Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2012

Ampugnani: les stèles ésotériques de Truchinacce (suite à suivre)

 

Entre Casalta et Silvareccio, ce site onirique de Truchinacce dans l'Ampugnani continue de nous interroger.

DSC00971.jpg

et chacun y peut apporter ses analyses et chacun peut y nourrir ses rêves les plus poétiques: le langage symbolique est constitutif de l'homme.

 Pour le moment, en attendant la connaissance du site avant son pillage avéré (voir les notes précédentes du 2/1 et du 10/1/2012), et l'analyse du lieu par les amis préhistoriens qui pourrait confirmer ou infirmer que nous sommes bien en présence d'une expression mégalithique, nous tentons d'explorer son  univers symbolique le plus récent.

Premier constat, les trois stèles gravées qui nous restent sont alignées face à l'est. Ce "recto" comporte de très nombreux symboles qu'il conviendrait d'analyser dans un contexte historique  précis. Le verso comporte toujours - entre autres signes - une grande croix. Beaucoup d'éléments nous incitent de plus en plus à penser que nous sommes devant un discours gravé lié au monde de la carboneria (carbonarisme), bien ancrée dans l'Ampugnani du XIX° siècle .

On lira avec grand profit l'écrit consacré à ce sujet par Francis POMPONI : "La voie corse du passage du carbonarisme napolitain à la Charbonnerie française sous la Restauration (1818-1823)", dans  "Secret et République (1775-1840)" par Bernard GAINOT, publié aux Presses Univ. Blaise Pascal en 2004.

Je vous invite aussi à découvrir dans l'Encyclopédie Imago Mundi le long article qui traite du carbonarisme :

http://www.cosmovisions.com/$Carbonari.htm

En voici un extrait, témoignant d'un rituel chargé de symboles:

 

"On a souvent confondu le Carbonarisme avec la Franc-maçonnerie, dont il n'est, en réalité, qu'un dérivé. Comme la Franc-maçonnerie, ou l'ordre des Illuminati (Illuminisme), dont on a parfois dit que les Carbonari avaient pu s'inspirer, le Carbonarisme a son cérémonial particulier, son langage symbolique, dont les termes sont empruntés au commerce du charbon. C'est ainsi que le lieu d'assemblée s'appelle hutte, en italien baracca; le pays où se tient l'assemblée, la forêt; la réunion elle-même, - ce qu'en langage maçonnique on nomme la tenue, - la vente, en italien vendita. Une réunion de huttes est une république. Purger la forêt des loups signifie délivrer la patrie des tyrans et des oppresseurs. De là, le cri de ralliement du Carbonarisme : Vengeance au mouton opprimé par le loup. Les statuts et règlements sont particulièrement sévères contre les parjures et les traîtres. L'indiscrétion, même involontaire, a son châtiment.

Chaque associé jurait de garder le secret sur l'existence du Carbonarisme, sur ses signes, son règlement et ses mots de passe; d'obéir aveuglément et sans réserve aux ordres intimés par la vente suprême, les choses commandées cessant d'être injustes dès qu'elles deviennent un moyen d'arriver au bonheur commun et, d'obtenir le but général; de dévouer sa fortune et même sa vie à la cause de la liberté et de la patrie.

En outre, pour être prêt à résister à l'oppression, à secourir ses « frères », appelés ici ses bons cousins, tout Carbonaro devait se munir, à ses frais, d'un fusil de munition et de cinquante cartouches à balle. Le parjure était puni de mort. Les grades par lesquels devait passer successivement le « bon cousin » étaient ceux d'apprenti, de maître et de grand-élu.

Un rituel d'initiation.
Voici, d'après Saint-Edme (Constitution et organisation des Carbonari), les détails du cérémonial usité pour une initiation au troisième grade : la vente se tient loin des profanes, dans une grotte obscure, cachée et connue seulement des Carbonari déjà reçus grands élus. La salle est triangulaire, tronquée aux trois pointes. Le grand maître, grand élu, qui préside la réunion, est placé sur un trône, à l'orient, dans l'angle tronqué supérieur. En face de lui, à l'occident, au milieu de la base même du triangle, se trouve la porte de la grotte. Elle est défendue par deux gardiens nommés flammes ou porte-épée, tenant à la main des sabres faits comme des flammes de feu. Les assistants sont rangés en deux files, à droite et à gauche du président. Ils ont la face tournée vers lui pour se conformer à tous ses mouvements, quand il fera des avantages ou autres cérémonies et solennités. Deux des assistants, ceux qui sont placés à l'extrémité des files, se nomment premier et second éclaireur; un troisième qui sert d'orateur est appelé étoile. Trois lumières en forme de soleil, de lune et d'étoile sont suspendues aux trois angles pour la clarté de la vendita. Le trône et les bancs sont couverts de drap rouge parsemé de flammes nombreuses. Le grand élu est en costume de l'ordre, ainsi que les autres assistants. Il a le front enveloppé d'un long mouchoir rouge enroulé en forme de turban, Il porte des sandales bleues, une tunique de même couleur et, au-dessus de la tunique, une longue robe noire serrée par une ceinture de laine rouge à laquelle sont suspendus une hachette et un poignard. Outre le costume ci-dessus, commun à tous les assistants, le grand élu président porte en sautoir un large ruban moiré tricolore, bleu céleste, jaune et vert, où sont attachés trois bijoux, marques de sa dignité : un triangle azur, image du ciel et de la divinité, un soleil d'or et un globe terrestre d'un vert pâle.

« LE GRAND ÉLU. - Bon cousin, premier éclaireur, quelle heure est-il?

LE PREMIER ECLAIREUR . - Respectable grand élu, le tocsin sonne de toutes parts et retentit jusque dans les profondeurs de notre grotte. Je pense que c'est le signal du réveil général des hommes libres.

LE GRAND ÉLU. - Bon cousin, second éclaireur, à quelle heure doivent s'ouvrir nos travaux secrets?

LE SECOND ÉCLAIREUR. - A minuit, respectable grand élu, lorsque les masses populaires, conduites par nos affidés, les bons cousins directeurs, sont rassemblées, organisées, marchent contre la tyrannie et sont prêtes à frapper les grands coups.

LE GRAND ÉLU. - Bons cousins, flammes et gardiens de la sûreté de notre asile, êtes-vous sûrs qu'il ne s'est glissé parmi nous aucun profane et que tous les carbonari réunis dans cette vendita sont bien grands maîtres, grands élus?

