Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2011

les Journées du Patrimoine ... une précision ...

Dimanche matin, la visite commencera à Belgodère sous la conduite éclairée de notre ami érudit Louis Belgodère, qui nous entraînera non seulemnet dans l'église saint Thomas, mais aussi vers l'ancien couvent des Servites et à la chapelle saint Jean. Une matinée qui promet d'être riche d'enseignements.

fronton de l'autel servite de Belgodère blog.jpg

(le fronton du premier maître-autel à ailes de l'église conventuelle des Servites à Belgodère, conçu et réalisé par le maître ébéniste Marcangiole vers 1663, menuisier inspiré et originaire de ce village ... )


 

Sur le thème des pérégrinations du patrimoine, celui du couvent des Servites est particulièrement éclairant : voyage des autels, des statues, de l'orgue ... à suivre!

 

Pour l'ensemble du programme, voir la note précédente.

Je rappelle également la journée de demain, qui sera elle aussi riche de découvertes: la conférence sur les sepolcri nous amènera à la découverte de ce monde étonnant des mises en scène de la Semaine Sainte, à travers une iconographie foisonnante. Un univers qui pose de nombreuses questions.

24/08/2011

Quel est ce village?

 

L'on nous a fait parvenir ces deux photos anciennes pour tenter d'identifier ce village de Corse.

-glise.jpg

Nous n'avons aucun indice

-glise2.jpg

sinon ... que c'est un village de montagne, et qu'il abrite une église au campanile bien particulier. Si vous le reconnaissez, écrivez-nous et nous ferons bien volontiers passer l'information .  La Corse est riche d'un patrimoine religieux impressionnant, plusieurs centaines d'églises ...

21/08/2011

Ghjunsani: La Montagne des orgues jeudi 25 Août 2011

Association Saladini de Speloncato :

« LA MONTAGNE DES ORGUES »

 

Une journée initiatique et conviviale pour rencontrer la Corse autrement, vous immerger dans ses paysages et ses communautés villageoises, découvrir son riche patrimoine religieux, son histoire, ses traditions rurales : des clefs pour vous ouvrir les églises, vous faire comprendre leur sens caché et vous faire entendre leurs orgues historiques que l’on vous joue pendant le parcours …

 

 

JEUDI 25 AOÛT

une journée en HAUTE BALAGNE et GHJUNSANI

 

la Vierge de Palasca envol blog.jpg

(Palasca)

 Accueil à 9h à Palasca, sur la place de l’église, puis découverte de la vallée haute du Ghjunsani avec Olmi Cappella, Pioggiola,  enfin de la Collégiale de Speluncatu …

 

 

parcours de découverte du patrimoine corse,ghjunsani,palasca,olmi cappella,pioggiola,speloncato,castagniccia

(Speloncato)


 


 

Renseignements et réservations au :

TEL/FAX : 04 95 61 34 85 -

Portable : 06 17 94 70 72

www.montagne-des-orgues.com

 


 

parcours de découverte du patrimoine corse,ghjunsani,palasca,olmi cappella,pioggiola,speloncato,castagniccia

 

Ces parcours de découverte du patrimoine sont encouragés par la Collectivité Territoriale de Corse et signalés dans les guides : Bleu,  Routard, Géo, Michelin, Arthaud …

Les fonds récoltés lors de ces journées contribuent à la restauration et à la valorisation de ce patrimoine.

26/04/2011

le printemps de "Contami" à Belgodère

  la troisième édition du festival de Belgodère     "Contami " commence aujourd'hui,

servie par la belle énergie créatrice de Marie-Clair Peretti et de ses complices

et à retrouver sur le site :

http://www.contami-festival.info

 

Belgodère Contami2011-1 affiche blog.jpg

 

 

Contami présentation blog.jpg

 

Contami 2011 programme 1 blog.jpg

2011contami_Programme 2 blog.jpg

Histoire_d-un_conte_ordinaire_-_mail-1 blog.jpg

A propos du concert "nos deux orgues" du jeudi 28 avril

belgodère,marie-clair peretti,festival contami,linda calderon,contes tziganes,contes africains,contes russes,marionnettes,sculptures,orgues,animations de rues

 

  une précision importante:

le clavier du petit orgue Lazari (1761) a été remis en état, et vous pourrez donc l'entendre jeudi 28 avril aux côtés de l'orgue Abbey (1913) ...

