Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2012

la balade d'hier 27 juillet 2012: San Chirgu, Aiti ...

comme promis!

hier, malgré quelques imprévus - l'un gai (un mariage), l'autre triste ( un enterrement) - qui nous ne nous ont pas permis de jouer les orgues de Piedigrisgiu et de Corte,  une bonne journée de partage:


 

cambia,san chirgu,aiti,corte,castiglione,bataille de lépante

débutée sur le territoire de Cambia, du côté des gravures rupestres de a Petra Frisgiata,

avec Pauline et Raphael.jpg

 avec Raphaël et Pauline ...


le Père S.Quilicu blog.jpg

 tout d'abord, dans la Pieve de Vallerustie,  le charme de San Chirgu (alias: San Quilicu, St Cyr ...)

à retrouver dans les notes:

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2010/10/18/la-chapelle-san-quilicu-a-cambia.html

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2010/10/22/san-quilicu-di-cambia-les-fresques.html

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2010/10/26/3-la-chapelle-san-quilicu.html

 

cambia,san chirgu,aiti,corte,castiglione,bataille de lépante

Petit rappel: entourant ici le thème de Saint Michel pesant les âmes, ainsi que bordant l'arc triomphal, le fresquiste a utilisé le discours des mosaïques de style cosmatesque, à découvrir sur ce site:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cosmatesque


Suivi de la rencontre du village d'Aiti, dans son paysage vertigineux en compagnie de notre ami René Casematta

Aiti et paysage blog.jpg

qui a créé ce joli site sur le village, à retrouver à cette adresse:

aitipaese.canalblog.com

Il règne dans cette  petite église, allègrement repeinte par J.C. Torre, un charme certain, né de ses jolies proportions à taille humaine.


Aiti voûte blog.jpg

 elle abrite un patrimoine bien intéressant, en particulier des oeuvres de notre cher Giacomo Grandi ( peintre originaire de Milan et actif en Corse entre 1742 et 1772, date de sa mort)

Aiti Grandi mort de st Joseph blog.jpg

comme cette "Mort de St Joseph", patron de "la bonne  Mort" : l'espoir de mourir, comme lui, dans son lit, entouré de l'amour des siens et muni de l'Extrême Onction ...

Aiti  1° station  Jésus condamné à mort blog.jpg

ou comme cette belle série du Chemin de Croix, avec ses personnages mauresques: ici le jugement de Pilate,

Aiti Pilate et consort blog.jpg

un étrange prêteur romain bigrement orientalisé, arborant moustaches à la turque et portant cafetan et turban surmonté d'une aigrette et d'un croissant ...

Aiti 12° station blog.jpg

Ici la XII° station: la mort du Christ entre le Bon Larron à gauche et le Mauvais Larron à droite -derrière eux, l'architecture phantasmée de la ville antique de Jérusalem, et au-dessus d'eux, le Soleil (Nouveau Testament) et la Lune (Ancien Testament)

Aiti Rosaire avec san Clemente blog.jpg

Et puis cette toile très intéressante évoquant la dévotion du Rosaire et les héros de la Bataille de Lépante. A retrouver dans la note:

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2011/10/07/...

 

Un peu plus tard dans l'après-midi, le site archéologique de San Giovanni di Corte: ici la belle abside à bande lombardes de l'église pievane:

Corte Santa Maria.jpg


 

Rappelons tout de même ce qu'est ce site de San Giovanni Battista de Corté, classé M.H. en 1968:

Dans la vallée du Tavignano, dans un espace majestueux et largement ouvert sur les montagnes environnantes, peut-être sur l'emplacement de l'antique ville romaine de Venicium, à quelques mètres à peine du Palazzu ( maison forte) du semi mythique Comte Ugo della Colonna, le héros de la Reconquista de la Corse lors de la croisade contre les Maures au début du IX° siècle, ce site fut probablement déjà occupé dès la préhistoire: la colline du Poggio dello Palazzo (dont Madame Moracchini Mazel pense que le sommet ést couronné d'une triple enceinte mégalithique) disparait aujourd'hui sous la végétation et l'on ne peut même plus distinguer les vestiges du Palazzo. Voici, juxtaposés, l'église-mère et le baptistère de la Piève de Venaco : fouillée en 1956/58 par Mme Moracchini Mazel, l'église préromane dont il reste la belle abside en cul de four et la base des murs, des piliers séparant les trois nefs, et le baptistère de plan tréflé, recouvert d'une charpente et d'un toit de lauzes. Notre ami Etienne Jacquemin, hier, rappelait que le relevage du baptistère fut l'oeuvre de l'Armée, alors propriétaire des lieux ... Ces deux édifices, leur appareil archaïque (pierres cassées au marteau, utilisation d'un mortier de chaux, de tuffeau) et leur décor de bandes murales à la façon des églises lombardes permettent d'estimer leur construction du début du IX° siècle... Comme souvent on retrouve là la permanence de l'occupation humaine sur un site sacré, vestiges mégalithiques, nombreux éléments de tuiles et poteries romaines réemployés dans la maçonnerie des deux édifices...


Et enfin ... à Castiglione ...

 

Castiglione ste Cécile blog.jpg

notre chère Sainte Cécile

Castiglione garde 1 blog.jpg

en compagnie des gardiens

sepolcru.jpg

du sepolcru ...

à bientôt!


 


 

 


13/03/2012

Arts Sacrés mars 2012

 

Le nouveau numéro d'Art Sacrés (mars-avril) sort ce mois-ci:

il concernera aussi la Corse, avec un article sur les décors peints de la Semaine Sainte en Corse, que les responsables de la rédaction m'ont chargée de rédiger, un plaisir et un honneur dont je les remercie ici! Ce thème m'est cher, on le sait: j'espère pouvoir, cette année encore, emmener ceux qui le souhaitent à la rencontre des sepolcri de la Semaine Sainte en Castagniccia - je vous en tiendrai informés.

 

arts sacrés,sepolcri peints de la semaine sainte


 


Description du numéro Arts Sacrés n° 16

Lumière de Pâques
Pâques est l’occasion d’admirer les reflets multiples que prend le thème de la lumière dans la tradition chrétienne. L’art sacré majeur des chrétiens, l’église, en est sans cesse renouvelé. Comment éclairait-on une église au Moyen Âge ? Et aujourd’hui ? Cette lumière, thème central de deux mille ans d’art sacré, continue d’inspirer les artistes contemporains. Il suffit d’évoquer deux des plus grands : Dan Flavin et James Turrell. À Pâques, la lumière jaillit du tombeau, comme dans les incroyables architectures éphémères des sepolcri de la Semaine sainte en Corse ; et de la terre, comme dans les sculptures inspirées de Georges Jeanclos. Mais elle semble engloutie lorsqu’Olivier Py met magistralement en scène le massacre de la Saint-Barthélemy. Une exposition à Paris nous permet, en observant de simples rochers, de comprendre la spiritualité chinoise, tandis qu’une autre à Londres, consacrée au Hajj, est l’occasion pour notre revue de dénoncer la catastrophe que subit actuellement le patrimoine de La Mecque, dans l’indifférence la plus totale.

 

Dossier

Articles

Actualités

arts sacrés,sepolcri peints de la semaine sainte

( le sepolcru de Quenza: la Déréliction du Christ au Jardin des Oliviers )

20/01/2012

Santa Maria di Casalta, Piebania d'Ampugnani: brève du purgatoire ...

 

Santa Maria di Casalta, Pievanie d'Ampugnani, Castagniccia

Le 28 décembre 2011,

visite à Santa Maria di Casalta,

en bonne compagnie ... et en quelques images

Casalta Sta Maria avec T.Q..jpg

Cette église pievane de l' Ampugnani a fait l'objet d'une publication dans les cahiers CORSICA de la F.A.G.E.C., n° 158/159, éditée en 1993. Ce cahier qui comporte une première partie sur la Piévanie d'Ostricone, fait, dans la seconde partie, le point sur cette Piebania d' Ampugnani après que l'équipe de jeunes sous la direction de monsieur Simonin ait réalisé en 1993 le sauvetage de ce sanctuaire menacé d'une ruine inexorable.

lumière.jpg

Parenthèse: en cette fin décembre, la belle lumière d'hiver vibre et joue dans les oliviers: l'appareil photo a fixé un rayon fort communiquant dans ce lieu habité ... (je rappelle que non loin de là en amont se trouvent les stèles gravées énigmatiques, dont l'une, dit-on, désigne par un rayon du soleil à travers un trou l'emplacement de Sta Maria ... ( voir la note : l'énigme des stèles ésotériques de Casalta).