UNE DES FLAMMES. - Oui, vénérable grand élu, les Introducteurs ont fait leur devoir. Il n'existe ici ni profane, ni Carbonaro subalterne.

LE GRAND ÉLU. - Tous les directeurs des divers grades carboniques, destinés au mouvement général qui va s'opérer, sont-ils à leur poste, bien armés, mes bons cousins, premier et second éclaireurs?

LES DEUX ÉCLAIREURS en même temps. - Oui, vénérable grand élu; tous sont partis après avoir réitéré le serment sacré de périr ou de vaincre.

LE GRAND ÉLU. - Puisque tout est si bien disposé, mes bons cousins, je vous invite à m'aider dans l'ouverture de nos travaux nocturnes en célébrant le septuple avantage que je commence à l'instant. A moi, mes bons cousins.

1° Au Créateur de l'Univers; 2° au Christ, son envoyé sur la terre, pour y rétablir la philosophie, la liberté, l'égalité; 3° à ses apôtres et prédicateurs; 4° à saint Tibaldo, fondateur des Carbonari; 5° à François Ier, comme notre protecteur et l'exterminateur de nos anciens oppresseurs; 6° à la chute éternelle de toutes les tyrannies; 7° à l'établissement d'une liberté sage et sans fin, sur la ruine éternelle des ennemis des peuples. »

Les sept avantages étant célébrés par les acclamations d'usage, lecture est faite aux assistants du procès-verbal de la dernière séance; puis, le procès-verbal adopté, le grand élu donne la parole à l'orateur appelé Etoile. Celui-ci explique et développe le but de la réunion. Après avoir fait une description de l'âge d'or, où les humains, obéissant aux lois de la nature, étaient bons et vertueux, l'orateur décrivait la situation malheureuse de la belle Ausonie et présentait le tableau navrant de son affreuse destinée.
« Elle obéit maintenant, disait-il, à trente soi-disant souverains, qui, rétrécis dans ce qu'ils appellent leurs domaines, n'en tyrannisent qu'avec plus d'impudence les peuples infortunés soumis à leur autorité dure, mais chancelante. C'est pour en débarrasser le sol que nos aïeux, les premiers bons cousins, ont établi la respectable Carboneria. Exilées du monde, n'osant se montrer au grand jour, la liberté, l'égalité, se réfugièrent dans les rand se cachèrent dans les ventes, dans les grottes les plus reculées, et là, reprenant la robe virile dont nous sommes revêtus, aiguisèrent leurs hachettes et leurs poignards et jurèrent de renverser en un seul jour tous les oppresseurs de ces belles contrées. Nous avons tous fait, sur le signe éclatant de la rédemption du Sauveur du monde, le serment sacré de rétablir sa sainte philosophie. Le moment est arrivé, mes bons cousins ; le tocsin de l'insurrection générale a sonné, les peuples armés sont en marche. Au lever de l'astre du jour, les tyrans auront vécu, la liberté sera triomphante. Employons le peu d'heures qui vont s'écouler avant d'arriver aux moments d'une courte et terrible vengeance, à relire et proclamer les nouvelles lois qui vont régir la belle Ausonie, la réunir en un seul peuple dans ses limites naturelles et la rendre libre, heureuse, florissante à l'exemple du reste de l'univers. »
Ce discours achevé, le grand élu président prononçait à haute voix la formule du serment :
« Moi, citoyen libre de l'Ausonie, réuni avec mes frères sous le même gouvernement et les mêmes lois populaires que je me dévoue à établir, dût-il m'en coûter tout mon sang, je jure, en présence du grand maître de l'univers et du grand élu, bon cousin, d'employer tous les moments de mon existence à faire triompher les principes de liberté, d'égalité, de haine à la tyrannie, qui sont l'âme de toutes les actions publiques et secrètes de la Carboneria. Je promets de propager l'amour de l'égalité dans toutes les âmes sur lesquelles il me sera possible d'exercer quelque ascendant. Je promets, s'il n'est possible de rétablir le régime de la liberté sans combattre, de lutter jusqu'à la mort. Je consens, si j'ai le malheur de devenir parjure à mes serments, à être immolé par mes bons cousins les grands élus, de la manière la plus douloureuse. Je me dévoue à être mis en croix au sein d'une vendita, nu, couronné d'épines et de la manière que le fut le Christ, notre rédempteur et notre modèle. Je consens de plus à ce que mon ventre soit ouvert de mon vivant, que mon coeur et mes entrailles soient arrachés et brûlés, que mes membres soient coupés et dispersés et mon corps privé de sépulture. Telles sont nos obligations à tous, mes bons cousins, jurez-vous de vous y conformer?

TOUS LES ASSISTANTS à la fois. - Nous le jurons.

LE GRAND ÉLU. - Dieu vous entend, mes bons cousins! son tonnerre gronde; vos serments sont agréés. Le peuple est prêt à combattre, il triomphera! Malheur à vous si vous le trahissiez! »

L'orateur donnait ensuite lecture du pacte constitutionnel de l'Ausonie, qui devait être soumis à la sanction de la nation libre et unie."

Comme on peut le voir, les bons cousins ne plaisantent pas!
 Voici une première grille de lecture de ces trois stèles proposée par un jeune chercheur féru d'ésotérisme en Corse:

 

   

élément 1 blog.jpg

(la face nord de la stèle centrale)

Je cite:

" Cœur (placé au sommet):  N'est pas sans rappeler l'anthropomorphisme dont étaient dotées certaines « stantare ». Le coeur tient lieu de visage et s'apparente par la forme à la feuille de peuplier (arbre initiatique tenu pour sacré dans l'antiquité, lié à la résurrection).  

Croix celtique écourtée (gauche) :

Symbole solaire apparenté à la roue solaire. Cycle (saison, course du temps …).

Symbole apparaissant dès le néolithique ou, si plus tardif, chrétien (signaculum domini = plaies du Christ).

Soleil (droite): Symbole solaire classique.

Croissant de lune vers le bas :

Symbole de minuit (passage du soleil à l’antipode).

Obscurité=secret=occulte

Croix : Se rapporter à la symbolique chrétienne et solaire.

Deux cercles concentriques radiants :

Couronne – Œil de la Providence – Soleil

Symbole surmonté par une croix.