 

 

 

 

17/04/2011

Sepolcri de la Semaine Sainte en Corse

Sepolcri de la Semaine Sainte en Corse

 


 

reposoirs,semaine sainte,dévotion populaire,iconographie populaire de la semaine sainte en corse,dramaturgie du sacré,volpajola,calenzana,san damianu,ficaghja,nessa,feliceto,castiglione


(à Volpajola, un sepolcru populaire, fleuri et placé en situation pour la Semaine Sainte)

Parmi les objets de la dévotion populaire les plus extraordinaires et les plus touchants pour moi, il est un patrimoine particulièrement menacé par l’abandon des coutumes religieuses : c’est celui des sepolcri peints que l’on créait pour célébrer la Semaine Sainte  dans les villages. Contrairement aux séries des Chemins de Croix peints à partir de la prédication en Corse de San Leonardo da Porto Maurizio, en 1744, et qui sont encore visibles aux murs de nos églises  – pas toujours en ordre, ni en très bon état, sauf lorsque la communauté a décidé de les faire restaurer et les réutilise "en situation" – les sepolcri, eux, survivent cachés, souvent mal entreposés, victimes de leur destination passagère:  conçus pour mettre en scène la Passion dans l'église dès le Jeudi Saint , délimitant une sorte de chapelle ardente -le sepolcru ou reposoir -  par des toiles peintes qui seront démontées et disparaîtront le Samedi Saint.

Décors éphémères, donc, peints sur des supports relativement grossiers et peu apprêtés, à l’économie, décors d’autant plus fragiles que manipulés chaque année à cette période…


012 Ficaja Jugement de Pilate.blog.jpg

 

En Castagniccia, à Ficaja, un sepolcru peint par Francescu CARLI

(ici le Jugement de Pilate et le portement de croix).

Ficaja Jardin des oliviers.blog.jpg

(idem: l'arrestation de Jésus au Jardin des Oliviers et la flagellation)

 

 

011 Ficaja les gardiens du sepolcru.jpg
(les gardiens du sepolcru de Ficaja)

 

Deux panneaux articulés à taille humaine composent une partie de ce sepolcru dont l’entrée était gardée par ces deux soldats peu commodes.

 

Les anciens dans les villages me le disent tous et se souviennent: lorsque enfants,  ils traversaient de nuit, la main serrée dans celle de leur mère, l'obscurité de l'église  pour aller prier devant le sepolcru, la terreur s'emparait d'eux à la rencontre de ces guerriers menaçants montant la garde devant cette chapelle ardente  éclairée par les lampes à huiles et les cierges crépitants… Emotion religieuse mêlée d'effroi, tissée de chants et de prières murmurées. De même qu'on ne laisse jamais un mort sans compagnie avant son inhumation, de même l'usage était de veiller Jésus après son agonie: Jésus et nos morts se bercent comme on berce les petits enfants, à voix douce, avec tendresse et instinct.

 

 

91512968.jpg

(les gardiens du sepolcru de Castiglione)

... sale tête, non? C'est l'Autre ( dans l'iconographie méditerranéenne "le Maure",  "le Turc", "le Juif", bref, délit de sale tête oblige, ce n'est pas nouveau...), le féroce envahisseur qui razzie, massacre, ou le mécréant au service du Mal, de l'injustice etc...

1494554350.jpg

 

et son collègue, redoutable centurion d'opérette, fièrement campé jambes écartées ...

