Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2013

2°/ les reposoirs de Bastia, cru 2013: l'Immaculée Conception

Suite de la note : http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2013/03/29/les-sepolcri-de-bastia.html

Le sepolcru 2013 de l'oratoire de l'Immaculée Conception, à Bastia

Conception 2013 copie.jpg

Dans la pénombre du merveilleux oratoire baroque de la Conception, le sepolcru de la Passion propose à l'empathie des Bastiais une surprenante scénographie:

sepolcru  st Charles Conception copie.jpg

cette année  le confrère - pilier de la Conception !- Gaspard Griffi a  créé la surprise en empruntant les cartelami de l'église Saint Charles ...

Cette fois-ci, les silhouettes découpées dans le contre-plaqué sont de taille modeste, contrairement aux cartelami utilisés habituellement les autres années et qui sont à la talle humaine. Version "hobbits", diraient mes enfants. La petitesse des sujets est compensée par le nombre et l'animation des acteurs:

Christ à la colonne.jpg

le Christ à la colonne, tourmenté par ses bourreaux: peints par le peintre décorateur bastiais Armand Baffico (1882-1958)

portement de croix.jpg

le Christ tombant sous le poids de la croix (Armand Baffico)

 

Bouchez Pieta copie.jpg

une Pietà, peinte par Gilbert Bouchez (1824-1882):

c'est aujourd'hui le plus ancien cartelame conservé à Bastia

portement de croix copie.jpg

muette dramaturgie à laquelle ont contribué ces différents artistes locaux

Christ mort.jpg

le Christ mort (Armand Baffico)

Dans l'oratoire, les visiteurs prient, et commentent à voix basse l'installation, comparent avec le sepolcru de l'an dernier,

Bastia sepolcru Immaculée Conception blog.jpg

qui présentait en 2012 la dramatique mise au tombeau du Christ,

 

Immaculée Conception 2012.jpg

peinte par Albert Gilio (1892- 1964) :

"La facture manuscrite (...) a été conservée dans les archives paroissiales. Datée du 24 avril 1957, elle est ainsi rédigée: " La Confrérie de l'Immaculée Conceprion doit à Monsieur Gilio Albert pour l'exécution d'un reposoir, représentant la mise au tombeau du Christ la somme, prix forfaitaire convenu, de 60.000 francs". " (merci  à Michel-Edouard Nigaglioni!)

On l'aura compris, ce patrimoine populaire et émouvant était naguère renouvelé dans une création effervescente où les diverses communautés se mesuraient . Aujourd'hui les personnes dévouées qui s'occupent de créer cet évènement annuel des sepolcri pour le Jeudi et Vendredi Saint, et qui ne sont plus de la première jeunesse, s'inquiètent de la relève et de la transmission. Une grande fierté accompagne cette installation annuelle, chacun ici est bien conscient de l'importance de cet héritage, souhaîte le sauvegarder, le montrer, le partager, d'autant plus que l'on sait que ce sont les derniers témoins d'un patrimoine autrefois beaucoup plus riche et désormais disparu.

 

 

 

 

 

18/01/2013

Le chef-d'oeuvre de Francesco Giavarini à Costa

Une oeuvre à découvrir en Balagne:

 

Costa paysage 1 blog.jpg

dans le petit village de Costa, Pieve de Tuani,

Costa église San Salvatore blog.jpg

cette modeste église San Salvatore abrite une oeuvre remarquable :

Costa-ensemble voûte- Francesco Giavarini blog.jpg

Francesco Giavarini réalise vers les années 1818- 20 cet étonnant  décor peint qui mériterait un programme de sauvegarde et de restauration. Souhaitons que la communauté de Costa puisse, dans un temps proche, trouver les moyens de mettre hors de danger cet ensemble remarquable :

orgue de Costa centré blog.jpg

le village de Costa a su, en 2004, et ce, malgré la modestie de ses moyens, faire restaurer cet délicieux petit orgue anonyme du début XIX° siècle. Espérons que l'ensemble du décor peint de Giavarini connaîtra un sort aussi enviable: un dossier est d'ors et déjà en cours pour refaire le toît, ce qui en soi est déjà une prouesse financière pour une toute petite commune (même si les subventions montent à 80%, les 20 % restant à la charge de la communauté pèsent lourd).