Course du soleil (croix + astre) ou suprématie du «Christ-Roi» (couronne + croix + radiance)

Niveau (Figure centrale): Figure maçonnique (essentiellement celle du grade de surveillant) = équilibre ou harmonie, l'œuvre est réalisé et équilibré.

Figures pointues avec point au centre (sur les côtés du niveau): symbole inconnu. Possibilité d'être la lettre « D » dans l'alphabet maçonnique.

Eventuellement une allégorie des deux colonnes du temple (J et B)

Soleil et lune (gauche et droite) : Symboles maçonniques classiques.

Les gravures circulaires et rectangulaires, voire carrées, semblent être en rapport avec les degrés dans la hiérarchie des maçons ou compagnons ayant œuvré sur le site.

verso de la stèle 3.jpg

(la face ouest de cette stèle centrale et son percement au sommet, qui disait-on, laissait passer un rayon de soleil qui illuminait l'église pievane de Casalta)


stèle 2.jpg

(la face ouest de la stèle de droite)


INRI : Igne Natura Renovatur Integra (la nature est intégralement renouvelée par le feu).

Parole du rituel de Chevalier Rose+Croix (REAA) héritée de l’alchimie.

Croix à pointe aiguisée : Symbole héraldique (tranchant, aiguisé). Certainement un rapport avec l’arme (poignard rituel du Carbonaro ou Pinatu du Topu Pinutu).

Deux soleils : Symbole maçonnique typique. Saint Jean de l’Apocalypse (Solstice d’hiver)  et Saint Jean le Baptiste (Solstice d’été), similitudes avec le dieu Janus aux deux visages.

 

casalta,castagniccia,silvarecciu,stèles ésotériques de l'ampugnani,carbonarisme corse,franc-maçonnerie corse,symbolique franc-maçonne

(la face est de cette même stèle: le chêne qui a poussé entre temps ne permet pas de faire une photo d'ensemble)


 

stèle 1 bis.jpg

(la face nord de la stèle de gauche)

 

Œil de la providence : Elément courant dans la symbolique maçonnique.

2 : Symbole évident de la dualité. En rapport certainement avec les deux colonnes du temples, les deux surveillants et le damier initiatique (noir et blanc).

S : Certainement symbole du serpent (symbole compagnonnique du tailleur de pierre).

Pentagramme : Elément maçonnique du grade de compagnon.  5 éléments (eau, terre, air, feu, éther) ou 5 sens.

Humain accompli et achevé.

Deux lunes superposées au dessus de l’horizon : Apogée et périgée.

4 : Chiffre de la matière. Croix dont l’axe horizontal et l’axe vertical sont reliés. Chiffre du carré.

3 : Trinité. Peut être même Troïka (organisation de cellules de 3 personnes). Chiffre du triangle.

(Peut-être le Chapitre 4 verset 3 des Corinthiens: « Si notre Evangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent »)

Compas : Sert à tracer le cercle, qui garde en lui les secrets de l’initié. Symbole de l’esprit et composante des 3 grandes lumières.

Les trois dernières figures sont un rappel évident de la géométrie et sa symbolique ésotérique.

Cette stèle est certainement celle d’un compagnon devenu maitre. Elle a du être gravée progressivement du bas vers le haut

stèle 1 verso blog.jpg

(la face ouest de cette stèle)


... et enfin, sa première conclusion:

Les monolithes sont certainement très anciens.

Il est essentiel de pratiquer un relevé topographique de la disposition des monuments ainsi qu’une analyse géologique des pierres.

Les éléments disparus ont de toute évidence, de façon coutumière en Corse, été certainement récupérés et insérés dans le paysage architectural (probablement dans les environs proches du site), que ce soit dans une bergerie ou dans les parois d’une maison.

Nous pouvons, aux vues des symboles et « styles » de gravures, qu’il s’agit d’une œuvre collective. Les gravures ont du se succéder au fur et à mesure du temps.

L’iconographie religieuse et maçonnique est quasiment classique mais la présence conjointe de celle-ci avec des éléments chrétiens nous laisse à penser qu’une société secrète du XVIIIème  ou XIXème siècle a utilisé ces éléments en vue de rituels.

La maçonnerie dite « du bois », les Pinnuti ou Carbonari sont effectivement à l'origine des gravures. Des références au Compagnonnage sont évidentes. "


(à suivre ...)

10/01/2012

Les stèles gravées de Truchinacce,

Dans la suite des interrogations posées par ces stèles ésotériques de Truchinacce (Pieve d'Ampugnani) ...

(suite de la note précédente)

Casalta stèle 1.jpg

L'on peut peut-être rapprocher l'énigme de ces gravures ésotériques et forestières au monde caché de cette société secrète active en Corse au 19° siècle  "  i topi marini" ou  " topi pinnuti" (des chauve-souris "initiées" ...) liée à la Carboneria  , à laquelle appartint en particulier le grand Giuseppe Garibaldi, Carboneria fondée en 1806 par Philippe Buonarroti, cet extraordinaire "agitateur" professionnel européen de la révolution ... à retrouver sur le site de J C Cabanel son article  "Charbonnerie et F M

http://jccabanel.free.fr/
Citons également pour ce sujet passionnant cette conférence donnée à l'ADECEC à Cervioni par P. Guglielmi:

"Philippe GUGLIELMI

La Franc-Maçonnerie
dans le rural corse

 

Une conférence donnée à l'ADECEC au couvent ST François de Cervioni le 5 mai 2000

 

On note la présence de sociétés de type maçonnique en Corse dès le début du XVIII° siècle. Si ces sociétés ont été qualifiées du terme aujourd’hui péjoratif de secrètes, c’est qu’à l’époque elles constituaient souvent des îlots de résistance à l’occupant. On peut aussi se poser la question de savoir si les carbonari et les pinnuti Corses pouvaient être considérés comme appartenant à des structures maçonniques ? Ni les uns ni les autres ne dépendaient du Grand Orient de France, la seule obédience maçonnique dans la région à l’époque, mais de nombreux membres avaient la double appartenance. Nous verrons que Carbonari et Pinnuti pratiquaient une initiation inspirée directement des rituels de la Franc-Maçonnerie dont ils partageaient également l’esprit de progrès. Ces éléments font qu’ils peuvent être considérés comme une variante de la Franc-Maçonnerie. Peut-être reçurent-ils une patente, ce document de reconnaissance de la qualité maçonnique ?