 

Calenzana st Blaise Annonciation.jpg

... digne d'une Annonciation ...(Calenzana, collégiale st Blaise)

Alesani St Pascal Baylon adoration.jpg

ou d'une adoration mystique ... telle celle de St Pascal Baylon (bannière, Francescu Carli, Alesani)

 


Revenons à Santa Maria. Cette église, classée Monument Historique en 1980, n'avait jusqu'alors bénéficié d'aucune intervention, et fissurée de toutes parts, pillée de quelques-unes de ses dalles de parement en calschiste gris, sournoisement éventrée par les lierres, elle risquait de sombrer définitivement dans la ruine. Je vous renvoie au cahier Corsica où vous trouverez le descriptif détaillé de ce sauvetage ainsi que les riches notes en pièce annexe qui, comme toujours, éclairent ce dossier. Hélas, depuis 1993, les choses en sont restées là, et faute d'investissement suffisant cette église romane du XI° siècle n'a pas bénéficié de la restauration qu'elle mériterait largement.

 

 

Etais.jpg

Aujourd'hui abandonnée des fidèles, elle n'est plus guère visitée que par les chasseurs et les bergers ...   "On se souvient, à Casalta, que c'est à partir de 1939 que la procession annuelle à S. Maria a cessé de se pratiquer; auparavant, chaque année, le 25 mars, le curé bénissait les branches de lierre cuillies la veille sur les murs par les jeunes gens du village, et chacun en prenait une pour la mettre dans sa maison." (in Cahier Corsica 159) -

Curieuse, presque païenne, cette bénédiction du lierre : à la fois plante bénéfique et poison, tour à tour symbole d'immortalité et d'amour fidèle ou plante démoniaque... d'un vert insolent, sa force vitale ici s'agrippant vigoureusement  aux murs ruinés de Santa Maria comme autour du tronc d'un arbre mort, échappant aux cycles habituels de la végétation perpétue la vie: " non meis viribus "...

La consolidation "provisoire" du mur nord en bois de pin remplit toujours tant bien que mal son office ...

mais jusqu'à quand tiendra-t-elle ?

façade est et abside.jpg

l'abside, bien orientée à l'est et son beau parement de dalles de calschiste gris clair, attaquée par la végétation.

 

façade sud et clocher.jpg

Le mur Sud avec le campanile et, construite contre cette façade, les ruines de la maison du piévan (1658): "On voit aussi dans un acte de 1468 que le piévan était dénommé " vesco de Ampugnani" et que le chroniqueur de la Corse Montemaggiani (...) emploie à son sujet le terme d'évêque d'Ampugnani" (cahier Corsica 159) . Rappelons à ce sujet que la Pieve d'Ampugnani constituait avec la Pieve du Rustinu le petit diocèse d'Accia, dont la petite cathédrale avait été plantée au XII° siècle au sommet du San Pedrone ... Ne la cherchez plus ...

pierre gravée.jpg

une pierre sculptée dégagée lors des travaux en 1993

 

angle nord ouest.jpg

l'angle nord-ouest et son parement lumineux


porte façade ouest.jpg

la façade ouest reconstituée, avec son beau linteau replacé,

linteau occidental détail feuilles d'eau stylisées.jpg

orné d'un décor en feuilles d'eau stylisées...


lierre façade intérieure ouest.jpg

au revers de la façade ouest ...

hélas, la porte a perdu ses piédroits, arc et linteau, et le lierre est reparti à l'attaque ...

intérieur vers abside.jpg

un sol illisible sous les ronces, qui abritait deux grandes fosses communes, arche, et au fond ...