Francesco Giavarini est, nous dit Michel-Edouard Nigaglioni (Encyclopédie des peintres actifs en Corse, éd. Piazzola), un "peintre décorateur et peintre de chevalet né en 1781 dans le village de Ciamannacce (Corse-du-Sud). Il s'installe à Bastia , où en 1820 il épouse Marie-Jeanne Bourgeois. Giavarini est l'auteur de décors de grande envergure, tel celui de l'église d'Oletta (signé et daté de 1817) et celui de la cathédrale de Cervione (signé et daté de 1828 (...)".

L'église de Notre-Dame du Carmel à Stoppia Nova (actuellement en restauration), hameau de Quercitellu (Castagniccia) possède un chemin de croix intéressant, peint en 1824 par  Giavarini.

Rappelons qu'il est aussi l'auteur des grandes toiles des volets de l'orgue de Corbara (signées et datées  de 1819).

Des similitudes dans les décors des deux orgues de Costa (décor du doreur Bernardo Zigliara, en 1819)  et de Corbara évoquent fortement des contacts étroits entre ces deux communautés qui semblent avoir fait travailler à la même époque ces deux artistes, Zigliara et Giavarini.

Francesco Giavarini réalise à Costa un décor monumental de grande qualité où se mêlent harmonieusement baroque et néoclassicisme.

Christ Sauveur- Costa- Giavarini.JPG

Occupant le centre de la voûte, le médaillon du Christ du Sacré Coeur -   un coeur brûlant et rayonnant d'amour, couronné d'épines et surmonté de la croix pour  une dévotion largement diffusée par la France au XIX°siècle : Giavarini illustre les consignes de son temps. Décollation Jean-Baptiste- Costa- Giavarini copy.jpg

 Encadré, côté choeur, par la scène de la Décollation de Saint Jean-Baptiste.

Giavarini honore sans doute ici la demande de ses commanditaires qui souhaitent donner une place importante à St Jean-Baptiste: l'ancienne église de la Piève de Tuani, dédiée à San Giovanni Battista, dont il ne subsiste aujourd'hui que les murs, fut reconstruite vers  le XIV° siècle en remplacement d'une église romane pisane du XI° siècle, qui elle-même aurait remplacé une église paléo-chrétienne. Cette église en ruines se trouve donc sur le territoire de Costa, tout à côté de l'ancien couvent franciscain observantin de Toani, et fort proche du village. Une façon pour les gens de ce petit village de Costa de signifier leur importance dans la Piève, face aux communautés voisines beaucoup plus importantes d' Occhiatana, Belgodère, Ville di Paraso et Speloncato. D'autant que Costa n'a gagné son indépendance  sur son voisin Occhiatana que tardivement,  devenant vicairie en 1774, et commune distincte à la Révolution française.

Costa les 3 Vertus théologales- Giavarini copy.jpg

De l'autre côté de la voûte, vers l'orgue, cette représentation des trois Vertus théologales:

Costa l'Espérance copy.jpg

l'Espérance et son attribut, l'ancre: on est ancré dans la vie chrétienne par une foi solide.

Costa-la Foi- Giavarini copy.jpg

la Foi, voilée, car elle n'a pas besoin de voir pour croire,  porte ses attibuts: la croix du Christ et le calice du salut.

Costa - la Charité- Giavarini copy.jpg

la Charité: elle allaite un orphelin ...

 

francescu giavarini,costa,décollation de jean-baptiste,vertus théologales,tétramorphe,ezéchiel


Sur les côtés de la voûte, au-dessus de fenêtres en trompe-l'oeïl et alternant avec des motifs végétaux et floraux, des médaillons accueillent des saints, une véritable galerie de portraits:

Costa St Aloysius- Giavarini copy.jpg

Saint Aloysius, alias le jeune Saint Louis de Gonzague

Costa- st Pie V- Giavarini copy.jpg

Saint Pie V, le pape dominicain, mystique et visionnaire, en fonction lors de la Bataille de Lépante qui opposa la coalition chrétienne au monde ottoman en 1571.

Costa St Grégoire- Giavarini copy.jpg

Saint Grégoire le Grand: la colombe de l'Esprit Saint inspire ses écrits, et le Livre ouvert témoigne qu'il est Docteur de l'Eglise.