Pour spécifique qu’elle fut la Franc-Maçonnerie rurale Corse des 18° et 19° siècles s’inspira largement des lumières et entretint naturellement des liaisons avec d’autres sociétés secrètes telles que les carbonari italiens par exemple.

L’objet de cet exposé est de mieux comprendre l’importance des effectifs de cette Franc-Maçonnerie locale qui ne peut s’expliquer que par la bienveillance et la protection dont elle bénéficiait de la part des chefs politiques de l’époque qui en étaient souvent membres, tels le Roi Théodore 1° de Neuhoff ou plus tard Pasquale PAOLI.

Pour mieux approcher l’émergence de ces sociétés initiatiques de type rural, nous étudierons successivement :

- Les sociétés initiatiques et de pensée en Corse des origines à la moitié du XVIII° siècle.

- La Franc-Maçonnerie en Corse du Généralat de Pasquale PAOLI au premier Empire

- La Franc-Maçonnerie rurale en Corse et carbonarisme au XIX° siècle.

 

1°/ Les sociétés initiatiques et de pensée en Corse des origines à la moitié du XVIII ° siècle :

Les Corses sont toujours apparus aux allogènes comme secrets. Qu’il s’agisse des écrivains de l’antiquité, du Pape Grégoire le Grand dans une lettre datée de 598, ou encore l’officier de Picardie dans ses mémoires tous accuseront les Corses de se livrer à des pratiques occultes.

Les confréries religieuses avec leurs cérémonies aux assistants cagoulés, constitueront souvent un refuge, voire une contestation, de la haute hiérarchie ecclésiastique, pouvant aller jusqu’à la rupture. Les membres de la Confrérie étaient par contre souvent proches du ministre du culte local, tant il est vrai qu’en Corse le petit clergé a toujours pris partie pour le peuple.

Des Cathares arriveront en exil en Corse vers 1340, ils auraient inspiré le mouvement des giovannali dont on trouve la trace à Carbini où ils seront exterminés.

Mais l’ère moderne des sociétés initiatiques commence en Corse avec l’arrivée dans la plaine orientale du Baron de Neuhoff qui sera élu Roi de Corse à Alésani en 1736.

Théodore est membre de l’ordre des chevaliers teutoniques de Sainte Marie des Allemands, il est également membre de l’ordre des Roses Croix . Précisons que l’ordre de la rose croix ne doit pas être confondu avec le grade de chevalier Rose Croix qui constitue un degré intermédiaire des 33 grades maçonniques. Théodore aurait réglé cette problématique en ayant reçu les deux initiations.

Les Chevaliers Teutoniques sont un Ordre religieux de chevalerie fondé par des bourgeois de Brême et de Lübeck pendant le siège d’Acre (1191) où ils créèrent un hôpital, avant d’être transformé en ordre militaire (1198). Ils sont soumis à la règle des Templiers pour le soin des malades, et dépendent étroitement de la curie. Leur uniforme est alors un manteau blanc avec une croix noire.

Ragon écrit que Théodore a été envoyé en Corse pour y établir une Loge Maçonnique. Théodore sera très discret sur son appartenance aux chevaliers teutons et à la Franc Maçonnerie. Dans une lettre du 31 janvier 1743, il fait référence à un titre de Grand Maître de l’Ordre Militaire de la Rédemption tout comme il nommera des chevaliers de la clef d’or. Le symbolisme de la clé est commun à la religion Chrétienne, Chiite, et à la Franc-Maçonnerie. Si l’on trouve la clé d’ivoire dans les hauts grades maçonniques, on la trouve dans les armoiries du pape, les clés de Saint Pierre, et plus funestement au cou des pasdarans chiites , les combattants de Dieu, car ces clés, s’ils étaient tués, leur ouvriraient plus sûrement la voie vers le prophète Ali gendre de Mahomet.

Si ce n’est directement la structure Maçonnique se sont les idées des lumière qui prennent pied en Corse et cette implantation n’est donc pas l’apanage des grandes cités. Théodore, imprégné d’idées nouvelles, exprime la notion de « liberté absolue de conscience » lors d’un discours à Aléria. Mais un autre chef de la Nation corse va s’illustrer, il sera le fondateur de la République moderne, il a pour nom Pasquale PAOLI.

 

2°/ La Franc-Maçonnerie en Corse du Généralat de Pasquale PAOLI au premier Empire :

Hyacinthe, le père de Pasquale PAOLI, s’il s’est rallié au roi Théodore n’en est pas moins méfiant de ce Noble qui vient d’Europe du Nord et qui professe des idées par trop novatrices. On peut penser que Pasquale qui a 11 ans à l’avènement de Théodore observe avec une grande attention cette page d’histoire qui se déroule sous ses yeux et qui lui vaut de partir en exil avec son père trois ans plus tard en embarquant à PADULELLA. C’est la Ville de NAPLES qui reçoit les exilés, dans d’excellentes conditions d’ailleurs, puisque Hyacinthe prendra la charge de Colonel du Régiment corse et Pasquale y servira comme sous-lieutenant. NAPLES connaît en cette première moitié du XVIII° siècle une vie intellectuelle riche marquée par l’illuminisme.

C’est à la fin du XVIIIe siècle, à l’heure où la philosophie des Lumières connaît le plus grand succès, qu’en marge de ce rationalisme régnant, un désir de beauté et de merveilleux vient ébranler le matérialisme ambiant. Kant lui-même s’intéresse aux phénomènes de voyance de Swedenborg ; les rois et les princes se tournent avec curiosité vers les sciences occultes. Sectes, loges, confréries se multiplient dans toute l’Europe. Ainsi des sociétés théosophiques s’inspirant de Swedenborg sont créées à Londres en 1783, trois ans plus tard à Stockholm, puis en Pologne, en Allemagne, en France – à Paris, Strasbourg, Avignon. Zurich apparaît comme un centre réputé où défilent, parmi de nombreux adeptes, Madame de Staël et le duc de Rohan. Après la mort de Martinès de Pasqually (1779), qui fonda à Bordeaux l’ordre des Élus-Coëns, Lyon devient un centre de diffusion des doctrines de Louis Claude Saint-Martin – le martinisme – grâce à l’influence de Jean-Baptiste Willermoz, qui, s’appuyant sur la franc-maçonnerie, cherchera à unifier les groupes disséminés à travers l’Europe et fondera une Église universelle. Cette sorte d’église intérieure tentera de réunir les adeptes dispersés dans les différentes religions.