abside et emplacement chapelles latérales.jpg

l'abside et l'emplacement des deux autels latéraux: au-dessus de ces autels, aujourd'hui disparus, " se trouvaient des petits voûtains reposant sur des arcs engagés prenant appui sur trois consoles moulurées visibles (...) mais ayant perdu leur quatrième appui; c'était un pilier carré sans doute, du type de ceux qui existent encore à San Parteo de Mariana, à Lucciana, puisque le choeur de ce dernier sanctuaire offrait une disposition du même genre sur ses deus autels latéraux (...)" ( Cahier Corsica n°158/159, p. 169).

arcs engagés , fenêtre et lierre.jpg

celui de gauche, déjà envahi par le lierre

arcs engagés sur consoles moulurées.jpg

et celui de droite

traces de fresques.jpg 

... qui laisse encore voir encore quelques traces d'enduits et fragments de peintures à fresque : quel pouvait bien être le programme iconographique de cet ensemble ?

abside.jpg

l'abside en cul de four,

abside biais.jpg

sauvée in extremis de l'éclatement:

fissures colmatées au-dessus de la fenêtre ...

linteau triangulaire.jpg

Le linteau intérieur de la porte sud.

Le linteau extérieur de cette même porte a été réemployé depuis longtemps dans la fontaine du village.

San Quilico.jpg

... et, dans l'angle Nord ouest, la vision de la petite chapelle (funéraire?) de San Ghjorghju (Silvarecciu) sur sa falaise abrupte ...

 

A quand le réveil de cette église piévane de l'Ampugnani, gelée ou protégée par les Monuments Historiques ? Le constat de la dégradation de ces monuments témoins de la spiritualité et de l'histoire de la Corse fait mal au visiteur .

Il serait urgent sans doute de voir réunies toutes les bonnes volontés de cette pieve d'Ampugnani pour sauver et mettre en valeur ce qui peut encore l'être ... Il faudrait prendre exemple sur le travail opiniâtre mené par la petite association Camà in Altiani" qui a su dynamiser son projet fou de restauration de sa chapelle romane San Michele

(voir la note: ALTIANI, chapelle San MICHELE :
elizabethpardon.hautetfort.com/.../altiani-chapelle-san-michele.html)

 restauration qui va prochainement connaître sa réalisation, grâce à la volonté sans faille d'une poignée de volontaires obstinés et inventifs! Je  salue bien ici les amis d'Altiani! Ils nous donnent une belle leçon d'optimisme pour cette nouvelle année 2012 ...

 

Altiani S michele paysage.jpg

(San Michele, Altiani: la chapelle en piteux état, dévorée par la végétation, toîture écroulée ... bientôt sauvée de la ruine! )


Pour gagner le village de Casalta et visiter l'église Santa Maria :

le plus facile, lorsqu'on n'est pas dans la région, est de partir de Folelli, sur la côte orientale, en empruntant la D 506, soit de quitter la N 193 à Barchetta en direction du col st Antoine. Le site se trouve sous le village de Casalta, à environ 1 km, facilement accessible par un beau sentier qui prend sur la D 205 au milieu d'un virage et qui nous mène rapidement à Sta Maria.




03/12/2011

Découvrir la Pieve du Rustinu avec Toussaint Quilici

Lorsque les enfants du pays s'attellent à leur patrimoine

et partagent plus de quarante ans de passion éclairée et de découvertes:

livre sur le la pieve du rustinu,toussaint quilici,législation sur l'archéologie,législation sur les découvertes fortuites en archéologie

 

Le samedi 17 décembre 2011, à partir de 16 h 30 à la salle des Fêtes de Valle di Rustinu (village)

présentation de l’ouvrage (746pages)


« A Pieve di Rustinu des origines aux temps modernes, patrimoine et culture »

de Toussaint Quilici et Jean-Pierre Mannoni (avec la collaboration d’Alain Polifroni et Jean - Pascal Braccini)

découverte.jpg

Toussaint Quilici en compagnie de son ami Jean-Pascal Braccini lors d'une toute récente découverte fortuite d'un nouveau site préhistorique de gravures rupestres ... à retrouver lors de la parution du livre : je peux témoigner que l'émotion était au rendez-vous !

livre sur le la pieve du rustinu,toussaint quilici,législation sur l'archéologie,législation sur les découvertes fortuites en archéologie

livre sur le la pieve du rustinu,toussaint quilici,législation sur l'archéologie,législation sur les découvertes fortuites en archéologie

 

Pour tous ceux qui, amoureux de leur territoire comme Toussaint Quilici et ses amis, arpentent leur sol et font des découvertes fortuites, et nul n'étant censé ignorer la loi, voici une notice précieuse à lire et à connaître sur toutes les questions que l'on peut se poser sur l'archéologie:

archeologie-questions2007.pdf

 

livre sur le la pieve du rustinu,toussaint quilici,législation sur l'archéologie,législation sur les découvertes fortuites en archéologie

gravure anthropomorphe, cupules ...