Costa- St Paul- Giavarini blog.jpg

L'apôtre Saint Paul: visage passionné et barbe ardente, armé du glaive de son martyre et du Livre.

Lui faisant face, de l'autre côté de la nef, le médaillon de Saint Pierre, hélas trop dégradé pour être ici présenté.

Costa St Dominique -visage- Giavarini.jpg

Saint Dominique, créateur de l'ordre des dominicains et de la dévotion du Rosaire.

Costa St Philippe Neri  -Giavarini- blog.jpg

Saint Philippe Néri et son coeur brûlant d'amour: le village voisin de Speloncato abrîtait une congrégation d'Oratoriens, créée par ce grand saint du XVI° siècle, mystique et charitable.

Costa- St Michel- Giavarini copy.jpg

Saint Michel Archange, le peseur d'âmes et le grand pourfendeur de Satan:

Costa  st Michel visage copy.jpg

je ne résiste pas à l'envie de vous le montrer de plus près, tant il est beau malgré les dégradations dues à l'humidité.

Par ailleurs, Francescu Giavarini a réalisé cette très jolie chaire de prêche en bois polychrome,

Costa - la chaire- Giavarini copy.jpg

qui accueille , outre le motif central " JHS" (Jesus Salvator Hominum) cher aux Jésuites et aux Franciscains, le portrait des quatre Evangélistes et de leur symboles du Tétramorphe:

Costa St Marc visage- Giavarini copy.jpg

Saint Marc et son Lion fidèle

Costa- St Luc- Giavarini visage copy.jpg

                        Saint Luc et le Taureau 

Costa St Matthieu visage- Giavarini copy.jpg

Saint Matthieu et l'Ange, qu'il écoute manifestement!

Costa St Jean visage- Giavarini copy.jpg

Saint Jean l'Evangéliste et l'Aigle: jeune, inspiré ( exilé à Patmos, une figure resplendissante - ici le rayon - lui ordonne d'écrire l'Apocalypse) , il rédige l'Evangile le plus spirituel : "Au commencement était le Verbe ...". L'aigle, son compagnon, comme les trois autres attributs des évangélistes, est l'un des animaux de la vision du prophète Ezéchiel:

Au commencement de sa prophétie, Ezéchiel (Ez 1, 1-14) décrit sa vision :

« le ciel s'ouvrit et je fus témoin de visions divines » (Ez 1, 1). « Au centre, je discernais quelque chose qui ressemblait à quatre êtres vivants » (Ez 1, 5).

« Ils avaient chacun quatre faces et chacun quatre ailes (...) leurs sabots étaient comme des sabots de bœuf » (Ez 1, 6-7).

« Quant à la forme de leurs faces, ils avaient une face d'homme, et tous les quatre avaient une face de lion à droite, et tous les quatre avaient une face de taureau à gauche, et tous les quatre avaient une face d'aigle. » (Ez 1, 10).


On ignore tout de cette commande, les archives paroissiales ayant disparu, mais on peut penser que la population de Costa a dû se sentir fière d'une telle réalisation pour sa petite église. Souhaitons seulement que les descendants puissent sauver ce patrimoine exemplaire et menacé.


A propos du Tétramorphe:

Cette représentation du Tétramorphe est très présente, tant dans les chapelles à fresques  (voir  par exemple:  elizabethpardon.hautetfort.com/restauration-du-patrimoine/ - 117k ) soit dans les églises baroques où on la retrouve fréquemment peinte dans les décors plafonnants ...

 

francescu giavarini,costa,décollation de jean-baptiste,vertus théologales,tétramorphe,ezéchiel,pie v,st philippe neri

comme par exemple ici à Nocariu Supranu  (Castagniccia), dans la petite chapelle Santa Barbara où notre Saint Marc se retrouve en compagnie d'un gros matou sympathique en guise de Lion,

francescu giavarini,costa,décollation de jean-baptiste,vertus théologales,tétramorphe,ezéchiel,pie v,st philippe neri

et où Saint Luc maîtrise avec peine la cabrette-taurillonne fantasque qui lui tient lieu de Taureau ...

Non, non, ce n'est plus Giavarini, mais de l'art populaire et bien savoureux!