Dans le NAPLES grouillant d’idées nouvelles, Pasquale PAOLI aurait suivi l’enseignement du philosophe Antonio GENOVESI. Ce dernier également écrivain et économiste italien vécut de 1713 à 1769. Son enseignement est recueilli dans ses leizioni di commercio, qui furent une œuvre majeure de la réflexion économique du XVIII siècle, il fut titulaire de la première chaire d’économie politique créée en[P1] Europe. Mais à l’époque GENOVESI n’était qu’un obscur professeur d’éthique et c’est sans doute cet enseignement plutôt que l’économie qu’il dispensa au jeune Pasquale..

Pourquoi Pasquale PAOLI n’aurait-il pas eu alors ses premiers contacts avec des Francs-Maçons initiés ailleurs et qui se trouvent comme lui en exil ? Cela serait peu probable, car il n’y aurait pas trace de loges normalement installées à NAPLES avant 1755. Toutefois l’historien de la franc-maçonnerie Ubaldo TRIACA écrit que cette société initiatique fut introduite à NAPLES en 1731. En 1756 plusieurs loges napolitaines fondent une grande loge Nationale qui sera dissoute en 1790. Pasquale PAOLI a lui rejoint la Corse en 1755 et il est proclamé Général de la Nation. La législation qu’il met en place s’inspire de « l’esprit des lois » du Franc-Maçon MONTESQUIEU initié le 16 mai 1730 à la loge Horn, Westminster Tavern en Angleterre. PAOLI va rencontrer d’éminents maçons durant son généralat et tout au long de son existence. James BOSWELL sera de ceux-là lorsqu’il se rend en Corse en 1765, au cours de son voyage il rédigera une biographie de PAOLI dans son « account of Corsica ».

Il n’y a pas d’implantation de loges maçonniques en Corse avant Ponte-Novu. La première loge installée est en 1774 la loge militaire « La parfaite union » au régiment Vermondois Infanterie, elle ne reçoit ni civils, ni militaires Corses.

C’est sans doute cette exclusive qui poussa les partisans de PAOLI à fonder une contre maçonnerie, dite des Béati-Paoli qui s’appuyait sur la société sicilienne des vengeurs. Les Béati-Paoli furent nombreux et essaimèrent dans les Iles de la Méditerranée, ne dit-on pas dans notre région, « so quantu i béati-paoli ».

Peut-être furent-ils encouragés à distance par Pasquale PAOLI lui-même qui est initié à LONDRES le 15 juin 1778 au sein de la Loge «Les neuf Muses ». Le 7 avril de la même année, VOLTAIRE a été initié à PARIS par la loge « Les neuf Sœurs ». Ne pourrait-on voir dans ces deux initiations à deux mois de distance une lutte d’influence entre Franc Maçonnerie Anglo-Saxonne et d’Europe continentale ? Nous pouvons aussi penser que PAOLI a été informé de l’initiation de VOLTAIRE, auquel il est reconnaissant du soutien apporté après PONTE-NOVU dix ans auparavant. PAOLI, favorablement influencé, aurait alors plus facilement répondu à l’invite de ses proches, Francs-Maçons anglais.

Napoléon quant à lui contrôlera totalement la Franc-Maçonnerie, il cherchera d’ailleurs à en unifier les hauts grades sous l’égide du Grand Orient de France, dont son frère Joseph est Grand-Maître, par un concordat avec le Suprême Conseil en 1805. Ce Concordat s’il porte le même nom n’a rien à voir avec celui qui fut obtenu du Pape non sans contrainte. Cet autoritarisme maçonnique a du entraîner une radicalisation de la Franc-Maçonnerie rurale corse qui a ainsi développé sa spécificité, sous la restauration et jusqu’au second empire.

 

3°/ Franc- Maçonnerie rurale en Corse et carbonarisme au XIX° siècle :

Il se trouve que le lieu essentiel de l’activité de ces sociétés sera l’espace de l’actuel canton du Campuloro-Moriani. La lettre du Juge de paix BONALDI de San Niculaiu répondant au Sous-Préfet de BASTIA le 9 février 1829 est édifiante. Nous pouvons lire qu’existe depuis 1818 une société secrète de carbonari qui « a juré une haine éternelle aux monarchies ». Le juge BONALDI parle ensuite d’une rixe qui a opposé des Carbonari de Santa Maria Poghju à des membres d’une autre société secrète, royaliste celle là, et donc certainement encouragée par le pouvoir en place. Il s’agit des Fischjuloni dont le juge Bonaldi est justement à l’origine de la création.

Les autorités n’arriveront pas à réduire ces carbonari de plus en plus nombreux après 1830. Ils vont développer une forme locale, appelée « I pinnuti » sans doute parce qu’ils évoluaient la nuit comme « i topi marini » ou « topi pinnuti » les chauves-souris. Fernand ETTORI a écrit à leur sujet : « I pinnuti sont une forme nouvelle et spécifiquement corse de la charbonnerie. On les voit sortir de l’ombre en 1847, au moment où commence en Italie la révolution dite de 1848. Leurs yeux sont tournés vers l’effort des patriotes italiens auxquels ils souhaitent porter secours ». Les pinnuti sont partagés entre la philosophie républicaine dont ils ont hérité des carbonari et le fait que certains chefs du mouvement soient bonapartistes tel Sampieru GAVINI frère de Diunisu.

Sur ce que furent au plan idéologique et symboliste les pinnuti, rien n’est plus riche d’enseignement que le document qui m’a été fort aimablement commenté par le professeur Pasquale MARCHETTI et dont m’avait parlé il y a une vingtaine d’années son frère Luigi-Filippu trop tôt disparu. Ce document était détenu jusque dans les années 30 par leur grand-père le Notaire MARCHETTI de San Niculaiu.

 

Etude et commentaire sur le document MARCHETTI :

Le document :

Ce document est rédigé en langue italienne, qui était alors la langue écrite des Corses, il est intitulé « Legge della famiglia di Santo Nicolao ». Il énonce à l’article premier l’amende prévue à l’encontre de tout frère qui rirait au moment où est posée la question « che ora è ? », et à l’article 2 l’amende prévue pour tout frère qui parlerait à un profane (de son appartenance et de ce qui se dit en réunion) sans s’être consulté préalablement avec au moins six autres frères.

