Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2012

L'expression de l'esprit baroque dans les églises de Corse: une balade avec les lycéens de Balagne

 

Découverte du patrimoine baroque des églises de Balagne avec les lycéens d'Ile Rousse:


 Ce jeudi 29 mars, les élèves de seconde du lycée de Balagne iront à la rencontre de l'esprit baroque de nos églises de Balagne: parfaitement préparés par leur professeur d'histoire, Madame Marika Agostini qui est à l'initiative de ce projet, cet après-midi viendra compléter leur approche déjà solide du sujet, avec la découverte festive du Baroque dans tous ses états, architecture, stucs, peintures ... et musique, puisque les orgues historiques seront de la fête.

balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse

la façade de l'église San Salvatore de Costa, sobre et unissant deux édifices mitoyens: l'église et la confrérie.

 

balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse,orgues historiques de corse

(vue d'ensemble de l'église de Costa,vers le choeur)

Au programme, la minuscule église san Salvatore de Costa (Pieve de Tuani, diocèse de Mariana ed'Accia) , construite dans la seconde moitié du XVIII° s), avec son incroyable décor plafonnant du corse Francesco GIAVARINI (début XIX°s.),


Costa voûte.jpg

(vue de la voûte, vers l'orgue: fenêtres et rideaux en trompe-l'oeïl, motifs végétaux: un art baroque qui perdure même s'il glisse vers le néo-classicisme )


orgue de Costa centré blog.jpg

http://youtu.be/ZnIcQVjz-Tk

et son petit orgue anonyme du début XIX° siècle, restauré en 2004, sur sa précieuse tribune baroque de bois galbé, dorée à la feuille et délicatement décorée, oeuvre présumée d'Anton Giuseppe SALADINI, ébéniste virtuose de Speluncatu ( 1763/ 18441) et de Bernardo ZIGLIARA pour le décor (signé et daté en 1819).

 

balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse

et la confrérie du Rosaire, attenante à l'église, avec son très bel autel de stuc, oeuvre en 1778 d'Antonio SARTORI delle VILLE, un italien d'origine milanaise élève et suiveur de l'école de peintre-stucateur des Raffalli de Piedicroce (Castagniccia) , qui entre en apprentissage en 1770 auprès du maître stucateur Domenico Impernetti (lui même formé par les Raffali)  lors de la campagne de décor de la Collégiale Santa Maria Assunta de Speloncato, toute proche.

 Il faut souligner la continuité d'un art appris par des corses, les Raffali de Piedicroce, auprès de grands maîtres stucateurs venus oeuvrer en Corse au début du XVIII° s. de Lombardie (Domenico Baino, Angela Maria Fontana) ou de Suisse (les frères Lucchini), puis transmis quelques décennies plus tard, à un jeune italien  ...

Cet autel de Sartori delle Ville marque une évolution du baroque par rapport aux oeuvres de ses maîtres: une certaine raideur s'instaure dans le discours, les rampants du fronton brisé basculent vers le cartouche central, l'expression se durcit... Par comparaison, voici deux autels de la Collégiale de Speloncato, réalisés par ses maîtres :

 

balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse,orgues historiques de corse

l'autel-retable dédié à San Filippo Neri en extase devant la Vierge, érigé en 1767 par Ignazio Saverio Raffali, en compagnie de deux "élèves", dont Domenico Impernetti: notons la présence des colonnes torses, réalisés, comme le reste, en stuc, à l'imitation du marbre.

balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse,orgues historiques de corse

tout comme le petit monde animé du fronton: anges en ronde-bosse, installés en amortissement et enseignement par l'image: le coeur emblème de San Filippo Neri, mis en exergue dans le médaillon central, tandis que, pour bien rappeler le message, l'ange de droite brandit lui aussi un coeur : mes amis pédagogues le savent, "bis repetita placent", il faut répéter les choses plusieurs fois pour que "ça rentre". L'art baroque dans les églises s'inscrit dans cette pédagogie et les messages sont multipliés à l'envie. Ainsi en est-il des nombreux anges et angelots qui peuplent les églises baroques de Corse. Le message de l'époque est clair: on n'arrivera pas au paradis sans l'aide de ce monde ailé et intermédiaire ... Leur nombre est impressionnant dans chaque église et leur comptage vous garantit un bon torticolis.

