

 

22/05/2018

2/ La chapelle San Quilicu di Cambia: les fresques

La chapelle San Quilicu di Cambia

2°/ partie: les fresques (XVI° siècle)

San Quilicu ensemble blog.jpg

 Derrière l'autel moderne au massif pied de bois, les fresques peintes dans l'abside en cul de four, en partie occultées par l'ensemble de stuc plus tardif (17°s) du maître-autel  flanqué de ses ailes.

 

Madeleine Allegrini a réalisé dernièrement la restauration de ces fresques de San Quilicu, leur  restituant leur fraîcheur: on peut lui envier ces longs moments passés dans l'intimité de cette chapelle, malgré le froid et la solitude ...

 

Il règne ici un esprit d'enfance. Ici plus qu'ailleurs, c'est une profusion de personnages et de décors fleuris planant dans une atmosphère de tendresse absolue. Oeuvre d'artiste populaire qui veut bien faire, essaie de se plier aux exigences iconographiques des commanditaires, s'embrouille parfois dans les consignes, mais témoigne de l'essentiel malgré les maladresses ou les erreurs, fait voler ses anges façon Chagall dans des nuées d'étoiles, parsème les robes de sapôtres de fleurettes, de rinceaux.

"Le Trône de Grâce" (sic)

San Quilicu le Trône de Grâce blog.jpg

Vision de la Trinité

Au centre de l'abside, au-dessus de la fenêtre meurtrière, et à l'emplacement traditionnel du Christ Pantocrator, c'est ici un mystèrieux "Trône de Grâce" de la Trinité entouré d'anges gracieux : dans sa mandorle, sous  la colombe de l'Esprit Saint, Dieu le Père tient en son giron son Fils crucifié.

 Sans doute à la demande du commanditaire, l'artiste a représenté la Trinité et non pas, comme dans d'autres chapelles de Corse ( Pastureccia,  Sermanu, Valle di Campuloru,  Castirla, Favallelu, Gavignanu...)  le seul Christ Pantocrator.

De celui-ci, il a tout de même étrangement emprunté la silhouette générale et majestueuse, la taille imposante et le livre traditionnel ("EGO SUM LUX MUNDI ET VIA VERITAS") mais ce doux vieillard au regard empreint de mansuétude, aux sourcils interrogatifs, à la bouche bien dessinée sous un nez aquilin, à la barbe blanche et à la calvitie avancée, qui vous bénit du coeur de l'abside est bien Dieu le Père, tenant sur ses genoux le Fils en Croix, la tête  inondée  de l'Esprit Saint. sous sa forme de colombe. Le message de la Trinité est on ne peut plus clair. Le bleu intense du fond de la mandorle soulignée d'une guirlande végétale fait efficacement ressortir l'ensemble.

San Quilicu Dieu le Père et St Esprit blog.jpg

  Et de part et d'autre, le Soleil et la Lune... petite erreur de notre fresquiste, la Lune (l'Ancien Testament) et le Soleil (le Nouveau Testament) ont échangé leur place :  le Nouveau Testament éclairant l'Ancien Testament et la place de droite étant toujours privilégiée, la lune devrait être à la gauche de la Trinité et le soleil à sa droite ... Mais, en vérité, qui trouvera à redire?

 

 

le soleil.jpg

Bien rond, sanguin et ardent, mais le regard étrangement lointain, le Soleil du Nouveau Testament

 

la lune.jpg

... et coiffée de son croissant, exsangue , mélancolique et pâle, la Lune de l'Ancien Testament

 

 

 

le Christ copy.jpg

 

D'un graphisme un peu maladroit, le Christ en croix dans le giron du Père, comme l'enfant Jésus dans le giron de sa Mère.

Là aussi, l'artiste s'applique à dire les choses: le sang jaillit des plaies du Crucifié couronné de longues épines acérées.

A propos du "Trône de Grâce", connaissez-vous celui de l'église paroissiale de Palasca?

Palasca Trône de Grâce blog.jpg

Palasca, la Trinité entourée d'anges récoltant le sang du Christ dans des calices.

Ici, Dieu le Père nimbé de lumière et coiffé d'une tiare papale, soutient la Croix et  présente son Fils avec toute la dignité requise: la Colombe de l'Esprit Saint plane entre sa barbe et le Christ ...

Le Tétramorphe  - et les anges

Petit rappel à propos du Tétramorphe ("quatre formes"): 

C'est la représentation symbolique des quatre Evangélistes. Une vision qui plonge ses racines dans la nuit des temps du monde ancien , fluctue, s'enrichit au cours de l'aventure humaine et des civilisations, donnant en tous cas à l'homme cette assise solide du chiffre quatre: le carré ( cf. la muraille carrée de la Jérusalem céleste), les quatre bras de la croix, les quatre saisons, les quatre points cardinaux, les quatre fleuves du Paradis, les quatre lettres du nom de Dieu YHVH ( Y: l'homme; H: le lion; W: le taureau; H: l'aigle) ,  les quatre prophètes (Isaïe, Jérémie, Ezéchiel, Daniel) et les quatre docteurs de l'Eglise (Augustin, Ambroise, Jérôme, Grégoire le Grand), les quatre Evangélistes, etc ... pour ne parler que du monde judéo-chrétien, car ce chiffre symbolique se retrouve sur tous les continents, nourrit la cosmologie de toutes les civilisations ...

 

San Quilicu l'ange de st Mathieu et un ange blog.jpg

L'Evangéliste Saint Mathieu: l'Ange, la plume et le Livre à la main. A son côté, un ange délicat et blond acclame la mandorle de la Trinité.

 

San Quilicu l'Aiglle st Jean et un ange blog.jpg

De l'autre côté de la mandorle, l'Evangéliste Saint Jean : l'Aigle, perché sur le Livre et un autre ange à la robe fleurie. Les sortes d'étoiles aux pieds des anges évoquent les nuées célestes ...

Le Lion et l'Ange blog.jpg

Sous l'Evangéliste Mathieu, le Lion de Saint Marc: "Oups!", petit problème d'étiquetage!

 

Le taureau et l'Aigle blog.jpg

Et ici, bien sûr, le Taureau de Saint Luc et l'Aigle de Saint Jean : notre fresquiste n'avait peut-être pas bien entregistré la consigne ...