Il décrit l’ouverture par le Vénérable (trois coups de maillet) des « travagli dei pellegrini della vérità sotto il titolo distintivo - Gli allievi della filantropia cirnese- all’oriente di santo Nicolao ». On trouve ensuite le règlement de l’admission des profanes, le rôle du « préparatore », les obligations de « apprendente pellegrino » et enfin le « giuramento ».

La formule de clôture des travaux est la suivante : « Alla gloria del Grande Architeto dell’Universo, del Gloriosissimo San Rocco nostro protettore e sotto gli auspici del nostro augustissimo Sovrano Carlo Decimo ». On est alors sous le règne de Louis Philippe et non de Charles X, ce qui laisse supposer que l’on est en présence du recopiage d’un document d’avant 1830.

La datation finale est elle aussi en forme maçonnique « Anno della vera luce 5848 ».

Suit un état des membres : 40 sont de San Nicolao, dont le Vénérable Don Giovanni de Battisti, et des Quilici, Giorgi, Raggi. 25 sont de San Giovanni, les Gigantei, Germani, Samani, Giordani, Reg geti, Dezi. 17 sont de Poghju, Poggi, Contri…

Les lieux d’admission sont signalés pour chaque nom, et on apprend que les lieux de réunion variaient. Il s’agit de Busarese sur la commune de San Niculaiu, Coccola sur Santa Lucia, et Santa Cristina sur Valle de Campoloro.

L’analyse du document :

Ce document exceptionnel apporte énormément à la connaissance du Carbonarisme dans le bassin Méditerranéen. IL montre combien l’essence et le symbolisme de la Charbonnerie sont lié à la Franc Maçonnerie. Le caractère exceptionnel de ce document se confirme lorsque l’on sait qu’habituellement la Charbonnerie se réclamait de la Franc-Maçonnerie du bois, toujours très minoritaire, alors que dans le document MARCHETTI nous sommes en présence de la Franc-Maçonnerie de la pierre qui est celle très officielle que nous connaissons encore aujourd’hui. Le rituel en vigueur au sein de ce que nous appellerons la Loge de San Niculaiu, comme la nommaient d’ailleurs ses membres, est bien celui du Grand Orient de France dans la première moitié du XIX° siècle. Les points particuliers décrits dans le documents MARCHETTI sont encore en usage de nos jours.

L’apostrophe, « qu’elle heure est-il » ? marque la rupture d’avec le monde profane, car durant les travaux les frères vont travailler à l’heure de la vraie lumière, celle des initiés en rajoutant 4000 ans à l’année en cours qui est alors 1848. Le frère doit en consulter six autres pour rendre valide les décisions et plus largement l’ensemble des travaux de la loge. Le nombre 7 ainsi formé par le groupe se réfère au nombre de synthèse le plus expressif de l’initiation Maçonnique, il est l’association du binaire principe mâle et femelle, connu ailleurs comme le yin et le yang, d’avec le nombre impair 5 exprimant le symbolisme solaire. Cette courte incursion au sein du symbolisme maçonnique met en exergue le haut niveau de connaissance des frères de la Loge de San Nicolao. Ces notables, ces propriétaires terriens et sans doute d’autres plus modestes ne pouvaient pas ignorer l’essence de ce symbolisme. Il est tout à fait préjudiciable que la teneur détaillée de leurs travaux ne soit pas parvenue jusqu’à nous, ce qui rend d’autant plus inestimable le document MARCHETTI qui en est la seule trace. Ces FF devaient travailler énormément le symbolisme, car se réunissant en plein air, on peut penser que s’ils n’avaient parlé que de sujets politiques, les échos de leurs oppositions seraient parvenus aux habitants proches du lieu de réunion. Or ni le juge BONALDI, ni le Sous-Préfet ne parlent de luttes à l’intérieur même des groupes de Pinnuti. Par contre les rapports sont nombreux concernant des Pinnuti qui affrontent des groupes qui leurs sont étrangers voire hostiles comme c’est le cas dans la rixe de CERVIONE. Les Pinnuti sont donc très unis, ils sont érudits et peuvent approcher une discussion ésotérique. Ils ont du atteindre un tel niveau de cohésion et de sérénité découlant de leur approche philosophique des travaux en loges, qu ‘ils ont pu avoir sans heurts des discussions à portée sociale. L’on peut penser que cette grande intimité fraternelle, va largement contribuer à la sédimentation des clans dans le Campoloro- Moriani et, selon les endroits où les Pinnuti étaient présents, dans la Corse tout entière.

Les mises en garde inhérentes à la discipline des travaux, montrent le soucis du secret d’appartenance et du contenu des réunions. Si aujourd’hui la Franc-Maçonnerie est simplement discrète, elle était à l’époque et jusqu’au lendemain de la deuxième guerre mondiale délibérément secrète car sujette à des persécutions. Le Vénérable Don Giovanni de Battisti, ouvre rituellement les travaux de trois coups de maillet et nous apprenons que la Loge a pour titre distinctif : « Les élèves de la philanthropie cirnese ». Ce nom est dans la mode des appellations de Loges du GODF de l’époque. L’appellation « pèlerins de la vérité », montre le soucis d’une quête intellectuelle non dépourvue de religiosité. La loge se réclame du Grand Architecte de l’Univers ce qui était commun à toutes les Loges du GODF avant 1877 où, lors du convent ou assemblée générale des Loges de cette année là, cette invocation sera rendue facultative. Il n’est pas anormal de trouver la référence à saint Roch un des patrons du canton, car la religion catholique est souvent exigée des nouveaux initiés. Ainsi Jérôme Napoléon initié à la Loge «la Paix » de TARBES en 1801 voit la mention « de religion catholique » portée en regard de son nom. Pour ce qui concerne la référence au roi elle est également normale, n’y a t-il pas eu une loge « saint Napoléon » sous l’empire.

L’apprendente pellegrino n’est autre que l’apprenti maçon, premier grade initiatique. Nous apprenons que la loge de San Nicolao comprenait 90 membres ce qui est tout à fait remarquable car l’effectif moyen d’une loge est de 50 membres. Il est courant de voir des villes de 100 000 habitants ne compter q’une centaine de Francs-Maçons.