                                                                

 

04/02/2012

le sepolcru de Castellu sort de l'ombre

Ce 31 janvier, à Castellu di Rustinu,

peu avant la neige ...

 

Castellu sepolcru ensemble montage blog.jpg

Bien sûr, ce n'est pas encore la saison, mais ... un grand merci , Richard!

A l'occasion de la rédaction d'un article sur les sepolcri peints de la Semaine Sainte en Corse pour la belle revue "Art Sacrés", et reprenant contact avec les amis de Castellu di Rustinu pour éclairer ce sujet, j'ai eu le grand plaisir de voir sortir de sa cachette et monté, tant bien que mal, pour la première fois depuis environ 80 ans, le magnifique sepolcru peint de Castellu. Son état actuel - chassis vermoulu, toiles très fragilisées ... n'a pas permis de le dresser totalement comme il le devrait, les deux panneaux latéraux épousant normalement exactement la forme trapézoïdale du" plafond" de la Résurrexion. Mais tel que (merci, Richard!) cet ensemble parle comme jamais jusqu'ici je ne l'avais entendu: la colline du Golgotha faisant le lien entre les trois panneaux. Ce remontage , très éphémère (il ne peut rester ainsi dans l'église) signe la prise de conscience de la communauté de Castellu qu'elle possède ici un héritage précieux et rare de la dévotion de ses ancêtres, et qui aboutira, j'en suis certaine, à une restauration: la municipalité  est impliquée dans la restauration de son patrimoine: outre celle de la chapelle san Tumasgiu et de ses fresques, qui devrait débuter très prochainement, il  est prévu de continuer l'effort de restauration dans la très belle église paroissiale : l'ensemble des autels et de leurs toiles dans un temps relativement proche également ... Le sepolcru suivra, je n'en doute pas, dans la foulée, et ... espérons-le aussi,  l'orgue de Saladini retrouvera sa voix ...

Quelques détails du sepolcru

groupe Pilate blog.jpg

le Jugement de Ponce Pilate en compagnie de Caïphe (reconnaissable à son vêtement jaune, signe distinctif longtemps imposé aux Juifs ...)

Jésus chargé de sa croix blog.jpg

Jésus chargé de sa croix: le trou dans la toile a probablement, comme les autres du sepolcru, été fait par la flamme des bougies ...

groupe de cavaliers blog.jpg

un premier groupe de cavaliers

Castellu di Rustinu Jésus tombe sous la Croix détail blog.jpg

Jésus tombe sous le poids de la croix, et Simon de Cyrène est appelé à la rescousse

crucifixion ensemble blog.jpg

En haut du panneau central, la scène de la Crucifixion

le cavalier de la crucifixion et soldats blog.jpg

le groupe de soldats de la crucifixion. A noter les armes, très codifiées de ces messieurs (on les retrouve dans les sepolcri et les chemins de croix  du XVIII° siècle) et leurs casques pointus. Le cavalier porte cette sorte de bonnet phrygien qui faisait partie du costume des montagnard corses, et un cimeterre tout-à-fait turc ou barbaresque. Une armée qui va pieds-nus ...

Castellu, sepolcru crucifixion détail blog.jpg

... les solutions techniques de la crucifixion ...

pas facile, mais nos gens ont de la ressource!

la Déposition blog.jpg

chorégraphie de la Déposition de croix

déploration du Christ blog.jpg

le groupe douloureux de la Déploration du Christ

 

 

Castellu mise au tombeau blog.jpg

 la mise au tombeau

la Vierge et M Madeleine détail blog.jpg

détail: Marie-Madeleine soutient la Vierge

le tombeau du Christ.jpg

... et le tombeau du Christ (partie basse du panneau central): oups! les anges sont assez effrayants. De mauvaises langues en déduiraient que le Christ leur a faussé compagnie dès qu'Il a pu ...

crucifixion et résurrection blog.jpg

le panneau de la Résurrection formant plafond:

ce thème de la Résurrection est suffisamment rare dans les sepolcri de Corse pour être signalé: un Christ triomphant, dans toute sa gloire. Généralement les sepolcri s'arrêtent à la douleur de la Déploration et le message de Pâques reste à venir ...


