Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2011

Cette semaine, la Montagne des Orgues ...

                                             AVIS!

Découverte du patrimoine :

La Montagne des Orgues

Jeudi 12 Mai

une journée en Balagne et dans la vallée

haute  du GHJUNSANI

ange de droite blog.jpg

                                                
         (avec le petit ange buccinateur de droite de l'orgue de Costa)

 

Accueil à Costa à 9h sur la place de l’église,

 

Costa place de l'église blog.jpg


puis visite de Speloncato, Pioggiola, Olmi Cappella et Vallica …

 

Renseignements et réservations au :

04 95 61 34 85/ 06 17 94 70 72

www.montagne-des-orgues.com

Participation aux frais

Les fonds récoltés lors de ces journées contribuent à la restauration et à la valorisation du patrimoine.

03/05/2011

L'orgue des villes et l'orgue des champs

Bastia, vendredi 6 mai 2011, conférence à l'auditorium du Musée de Bastia, à 17h30

A LA RENCONTRE DES ORGUES HISTORIQUES DE CORSE 

... l’orgue des villes et l’orgue des champs ...

Bastia orgue Immaculée Conception blog.jpg

Conférence organisée par la Dante Alighieri de Bastia dans le cadre de son cycle « Découverte du Patrimoine ».

Elizabeth Pardon (votre servante!) racontera à sa façon et à travers d'abondantes illustrations l'histoire inattendue et la qualité esthétique de ce patrimoine des orgues de Corse:  une histoire humaine et religieuse, rurale tout autant que citadine des Corses depuis le XVI°siècle jusqu’à nos jours, une relation permanente de l’île avec l’Italie à travers le choix des facteurs d’orgues et la transmission d’un savoir-faire qui débouchera sur l’extraordinaire création artistique des monumentales tribunes d’orgues que l’on peut admirer essentiellement dans la Corse du Nord …

Zilia300 copie.jpg

l'orgue Saladini (1831) de Zilia

"LAUDATE EUM IN CHORDIS ET ORGANO" ...

orgue de Speloncato 028.jpg

... à Speluncatu ...

La conférence sera suivie d'un petit concert sur l'orgue Serassi (1844) de la Cathédrale sainte Marie de Bastia

41 Bastia Sainte Marie orgue Serassi 1844 - restauration Roethinger 1962 blog.jpg

Un rappel du patrimoine des orgues historiques de Corse:

 

Liste des orgues de Corse

(établie à partir des travaux de Sébastien RUBELLIN, musicologue,  de Michel FOUSSARD, technicien conseil pour la Corse et "promoteur" des classements par les M.H. les plus récents  - et actualisée autant que possible…)

 

Le véritable inventaire reste à faire et cette liste est proposée à titre indicatif pour signaler la richesse inattendue de ce patrimoine des orgues historiques de Corse. 

La liste ci-dessous indique :-par des cadres       les instruments protégés au titre des Monuments Historiques.-par des tramés encadrés       les orgues dont la protection, demandée par les communes, a été acceptée lors des débats de la commission nationale des M.H. Vème section en juin 2006,-par des italiques et des parenthèses une protection limitée à la tribune et au buffet,-la situation de l'édifice quant à la protection au titre de la loi sur les monuments historiques, protection signalée par p,-l'appartenance de l'instrument au patrimoine des orgues historiques de Corse, signifiée par un * (quelque soit leur état, ou l'état de leurs restes),-l'auteur principal, ou les auteurs principaux, de l'instrument,-l'auteur et la date des restaurations contemporaines (caractères gras),-l'état estimé de l'instrument de B à E : appréciation sur un ordre de qualité décroissant (cette appréciation demeure par nature subjective, et sujette à variations) ; R marque les instruments ruinés, # les instruments dont divers éléments se trouvent dispersés. H.J. signifie que l'orgue est hors d'état de jeu.

