Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2015

le pélerinage de San Parteu à Pioggiola

                                                          

À la rencontre de San Parteu

Vendredi 24 Juillet 2015

 

 

 

 

 " Avec ce saint évêque dont le culte est attesté à Mariana dès la fin de l'époque paléochrétienne commence l'évocation des martyrs qui eurent à souffrir de la persécution vandale à Carthage ou dans ses environs au cours du V° s. Leur culte en Corse est donc lié directement aux rapports étroits qu'il y eut entre l'île et la Proconsulaire (Tunisie actuelle) dans ces temps si malheureux ."

Geneviève Moracchini Mazel, Corsica Sacra p. 72

la décapitation de Sta Restituta et de ses compagnons.jpg

Calenzana, fresques miniatures (XIV°s.) sur le cénotaphe de Sta Restituta: la décapitation de Ste Restituta et de ses compagnons, Dominicus, Veranus, Parteus, Partinopeus et Paragorius ... :

"... C'est probablement le texte de la Passio [de Restituta] qui a inspiré les artistes désireux d'illustrer les diverses phases du martyre, interrogatoire, supplices de la Sainte et enfin décapitation des six personnages concernés, afin d'instruire et d'édifier les pèlerins qui venaient à Olmia  honorer leurs reliques." (ibidem Corsica Sacra p. 70) 

Cette "Passio" de Sta Restituta situe le martyr de la Sainte et de ses compagnons sous la persécution de Dioclétien à Carthage au début du IV° siècle, ou plus exactement, après leur fuite en Corse et leur hébergement secret à Ulmia, le 21 mai 304 à Calvi ...:

" (...) Les saints Parthée et Parthénopée ramassèrent leur tête et se rendirent en ce lieu prédestiné nommé Marana. Quelques chrétiens qui demeuraient à Ulmia vinrent enlever les corps des saints pour les ensevelir à Ulmia, dans un sarcophage neuf." (ibidem).

G. Moracchini-Mazel, quant à elle, repousse les faits à une date plus tardive, celle des persécutions vandales contre le clergé catholique au cours du V° s., après la prise de Carthage par le roi vandale Genséric en 439.   Il faut rappeler que les Vandales, christianisés, avaient adopté les thèses hérétiques de l'arianisme, comme nombre de chrétiens de l'époque, et de ce fait  s'opposèrent violemment au pouvoir de l'église catholique. 

Cette persécution nous est contée par l'évêque Victor de Vita dans son œuvre : l'Histoire de la persécution vandale en Afrique 

(dont vous pourrez trouver le texte bilingue  sur ce site:: http://remacle.org/bloodwolf/historiens/victordevita/hist... )

Au cours de cette persécution, nombre des évêques catholiques de cette région d'Afrique du Nord ( la province de Protoconsulaire ) furent exilés, en Sardaigne et en Corse en particulier, où il semble qu'ils aient pu exercer leur apostolat ...

 

les évêques bucherons.jpg

( gravure de 1863 commanditée par l'abbé Galetti)

 

... tout en coupant le bois des forêts pour le compte des Vandales, nous disent les chroniqueurs :

"(...) il est possible de concevoir que Parteo -resté en Corse entre 439 et 476 - n'a pas dû rester inactif et qu'il a pu exercer l'épiscopat à Mariana . On peut aussi conjecturer qu'il a voulu rentrer dans son pays après 476. Certes, il ignorait alors qu'il y aurait bientôt de nouveaux violents tourments à subir à Carthage et que de nombreux ecclésiastiques connaîtraient encore la mort ou l'exil dans le Sud africain ou au Nord de la Méditerranée après 480.

Parteo aurait eu au moins 70 ans cette année-là: ou bien il est revenu de lui-même en Corse, ou bien, s'il avait disparu - ce qui est le plus vraisemblable - on peut penser qu'après sa mort, les clercs aient pu rapporter sa dépouille ou ses restes à Mariana, dans le diocèse où il avait exercé si longtemps et où son souvenir était encore très présent" (ibidem, Corsica Sacra, p.73)

 

San Parteu Mariana.jpg

Toute proche de la Canonica de Mariana, l'église romane de San Parteu, construite en dehors de la ville romaine de Mariana par-dessus la basilichetta  paléochrétienne du V°s. et dédiée à ce saint : une belle architecture des XI° et XII°s.

plan des deux églises san Parteu de Mariana.jpg

Plan des deux églises superposées, fouilles de G. Moracchini-Mazel en 1957 et 1958 :

on peut voir (en biais)  la basilique cimetériale élevée après les invasions vandales du V°s. :

"(...) et c'est dans une nécropole antérieure, III° et IV° s. - un quartier de tombes de chrétiens ? - que l'on avait choisi de créer cette basilichetta en l'honneur de San Parteo."