à découvrir dans l'ouvrage de Toussaint Quilici et de ses amis.

Avis: ce livre sera aussi distribué à la Fnac.

 

(à suivre!)

07/10/2011

Comment Lépante s'invite à Aïti ...

Aujourd'hui où l'on célèbre à la fois l'anniversaire de la bataille de Lépante ( 7 Octobre 1571) et la dévotion du Rosaire, je vous invite à découvrir une oeuvre singulière à Aïti  (Pieve de Vallerustie) ...

 

Aiti vu de loin blog.jpg

 ce village de Castagniccia fièrement implanté dans un paysage à couper le souffle ...

l'église d'Aiti blog.jpg

en l'église st Etienne: vous pourrez tout savoir sur Aiti et son église en allant visiter le site amoureusement réalisé par René Casamatta:

http://aitipaese.canalblog.com

Dans cette église étonnante à plus d'un titre, nous allons rencontrer une iconographie bien en phase avec la commémoration d'aujourd'hui:

la Remise du Rosaire, par la Vierge et l'Enfant à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne. Jusqu'ici, rien de bien extraordinaire:

Remise du Rosaire détail haut blog.jpg

 cette dévotion est si coutumière dans nos églises de Corse que l'on finit par s'étonner lorsqu'elle manque. Mais qui donc sont  ces personnages énigmatiques représentés au registre inférieur sous ce premier groupe?

Remise du Rosaire détail bas blog.jpg

A gauche, le Pape Pie V et à droite, le Roi Philippe II d'Espagne, les vainqueurs de la Bataille de Lépante en ce 7 Octobre 1571 qui opposa la flotte chrétienne de la Sainte Ligue ( laborieusement liguée ...  ) à la flotte ottomane -

Je vous renvoie à l'oeuvre magistrale de Fernand BRAUDEL: la Méditerranée et le monde méditerranéen et aux pages foisonnantes qui resituent cette immense bataille dans le contexte pour le moins complexe de l'époque - en particulier dans le chapitre "Aux origines de la Sainte-Ligue: 1566 -1570".

Avec, en prélude, l'élection de Pie V, portant sur le trône pontifical le cardinal Ghislieri, "un de ces innombrables fils de pauvres en qui l'Eglise a souvent trouvé, au siècle de la Contre-Réforme, ses serviteurs les plus passionnés."(...). "A cette époque, ce vieil homme chauve, à longue barbe blanche, cet ascète qui n'a plus que la peau sur les os, est cependant d'une vitalité exceptionnelle, d'une activité sans bornes." (Braudel).

Et c'est ce pape visionnaire, vertueux, intransigeant jusqu'à la violence qui, par son ardente conviction qu'il faut mener une nouvelle croisade sans merci contre les Infidèles, va contribuer à l'armement maritime de l'Espagne,  sceller le destin de la Chrétienté alors mise à mal en Méditerranée par l'expansion ottomane, bref va arriver à constituer,  malgré les intérêts divergents des uns et des autres,  une alliance entre Venise (qui vit entre autres du commerce avec l'Empire Ottoman), les royaumes espagnols et les puissances qui leurs sont affiliés, comme la République de Gênes  : la prise terrifiante de Chypre (possession de la République de Venise) par les Ottomans en 1570 et le massacre qui l'accompagne convaincra la Chrétienté de l'urgence de cette coalition réclamée par Pie V.  La Sainte Ligue est née.