  Il y a une quinzaine d’années, les hasards d’une recherche sur les orgues de Corse m’avaient conduite à Castellu di Rustinu, un village de montagne proche de la Castagniccia : seules quelques fumées paresseuses s’élevant des toits de lauze dans la lumière de janvier et au passage, une télé tonitruante mariée à une bonne odeur de soupe  témoignaient encore de la vie au milieu de ces hautes maisons de schiste aux volets trop souvent clos. La délicieuse vieille dame qu’on m’avait indiquée m’accompagna pour me faire les honneurs de son église – elle venait de finir son déjeuner, me dit-elle avec un sourire serein, et n’avait rien d’autre à faire -   Malgré l’état un peu dégradé des lieux, à l’époque, j’avais été frappée par la joyeuse propreté qui régnait ici, nappes impeccables soigneusement repassées, profusion attendrissante d’angelots joufflus et de fleurs artificielles, et par la qualité et la richesse du patrimoine : datant en majorité du XVIII° siècle, décors muraux, chaire de prêche et élégants autels de stuc baroques, retables, quatorze tableautins peints d’un intéressant chemin de croix populaire,

sepolcri de corse,le sepolcru de castellu di rustinu,semaine sainte en corse

(ici le Christ mis en croix: chemin de croix peint par Giacomo Grandi pour Castellu au milieu du XVIII° siècle)

et, un peu plus tardif, un orgue hélas muet, bref  … c’était ici l’une de ces surprenantes églises de la région qui racontent à foison une communauté dynamique à une époque où la majorité des Corses vivaient dans leurs villages, et où l’expression d’une religiosité dramatique et festive resserrait les liens.
  Puis, passant derrière le maître-autel, ce fut pour moi un choc imprévu : contre le mur s’entassaient, abandonnées en vrac, plusieurs toiles rectangulaires,  grossières et en mauvais état, de très grande taille, clouées sur des châssis vermoulus. Peintes à la détrempe, elles n’avaient rien à voir avec l’art savant des retables de l’église, mais s’apparentaient plus à l’esprit vernaculaire du chemin de croix – j’y reviendrai : elles disaient d’une façon immédiate et émouvante la Passion du Christ. Sur un premier panneau, du haut du perron de son prétoire, Pilate, enturbanné comme un oriental, prononçait son jugement, puis Jésus se trouvait chargé de la croix , gravissait un Golgotha où se tordaient de grands arbres, trébuchait, martyrisé par des soldats bigarrés, barbus,  moustaches  retroussées, une soldatesque disparate aux  pieds nus, coiffés de casques ronds, de la barreta misghia (une sorte de bonnet phrygien, coiffure traditionnelle des corses jusqu’à la fin du XIX° siècle), armée de cimeterres, de lances et de hallebardes, montée sur de magnifiques chevaux, le tout dans un paysage abrupt de montagne … Sur un deuxième, c’était la crucifixion et la douleur de la Vierge, de saint Jean et des saintes femmes, et sur un autre, la déposition de croix,  la déploration du Christ,  la mise au tombeau efficacement racontées dans l’émotion, et enfin une dernière toile en forme de trapèze exaltait la Résurrection du Christ  …
Comme je m’étonnais de la présence et de l’importance de ces décors, Laurence M. m’expliqua qu’il s’agissait du « Sepolcru », qu’on ne le sortait plus depuis longtemps, que lorsqu’elle était petite on le dressait dans l’église dès le jeudi saint pour accueillir le Christ mort, que chaque famille était chargée d’apporter un litre d’huile d’olive pour entretenir la flamme des lampes qui veilleraient sur le Crucifié en compagnie des fidèles : « c’est qu’ ici, on ne laisse jamais le mort seul » … et elle se souvenait de sa terreur, petite fille, lorsqu’il s’agissait  de pénétrer la nuit dans cet espace étrange peuplé de ces silhouettes inhabituelles dansant à la lueur des cierges et des lampes… Par la suite, j’ai appris que ces grandes toiles servaient aussi autrefois de décor pour une Passion jouée par les villageois de Castellu -  dramaturgie évoquée par les derniers anciens, et dont Laurence est désormais le dernier témoin vivant. Il semble que ce sepolcru anonyme du début XIX° siècle ne soit plus ressorti en situation depuis 1930 … Telle fut ma première rencontre avec ce monde si attachant des sepolcri peints de la Corse et elle a le visage rond et souriant d’une vieille dame optimiste née en 1917 …

le fronton triomphal.jpg

le fronton triomphal que l'on n'a pas pu replacer sur le "plafond", faute de solidité



 

07/03/2011

La petite musique céleste de Monacia d'Orezza

MONACIA D'OREZZA,

A MUNACIA D'OREZZA

Pieve d'Orezza, Diocèse d'Aleria.

 en route pour Monacia d'Orezza (le 6/3 /2011) ...