( ibidem, voir l'étude très intéressante sur l'église san Parteo de Mariana dans la Corsica Sacra, p. 281 à 285)

 

San Parteu abside.jpg

Réemploi dans l'abside de colonnes semi-engagées d'époque romaine.

 

le linteau aux lions.jpg

le beau linteau sculpté du XI°s.: deux lions affrontés autour d'un arbre, gardiens du Sacré.

Je vous renvoie pour une visite plus détaillée de San Parteo  de Mariana à l'excellent site :   http://corse-romane.eu/spip.php?article135

Le culte de San Parteu s'est donc diffusé en Corse dès l'époque paléochrétienne, et l'on peut penser que les reliques du Saint se sont retrouvées vénérées un peu partout dans l'île, donnant lieu à de petits sanctuaires aujourd'hui disparus. L'histoire agitée de la Corse et de ses multiples envahisseurs évoque un nouvel épisode cruel avec, au VIII°s. l'agression répétée des incursions mauresques qui achèvent d'ôter toute sécurité à ces lieux saints: on décide alors de retirer les reliques vénérées à Mariana , en particulier celles de San Parteu qui seront sans doute transportées à cette époque  à Noli-Ligure, dans la petite cathédrale dédiée à San Paragorio, Parthenopeo et Parteo:

Cathédrale de Noli Ligure.jpg

La cathédrale du XI° s. de Noli-Ligure

 

Et en Balagne ?

G. Moracchini-Mazel signale trois lieux de vénération de notre bon San Parteu: au col de San Parteo à la limite entre Zilia et Muro;  à Pioggiola, à flanc de la montagne du San Parteo; à Rutali, le long de l'une des voies romaines descendant vers la côte orientale .

"Un deuxième groupe de sanctuaires dédiés à San Parteo mérite une mention particulière en raison du souvenir oral - encore présent au début du siècle en Balagne - du passage du Saint à travers les hauts cols des montagnes et bénissant les campagnes - obtenant par son intercession des récoltes superbes. Je pense que ce fait pourrait être rapporté à la solennelle translation de reliques du saint entre Calvi-Olmia et Mariana, puisque sur le grand chemin muletier qui traverse ces montagnes, plusieurs lieux-dits se nomment San Parteo et correspondent effectivement à des chapelles disparues.

On ne peut toutefois exclure que le Saint évêque ait fait le voyage lui-même, comme le rapporte la tradition orale insistante: quoique déjà bien âgé, il aurait pu se rendre de Calvi à Mariana, au cours de son second exil supposé.

(...)à Pioggiola, au flanc de la montagne dite San Parteo (1680 m d'altitude) on voit un tas de pierres (non taillées) sur un étroit collet aux lieux-dits significatifs: a jesola et valle a u monacu ; il y a une croix gravée sur un rocher. Comme le rapporte la légende, il n'est pas douteux que ce rocher soit lié au pèlerinage vers le petit sanctuaire dont parle Mgr Marliani en 1646 pour préciser qu'il est détruit.

( un peu de fraîcheur: le San Parteu sous la neige, photo de Pierre Bonna)

 

 C'est là que les gens de Feliceto, de Nessa, Muro venaient rejoindre ceux de Pioggiola pour la procession en l'honneur du saint le lundi de Pâques (...). En fait, la chapelle devait être très proche du rocher autour duquel les pèlerins se regroupaient tous ensemble."

(Ibidem, Corsica Sacra, p. 74, 75)

 Les anciennes confréries des différentes communautés du Ghjunsani :  Santa Croce de Pioggiola, Sant'Antone Abbate d'Olmi Cappela, San Ghjacumu de Vallica et Santa Croce de Mausoleu ont fusionné le 12 mai 1995, la nouvelle confrérie se mettant sous la protection de San Parteu ...

Un saint, somme toute, très sympathique, qui resserre la trame rurale et veille au grain!

 

san parteu,pioggiola,corsica sacra

San Parteu 2014 ...

 

 

À vos chaussures de marche et bon pélerinage!