Sainte Ligue où brillera par son absence la (très catholique) France, elle-même alliée des Turcs depuis quelques décennies pour lutter contre l'hégémonie espagnole - alliance ambigüe à laquelle la Corse se trouvera mêlée lors du soulèvement de Sampiero Corso:

" On ne peut pas ( écrit le roi Philippe II ) laisser Sampiero (...) s'emparer de l'île entière, lui, un aficionado de la France qui ferait de la Corse une "scala para los Turcos moros enemigos de nuestra santa fe catholica"...

 

Revenons-en à nouveau au Rosaire. Pie V, entré très jeune chez les dominicains, voue un culte passionné à la Vierge et au Rosaire. Ce culte s'était développé au siècle précédent sous l'impulsion d'un autre dominicain, Alain de la Roche (1428/1475), qui avait en son temps contribué à la (re)naissance de nombreuses confréries du Rosaire.

Pie V demande donc à toute la chrétienté, pour aider la Sainte-Ligue dans sa croisade, de prier la Vierge du Rosaire et lui attribuera la victoire à l'issue de la bataille de Lépante...

Emile Mâle rappelle (dans l'Art religieux après le Concile de Trente): "Le Sénat de Venise fit inscrire sous un tableau de la bataille de Lépante (...) cette inscription: "Non virtus, non arma, non duces, sed Maria rosarii victores nos fecit" (Ce ne sont ni les armes , ni les chefs, ni le courage, qui nous ont donné la victoire, mais la Vierge du Rosaire)

Serpotta Bataille de Lépante Oratoire du Rosaire Palerme.JPG

(Serpotta: la bataille de Lépante et la Vierge du Rosaire, à l'Oratoire du Rosaire, à Palerme).

La dévotion du Rosaire s'était auparavant déjà  largement répandue sous l'impulsion de la Contre-Réforme: on avait bon espoir que le Rosaire ayant gagné la bataille contre les hérétiques albigeois, il serait également d'un grand secours contre tous les autres hérétiques - comme les protestants ... ou les Infidèles qui écumaient la Méditerranée.

117139417669.jpg

(Chapelle Sixtine, le Jugement dernier peint par Michel-Ange)

Ce Rosaire  était: "une chaîne qui unit la terre au ciel" (sainte Thérèse):

dans l'ensemble de la fresque du Jugement dernier de la Chapelle Sixtine, peint entre 1535 et 1541, quelques années avant l'ouverture du Concile de Trente (1545),

Michel Ange chapelle Sixtine l'ascension des élus  Rosaire salvateur.jpg

Michel-Ange montre un élu qui tend, pour les hisser vers le ciel, un rosaire à deux autres élus, soulignant ainsi l'importance du culte de Marie (en réponse aux protestants ...)

 

 

Une génération plus tard,  la bataille de Lépante:


bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,fernand braudel

 

Dans le Golfe de Lépante, non loin de Patras en Grèce, sous le commandement du prince Juan d'Autriche, un tout jeune stratège de 24 ans lors de la bataille de Lépante et demi-frère de Philippe II, la Sainte Ligue aligne ses forces composées par l'Espagne, la République de Venise, les Etats Pontificaux, la République de Gênes (et ses Corses) , le Duché de Savoie, l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem. En face d'elle l'Empire Ottoman et ses alliés barbaresques, sous le commandement du kapudan pacha Ali Pacha Moezzin,

 

bataille de lépante,bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,algajola,fernand braudel,cervantès,don quichotte et la bataille de lépante

qui finira la journée la tête tranchée au bout d'une pique, pour le plus grand effroi des Ottomans ...

 

bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,fernand braudel

bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,fernand braudel

Un "recyclage" qui dit en dit long : exposé à Madrid, au Musée de la Marine, cet étendard d'un général des galères espagnoles en 1670, peint sur une voile de galère ottomane prise lors de la bataille de Lépante, un siècle plus tôt.

 

 

Veronèse 1572 Lépante.jpg

(Véronèse 1572, Gallerie dell'Accademia, à Venise)

 

             Un an après la bataille, Véronèse peint cette image de ce qui fut bien un carnage d'une violence indescriptible: côté ottoman, 62 galères coulées, 117 galères et 13 galiotes capturées -   les Turcs  perdent plus de 30.000 tués et blessés, 3.000 prisonniers; 15.000 forçats sont libérés. Côté Chrétiens, perte d'une douzaine de galères, 8.000 morts, 21.000 blessés ... Certes cette bataille est une victoire éclatante des Chrétiens sur les Infidèles, mais à quel prix!