Autre image récurente: la Colombe de l'Esprit Saint, qui accompagne presque toujours et annonce une dévotion à la Vierge Marie. C'est une référence à l'Annonciation. Regardez bien, elle est présente sous le coeur enflammé du médaillon central.


balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse,orgues historiques de corse

et, toujours à Speloncato, l'autel de l'Immaculée Conception, érigé le 7 octobre 1770 par Domenico Impernetti, passé maître stucateur, avec son élève Antonio delle Ville ... Malheureusement ici la cuve de l'autel baroque a été détruite et remplacée, ce qui nous fait perdre un élément important de la structure baroque initiale. Malgré cette perte, l'ensemble de l'architecture reste délicieux, et extrêmement rythmé : volutes, colonnes torses, pilastres, entablements, médaillons, rampants ... l'art baroque est une musique fantasque qui conduit le regard et l'âme vers le haut.

 

balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse,orgues historiques de corse

et son fronton.

Ne croyez pas que les pots de fleurs soient purement ornementaux, non, ils s'inscrivent dans la pédagogie du regard, car il ne s'agit pas de simples fleurettes,  ce sont des roses, la fleur emblématique de la Vierge, et c'est une sorte de message "subliminal" complémentaire de l'image principale exprimée dans le médaillon central supérieur: la Colombe de l'Esprit Saint qui plonge, rayonnante, vers la Vierge ... Dans le médaillon inférieur, on retrouve un autre message important: le A et M entrelacés désigant à nouveau la Vierge Marie par la salutation Ave Maria, surmontée ici d'une couronne.

Il faut rappeler cette époque tourmentée de l'histoire de la Corse : nous sommes au lendemain de la bataille de Ponte Novu qui signe la fin de l'indépendance de la Nation Corse qui s'était placée sous la protection de la Vierge - Reine de la Corse -, et le culte marial prend un essort considérable pendant tout ce XVIII°siècle : dans la Corse d'aujourd'hui, l'hymne du Diu Vi Salve Regina témoigne de cette réalité.

 

balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse

Muro : le discours élaboré d'une façade baroque accomplie: trois niveaux allant en se rétrécissant, scandés par des pilastres, des niches, des statues, conduisent le parcours du regard et enseignent le fidèle. Ici l'aspiration vers le haut, vers le ciel, est particulèrement puissante.


Muro ensemble au rayon.jpg

La grande église de la Santa Nunziata de Muro ( Pieve de sant Andrea, diocèse de Mariana ed'Accia): reconstruite ( après la destruction de la première église, en 1743) au milieu du XVIII°s. "à la moderne":  une louange baroque commencée au XVIII° s. et qui enchante toujours en plein XIX° s. " A la moderne": une nef élargie pour recevoir une nombreuse population, redistribuant l'espace au détriment des chapelles latérales, qui perdent la profondeur initiale qu'elles devaient avoir dans l'église du XVII°s.; un choeur rétréci par rapport à la nef, et un décor foisonnant qui chante la louange divine et enseigne le peuple.

 

balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse,orgues historiques de corse

l'autel des Âmes du Purgatoire: le décor festif de la Mort

balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse,orgues historiques de corse

 crâne et tibias font partie de la fête, tout comme les flammes, en amortissement des colonnes. Un dialogue mouvementé entre les éléments de l'architecture et les messages de la piété baroque, où chacun joue sa partition pour la plus grande gloire divine ...

18 Muro Pagnini 1796_Agati Tronci 1878 restauration Muno 1982 blog.jpg

 et son orgue Pagnini XVIII°/ Agati-Tronci XIX° siècle, logé dans un élégant ensemble tribune/buffet où l'on retrouve le travail d'A.P. Saladini.

Enfin, Corbara:

 

balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse,orgues historiques de corse

Vue de haut de la Collégiale de la Santa Nunziata de Corbara , l'une des quatre de Corse, dont trois en Balagne ( Speloncato, Corbara, Calenzana)  et une dans le Cap Corse ( Luri) : signe de richesse de ces deux régions.

 

balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse,orgues historiques de corse

On remarque la hauteur trompeuse de la façade par rapport au corps de l'édifice, et le haut campanile: ces deux éléments, ainsi que l'enduit éclatant signalent de loin l'égise parmi les maisons du village: "regardez comme je suis grande et belle!".

 

balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse

la façade de la Collégiale Santa Nunziata de Corbara: élevée sur deux niveaux surmontés d'un édicule au centre du fronton, rythmés par des pilastres, annonçant un volume composé d'une nef centrale et de deux collatéraux. La scène de l'Annonciation  racontée par des sculptures de marbre: l'ange Gabriel, Marie et la colombe de l'Esprit Saint.