392757060.jpg

 

(Castiglione, la Déploration du Christ: anonyme, début XIXe)

Peinture forte, et même si non conforme aux meilleures règles de l'art, efficace: au premier plan, les personnages jouent leur partition dramatique, nous happent dans leur communion muette et véhémente de la douleur autour du Christ mort: nudité rigide du Christ, Marie la Mère, les bras largement ouverts sur la pire souffrance du monde, compassion et chagrin du disciple aimant, Jean, larmes silencieuses de la femme à la chevelure flamboyante, Marie-Madeleine , commentaire du choeur des saintes femmes drapées de bleu sombre, tout est en place. Derrière eux, une surprenante montée du Golgotha avec le portement de croix égréné à petits traits nerveux le long de la pente...

Dans cette petite église de la Ghjuvellina se jouait - et se chantait - naguère une Passion à laquelle participaient tous les gens du village, jeunes et vieux, réactualisant le sens des mystères du Moyen-Age: j'ai rencontré là-bas le dernier ange de cette passion, un ange de quatre vingt dix  ans passés... Ce vieux monsieur restait aussi le dernier protagoniste  de l'extraordinaire carnaval de ce village où se vivait pour le Mardi-Gras un véritable rite de printemps: musique, danse et castagnes pour faire renaître la vie, et précédant comme il se doit la grande fête théâtralisée de la Passion .

En Corse la présence du chant est indissociable de la ferveur religieuse et pour moi toutes ces peintures ont une voix.

Accompagnant cette iconographie, parmi les chants les plus répandus, l'on pourrait entendre la lamentation douloureuse du Stabat Mater :

 

"Stabat Mater Dolorosa

Juxta crucem la crimosa

Dum pendebat filius

Cujus animam gementem

Contristatam et dolentem

Pertransivit gladius

1758534565.jpg

(Déploration du Christ)

O quam tristis et afflicta

Fuit illa benedicta

Mater Unigeniti!

Quae moerebat et dolebat

Pia Mater dum videbat

Nati poenas inclyti

Quis est homo qui non fleret

Matrem Christi si videret

In tanto supplicio?"


Nous sommes pris à témoin par ces sepolcri : compassion devant un drame universel, bien au-delà de la religion,

ou plutôt en amont, partage humain de cette douleur-là trop bien expérimentée par tous. Fonction libératrice du partage de la douleur.

"Santa Madre, questo fate,

Che le piaghe del Signore

Siano impresse nel moi core !"

(refrain populaire du Stabbat Mater)

 

 

Résonnance. Reconnaissance. Lien communautaire. Surtout lorsque ces sepolcri font l'objet de la Cerca, visites déambulatoires entre communautés voisines, ou entre confréries comme c'est encore le cas pour certaines régions de Corse.... Pas d’échappatoire: nous voilà acteurs de cette dramaturgie, non pas invités à un festin esthétique.

 

sepolcru Feliceto 014.jpg

et dans cette com-passion, chaque détail compte :
sepolcru Feliceto détail jpg.jpg
de sa main attentive, l'artiste a déposé la fleur amoureuse de cette blessure
(sepolcru de Feliceto)

 

 



Autre chose nous apparait de plus en plus clairement: chaque communauté a développé et interprété sa dramaturgie: les mêmes paroles du Perdono mio Dio, ou du Stabbat Mater seront chantées différemment que l'on soit à Vescovato,  Speloncato,  Calvi,  Costa,  Olmi Cappella, Bonifacio, Sartène,  Patrimonio ... les déambulations - "et comment faites-vous ça, chez vous?"- , les représentations des Chemins de Croix ou des sepolcri  ne seront jamais identiques et pourtant le fond reste le même, puissant, archétypique, faisant tressaillir quelque chose au plus profond de nous, quelque chose qui appartient au monde spirituel et non à celui de la muséographie.
Ici, on aura mieux gardé tels chants. Ailleurs, on aura perdu les chants mais on aura préservé les rencontres entres communautés le jeudi et le vendredi saint. Là-bas on va renouer les fils "de la tradition" (elle a bon dos, la tradition!) en se réinventant une mise en scène en sons et lumières , qui du reste comblera de bonheur les touristes de Pâques: quoi qu'il en soit, même sous les éclairages les plus agressifs et dans les scénographies les plus relookées,  ces Passions "jouées" dans les villages continuent d'entrouvrir un univers symbolique où s'incarne l'énigme...
***
Deux éléments de sepolcru, peints par Giacomo GRANDI pour Calenzana:

reposoirs,semaine sainte,dévotion populaire,iconographie populaire de la semaine sainte en corse,dramaturgie du sacré


 la composition resserrée de la Crucifixion: la Vierge, Jean et Marie-Madeleine sont aux pieds du Christ, sur un fond dramatique tout enténébré de ciel noir; un soldat romain armé d'un bouclier à tête de diable garde, menaçant, la scène.

reposoirs,semaine sainte,dévotion populaire,iconographie populaire de la semaine sainte en corse,dramaturgie du sacré


  à la droite du Christ, le bon larron déjà auréolé de sainteté regarde Jésus,

reposoirs,semaine sainte,dévotion populaire,iconographie populaire de la semaine sainte en corse,dramaturgie du sacré


tandis qu'à sa gauche  le méchant larron détourné vers son mauvais destin se fait mettre le grappin dessus par un diablotin crachant le feu ...

reposoirs,semaine sainte,dévotion populaire,iconographie populaire de la semaine sainte en corse,dramaturgie du sacré


... et toute la pompe architecturale (rêvée!) du pouvoir en place: le geste noble d'un Pilate empannaché et, derrière lui, la silhouette mauresque d'un garde d'opérette...

***

... et d'autres sepolcri ...
Querciolo 003 blog.jpg
... celui de Quercitello (XVIIIème s. Castagniccia) ...
nudité fragile non pas raidie
exposée tendrement dans son lange de mort
par des anges aux bras ouverts
les yeux fermés de l'Un
 les yeux baissés des autres
la main de l'ange laissée libre pour la parole
de la compassion
non pas hurlée
non pas criée
non pas chantée
juste méditée
silencieuse
sous sa guirlande de roses odorantes
Sepolcru Nessa blog.jpg
... celui de Nessa (XIXème s. Balagne) ...
peint par le peintre local Giuseppe Antonio ORSINI de NESSA:
"Attendite universi populi et videte dolorem meam"
Ici, raideur cadavérique
et cathéchisme égrené
tout autour du sepolcru
des instruments de la Passion
sepolcru Nessa orteils.jpg
meurtrissure des pieds nus
ceux-là mêmes qui ont trotté sur les chemins dallés
entre montagne et mer
sous les oliviers
pour pacager
piocher
glaner
ceux-là mêmes qui ont botté les fesses des chenapans
foulé les raisins au pressoir
goûté l'herbe et la mousse
bref des pieds intelligents de glèbeux
avec de longs orteils comme antennes

022 San Damiano - mise au tombeau- jpg blog.jpg
...  et sur  un fond sombre, celui de San Damianu (XVIIIème s. Castagniccia)
peint par Giacomo GRANDI ...
et la plainte véhémente de Marie de Magdala
qui dévoile de sa main amoureuse le visage du Christ
les larmes de Marie de Jacques
la souffrance poignardée de la Mère
devant le corps supplicié
de l'aimé
de tous les suppliciés aimés de la terre
et Marie la Mère a dénoué sa chevelure en signe de deuil
libérant le flot puissant de sa douleur
***
en écho, cette autre forme de sepolcru, sur la place de nos villages
Occhiatana gisant blog.jpg
ici, le Monument aux Morts d'Ochjatana, oeuvre de Damaso Maestracci


***