Un peu de révision, donc...

Dans l'interprétation christique d'Honorius d'Autun (XII°s.):

 "Christus erat homo nascendo,

Vitulus moriendo,

Leo resurgendo,

Aquila ascendendo"

 

 

Saint Matthieu  : le Christ nait  homme  (Mathieu commence son Evangile avec le récit de la naissance de Jésus)

Saint Luc : Il est Taureau en mourant (l'animal privilégié des sacrifices)

Saint Marc : Il est Lion en ressucitant

Saint Jean : Il est Aigle en montant vers son Père ( symbole de l'ascension de l'esprit vers le ciel)

Ce Tetramorphe est représenté traditionnellement dans l'abside de nos chapelles de Corse, entourant ou accompagnant le Tout-Puissant , "Celui qui siège sur le trône" (Jean):

"Autour du trône se tiennent quatre Vivants, constellés d'yeux par devant et par derrière. Le premier Vivant est comme un lion; le deuxième Vivant est comme un jeune taureau; le troisième Vivant  a comme un visage d'homme; le quatrième Vivant est comme un aigle en plein vol. Les quatre Vivants, portant chacun six ailes, sont constellés d'yeux tout autour et par dedans" (...) qui " ne cessent de répéter jour et nuit: "Saint, Saint, Saint, Dieu maître de tout, il était, il est et il vient"

(La vision de saint Jean)

 

 

San quililcu ange à côté du Lion.jpg

Et, dans leur nuage étoilé,  ces anges éperdus d'amour,

 

un ange près duTaureau.jpg

 

  dans leur belle robe à fleurettes

adorent

Et les autres ...

 

(à suivre!)

 

 

 

 

 

 

 

1/ la chapelle San Quilicu à Cambia

A l'attention des amis de la FAGEC: ces trois notes sur la chapelle San Chirgu de Cambia que les caprices de la météo nous ont empêché de voir dans de bonnes conditions!

 

En Castagniccia, la chapelle San Quilicu di Cambia. Pieve di e Vallerustie.

(Je reprends la note de l'hiver 2008 et la complète avec des images des fresques restaurées dernièrement par Madeleine ALLEGRINI)

1°/ La chapelle romane et ses décors sculptés

San Quilicu est blog.jpg

(à la lumière de cet été, le chevet de la chapelle, orientée comme il se doit à l'est)

 Pour la visite, s'adresser à la mairie de Cambia.

Cette chapelle San Quilico (alias saint Cyr) - comme sa petite sœur voisine dédiée à Santa Maria- semble dater du début du XIIIème siècle - leur fondation n’étant confirmée par aucun témoignage historique. On la découvre avec émerveillement blottie au secret d’une chênaie vigoureuse, au bord d'un ancien chemin muletier fort pentu qui descend à l'ombre des arbres. En hiver le grondement du torrent  caché ajoute au mystère du lieu ...

San Quilico sud ext blog.jpg   

 (La nef mesure 12,60 m de long, 4,60m de large; l'abside: 3,20m en ouverture et 1,65m en profondeur, mesures données par l'archéologue  Geneviève MORACCHINI-MAZEL dans  "Les églises romanes de Corse", ouvrage de référence publié en 1967

 

Ses murs de schiste gris blondissent au moindre rayon de soleil , rythmés par la musique des arcatures et de leurs modillons sculptés sous la corniche, des fenêtres meurtrières, des deux portes surmontées de leurs tympans en fort relief. L’élégance dynamique de l’ensemble, la variété des sculptures, leur formidable vitalité est, à chaque visite,  un enchantement …

 

 

San Quilicu avec Marie Germaine blog.jpg

 ( en ce mois d'août 2010, la façade ouest, avec notre chère Marie -Germaine Mary Conrad)

 

 Une histoire verticale

 

(Où l'espèce humaine devient à son tour, tant bien que mal,  championne de la verticalité)

 

 "Si vous mangez du fruit de l'arbre, vous serez comme des dieux"Adam Eve serpent arbre.jpg

 

 Le tympan de la porte de la façade occidentale illustre la scène de la tentation au Paradis du couple originel. Un arbre puissamment enraciné pousse droit, et le Serpent qui s'enlace autour du tronc avec force et élégance dépose dans la main d'Eve le fruit de la Connaissance par où l'humanité évolue vers son destin. 

Avez -vous remarqué? Le Serpent semble sortir du corps d'Eve et lui fait l'offrande d'amour (et de la petite graine si utile à la croissance et la multiplication de la descendance humaine - ce que le bon Adam pour l'instant ignore).

Le serpent se dresse. 

 Animal par la suite rampant et voué à la terre, fluide ou immobile, il s'arrache du monde horizontal et glaiseux auquel il appartiendra pour se dresser de toute sa volonté, s'élèver de toute sa vigueur intelligente. Dans cette recherche verticale, il a besoin de l'arbre pour atteindre le plus haut des degrés supérieurs concevables ...

Dualité du serpent:  symbole de mort, de luxure, bref, du Mal, ou bienveillant et guérisseur (le serpent d'airain érigé par Moïse dans le désert, le serpent d'Esculape sur le caducée, le Christ rédempteur figuré sous forme de serpent sur la Croix...). Quoi qu'il en soit, si besoin est, le serpent se dresse. A moins qu'il ne se morde la queue - mort et résurrection de l'ouroboros ... En tous cas si souvent présent sur le tympan de nos chapelles romanes qu'il faut bien s'accommoder de cette rencontre fatale.

  Car le serpent est le symbole de l'intelligence, de tous les animaux, c'est même le plus rusé. Sa sagesse acquise, volée? se double de séduction: à la fois tentateur et gardien du sacré, il utilise l'arbre du Paradis pour s'élever et, en faisant goûter ses fruits, entraîne, nous dit-on,  la mort spirituelle de ceux qu'il a séduits en leur faisant la promesse trompeuse d'une élévation au rang des dieux. Connaissance et Immortalité.

 - Il a choisi Eve pour atteindre Adam: c'est la plus vive, la plus avide de sensations nouvelles, la plus téméraire, la plus spontanée peut-être aussi? Ou bien la plus intéressée, la plus envieuse, la plus calculatrice? Et qui pourrait dire à quel moment précis ces deux-là en ont fini avec la pureté de coeur?