Castagniccia 5-3-2011 blog.jpg

La route est bien dégagée, mais encore beaucoup de neige sur cette montée de Morosaglia 

A Monacia, Monsieur Joseph Fantini nous accueille avec beaucoup de gentillesse dans ce qui fut l'une des communautés les plus importantes de la pieve d'Orezza:

" La paroisse de Monacia avait deux paroisses annexes: Parata (et les deux anciennes paroisses qui lui sont unies, Poggiale et Piazzole) et Valle d'Orezza " (cf François Casta: Paroisses et communes de France, Corse, CNRS Editions, 1993)

Monsieur Fantini nous explique que la grande église paroissiale qui se dressait face à celle-ci s'est écroulée sous le poids de 4 mètres de neige (!) dans les années 1930 et qu'elle a été rasée dans les années 1970. Elle était dédiée à San Mamiliano, et portait le titre d'archidiaconat d'Aléria. On ne peut que regretter sa ruine: Monseigneur Mascardi, en 1589, dit que son abside était peinte ...

Monacia église confrérie.jpg

Nous entrons dans ce qui fut la confrérie San Carlu de cette communauté  et qui est devenu  depuis, par la force des choses , l'église paroissiale. Dans le choeur, cette merveille de décor peint par Giacomo GRANDI au XVIII°s (note corrigée avec la complicité de M.E. Nigaglioni)

 

Monacia ensemble choeur St Charles blog.jpg

avec là-haut, au fond, trônant avec majesté

 

Monacia trompe-l'oeïl orgue blog.jpg

cette belle tribune d'orgue en trompe-l'oeïl, en partie cachée par une peinture en très mauvais état de saint Mamiliano, probablement récupérée de l'église détruite. Ce qui nous prouve bien l'intérêt porté par ces communautés du XVIII° à l'orgue, l'instrument noble de la musique religieuse au côté du chant -  j'espère avoir l'occasion de refaire une photo de cet ensemble: à cette époque et dans cette région, Giacomo GRANDI pouvait s'inspirer des orgues construits pour les couvents de la région: couvent d'Orezza (serait-ce celui qui a été récupéré par Carcheto?), de Casabianca (déplacé, selon toute probabilité, à La Porta), de Valle d'Alesani ...

monacia d'orezza,san mamilianu,san carlu,stucateurs raffali,anges musiciens,valle d'orezza

En exemple, l'orgue Lazari (1750) du Couvent d'Alesani, encore en place dans l'église conventuelle: fait suffisamment rare pour être souligné (c'est que la Révolution française est passée par là, détruisant ou, au mieux, déplaçant les orgues des couvents)

Monacia San Carlu voûte blog.jpg

Quant à la musique en général,  on dit qu'elle adoucit les moeurs et certes nous emmène au paradis. Ici, dans la voûte du choeur, le grand saint Charles Borromée, San Carlu Borromeu, est ravi au ciel par la musique céleste de quatre anges musiciens:

 

Monacia ange au cistre blog.jpg

un ange joueur de cetera,

Monacia autre ange à la trompette.jpg

un ange bucinateur

Monacia ange à la trompette.jpg

et son collègue

Monacia ange au violon.jpg

un ange violoniste

confrère de gauche blog.jpg

Tandis que, de part et d'autre de l'autel

 

Monacia le confrère de droite blog copy.jpg

prient deux confrères ...