On a dit que le terme pinnuti pouvait également venir d’une pinnata, genre de serpe, que les Pinnuti auraient porté croisée sur le côté droit selon Jean Victor ANGELINI dans son histoire secrète de la Corse (Albin Michel 1977). Pourquoi pas? lorsque l’on sait que l’épée et le poignard font souvent partie des décors maçonniques. Ainsi le maître Maçon porte t- il au XVIII° siècle le cordon de couleur bleu venant de l’ordre du saint Esprit et l’épée au côté. Cette concession a été faite dans les loges et uniquement durant la durée des travaux par les Nobles qui veulent ainsi reconnaître comme leurs égaux les frères roturiers. Le Duc de Crussol d’Uzés dignitaire du GODF ne déclare-t-il pas deux ans avant la révolution : « Que nos loges soient des temples élevés à l’égalité et que les brillantes lumières de la naissance et du rang y disparaissent ». Le Chevalier de Ramsay dignitaire des hauts grades Maçonniques avait déclaré bien avant lui : « notre ordre sert à former de bons citoyens ». La pinnata aurait remplacé l’épée et donc nous ne verront aucun caractère barbare à cet équipement. La pinnata marque la notion de vengeance initiatique, que les pinnuti semblent parfois avoir rendue bien réelle, même si Jean Victor ANGELINI nous dit que les représailles s’exerçaient plutôt sur les biens matériels. Les Pinnuti pratiquaient « l ‘accintu » des arbres fruitiers, l’arrachage des vignes et l’incendie des maisons de leurs ennemis, mais rarement l’assassinat. Les grades de vengeance existent, entre autres explications, en franc Maçonnerie pour rendre justice aux templiers victimes du roi Philippe le Bel et du Pape. Il n’est donc pas anormal de lire que selon le juge Bonaldi les Pinnuti auraient « juré la haine de toutes les monarchies ».

Enfin s’il fallait faire un dernier retour aux sources, nous apprenons que les Pinnuti se réunissaient également sur la propriété MARCHETTI à Acqua Callula et que leur mot d’ordre était, « nous sommes de Moriani combattants de la liberté ». Ils disaient également se rendre « in barraca » en cayenne. Barraca, c’est aussi le terme baraque proche du terme cabane de chantier, nom que donnaient les constructeurs de la cathédrale de Strasbourg au lieu dans lequel ils se réunissaient la veille de chaque journée de travail, afin d’en préparer les plans. Un document strasbourgeois nous apprend que le terme de loge ne sera employé qu’en 1278, pour n’être repris en Angleterre que deux ans plus tard.

EN GUISE DE CONCLUSION :

L’épisode des Pinnuti qui s’est déroulé dans le CAMPULORU-MORIANI, il y a prés de deux siècle est représentatif de ce que furent les sociétés initiatiques à cette époque. La Franc-Maçonnerie et la Charbonnerie étaient étroitement liées. L’une était la représentation officielle de l’autre. L’épisode des quatre sergents de LA ROCHELLE , carbonnari et Francs-Maçons de la Loge « Les amis de la vérité » de PARIS, avaient suffisamment ébranlé le règne de LOUIS-PHILIPPE pour qu’il étende sa répréssion jusqu’à la CORSE.

Les Pinnuti, malgré cette période troublée, ont voulu marquer encore plus fortement leur attache initiatique en donnant à leur lieu de réunion un nom qui les faisait remonter aux origines même et à l’age d’or de la Franc-Maçonnerie, c’est à dire au Moyen-âge. Tout cela se passait au XVIII ème siècle au cœur même de la méditerranée occidentale, dans le Campoloro-Moriani.

Cette région a été, au cours des XVIII et XIX ème siècles, le creuset où s’est façonné l’humanisme moderne. Théodore de Neuhoff sera le chantre de la liberté de conscience dans un monde dominé par le dogme. Le général Pasquale PAOLI sera celui qui fondera la république moderne et mettra en place des institutions laïques, cela bien avant la révolution américaine et la révolution française. Nous pouvons nous demander si les Pinnuti, ces membres d’une Franc-Maçonnerie bien singulière mais au combien éclairée, n’ont pas été dans leurs conciliabules nocturnes, les Hussards noirs de la république Universelle, bien avant l’heure. Malheureusement trop tôt pour la Corse et pour l’humanité.

 

BIBLIOGRAPHIE

- Jean-Victor ANGELINI : « Histoire secrète de la Corse » Albin Michel 1977

- Jean-Baptiste NICOLAI : « Vive le Roi de Corse » éditions Cyrnos et Méditerranée 1981 et « les sociétés secrètes en Corse" chez le même éditeur 1988

- Charles SANTONI : « chroniques de la Franc-Maçonnerie en Corse 1772-1920 » éditions Alain Piazzola 1999.

- Paul ARRIGHI : « La vie quotidienne en Corse au XVIII° siècle » Hachette 1970

- Daniel LIGOU : « Dictionnaire universel de la Franc-Maçonnerie » éditions du prisme 1974.

- Louis AMIABLE : «La Loge des neufs sœurs » PARIS 1897 réédition EDIMAF 1989 (commentaire de Charles PORSET)

- Jacques BRENGUES : « La Franc-Maçonnerie du bois » Editions du Prisme 1973 "


(à suivre!)

 

franc maçonnerie,i topi marini,i topi pinnuti,carboneria,philippe buonarroti,jc cabanel,p guglielmi


Je m'étais intéressée à ce monde secret de la Carboneria en découvrant pour la première fois cet étonnant témoignage peint dans une demeure de notables à Piedicroce: une copie par Alberti de "ET IN ARCADIO EGO" de Nicolas Poussin : à retrouver sur ce sujet les notes du blog du 24/11/2009, et suivantes.

16/05/2011

la Montagne des Orgues: vendredi 20 Mai

RECTO blog.jpg

VENDREDI 20 MAI 2011 :

une journée en CASTAGNICCIA

 

 

Accueil à Ponte Novu, à 9h15, sur le parking de la poste, face au pont historique réhabilité, puis découverte des admirables fresques de San Tumasgiu de Castellu di Rustinu,

la gourmandise.jpg

                                          (l'enfer)

 

ange au cistre blog.jpg

                                    (un ange musicien)

 

puis des églises baroques à Piedicroce (où l’on entendra l’orgue le plus ancien de Corse),

 

castelludi rustinu,piedicroce,ficaghja,la porta,stoppia nova,santa maria di rescamone

                        Ficaghja et son sepolcru ,
puis La Porta (où l’on entendra une petite merveille d’orgue de couvent) , et enfin ...

 

Sta Maria di Rescamone ensemble blog  église et baptistère paleo.jpg

du site paléo-chrétien et roman de Santa Maria di Rescamone à Valle di Rustinu.