 

"Si je parle à l'homme, il ne m'écoutera pas, car il est difficile d'infléchir l'esprit d'un homme. Voilà pourquoi je préfère m'adresser d'abord à la femme dont l'esprit est plus superficiel (et la voilà entamée, la vaste histoire des femmes trop curieuses, en passant par Barbe Bleue!). Je sais qu'elle m'écoutera car la femme prête attention à chacun. (Glosez comme vous voudrez)

 

 Adam, tout comme Eve, tend la main du désir vers le fruit défendu:  ils ne l'ont pas encore croqué le fruit que déjà ils ont pris la mesure de leur nudité, de leur différence, et se cachent le sexe de leur grande main maladroite... Leur conscience s'éveille...  Deux étoiles stylisées  accompagnent dans leur chute celle de nos pauvres parents... Annonce d'amour, d'exil et de mort.

L'Arbre du Paradis lui aussi s'élève, mais naturellement et sans artifices, sans engrais chimiques ni tripotages transgéniques - pas encore eu besoin de les inventer, la terre d'Eden est naturellement bio et généreuse ... A lui seul il contient toute notre nostalgie de l'ascension après la chute et d'une communication terre/ciel. Le monde judéo-chrétien partage cette symbolique universelle de l'arbre/ axe du monde/ échelle cosmique avec bien d'autres civilisations:

"Dans l'ordre rituel,  rappelons-nous le cas typique des chamanes qui dressent le tronc d'un bouleau au centre de leur hutte, le sommet passant par le trou de fumée assimilé au pôle céleste, et en font l'ascension rituelle pour déboucher dans l'au-delà"

(Le monde des Symboles, éditions Zodiaque, p. 331)

  

Le futur Arbre de la Croix.

 

Axe cosmique de l'univers, l'Arbre exprime la croissance naturelle de la vie et l'aspiration de l'homme intérieur à se régénérer par la vie spirituelle: ses racines solides plongent dans le monde souterrain, celui des enfers, celui de l'obscurité - d'aucuns diraient celui de l'Inconscient, celui des trépassés, mais aussi celui de l'humus nourri des reliques des Saints, et il projette ses branches vers le monde céleste, en recevant lumière, spiritualité ("Pater noster qui es in caelis")  et eaux fécondantes. Curieusement, les branches de l'arbre préfigurent à leur façon les bras de la Croix.

 Aregno l'arbre et la croix blog.jpg

(enlacés, dans leur message cohérent, l'Arbre de la connaissance et la Croix: église pisane de la Trinité à Aregno, Balagne)

 

L'Arbre de la Croix :

 

 "(...) Cet Arbre qui s'étend aussi loin que le ciel, monte de la terre aux cieux. Plante immortelle il se dresse au centre du ciel et de la terre: ferme soutien de l'univers, lien de toutes choses, support de toute la terre habitée, entrelacement cosmique, comprenant en soi toute la bigarrure de la nature humaine. Fixé par les clous invisibles de l'esprit, pour ne pas vaciller dans son ajustement au divin; touchant le ciel du sommet de sa tête, affermissant la terre de ses pieds, et, dans l'espace intermédiaire, embrassant l'atmosphère entière de ses mains incommensurables. (...)

 

Hymne composé par Hippolyte de Rome au IIIème siècle

 

 

 

A propos du fruit offert à Eve par le serpent. 

En Corse on pourrait y voir, à la place de la pomme, une figue, ce qui faciliterait grandement par la suite le premier habillage d’Adam et Eve : les feuilles du figuier sont juste d'une taille  adéquate- sinon d'un grand confort lorsqu'on en connait les vertus urticantes - pour cacher ce sexe qu’ils viennent honteusement de découvrir – c’est du reste ainsi qu’Albert Dürer choisit de figurer cette scène - La feuille du pommier serait trop petite, la feuille de bardane assurément trop encombrante et peut-être n’en auraient-ils pas eu sous la main, bref  la figue fait parfaitement l’affaire, d’autant que c’est un fruit plutôt chargé de sens : la figue et le raisin ne sont-ils pas les attributs de Dionysos et de Priape ? Une invitation à «  consommer » la figue dont nous sommes tous issus…

Et si ce n’est pas une figue, c’est une pomme, bien sucrée et toute féminine, même si l’on sait que la pomme n’était encore présente en Orient à l’époque de la Genèse … Et si c’est une pomme, cela facilite aussi grandement l’interprétation puisque son nom latin est malum, le terme recouvrant du reste d’autres fruits comme le coing, la grenade, le citron, la pêche, l’orange, homonyme de malum, le Mal. Nous y voilà ! Et c’est Eve bien sûr qui en fait cadeau à son grand benêt d’Adam, lequel manque de s’étouffer en la mangeant trop avidement (on le représente souvent portant la main à sa gorge : d’où la pomme d’Adam). 

 

Si l’on trouve fréquemment sculptée sur nos églises romanes de Corse cette représentation de la Tentation d’Adam et Eve, elle disparaît  de l’iconographie dans les églises baroques de l’île : c’est que le Concile de Trente  est passé par là transformant cette malédiction du péché originel en message de rédemption. 

C’est ainsi que Marie, la mère du Christ venu racheter le péché originel, a transmuté le nom de EVA, notre mère originelle,  en AVE et en message de paix:

"Sumens illud ave

Gabrielis ore

Funda nos in pace

Mutans Hevae nomen"

Annonciation blog.jpg

                    ( l'Annonciation  de l' église d'Altiani )

 Désormais, sur les autels retables de nos églises,   la Vierge nimbée de lumière écrasera sous ses pieds nus le serpent du Mal, et, regardez bien, la plupart du temps, le Malin tient dans sa gueule une pomme … juste un petit rappel sympathique.

Piedicroce Immaculée Conception blog.jpg

 l'autel de l'Immaculée Conception à St Pierre et St Paul de Piedicroce

Piedicroce Immaculée Conception détail serpent.jpg

  (sale Bête, va!)

Les symboles traversent les siècles sans se soucier du politiquement correct et les sculpteurs de cette époque n’étaient pas pudibonds, on en aura quelques exemples savoureux sur les murs de cette chapelle ...