Comme on le sait, Miguel de Cervantès, "le Manchot de Lépante",  y perdit l'usage de sa main gauche... On peut penser qu'il eut de la chance - et notre chance, à nous, est qu'il n'y perdit pas la vie. Il passera, après sa capture pendant son retour en 1575 par les Barbaresques, 10 années en captivité à Alger... de quoi, pour le moins,  affûter sa volonté de vivre et son sens de l'observation.

Il dira (dans son prologue de Don Quichotte) que la bataille de Lépante fut " le plus grand évènement que virent les siècles passés, présents, et que ceux qui viennent ne peuvent espérer" ...

"Heureux esprits qui francs du voile de la mort, pour le bien que vous fîtes vous vîtes élevés de cette vile terre au plus haut des cieux.

Une fureur, un honorable zèle ont animé vos corps et vous ont fait rougir de votre sang et du sang étranger la mer voisine et le sable des plages.

La vie vous fit défaut, non la valeur, et vos bras fatigués, en retombant vaincus, emportèrent la victoire.

Entre le mur et le fer, une si funeste chute vous acquiert à tout jamais la glore que donne le monde et celle que donne le ciel "

Don Quichotte, Partie I, chapitre XL: ce sonnet est intégré dans le récit du Captif, qui raconte, dans le chapitre XXXIX sa vie et ses aventures - dont sa participation à la bataille de Lépante:

"Et en cette journée -là, qui fut si heureuse pour la chrétienté, parce qu'en cette journée tout le monde fut désabusé de l'erreur où l'on était, croyant que les Turcs fussent invincibles sur mer " ...

bataille de lépante,bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,algajola,fernand braudel

 

Le Pape Pie V instituera, à la suite de Lépante,  la fête du Rosaire qui sera désormais célébrée dans toute la chrétienté chaque premier dimanche d'Octobre, en mémoire de la bataille de Lépante.


 

Si vous pouvez acquérir à la boutique de l'Ina un documentaire déjà bien ancien (1977) sur la bataille de Lépante, vous aurez une idée de ce que fut réellement cette bataille et de ce que vécurent les pauvres  bougres galériens enchaînés dans leurs excréments sur les bancs de leurs galères et autres galéasses, toutes origines confondues ... et parmi ces galériens, des corses ...

www.ina.fr/art-et-culture/musees-et-expositions/video/CPC77054136/lepante-1571.fr.html
 

Revenons à Aïti:

quant au personnage de Philippe II, fils de Charles Quint,  Roi d'Espagne en 1571, la Corse génoise de l'époque est sous sa suzeraineté, et de nombreux Cap Corsins  vont partir se battre au sein de la Sainte-Ligue:

"à partir de Macinaggio sur quatre galéasses (la Capitana, la Padrona, la Bastarda et la Quarta) armées par les Negroni de Rogliano. A l'issue de la bataille, gagnée par les Chrétiens sur les forces ottomanes de Sélim II, successeur de Soliman le Magnifique mort en 1566, la Vierge foulant aux pieds le croissant ottoman se mit à apparaître sur les drapeaux corses" (in: Les Corses, la Méditerranée et le Monde Musulman, p. 161, douzièmes Journées Universitaires de Bonifacio, Juin 2011éditions Piazzola)

Aiti Remise du Rosaire blog.jpg

 

Sur le Rosaire d'Aïti, entre Pie V et Philippe II, l'on a représenté des dévots et des dévotes en prière, et, au-dessus d'eux, un paysage maritime avec une côte battue par les flots: venant de la mer, évocation du danger toujours omniprésent des razzias barbaresques, dont on espère se protéger par l'intercession de la Vierge du Rosaire. Ce qu'elle a fait pour  la gloire chrétienne de Lépante, elle peut encore le faire au jour le jour pour les petites gens victimes de coups de main à terre ou sur mer... il faut bien continuer à vivre, cultiver, caboter, commercer malgré le risque ...