 

 

22/06/2015

Une journée dans le Ghjunsani avec la Montagne des Orgues, jeudi 25 Juin

Jeudi 25 Juin

à la découverte du patrimoine 

avec l’Association Saladini de Speloncato 

« LA MONTAGNE DES  ORGUES » 

 

une journée en Haute-Balagne et Ghjunsani

Les vallées hautes du Ghjunsani, aujourd’hui désenclavées et reliées aux régions voisines de l’Ostriconi, de la Balagne et de Caccia par un bon réseau routier, développent leurs majestueux paysages de montagne au pied des montagnes tutélaires du Monte Padru (2393m), de la Statoja (2305m), du San Parteu (1680m)… Arpentée par les mouflons, les troupeaux et leurs bergers en transhumance, survolée par les aigles, les gypaètes barbus, domaine des magnifiques forêts de Tartaghjine-Milaja déjà exploitée par les Carthaginois et les Romains, royaume d’antiques pins laricci, bouleaux, ifs, genévriers, houx, chênes verts, châtaigniers…, cette « pieve » reste ancrée dans la vie communautaire de ses quatre villages, à travers confrérie, vie pastorale, artisanat … De belles boucles de randonnées donnent envie de revenir se balader, à pied… ou à dos d’âne pour les petits enfants !

 

Longtemps isolées, ces communautés manifestent encore une grande volonté identitaire. Les églises ont toutes un charme fou et possèdent de petits orgues très attachants, de quoi régaler les yeux et les oreilles !

 

Speloncato Ste Cécile blog.jpg 

 

Des parcours initiatiques et festifs pour rencontrer la Corse autrement, vous immerger dans ses paysages et ses communautés, découvrir son  patrimoine, son histoire, ses traditions rurales : des clefs pour vous ouvrir les églises, vous faire comprendre leur sens caché et entendre leurs orgues historiques que l’on vous joue…

 

palasca,vallica,olmi cappella,pioggiola,speloncato

 

Accueil à Speloncato, à 9h à la Collégiale Sta Maria Assunta, puis visite des églises de Pioggiola, Olmi-Cappella,Vallica, et Palasca ...

 

palasca,vallica,olmi cappella,pioggiola,speloncato

... l'occasion de découvrir de près le charme et le mécanisme de ces petits instruments délicieux!

Pour en savoir plus sur le Ghjunsani:

http://www.ot-giussani.com/contacts

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Olmi Cappella  clavier vignette blog.jpg

(Olmi-Cappella, le clavier du petit orgue anonyme début XIX°s.)

 

Accueil à PALASCA à 9h sur la place de l’église, puis visite de VALLICA, OLMI CAPPELLA, PIOGGIOLA et enfin de SPELONCATO …

 

La journée, commencée dans la belle église de Palasca se déroule en partie dans la vallée haute du Ghjunsani, sous le tutélaire Monte Padre (2390 m),  une région de montagne granitique, magnifique et lumineuse dont les habitants travaillent à préserver le patrimoine naturel et humain : évocation des légendes, vitalité du tissu social et des confréries, du chant polyphonique, des orgues historiques, et présence internationale du théâtre de l’Aria … Cette balade patrimoniale et musicale  vous permettra de monter à la tribune des orgues historiques pour comprendre leur fonctionnement et elle se terminera dans le beau village médiéval de Speloncato, avec sa Collégiale – la première  des quatre de Corse  avec l’un des plus beaux instruments de l’île.

 

Speloncato 17 avril 2010 blog.jpg

Speluncatu

 

Renseignements et réservations au :

04 95 61 34 85/ 06 17 94 70 72

E mail : elizabethpardon@orange.fr

 http//:elizabethpardon.hautetfort.com

www.lamontagnedesorgues.com

11/03/2015

Soutenons la FAGEC

SOUTENONS LA FAGEC

... et faisons vivre l'héritage de Geneviève Moracchini-Mazel

Je transmets ce message de la Fagec:

Chers amis Facebookiens,

Nous faisons appel à vous car la FAGEC – malgré son bilan de 45 années d’activité et l’intérêt de ses travaux – n’est pas épargnée par les conséquences de la raréfaction des aides publiques. La diversité de ses ressources et le fait qu’elle n’a jamais été sous perfusion de subventions ne suffisent plus, ce qui fait craindre pour sa pérennité. Aujourd'hui, la fédération se trouve dans une situation délicate pouvant compromettre jusqu’à son existence. C...’est pourquoi, le concours de tous est absolument indispensable, soit sous forme de don (que vous pourrez déduire de vos impôts) soit sous forme d’acquisition de publications dont vous trouverez la liste et les tarifs dans les documents ci-joints.