 

personnage de l 'abside.jpg

Le petit personnage impudique installé au-dessus du chevet salue béatement chaque matin le soleil levant.

 Sur les façades latérales, tous les modillons des arcs sont ornés de décors sculptés: têtes humaines ou animales, étoiles, fleurs, cordelières, croix , alternent avec des motifs géométriques.

San Quilicu Grandez'oreilles.jpg

(Oyez, oyez, Grandez'oreilles)

 

San Quilicu serpent à 2 têtes.jpg

(le Serpent bicéphale)

 

San Quilicu tireur de langue  blog.jpg

 

 

 ( le tireur de langue: faire la grimace pour éloigner les mauvais esprits ?)

  Et voici une charmante image, mi-ange, mi -diablotin , l'une de mes préférées !

s Quilicu ange blog.jpg

(Alleluia!)

et un peu plus loin, cette bien curieuse sirène bifide... que l'on retrouve du reste ailleurs sur nos chapelles (Murato, Aregno ...) :

sirène bifide.jpg

                 ... plutôt triton ou drac, non? ... En tous cas, voilà un être symbolique qui semble contrôler son aventure : thème fréquent chez les imagiers romans. Vous pouvez retrouver sur ce sujet un essai d'interprétation dans le livre d'Anne et Robert Blanc: " Monstres, Sirènes et Centaures, symboles de l'art roman" , aux Editions du Rocher.

S; Quilico tympan sud.jpg

 

 (le tympan de la porte sud)

 La façade latérale sud est percée d’une porte surmontée d’un très beau tympan posé sur un linteau massif et mouluré : sous l’arc surhaussé où courent des entrelacs élégants lui faisant une auréole, un personnage se tient solidement debout, jambes écartées, sa tunique (me semble-t-il) serrée à la taille  par une ceinture. De sa main gauche il empoigne le cou d’un gros serpent aux dents menaçantes et de l’autre il s’apprête à trancher la tête du monstre avec son glaive : le serpent monstrueux se tord puissamment autour de l’homme dont toute l’attitude déterminée et calme proclame la victoire du Bien sur le Mal…

 

 

C’est par cette porte que j'entrerai: dans la pénombre, les fresques nous attendent, nouvellement restaurées par Madeleine Allegrini ...

San Quilicu ensembledu fond blog.jpg

(à suivre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3°/ La chapelle San Quilicu di Cambia (pieve de Vallerustie), les fresques (suite)

Et les autres ...

 

San Quilicu St Michel blog.jpg

Dans l'écoinçon de gauche, le grand Saint Michel Archange à l'ouvrage : terrasser le Démon et ses diablotins, inlassablement  peser les âmes en transit , pas de répit : la retraite n'est pas pour lui . Toujours magnifiquement cuirassé et armé, chevalier céleste incontournable dans nos chapelles . Dans sa main gauche, la balance fatidique et ses deux plateaux habités:

San Quilicu la balance blog.jpg

Avez-vous remarqué ses jambières? Deux têtes menaçantes armées de crocs, de quoi mettre en déroute le Malin, qui justement tente d'attaper cette petite âme pécheresse avec une espèce de pince à sucre. L'âme de droite,  sereine et dévote, s'apprête pour l'ascension céleste ... Procédé efficace, le sol, sous le Diable ferré, marque la profondeur dans la fuite de ses carreaux.

San Quilicu Diableries blog.jpg

Grand Saint Michel, gardez-nous de cette sale engeance griffue et poilue!

 Ste Julitte et saint Quilico blog.jpg

 

 

Dans l'écoinçon de droite, le groupe imposant des saints patrons de cette chapelle: Santa Giulitta (Sainte Julitte) en robe safran et manteau bleu et son fils , le petit San Quilicu (saint Cyr), dont on ne voit que les pieds, dépassant de sa tunique rouge ...

 

Santa Giulitta visage.jpg

Toute la grâce et la douceur du visage de Santa Giulitta ... martyrisée ainsi que son fils à Tarse, lors des persécutions de Dioclétien. Le petit San Quilicu, à peine âgé de trois ans, meurt assommé sur les marches du tribunal en proclamant sa foi chrétienne ... Il est très populaire sur l'île où il a reçu un grand nombre de lieux de culte dès le Moyen-Age (cf.l'article qui lui est consacré dans le  très précieux ouvrage Corsica Sacra , p. 29, de Geneviève Moracchni Mazel).

 

 

San Quilicu statue blog.jpg

Le petit martyre

La Vierge et l'Enfant et St Pierre blog.jpg

 

A gauche de la fenêtre meurtrière, la Sainte Vierge assise et tenant l'Enfant Jésus bénissant,  debout sur ses genoux. A leur côté, Saint Pierre les regarde, tout fondu de tendresse ...

 

... suite et fin : 

Pieds d'apôtres blog.jpg

les Apôtres   

San Quilicu série d'apôtre droite blog.jpg

Sur le côté droit de l'abside, une série de saints apôtres, drapés dans leur  beau chamarré et serrant contre le coeur le Livre : à gauche, Paul et l'épée de son martyre, puis  Jacques et son bourdon, Philippe, Barthélémy et le couteau de son supplice, Simon, et ? ...

 

San Quilicu série gauche d'apôtres blog.jpg

Et à gauche: on reconnait  le jeune Jean à son visage imberbe , André avec la croix de son supplice présumé et ses poissons (il est le saint patron des pêcheurs), Pierre et ses clefs ...

Humanité compatissante de ces visages barbus qui reflètent une même douceur dans les regards:

visage de st Barthélémy.jpg

Saint Barthélémy

 

 

visage de st Philippe.jpg

 

Saint Philippe

 

visage de st Simon.jpg

Saint Simon

 

visage de st Pierre.jpg

Saint Pierre

 

visage St André.jpg

Saint André

 

visage de st Paul.jpg

 

Saint Paul

 

visage de st Jacques.jpg

 

Saint Jacques "Fils du tonnerre"

visage de St Jean.jpg

Saint Jean, "l'apôtre péréféré"

Manquent quelques personnages, cachés par les ailes du maître-autel construit au XVII°s contre les pieds-droits de l'arc. Fallait-il détruire l'ensemble de stucs pour retrouver l'ensemble des fresques ?