Corbara le choeur.jpg

Enfin, à l'intérieur, la lumineuse Collégiale Santa Nunziata de Corbara ( Pieve d'Aregno, diocèse d'Aleria) et, dialoguant de part et d'autre de la nef, le majestueux maître-autel baroquissime,

 

balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse,orgues historiques de corse

en marbre de Carrare de Pietro Cortesi: une richesse inouïe pour une église de village! sous son dais et le décor à larges rideaux en trompe-l'oeïl du XIX° siècle (une mise en scène théâtrale caractéristique de l'esprit baroque)  et, de l'autre côté de la nef, non moins majestueux,

l'orgue Saladini_Agati Tronci, restauré blog.jpg

l'orgue imposant Saladini/Agati-Tronci XIX° siècle, restauré et relevé en 2011: on vient de retrouver le décor d'origine qui s'apparente directement à celui du petit orgue de Costa. Voir la note:

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2011/11/28/l-orgue-de-corbara-retrouve-son-eclat.html

et que le festin baroque commence!

Faut-il rappeler que toutes ses églises avaient une voix, celle de l'orgue, qui dialoguait avec la voix des chantres, chaque communauté de la Balagne mettant son point d'honneur à chanter différemment  de sa voisine (et mieux, si possible!) : un véritable patrimoine immatériel que certains villages ont su sauver et remettre en vie, en particulier grâce au renouveau des confréries . Quant à la musique de l'orgue, elle exprime toutes les nuances de la sensibilité baroque, toutes les émotions, allant de l'intime au solennel, de la tristesse à la joie. Dans leurs polyphonies, orgues et chants participent à l'expression d'une même piété issue du Concile de Trente : c'est " l'art de la Contre-Réforme", qui sollicite tous les sens pour élever l'homme vers Dieu.

 

Je vous propose en annexe de retrouver deux vidéos intéressant notre sujet:

la première , enregistrée pour l'émission de FR3 Stantari

http://ma-tvideo.france2.fr/video/iLyROoafIUfF.html

la seconde, enregistrée pour France 2, et l'émission des Racines et des Ailes, évoque plus précisément les problèmes de la restauration de ce patrimoine baroque:

http://patrimoine.blog.pelerin.info/2009/08/07/video-le-tresor-fragile-des-eglises-baroques-en-corse/

balagne,costa,muro,corbara,découverte du baroque corse,orgues historiques de corse

(le sommet de l'autel de stuc de l'Annonciation à Corbara: dans le fronton interrompu, l'édicule où se déroule la scène de l'Annonciation, et tout autour s'affairent les anges: assis sur les rampants, l'un sagement médite sur un livre de prière, l'autre vous interpelle; au-dessus du fronton interrompu de l'édicule, en écho, deux angelots tiennent la couronne de la Vierge, tandis que volètent dans le ciel de l'arc, tenant une guirlande de roses ...)



Bibliographie:

enfin, l'on peut retrouver beaucoup d'informations nourries d'archives dans les ouvrages didactiques de Nicolas Mattei,

1/ Les églises baroques de Corse, à la recherche d'un langage oublié, CRDP de Corse, 1998

2/Le baroque religieux corse, éditions Albiana, 2009


et divers cahiers de la Fagec :

 

3/ Cahiers n°172-173-174-175. L'art baroque en Corse.


4/ Cahier Corsica n° 191:  Les Raffali de Piedicroce d'Orezza peintres stucateurs dans les églises de Corse aux XVIII° et XIX° siècles, de Caroline Paoli


5/ Cahiers Corsica  n° 228-229-230-231 : Colorations extérieures des monuments baroques , de Rino Fontana et Monique Traeber-Fontana

 

 

 

25/03/2012

Mines et métallurgie du fer en Corse

Mines et métallurgie du fer en Corse - Pierre Comiti.jpg

Mines verso.jpg

 

Toujours en recherche sur le monde énigmatique des stèles de l'Ampugnani, il nous a paru intéressant d'explorer l'environnement humain de cette région. Nous avions découvert l'existence dans la toponymie de Casalta d'une "ferriera". J'ai eu la bonne surprise de découvrir dans cet excellent ouvrage de Pierre Comiti sur les mines et la métallurgie du fer en Corse, la référence (p. 253) de cette  "ferriera" de Casalta au lieu-dit Li Santelli, établissement de type  "plan à bas-foyer", construit en 1740 par Carlo Casella, et encore en activité en 1857 ...

 

Le livre de P. Comiti regorge de renseignements précieux nous permettant de mieux appréhender ce monde  de la métallurgie si important dans une société rurale, les forgerons de chaque communauté transformant le fer produit dans la ferreria la plus proche en outils indispensables à la vie agro-pastorale de la région.