Les « Cahiers CORSICA » de la FAGEC représentent – dans leur domaine et pour beaucoup d’entre nous – un espace de connaissance, d’échange et de liberté d’expression. Par les temps actuels, c’est un privilège que nous ne voudrions pas voir disparaitre. Cette collection aux séries variées a permis et, nous l’espérons, permettra encore à des contributeurs (jeunes chercheurs, érudits ou scientifiques de renom) de publier les résultats de leurs travaux et à des amateurs comme à des spécialistes, en Corse et ailleurs, de les lire. Ces « Cahiers CORSICA » doivent donc continuer à permettre la diffusion de la culture insulaire et la sensibilisation aux richesses de notre patrimoine auprès de tous les publics.

Nous vous remercions par avance de votre soutien qui est aussi une manière de faire vivre et perdurer l’esprit de l’œuvre de Geneviève Moracchini-Mazel et des cofondateurs de la FAGEC en faveur de la protection, de l’étude et de la valorisation du patrimoine de la Corse.

Pour tout renseignement complémentaire, contacter fagec@wanadoo.fr

Liste cahiers Corsica p.1.jpg

cahiers Corsica p.2.jpg

cahiers Corsica p.3.jpg

 

cahiers Corsica p.5.jpg

Cahiers Corsica p.6.jpg

Cahiers Corsica p.7.jpg

 

cahiers Corsica p. 8.jpg

 

 

 
 
 

30/11/2014

une bannière de la Mort pour clore ce mois de novembre 2014

Pour clore ce mois de novembre ouvert avec les Morts,

et ouvrir celui de l'attente,

cette belle bannière de confrérie 

dédiée aux Âmes du Purgatoire,

dans une petite église de Castagniccia

bannière verso  a Falcina copie.jpg

d'un côté, a Falcina,

drapée dans son suaire,

élégante et digne

telle mon arrière-grand-mère devant l'objectif du photographe,  

consciente de son universel sacerdoce

la Mort pose 

 

bannière Âmes du Purgatoire.recto jpg copie.jpg

de l'autre côté,

dans un paysage montagneux

les Âmes du Purgatoire s'ébattent dans les flammes :

l'endroit est fort fréquenté

comme nos plages au mois d'août

 

bannière  Purgatoire.détail.jpg

au centre,

un ange gardien se charge d'accompagner vers le ciel

une âme nettoyée de ses péchés par le feu du Purgatoire 

restituée à sa pureté originelle :

là-haut l'accueillent les anges

et le groupe de la Vierge et de l'Enfant

qui lui tend le scapulaire salvateur

patience ! 800.000, 900.000 ans dit-on ...

 il y a de l'espoir!

18/08/2014

la Montagne des Orgues, jeudi 21 août en Castagniccia

Association Saladini de Speloncato

« LA MONTAGNE DES  ORGUES »

Itinéraire pastoral et musical

à la découverte du PATRIMOINE

 

Des parcours initiatiques et festifs pour rencontrer la Corse autrement, vous immerger dans ses paysages et ses communautés, découvrir son histoire, son  patrimoine,  ses traditions rurales : des clefs pour vous ouvrir les églises, vous faire comprendre leur sens caché et entendre leurs orgues historiques que l’on vous joue.

 

Crucifixion et Mère blog.jpg

San Tumasgiu

Cette semaine :

Jeudi 21 Août 2014

une journée en CASTAGNICCIA

 

corse avril 07 104.jpg

La Porta

Accueil à Ponte Novu, à 9h, sur le parking de la poste. Découverte des fresques de la chapelle San Tumasgiu à Castellu di Rustinu, puis des églises baroques de Stoppia Nova (Notre-Dame du Mont-Carmel, une petite merveille de l’art baroque récemment restaurée), La Porta (église saint Jean Baptiste et son petit orgue Maracci de 1780 ), Verdèse (église saint Sébastien et son orgue Agati-Tronci de 1896), Piedicroce (Saint Pierre et Saint Paul, et son orgue historique Spinola, le plus ancien de Corse, 1619) …

 

DSC_0091.JPG

 

2 b-  Piedicroce orgue Spinola clavier ancien et augmenté détail.jpg

 Piedicroce

Ces parcours reposent sur le bénévolat et les fonds récoltés lors de ces journées contribuent à la restauration et à la valorisation du patrimoine.Ils sont recommandés par de nombreux guides : Arthaud, Bleu, Geo, Michelin, Routard, Petit Futé et ont fait l’objet de plusieurs reportages pour les télévisions nationales et internationales …

 

 

 

Renseignements et réservations au :

04 95 61 34 85 / 06 17 94 70 72