 

 

San Quilicu ensemble  petit.jpg

La profusion des éléments décoratifs occupe tout l'espace possible: carrelages en perspective, papiers pliés,  tissus ornés de rinceaux, de fleurettes, étoiles ... notre fresquiste vernaculaire n'est pas avare de son art !

En tous cas il laisse ici une oeuvre poétique, naïve  et intemporelle qui nous touche profondément par sa spontanéité et sa tendresse.

 

A nouveau, je vous invite à retrouver le beau livre de Joseph ORSOLINI: L'ART DE LA FRESQUE EN CORSE DE 1450 A 1520 (édition du Parc Naturel Régional de la Corse)

le vase.jpg

ici le vase qui surplombe le sommet l'arc triomphal, travaillé à la façon d'un vase d'étain aux motifs repoussés: il contient , tel le hanap magique des romans médiévaux, toute l'abondance divine, inépuisable ...

 

 

 

 

 

14/05/2018

les exilés de l'Enfer: "Lasciate ogni speranza voi ch'entrate" , où l'Enfer de Dante s'invite à San Tumasgiu di Pastureccia...

Les exilés de l'Enfer

à la chapelle San Tumasgiu di Pastureccia,

Castellu di Rustinu

Où l'Enfer de Dante s'invite à San Tumasgiu di Pastureccia

 

Une découverte majeure

à San Tumasgiu di Pastureccia:

sur le mur sud ,

la fresque de l'Enfer nous révèle un message jusqu'ici ignoré:

..."Per me si va nella città dolente"...

San Tumasgiu mur sud copie.jpg

La chapelle San Tumasgiu di Pastureccia, à Castellu di Rustinu, bien connue des amateurs de fresques en Corse, montre la seule scène d'Enfer (ou de Purgatoire infernalisé ?) à notre connaissance sur l'île. Un Enfer peint sur le mur sud de la chapelle et qui jouxte la représentation de six saints protecteurs, Marie-Madeleine et François, Lucie et St Antoine Abbé,  Catherine d'Alexandrie et Jean-Baptiste.

La chapelle ne va pas bien et attend désespérément depuis trop longtemps sa restauration. Le toit a été enfin refait et ne fuit plus, mais de nombreuses années ont laissé les fresques lessivées par le ruissellement des pluies parfois torrentielles: espérons qu'enfin prochainement se décidera et se réalisera enfin le sauvetage de cet ensemble exceptionnel ...

Un débat agite tous ceux qui fréquentent San Tumasgiu s'agit-il d'une représentation de l'Enfer ou du Purgatoire  ? La question se pose car les âmes condamnées aux tourments ne semblent pas toujours bien affectées par leur peine.

chaudrons garnis.jpg

 Dans  la partie basse de la scène, des chaudrons où mijotent les âmes bien au chaud et que touillent méchamment les diables de service: ces âmes ne semblent pas vraiment désespérées et attendent plutôt  patiemment la fin de leur passage en cuisine .

Ne serait-ce pas plutôt une vision du Purgatoire ? Il est plausible que l'ensemble des fresques de San Tumasgiu ait été commandité par les franciscains, dont on voit le saint fondateur immédiatement à gauche et "au contact" de cette scène, seulement séparé par un décor de papier plié:

entre deux.jpg

Le Poverello est en compagnie d'une grande sainte pécheresse, la belle Marie-Madeleine. Le message est clair: vous pouvez vivre dans le monde, succomber aux multiples tentations qui guettent l'humanité, si, à l'exemple de François et Marie-Madeleine, vous rencontrez et épousez le message divin, si vous l'acceptez au risque de tout perdre et si vous vous convertissez en passant par la porte étroite d'un repentir sincère et d'un changement radical de vie, vous serez sauvés et gagnerez la vie éternelle: message d'espérance!

l'enfer,le purgatoire,san tumasgiu di pastureccia

 

St François montre ici de son index tendu que la rédemption passe par la Croix et la Passion du Christ, cette Passion qui se trouve justement représentée sur le mur nord qui fait face :

 

ensemble fresque Passion mur nord blog.jpg

(le mur nord de la chapelle San Tumasgiu)

Or, à la suite de St François, les franciscains développèrent cette pastorale de la rédemption plus que celle de la terreur . C'est sans doute pour cela que l'on ne trouve guère d'images infernales dans nos fresques insulaires, puisque, on le sait, l'implantation très ancienne de l'Ordre des Frères Mineurs s'est développée en Corse au cours des siècles de façon spectaculaire au point d'imprimer durablement la mentalité religieuse de tout un peuple. Qu'en était-il en 1503, date évoquée par les anciens du village qui se souvenaient de l'avoir lue, avant son effacement.

 

Purgatoire ou Enfer?

 

Diable bleu.jpg

Voyez ce beau spécimen de diable : 

Je crains qu'il ne s'agisse ici tout de même plutôt de l'Enfer ... 

 

enfer luxure.jpg

Un enfer où chacun trouve la mesure de sa punition: ici un diable entreprenant s'occupe du péché de luxure.

goinfrerie copie.jpg

et là, de la goinfrerie ...

L'enfer serait-il, entre autres, un au-delà effroyable de la satiété, du trop-plein,

bref, de la sur-consommation des plaisirs? 

 

 

Satan.jpg

Vers le haut le grand Lucifer dévore ses victimes... par la bouche d'en haut et par celle d'en bas!  Il n'aurait pas sa place au Purgatoire, dont le rôle "rassurant" est de purger les fautes par le feu et, les âmes ainsi allégées de leurs scories, de leur ouvrir le chemin du Paradis . Lucifer, en revanche, est bien le personnage central de l'Enfer, lui, l'ange lumineux et beau, déchu, transformé en monstrueuse créature toute puissante et jamais assouvie ...

Une iconographie tôt présente de l'autre côté de la mer:

Giotto Lucifer.jpg

Ainsi avec ce terrible Lucifer ventripotant et vorace de la fresque du Jugement dernier de Giotto di Bondone, à la chapelle Scrovegni de Padoue, en 1306 : Giotto (1267-1337), l'exact contemporain de Dante Alighieri (1265 - 1321) ...

Giotto chapelle Scrovegni.jpg

A la droite du Christ, les Elus, à sa gauche, les Damnés ... 