 

Nous souhaitons ardemment que cette communauté désormais peu nombreuse trouvera le moyen de sauver et de restaurer ce patrimoine: l'édifice lui-même, puis le beau témoignage de ce décor peint par G. Grandi, auteur entre autres, du médaillon de Sainte Marguerite à Carcheto dans la voûte de l'église :

monacia d'orezza,san mamilianu,san carlu,stucateurs raffali,anges musiciens,valle d'orezza

Je rappelle donc - et merci encore à l'historien de l'art Michel-Edouard Nigaglioni pour son accompagnement amical et sans faille! :

Giacomo GRANDI, peintre originaire de Milan, a choisi de vivre en Corse où l'on suit sa riche production picturale de 1742 à 1772. Après avoir vécu en Balagne dans le village de Monticello où il s'était marié, il se remarie en 1758 après le décès de sa première épouse avec une jeune fille de Quercitello , village qui surplombe La Porta, en Castagniccia, et y vit de nombreuses années avant de s'éteindre (1772) à Borgo où il est enterré.

Quant au thème des anges musiciens, on le retrouve illustré non loin de là:

monacia d'orezza, san mamilianu, san carlu,stucateurs Raffali,anges musiciens,

  à la confrérie de Valle d'Orezza: ici les anges musiciens, version cette fois RAFFALLI ...

 

San Mamiliano.jpg

 

Quant à San Mamilianu ... est-ce le bout de la queue du dragon qu'il occit avec un bâton au sommet de l'île de Giglio et qui frétille encore au bas de cette toile mal en point? Evêque de Palerme, déporté en Afrique  par Genséric, roi des Vandales au V° s., échappé avec ses compagnons et réfugié  sur l'île de Monte Cristo où il vécut en ermite ... Voir le chapitre qui lui est consacré par Geneviève Moracchini-Mazel dans"Corsica Sacra", p. 87.

 

 

27/02/2011

1°/San Tumasgiu di Pastureccia -Castellu di Rustinu

En attendant la restauration prochaine de

1°/ la chapelle San Tumasgiu di Pastureccia,

à Castellu di Rustinu.

Pieve di Rustinu.

 

8 vue strategique 1.jpg

La chapelle est  située dans un site admirable au-dessus de la vallée du Golu, que domine sur son éperon vertigineux le Pinzu di  Castellu di Rustinu, fief au XI° siècle des Marquis de Massa de Corse ... Au fond de ce vaste paysage, la pieve de Caccia. Nos belliqueux marquis pouvaient surveiller les moindres mouvements de passage entre la côte orientale et la côte occidentale ...

 

10 les deux donjons.jpg

... du haut de leurs donjons. Ce site  fait l'objet depuis des années de fouilles sous la conduite de l'archéologue Daniel Istria.

castellu di rustinu,san tumasgiu di pastureccia,chapelle à fresques,geneviève moracchini mazel,reliquaire de san tumasgiu,daniel istria

(merci aux amis pour leurs photos, ce jour-là)

Avec lui,  notre ami Toussaint Quilici travaille depuis des décennies sur sa pieve du Rustinu et l'on attend avec impatience la publication de ses travaux. En attendant il partage volontiers sa passion pour notre plus grand plaisir!

 

4 san Tomasgiu 2.jpg

La chapelle construite en contre-bas de ce site stratégique -sans aucun doute  utilisé dès la préhitoire ( j'y ai ramassé une pointe de flèche) -  est beaucoup plus ancienne que le Castellu. Geneviève Moracchini-Mazel propose une datation entre le VII° et le IX° s., l'appareil des murs étant plutôt composé de pierres éclatées dans son ensemble (cf. "Les églises romanes de Corse, p.296, G. Moracchini-Mazel, publié avec le concours du CNRS en 1967 ).

 

3 San Tumasgiu.jpg

Le cimetière qui l'enserre est, comme tous les cimetières de Corse, de création récente (décrets de Napoléon). A l'origine l'on enterrait les morts de cette région dans l'arca : cette crypte creusée sous le sol de la chapelle accueillait les défunts pour un repos éternel sanctifié par le lieu. Le caractère sacré de cet antique usage a certainement contribué à la survie de la chapelle ... encore que ... dans les années 1930, la chapelle fut la victime d'une étrange intervention des Monuments Historiques de l'époque qui aboutit à la mutilation d'un tiers de notre chapelle:

Plan San Tomà avant sa démolition.gif

Plan de de la chapelle San Tumasgiu avant sa démolition, publié par G.Moracchini Mazel dans l'ouvrage cité ci-dessus, et conservé aux archives des Monuments Historiques.