Renseignements et réservations au :

Tel : 04 95 61 34 85 / 06 17 94 70 72

e mail : elizabethpardon@orange.fr

Site : www.montagne-des-orgues.com/ 

24/03/2011

La Montagne des Orgues ...

 

Reprise des parcours de la Montagne des orgues   début avril ...

RECTO_2011[1] blog.jpg

La participation à ces journées permet de contribuer aux dépenses et aux efforts engagés en faveur du patrimoine. de la Corse. Cette année, chaque première inscription, de 30 €,  équivaut à une adhésion annuelle à l'Association Saladini et soutient son travail. Les parcours suivants restent à 25 €.

Ces parcours sont sujets à variations.

 

RECTO_2011[1] bandeau.jpg

Vous pouvez retrouver le site de "la Montagne des Orgues":

www.montagne-des-orgues.com

Je rappelle que l'Association Saladini de Speloncato  a pour vocation la protection active du patrimoine et qu'elle reçoit les encouragements du Ministère de la Culture, du Condeil Général, de la Collectivité  Territoriale de Corse, et bien entendu aussi de la Mairie de Speloncato.

 


parcours de découverte du patrimoine,mise en valeur du patrimoine,découverte des orgues historiques de corse

(la petite sainte Cécile de Speluncatu)

 

à très bientôt, donc!

07/02/2011

Desideriu Ramelet Stuart à Speluncatu

Les Stuarts* à Speluncatu

avec les auditeurs blog.jpg

 

Hier à Speluncatu, Desideriu a présenté le résultat de ses recherches sur l'histoire des Suarts -sa famille - en Corse: une conférence dense en informations où l'on découvre toute l'importance des liens politiques et logistiques entre la Corse des Paolistes ... et l'Ecosse des Jacobites**.

Ecoutons Desideriu Ramelet-Stuart:

"De la Scandinavie à l'Espagne, en passant par l'Irlande, la nébuleuse jacobite s'agite donc sur tout le continent européen, soutenant les derniers prétendants Stuarts. La Corse, bien malgré elle, se retrouvera  au coeur de l'affrontement entre les Stuarts et les Hanovres dans leur lutte pour le trône d'Angleterre et d'Irlande."

(...) "Dans les années 1760 et 1770, la Toscane est un carrefour d'échanges entre Paolistes et Jacobites. Dans les dernières semaines précédant la bataille de Ponte Novu, les principaux soutiens viendront d'Ecosse et d'Irlande. C'est précisément durant cette période, demeurant l'une des plus sanglantes et porteuses d'espoir de l'histoire de la Corse, qu'un homme, Emmanuel Stuart, est venu s'établir définitivement dans l'île. "

 

Avant -propos de l'excellent  livre de D. Ramelet-Stuart: "Stuart of Corsica, l'origine dévoilée" 

Petit rappel:

*  STUART est le nom de cette célèbre dynastie de rois qui gouvernèrent l' Ecosse de 1371 à 1714, et sur l'Angleterre, l'Irlande et le Pays de Galles entre  1603 et 1714.

Le nom de Stuart vient  de  "Steward", c'est-à-dire grand Sénéchal royal (au 12°siècle): ce titre devient un nom de famille héréditaire, jusqu'à ce que le premier Roi d'Ecosse Robert II Stuart fonde la dynastie royale des Stuarts. On se souvient, entre autres de l'affrontement sanglant entre les deux cousines : Marie Stuart, (1542-1587, reine d'Ecosse de 1542 à 1567, pro-catholique et décapitée en 1587 sur ordre d'Elisabeth)   et d'Elisabeth 1re ( 1533 - 1603, reine d'Angleterre et d'Irlande, instauratrice de l'Eglise anglicane, la dernière des Tudors, fille d'Henri VIII et d'Anne  Boleyn). Quelle époque!, pendant qu'on s'étripe allègrement au nom de Dieu et du pouvoir, c'est l'ère rayonnante des dramaturges William Shakespeare, Christopher Marlowe, des "virginalistes"  William Byrd, John Bull, John Dowland etc ...

** Rappelons que les Jacobites soutenaient la dynastie détrônée des Stuarts (cf les articles dans Wikipedia sur les Stuarts et le Jacobitisme)


***

 

A cette occasion, Desideriu a pu croiser sa mémoire familiale avec celle de Joseph Grimaldi d'Esdra et vérifier ainsi ce que la tradition orale des familles  apporte à l'histoire non seulement des Stuarts en Corse, mais aussi à celle de plusieurs régions de Haute-Corse: Castifau et son très historique couvent de la pieve de Caccia, Speluncatu, Aregnu, San Pietro di Tenda ... prises dans la tourmente des choix politiques de cette époque du dernier tiers du 18° siècle ...

 

***

 

Un grand merci à ce jeune historien pour sa contribution si originale autour de  cette période d'indépendance , une enquête qui fait souffler la bourrasque des Highlanders jusque dans les montagnes de Corse en passant par l'Irlande et l'Ile d'Elbe ... Où l'on apprendra que les Ecossais amenèrent à travers l'Europe ces pièces d'artillerie fondues chez eux grâce à une souscription, canons si nécessaires à la défense et qu'il fallut assembler probablement à l'Ile Rousse avec l'aide de techniciens, en particulier d'un certain Emmanuel STUART, maître forgeron et maître armurier ... Histoire qui concerne peut-être également le savoir-faire d'un artisan ébéniste célèbre en son temps, Domenico SALADINI, le père d'Anton Giuseppe Saladini ...

Desideriu Ramelet Stuart et Joseph Grimaldi d'Esdra blog.jpg

à Speluncatu, la rencontre entre Joseph Grimaldi d'Esdra , descendant d'une illustre famille originaire de Castifau,   et Desideriu Ramelet- Stuart ...  lointain descendant de la dynastie royale des Stuarts et l'un des innombrables membres de cette diaspora disséminée dans le monde entier ...

stuart,jacobitisme,corse,ramelet stuart,speloncato,emmanuel stuart,domenico saladini,grimaldi d'esdra,castifao

Petit rappel:

retrouvez les Stuarts de Corse en acquérant l'ouvrage de D. Ramelet-Stuart, en vente dans toutes les bonne librairies de Corse et sur:

"Editions Stuart of Corsica

Villa Carmen - Bd Benoîte Danesi- 20200 Bastia

stuart-corsica@orange.fr

www.stuart-corsica.com