Pour nous, à gauche de la croix,  bien ordonnés et tranquilles , les saints qu'il faut suivre, prier, écouter pour éviter d'aller à droite, en enfer. Un enfer dont les portes sont toujours grandes ouvertes avec un fort appel de fournaise aspirante ... et du monde, du monde, du monde en désordre : l'enfer, c'est le chaos.

l'enfer,le purgatoire,san tumasgiu di pastureccia

Un siècle plus tard, même iconographie à Bologne, à la Basilique San Petronio, Cappella Bolognini, l'Enfer peint par Giovanni da Modena, en 1406 . Même monstrueux Lucifer avalant et ... expulsant les damnés: tiens, je vois un visage au niveau de son bas-ventre, la bouche-anus vomissant sa victime ... Ce visage nous rappelle que le ventre est, parait-il, notre deuxième cerveau.

 Venons-en à la découverte récente qui éclaire d'un jour nouveau cet ensemble:

 

Notre ami Toussaint Quilici, le gardien des lieux, m'a envoyé tout récemment ce message  et le récit de sa formidable découverte qu'avec sa permission je partage avec vous ici:                       

" Toussaint Quilici

Castellu di Rustinu le 29/01/2016

 

Déroulement d'une découverte fortuite

Inscriptions inconnues dans les fresques (scène du Purgatoire) de San Tumasgiu de Pastureccia

Essai d' interprétation

La chapelle de San Tumasgiu de Pastoreccia, située sur la commune de Castellu di Rustinu, est bien connue par la richesse et la finesse de son programme iconographique.

L'édifice de type roman, bien appareillé en moellons de schiste local, a gardé toute la sobriété etl'élégance de l'architecture romane avec une abside bien orientée à l'est. Une désastreuse restauration (à l’explosif dans les années 1930), a amputé d'un tiers la longueur de la nef côté ouest. Depuis lors, aucun programme de restauration, sérieux et efficace, n'a été envisagé pour freiner la lente et inexorable dégradation des fresques.

Le site est grandiose avec la proximité du château médiéval de Rustinu, la vue plongeante sur la Vallée du Golu et les majestueux sommets de Popolasca et du Patru.

-----------------

La dernière semaine du mois de janvier dernier, la collectivité territoriale de Corse a mandaté un bureau d'étude spécialisé dans la gestion des sites et monuments historiques, afin de procéder à une évaluation de l'état des fresques et réaliser des relevés précis.

Un échafaudage a été dressé devant les différents décors peints, permettant l'accés aux parties hautes.

Comme d'habitude, dès qu'une opération scientifique est programmée dans la pieve je prends contact avec les maitres d'oeuvres afin de participer (dans la mesure de mes compétences) au bon déroulement de l'étude en échangeant de la documentation et des points de vue.

 

Le contact étant ainsi établi on me propose de grimper en haut de l'échafaudage pour examiner des inscriptions graphiques très dégradées à peine lisibles sur la scène du purgatoire qui se trouvent en haut de la colonne qui surplombe les deux premiers chaudrons des péchés capitaux, qui coïncide avec l'entrée du purgatoire. L'usure des surfaces peintes ne nous permet pas une lecture lisible de ce

qui semble être un texte assez long serré dans la mince largeur de cette colonne (ne laissant la place qu'à six lettres par lignes) estimée à 20 centimètres.

Un mitraillage de photos s'ensuit avec beaucoup d'émotions et interrogations...

De retour à la maison avec le précieux butin, commence un long examen des clichés où s'entremêlent les premières avancées et les imparables régressions concernant la transcription du texte.

La fresque du purgatoire de Pastureccia a souffert du temps et il est difficile de lire avec précision l'ensemble de ce panneau. Le salpêtre a estompé et altéré plusieurs lettres du texte, ce qui rend la lisibilité et la compréhension difficile.

 inscription.jpg

Cependant, un mot assez intelligible ETTERNO que je lis d'abord inferno me fait penser à l'enfer de Dante (la Divine Comédie). Consultant le chant III Porte et vestibule de l'enfer de Dante (ce qui correspond à l'emplacement du texte: juste à l'entrée du purgatoire de San Tumasgiu), tout devient clair: pour inferno on doit lire ETTERNO et les mots suivants se révèlent enfin comme suit :

Dante

La Divine Comédie

L’Enfer

Chant III

Porte et vestibule de l'Enfer

Au début de ce chant c'est la porte de l'enfer elle-même qui semble prendre la parole et dit (la dernière phrase étant la plus connue):

 

Per me si va nella città dolente,

per me si va ne l'etterno dolore,

per me si va tra la perduta gente.

 

Giustizia mosse il mio alto fattore

fecemi la divina podestate,

la somma sapïenza e 'l primo amore.

 

Dinanzi a me non fuor cose create

se non etterne, e io etterno duro.

Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate.

 

Traduction:

 

Par moi on va vers la cité dolente;

Par moi on va vers l'éternelle souffrance;

Par moi on va chez les âmes errantes.

 

La Justice inspira mon noble créateur.

Je suis l'oeuvre de la Puissance Divine,

de la Sagesse Suprême et de l'Amour.

 

Avant moi, rien ne fut créé

sinon d'éternel. Et moi, je dure éternellement.

Vous qui entrez, abandonnez toute espérance.

 

analyse de la scène infernale.jpg

(l'analyse de la scène de l'Enfer: le texte apparait à gauche en haut de la colonne. Dessin de Toussaint Quilici)

 

Voici ce que je lis depuis le début du texte:

 

PER ME SI

VA NELA

CITTA DO

LENTE PER

ME SI

VA NEL

ETTERNO

DOLORE

PER ME

SI VA TRA

LA PERDUTA

GENTE

 Je continue à travailler sur ce panneau, il ne s'agit là que d'un début. Mais de toute évidence notre texte, avec un début bien lisible jusqu'à PERDUTA GENTE est identique à celui de Dante: la porte de l'enfer, et placé précisément devant l'entrée du purgatoire de San Tumasgiu.

Le début du texte se trouve très haut sur le mur gouttereau sud, au niveau de la tête de St François d'Assise (qui se trouve sur la gauche), le rendant invisible depuis le sol.

Après PERDUTA GENTE, les quelques lettres encore assez bien lisibles confirment la continuité et identité du poème. L'espace qu'elles occupent correspond à la longueur qui est nécessaire pour y placer les autres mots jusqu'à CH' ENTRATE (fin du poème du chant III).