A l'origine la nef unique de cette chapelle mesurait 14,30m et la porte occidentale devait être de belles proportions, si l'on en juge par les éléments de l'archivolte qui nous restent. En 1925, la charpente s'écroule et l'on appelle les Monuments Historiques au chevet de ce monument remarquable. L'architecte de l'administration des MH décide, cela parait incroyable! non pas de reconstruire la charpente à l'identique, mais de ne préserver que la partie de la chapelle comportant un décor... Il détruit donc allègrement un tiers de l'édifice - parait-il qu'il aurait même utilisé les explosifs pour aller plus vite (mémoire orale des anciens du village), les murs se révélant trop solides pour la barre à mine! Quoi qu'il en soit, à mon avis le cher homme doit être entrain de mijoter pour quelque temps encore dans ces terribles flammes du Purgatoire dont on dit qu'elles "purgent" toutes les imperfections: il y sera, je n'en doute guère, en bonne et nombreuse compagnie, à commencer par celle de nos chers hommes de pouvoir.

Bref il reconstruit avec les pierres récupérées un mur occidental aveugle. Les fresques, si explosifs il eut, durent passablement souffrir de l'opération.

porte sud blog.jpg

La porte latérale du mur Sud (à gauche de laquelle l'on aperçoit les deux éléments de l'archivolte de la porte occidentale) nous intrigue par l'inscription de son tympan:

 

San Tumasgiu tympan porte sud blog.jpg

qui donne une date tardive: 1470, date que l'on va retrouver inscrite au fond d'une niche aménagée à l'intérieur du mur Nord/Est et à l'extérieur de la fenêtre meurtière de l'abside. Une date qui semble évoquer un évènement ou des remaniements importants.

Une découverte récente (2002)  éclaire peut-être cette époque:

 

reliquaire.jpg

 

Lors des importants travaux engagés sur cette chapelle pour la mettre hors d'eau, l'on a entrepris de refaire le sol, qui jusque là était quelque peu périlleux et défoncé (l'ossuaire de l'arca étant dessous). Dans la foulée l'équipe a voulu rénover également l'autel et remplacer le ciment par la chaux. Cette opération, où du reste l'autel initial a été rabaissé, a permis une divine découverte, celle de ce reliquaire  du XV°s. caché dans une niche formée de trois pierres plates à l'intérieur de l'autel. : "Il s'agit d'une pièce de bois (de la taille de la paume d'une main) sculptée sur ses bords du sceau de l'évêque d'Accia, Antonius Bonumbra, et d'une empreinte centrale richement décorée d'un dais gothique, précise Richard Girolami. L'ensemble est recouvert de cire d'abeille, dans laquelle l'artisan a d'ailleurs laissé quelques empreintes digitales" .

Radiographié, le reliquaire a révélé son précieux contenu: quatre dents dont deux calcifiées ...

Cet évêque Antonius Bonumbra semble avoir été un proche du franciscain Francesco della Rovere, devenu  le redoutable pape Sixte IV: tous deux étaient originaires de Savone. Son petit diocèse d'Accia, comportant les deux pieve du Rustinu et de l'Ampugnani,  reconstitué au XII°s. pour faire la parité des six diocèses de l'époque entre Pisans et Génois (Accia durera jusqu'au XVI°s. date où il sera absorbé par le diocèse de Mariana), avait sa cathédrale minuscule au sommet (1700 m) du San Pedrone, la montagne tutélaire de cette région. Antonius Bonumbra exerça sa charge épiscopale à l'évêché Accia entre 1466/67 et 1480.

Est-ce à cette occasion que l'évêque A. Bonumbra entreprit des travaux  dans la chapelle, dont la date apparaitrait sur le tympan: " le 22 juin 1470 3 ... suivie du nom, semble-t-il  "anton bonom...":  en tous cas il place le reliquaire dans l'autel, évènement d'une grande importance symbolique qui renforce la sainteté du lieu ...

 

Entrons enfin

IMG_0641 copyabside et autel blog.jpg

et découvrons et redécouvrons  ... dans la pénombre de San Tumasgiu , au pied de l'abside en cul de four, l'autel (aujourd'hui rabaissé) qui abritait le reliquaire dans le secret de sa maçonnerie.

 

 

( ce jour là quelques gouttes de pluie tachent l'objectif)

 

(à suivre pour la visite des fresques! )