Il en ressort que le fer traité provenait en majeure partie des mines de l'Ile d'Elbe,  que les ouvriers spécialisés étaient en majorité italiens, et que les charbonniers qui produisaient la grande quantité de charbon nécessaire au fonctionnement de la ferriera étaient parfois aussi italiens, en particulier de Lucca. On apprend aussi que lorsque Carlo Casella entreprend la construction de cette ferriera de Casalta, " Les hommes de la communauté de Bonifatio de Monte d'Olmo et ceux d'Alzi, sachant les bienfaits procurés par un tel établissement, se réunissent à la sortie de la messe, sur la place de l'église Saint Cosme-Saint Damien et décident de fournir gratuitement le bois à charbonner. Ils s'engagent aussi à fournir tout le bois nécessaire au bon état de la ferriera et à le conduire gratuitement à l'établissement. Casella pour sa part s'engage à fournir aux communautés tout le fer dont elles auront besoin, à 2 sous 4 deniers la livre. Deux actes signalent le même engagement des communautés de Pruno et Scata." (p.122) ( Des communautés proches de Casalta).

On peut suivre les échanges, voire les conflits, entre les travailleurs italiens et leur patron - et les habitants de la Pieve, ainsi que les problèmes de gestion de l'eau et du bois, tous deux nécessaires au fonctionnent de la ferriera.

Cette population italienne aurait-elle en son temps ( au XIX° siècle) contribué à la diffusion des idées des carbonari ou de sa forme locale - i Pinnuti - dont nous trouvons peut-être un écho sur les stèles de l'Ampugnani ?

 

pierre comiti,mines en corse,métallurgie en corse,alain gauthier,carbonarisme,topi pinnuti,casalta,ampugnani

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2011/12/30/le-mystere-des-steles-gravees-de-campiestru.html

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2012/01/02/les-steles-gravees-de-campiestru-suite.html

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2012/03/04/deux-autres-steles-esoteriques-de-l-ampugnani.html)


Cet ouvrage est complémentaire du beau livre, généreusement illustrée et riche de documents, d'Alain Gauthier, chez Albiana: deux livres qui évoquent l'aspiration légitime de la Corse au monde du progrès, les espoirs souvent déçus des investisseurs ...

Alain Gautier Mines et mineurs de Corse.jpg

 Et si le véritable progrès et la véritable "mine" de la Corse résidaient dans le respect de cette nature si généreuse, tour-à-tour grandiose, rude et douce aux yeux et au pas, lentement humanisée mais sans les excès de l'industrialisation et du profit à court terme? 

 

pierre comiti,mines en corse,métallurgie en corse,alain gauthier,carbonarisme,topi pinnuti,casalta,ampugnani

hier, un oriu sous le Capu Bracaghu (territoire de Lavatoghju): aménagement d'un abri sous-roche naturel.

pierre comiti,mines en corse,métallurgie en corse,alain gauthier,carbonarisme,topi pinnuti,casalta,ampugnani

(sur les pentes de Bracaghju: montagnes granitiques et plaines)

(à suivre!)


21/03/2012

Musique à Castiglioni

(malgré "l'actualité":

 la petite musique du quotidien comme une prière pour aider le monde à tourner rond )

La musique dans la pieve de la Ghjuvellina:

Castiglione à prendre blog.jpg

Vous reprendrez bien un peu de violon de Castiglioni?

sous les doigts et l'archet de Bernardu Pazzoni:

http://youtu.be/DhSxgRInhFI

Encore un air qui a bien dû faire gambiller nos gens de la "Caccia amorosa" du carnaval...  Merci à Bernardu Pazzoni de ce nouveau témoignage du dernier violoneux de Castiglioni, Paul Maestracci,  précieux témoin aussi de ce carnaval. Voir les notes:

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2012/02/18/carnaval.html

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2012/03/07/castiglione-evocation-musicale-du-carnaval.html



 



13/03/2012

Arts Sacrés mars 2012

 

Le nouveau numéro d'Art Sacrés (mars-avril) sort ce mois-ci:

il concernera aussi la Corse, avec un article sur les décors peints de la Semaine Sainte en Corse, que les responsables de la rédaction m'ont chargée de rédiger, un plaisir et un honneur dont je les remercie ici! Ce thème m'est cher, on le sait: j'espère pouvoir, cette année encore, emmener ceux qui le souhaitent à la rencontre des sepolcri de la Semaine Sainte en Castagniccia - je vous en tiendrai informés.