Murato le Rosaire Blog.jpg

(Murato, église du couvent, le Rosaire)

A Murato, l'église conventuelle des franciscains héberge un autre exemple de ce Rosaire accompagnés des vainqueurs de la bataille de Lépante:

Rosaire détail bas gauche.jpg

 st Dominique est  aux pieds de la Vierge en compagnie de st Pie V, st Jean-Baptiste,

Rosaire détail avec Jean-Baptiste, François, Philippe 2 et un Roi blog.jpg

st François, ste Catherine de Sienne, Philippe II, un roi (?) : cette peinture où couronnes et auréoles sont rehaussées de feuilles d'or est datable des années 1590/1610, donc assez peu de temps après la bataille de Lépante.

D'autres dévotions similaires se trouvent dans les églises de Corse, comme ici à Nonza, ce retable de 1613, date de l'érection de la confrérie du Rosaire:

 

le Rosaire, 1613 blog.jpg

(Nonza, église sainte Julie, le Rosaire)

 

La Vierge et l'Enfant, entourés de St Antoine Abbé et st Jean-Baptiste,


Nonza le Rosaire 1613 détail central blog.jpg

 remettent le Rosaire à st Dominique, ste Catherine d'Alexandrie (offrant un vaisseau  battant pavillon génois), Pie V, Philippe II, Don Juan d'Autriche , la reine Anne d'Espagne etc ...

bataille de lépante,bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,algajola,fernand braudel,cervantès,don quichotte et la bataille de lépante

don Juan d'Autriche: quel beau jeune homme!

bataille de lépante,bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,algajola,fernand braudel,cervantès,don quichotte et la bataille de lépante

... en tous cas un portrait proche des représentations habituelles de ce prince hors du commun, comme ici (à gauche) en compagnie d'autres vainqueurs de la Bataille de Lépante.

 

Et à Algajola, ce beau Rosaire du XVII°s....

bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,fernand braudel

qui présente une scène inquiétante:

bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,fernand braudel

 Algajola encerclée par seize galères barbaresques

bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,fernand braudel

battant le pavillon de l'Islam ...

 

Je vous renvoie pour toute cette thématique  à l'excellent article écrit par Michel-Edouard Nigaglioni dans: "Périls de mer et iconographie dans les églises de Corse", publié dans l'ouvrage collectif: Mer et religion, neuvièmes Journées Universitaires de Bonifacio (mai 2008), éditions Piazzola.

Michel Edouard Nigaglioni que je remercie ici à nouveau pour son aide et ce formidable travail mené patiemment depuis tant d'années pour mettre en lumière le patrimoine artistique et religieux de la Corse.

 

En appendice ...

A propos des galères de cette époque et plus particulièrement celle de Juan d'Autriche, consultez cet article très intéressant:

Sylvène Édouard « Un songe pour triompher : la décoration de la galère royale de don Juan d'Autriche à Lépante (1571) », Revue historique 4/2005 (n° 636), p. 821-848.
URL :

www.cairn.info/revue-historique-2005-4-page-821.htm.
DOI : 10.3917/rhis.054.0821.

 

Extrait:

"En 1568, durant les négociations pour la constitution d’une Sainte Ligue, Philippe II ordonna la construction d’une galère royale pour son jeune frère, don Juan d’Autriche, qu’il venait de nommer capitaine général de la mer. L’année suivante, l’humaniste sévillan Juan de Mal Lara élabora le programme iconographique pour la décoration des poupes extérieure et intérieure de la galère. Les décorations renvoyaient au discours messianique des Habsbourg, avec, entre autres, des représentations de la quête de la Toison d’or par Jason. Les tableaux et les statues de la poupe servaient à légitimer l’ambition hégémonique de Philippe II. Toutefois, l’essentiel du programme était destiné au capitaine don Juan pour le guider sur le chemin des vertus, à travers la représentation d’un combat intérieur pour le triomphe des vertus chrétiennes, les seules pouvant vaincre le Turc infidèle".

bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,fernand braudel

 

une galéasse espagnole

hélas, non! ce n'est pas une image de la fameuse Galère royale de don Juan d'Autriche: mais il en existe une reconstitution au Musée de la Marine à Barcelone.