Ce n'est qu'un début d'étude, je communiquerai les compléments dès que possible.

Ci -joint d'autres photos du purgatoire, réalisées depuis l'échafaudage, qui vues de près sont assez,inédites.

 

beatum copie.jpg

purgatoire3 copie.jpg

purgatoire4 copie.jpg

purgatoire5 copie.jpg

Un damné dévoré par Lucifer

(toutes ces dernières photos ont été prises par Toussaint Quilici, monté sur un échafaudage. D'en bas, ces détails et inscriptions ne sont absolument pas visibles ...)

Merci, Toussaint, pour ce travail et cette belle intuition qui permettent d'inscrire désormais la chapelle San Tumasgiu di Pastureccia dans l'univers de Dante Alighieri, l'immense  poète de la Renaissance

 

 

Désespoir.jpg

"Noi siam venuti al loco ov 'io t' ho detto,     Nous sommes arrivés au lieu où je t'ai dit

che tu vedrai le genti dolorose,                         que tu verrais la race douloureuse

ch'hanno perduto il ben dell' intelleto."      de ceux qui ont perdu le bien de l'intelligence."

 

 

A la suite de la découverte de notre ami Toussaint Quilici, je suis retournée en bonne compagnie refaire quelques photos de l'Enfer à San Tumasgiu. Ici un visage plongé dans un profond désespoir.  

L'Enfer, c'est, somme toute,  la destruction par un monde amoral - dont nous faisons sans doute partie - de toute espérance. Une énergie vitale pour chaque homme. Au contraire, le désespoir déshumanise celui qu'il atteint, le met hors circuit, l'expulse hors des frontières du supportable, le propulse sur les routes de tous les dangers jusqu'à rencontrer la porte de l'Enfer, mais transforme aussi les spectateurs tièdes, indécis, indifférents, ou lâches de ce désespoir, en démons cruels, cornus, fourchus, poilus, grimaçants, voraces ... Je propose ici une lecture un peu détournée, en écho à l'actualité : la frontière du bien et du mal reste poreuse! Les images de nos églises, comme les rêves, agitent notre inconscient et nous devrions toujours reconnaître une parcelle de nous dans chacun des protagonistes, fût-il harmonieux et paisible ou grinçant et puant.

mur sud ensemble fresquecopie 2.jpg

Toujours est-il que la chapelle de San Tumasgiu di Pastureccia est, comme nous l'avons dit et du moins à notre connaissance,  la seule en Corse à nous proposer une vision de l'Enfer . Voici à nouveau quelques images de ce programme infernal ( visite ce jeudi 18 février). La fresque, bien que très dégradée, reste lisible encore. A gauche de l'Enfer, comme une forteresse protectrice,  six saints : en bas, Marie-Madeleine, Lucie, Catherine d'Alexandrie; en haut, François, Antoine Abbé, Jean-Baptiste. Jouxtant l'Enfer,  au contact,  deux saints particulièrement humains car ils ont vécu dans le monde avant de se laisser embraser par l'amour divin: la belle pécheresse Marie-Madeleine, et le Poverello François d'Assise, deux modèles proches de nous et réconfortants qui filtrent la frontière ... pour tenter de retenir du bon côté les malheureux candidats à l'exil, de les convaincre de rester dans ce monde où l'espérance a sa place.

les six saints copie.jpg

 

Ces six saints sont représentés dans toute leur  dignité et leur noblesse, chacun tenant paisiblement sa place dans une sorte de niche bien définie par des piliers. De l'autre côté, c'est une autre histoire! Avant même le franchissement de la porte de l'Enfer, les démons viennent  harponner les âmes, et, passée la porte, c'est un bouillonnement de flammes, une sarabande infernale, grouillante, gesticulante de bourreaux et de suppliciés: le chaos de l'Enfer, quoi! En haut de la porte, un grand diable bleu arrache le corps d'un damné que lui fait passer son collègue extra-muros : c'est ici que se lit cette inscription récemment découverte par notre ami Toussaint Quilici,

 

DSC_6063 copie.jpg

 un texte difficilement lisible sur cette fresque et qu'il a l'intuition magnifique de relier à la Divine Comédie de Dante Alighieri, et précisément au Chant III de l'Enfer:

inscription.jpg

" Bien que Dante et Virgile aient franchi la porte de l'enfer, ils ne sont pas encore chez les damnés proprement dits. Ils n'y seront qu'après avoir passé l'Achéron et même après avoir quitté le premier cercle, qui est le Limbe. Cette sorte de vestibule où ils pénètrent d'abord est occupé par les lâches et par une catégorie d'anges mal connus des théologiens: les anges neutres, que l'on a rencontrés dans la légende du Voyage de saint Brandan. Mais comme il n'est pas prouvé que Dante ait connu ce récit, on ne sait trop où il a puisé cette conception: l'aurait-il imaginée en attribuant à des anges la faute qu'il fustige chez les hommes avec tant de mépris ? La question reste sans réponse.

(...) Le supplice des lâches est en étroit rapport avec leur attitude pendant leur vie: ils n'ont pas voulu faire l'effort nécessaire pour prendre parti entre le bien et le mal (...) Le mépris ne les accable pas seulement du ciel et de la terre; de l'enfer même, il monte vers ces misérables "

(Annotation au début du Chant III de l'Enfer sur le "Vestibule des Lâches" d'Alexandre Masseron,  dans sa belle édition bilingue de la Divine Comédie, et qui en a établi le texte, l'a traduit, présenté et annoté pour le Club français du Livre, en 1963). En voici à nouveau le texte:

 

" PER ME SI VA NELLA CITTA  DOLENTE,                Par moi l'on va dans la cité dolente,

PER ME SI VA NELL'ETERNO DOLORE,                     Par moi, l'on va dans l'éternelle douleur,

PER ME SI VA TRA LA PERDUTA GENTE.                 Par moi l'on va parmi la gent perdue.

GIUSTIZIA MOSSE IL MIO ALTO FATTORE;             La Justice inspira mon sublime artisan;

FECEMI LA DIVINA POTESTATE,                                La divine Puissance m'a faite,

LA SOMMA SAPIENZA E IL PRIMO AMORE.           Et la Sagesse suprême et le premier Amour.