 

arts sacrés,sepolcri peints de la semaine sainte


 


Description du numéro Arts Sacrés n° 16

Lumière de Pâques
Pâques est l’occasion d’admirer les reflets multiples que prend le thème de la lumière dans la tradition chrétienne. L’art sacré majeur des chrétiens, l’église, en est sans cesse renouvelé. Comment éclairait-on une église au Moyen Âge ? Et aujourd’hui ? Cette lumière, thème central de deux mille ans d’art sacré, continue d’inspirer les artistes contemporains. Il suffit d’évoquer deux des plus grands : Dan Flavin et James Turrell. À Pâques, la lumière jaillit du tombeau, comme dans les incroyables architectures éphémères des sepolcri de la Semaine sainte en Corse ; et de la terre, comme dans les sculptures inspirées de Georges Jeanclos. Mais elle semble engloutie lorsqu’Olivier Py met magistralement en scène le massacre de la Saint-Barthélemy. Une exposition à Paris nous permet, en observant de simples rochers, de comprendre la spiritualité chinoise, tandis qu’une autre à Londres, consacrée au Hajj, est l’occasion pour notre revue de dénoncer la catastrophe que subit actuellement le patrimoine de La Mecque, dans l’indifférence la plus totale.

 

Dossier

Articles

Actualités

arts sacrés,sepolcri peints de la semaine sainte

( le sepolcru de Quenza: la Déréliction du Christ au Jardin des Oliviers )

06/03/2012

les stèles de Truchinacce à nouveau

 

Nous sommes retournés ce dernier samedi 3 mars au bon soleil d'hiver réexaminer le site mystérieux de Truchinacce (Casalta), limitrophe de Silvareccio.


(voir les notes précédentes:

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2011/12/30/le-mystere-des-steles-gravees-de-campiestru.html

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2012/01/02/les-steles-gravees-de-campiestru-suite.html

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2012/03/04/deux-autres-steles-esoteriques-de-l-ampugnani.html)


Voici deux nouvelles photos parlantes (merci Toussaint!). Les arbres ont poussé depuis les années 1950. Le lieu, désigné comme un cimetière ancien, porte encore des traces de cette éventuelle fonction: plusieurs petites pierres fichées dans le sol pourraient signaler des épultures.

Truchinacce le 'podium' et ses stèles blog.jpg

L'enclos, fermé par un mur,  contient une sorte d'enceinte arrondie et surélevée, où se dressent les pierres.

Les trois "stèles" encore en place se présentent bien face à l'Est.

Truchinacce la face ouest blog.jpg

L'ensemble des trois stèles, vues du côté Ouest: le tout mesure 2m 83 de large, avec deux espacements d'environ 85 cm. Les trois stèles sont alignées, mais sur une ligne légèrement incurvée. Il est regrettable qu'on ne sache pas comment étaient disposées la quinzaine de stèles qui existaient encore dans les années 1950. Les trois stèles qui nous restent ici présentent deux types de pierre différents:

 

Truchonacce Stèle 1 schiste gris face est.jpg

(face Est)

1°/ La plus petite (à droite sur la photo) , réalisée dans une dalle de schiste gris bleuté qui pourrait provenir du lieu, mesure 115 cm de hauteur, 35 cm de large à sa base, 8 cm à son sommet; son épaisseur à la base est de 9 cm.

Les deux autres stèles semblent venir d'ailleurs: manifestement elles contiennent du minerai de fer, ce qui leur donne cet aspect rougeâtre et laisse un dépôt jaunâtre sur les doigts. Leur analyse serait bienvenue: il est intéressant de signaler qu'il existe un lieu-dit Ferrera sur le territoire de Casalta et qu'on y signale une ancienne forge  et une mine de fer .(Tupunimia di Casalta)

 

Truchinacce stèle 2 face Est.jpg

(face Est)

2°/ La stèle du milieu mesure 136 cm de hauteur, 42 cm de large à la base, 32 cm au sommet; son épaisseur à la base est de 10 cm.

 

Truchinacce stèle 3 face Ouest.jpg

(face Ouest)

3°/ La stèle de gauche mesure 156 cm de hauteur, environ 37 cm de large à la base, 2 cm au sommet. Cette stèle est malmenée par les racines de l'arbre qui a poussé contre elle.

Ces trois stèles sont profondément enfoncées dans le sol.

 

Enfin, nous avons examiné les alentours immédiats de ce site: juste en-dessous se trouve un important chaos rocheux avec de grandes dalles de schiste (d'où a pu être extraite la petite stèle n°1) et, semble-t-il, par endroits des aménagements de pierres faisant mur. Devant, une terrasse adossée à l'ensemble: on peut penser que ce lieu a une très longue histoire ...

(à suivre donc)