DINANZI A ME NON FUR COSE CREATE                 Avant moi il ne fut rien créé

SE NON ETERNE, ED IO ETERNO DURO                  sinon d'éternel, et moi je dure éternellement.

LASCIATE OGNI SPERANZA VOI CH'ENTRATE!     Vous qui entrez, laissez toute espérance !

Queste parole di colore oscuro                                           Ces paroles de couleur sombre,

vid'io scritte al sommo d'una porta:                                    je les vis écrites au haut d'une porte:

perch'io: "Maestro, il senso lor m'è duro."                         aussi je dis: Maître, leur sens m'est dur."

Ed egli a me, come persona accorta:                          Il me répondit, en homme informé de mes pensées:

"Qui si convien lasciare ogni sospetto;                             " Ici il faut bannir toute crainte;

ogni viltà convien che sia morta.                                        il faut qu'ici soit morte toute lâcheté.

Noi siam venuti al loco ov 'io t' ho detto,                            Nous sommes arrivés au lieu où je t'ai dit

che tu vedrai le genti dolorose,                                           que tu verrais la race douloureuse

ch'hanno perduto il ben dell' intelleto."                          de ceux qui ont perdu le bien de l'intelligence."

 

 Je me suis souvent posé de nombreuses questions autour de ce mur: dans la chronologie de ces deux fresques, par exemple, laquelle fut réalisée la première? Et puis dans la réalisation: pourquoi, dans le bas de l'Enfer, toute une partie semble seulement ébauchée ?

détail chaudron inachevé.jpg

 

 

 Ici, l'on voit le premier jet dessiné de l'artiste, avec un diable tout juste esquissé sur "l'intonaco" (l'enduit terminal) Qu'est-il arrivé ? Serait-il possible que les explosifs (que l'on aurait, parait-il , utilisé, sous la conduite de l'Inspecteur des Monuments historiques de l'époque dans les années 1930 pour éliminer un quart de la chapelle côté ouest , mais oui!) aient dégradé la fresque au point qu'elle a perdu par endroits ses couleurs? Peu vraisemblable. L'hypothèse de l'inachèvement parait la bonne, mais alors, pourquoi ? à quelle date ? 

 

chaudrons de l'enfer copie.jpg

Ici, la base de la scène de l'Enfer, avec ses chaudrons montés sur pieds et portant le nom des sept péchés capitaux bien remplis d'âmes pas si tourmentées que ça:

détail chaudron superbia.jpg

Superbia (l'orgueil),

Avaritia (l'avarice), Lusuria (la luxure), Ira (la colère) ... il nous manque, probablement disparus avec la destruction du mur, Gula (la gourmandise), Acedia (la paresse) et Invidia (l'envie)... Que chacun se reconnaisse!

A y regarder de plus près, nous avons peut-être une réponse à notre question chronologique (merci à Sandra d'avoir attiré notre attention sur cet élément):

détail enduit enfer copie.jpg

L'enduit du chaudron "Superbia", à l'extrême gauche de l'Enfer se prolonge par-dessus le motif de papier plié qui sépare l'Enfer des six Saints ...  Ce qui semble signifier que la scène de l'Enfer est postérieure à l'image des saints! Et ce qui pourrait également expliquer en partie que la réalisation cette scène infernale ait pu, on ne sait pour quelle raison, être brutalement interrompue. Que s'est-il passé, dans ce début du XVI° siècle, pour que le fresquiste interrompe, par la force des choses, son oeuvre ?

 

porte d'entrée.jpg

A la base de la porte, regardez bien, on croit apercevoir comme des statues sculptées,

 

détail tête diable hachoir  porte.jpg

 et un grand diable rouge armé d'un hachoir s'apprête à trancher la tête qui sort à peine du mur.

 

détail diable velu.jpg

Dans cet enchevêtrement de bourreaux et de victimes, ce diable -ci est bien simiesque, avec ses pouces opposables des pieds

sarabande 2.jpg

La luxure a entraîné en enfer ces deux damné(e)s retourné(e)s à l'état bestial de quadrupède:

chevauchée copie.jpg

... et tandis que ce diable chevauche ce(tte )damné(e), un autre lui enfonce un poignard dans le derrière ...

 

  couple diable damné.jpg

Ici, un autre démon aux traits barbaresques agrippe un damné,

supplice couché.jpg

et là un méchant diable rouge à la queue dressée s'apprête à éviscérer cette pauvre femme à sa merci...

goinfre.jpg 

Gula! Gula! Gula! Gavage éternel ...

DSC_6064 copie 2.jpg

Dans le haut de la fresque ...

inscriptions copie.jpg

détail inscriptions 2 copie.jpg

les inscriptions: à gauche, dans la porte,  le texte "lisible", à droite sous le bras du personnage étranglé par un démon, un autre texte difficilement reconnaissable ...

fesses.jpg

toujours dans le haut de la fresque, une tête de monstre armée de dents pointues comme un requin dévore un damné, dont il ne reste plus que les fesses et les jambes

haut d'enfer droit.jpg

tandis que ce grand démon s'attaque à cette autre âme perdue ...

Lucifer copie.jpg

Au centre de la fresque, le monstrueux et vorace Lucifer et sa brassée de damnés, avalant et expulsant inlassablement ses victimes, une parodie de l'Alpha et de l'Omega ...

grand visage copie.jpg

tandis que flotte dans les flammes cette grande tête mélancolique

Enfer copie.jpg

"si j'aurais su, j'aurais pas v'nu ! "

(Tigibus, dans la Guerre des boutons de Louis Pergaud):

"Le riche répliqua: "Eh bien! père, je te prie d'envoyer Lazare dans la maison de mon père. En effet, j'ai cinq frères: qu'il leur porte son témoignage, de peur qu'eux aussi ne viennent dans ce monde de torture!"

Abraham lui dit: "Ils ont Moïse et les Prophètes: qu'ils les écoutent!

-Non, père Abraham, dit-il, mais si quelqu'un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront."

Abraham répondit: "S'ils n'écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu'un pourra bien ressusciter d'entre les morts: ils ne seront pas convaincus." "

Evangile selon St Luc (16, 19-31)

 

En attente de sauvetage!