  AJACCIO

p-* Cathédrale : A. Cavaillé-Coll 1848.- Cicchero 1997  - B   

*  Chapelle des italiens : Luigi de Ferrari, 1833. - #     H.J.   

 p-* Saint-Erasme : Luigi de Ferrari, 1832.-    H.J.  

 Saint-Antoine : A. Cavaillé-Coll, 1865- D          

Saint-Roch : Merklin 1929/1986.  - B 

p-* Petit Saint-Roch : XVIII° s.  -    H.J.

 ALGAJOLA* Saint-Georges(tr.,b.): XVIII° s./Crudeli 1804  -   E    H.J.

 AREGNOp-*Saint-Antoine : Agati-Tronci 1888/Tronci 1936  Formentelli 1980  B

 BARRETALI  p-*Saint-Pantaléon : G. Domini 1867/Tronci 1930    -  Sals 1976   B

  BASTIA

p-*Cathédrale Sainte-Marie : Serassi 1844  - (Roethinger 1962) C   

*Saint-Charles : Agati-Tronci 1880  - D    H.J.

p-* St-J-Baptiste(tr.,b.)Agati-Tronci 1887.Jacquot-Lavergne 1958-   D

*Ibid.(choeur) :Tronci 1887   Hermelin 1943-  E    H.J.

p-*Sainte-Croix : XVIII° s. -E    H.J.

*Saint-Roch : GiuseppeLazari 1750 - D 

   * Im. Conception : buffet XVII°/XVIII° s de Ferrari 1848 -   E

   Notre-Dame de Lourdes : Jacquot-Lavergne 1958 - C

 

 BELGODERE*Saint-Thomas : J. Abbey 1913 -      C 

 *Ibid.(choeur) : attribuable à G. Lazari - Loriaut 2006 - B

 

   BONIFACIO

p-*Saint-Dominique(tr.,b;):L.de Ferrari 1843 -        E    H.J.

p-*Saint-Erasme : A. de Ferrari ?  vers 1880 -    H.J.

p-*Saint François : L.et G. de Ferrari 1852 -      #  H.J.

p-*Sainte Marie majeure : L. et G. de Ferrari 1848 -H.J.  #                                                                                                                                             CAGNANO *SaintFructueux : Gasparo Domini 1886 Sals 1971 B                                                                                                                               

CALENZANAp-* Saint-Blaise : XVIII°s../Saladini/Ferrari -C -H.J.-

CALVIp-*Saint-Jean-Baptiste : XVIII° s. -     Formentelli 1993           B

p-* Ste Marie majeure : de Ferrari 1830    -Formentelli 1980           B            

 CANARI      San Francesco, Anon. 1767 ( ?), Saladini 1861   -Sals 1980      B

 CARCHETOp *Ste-Marguerite : XVIII° s./A de Ferrari 188...     R   H.J.            

 CARDO * San-Stefanu : G. et U. Paoli 1888   - Massoni -   D

 CASTELLO DI ROSTINO    * Sts Côme et Damien : A.P. Saladini 1835  - E   H.J.            

CASTIFAO*Couvent St François, transféré à St Nicolas :

Lazari 1758 / Marracci1792/Saladini1841 -Loriaut 1993 B -                                                                                                            

CASSANO* Annonciation : Saladini 1853 -D

  CATERIp-* B.V  M. reine de tl ls sts : G. Domini 1902    Sals 1994  -   B            

CENTURIp-* Saint-Sylvestre : L. de Ferrari 1835   Loriaut 1987  - B              

  CERVIONEp-* Saint-Erasme : XVIII° s.  Formentelli 1994           B            

CORBARAp-* Annonciation : Agati-Tronci 1890       Hartmann 1979              B   

CORTE       Musée de la Corse :positif provenant de la maison Giuliani à Muro, Saladini, c. 1800 -Dalsbeck 2001 - D

 p-*-Annonciade : Johann Conrad Werle vers1760  Formentelli 1991- B

p-* Sainte-Croix : XVIII° s.Muno 1984-B

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          COSTA* Paroissiale : XVIII° s./XIX° sSals-Faye 2004B

  ERBALUNGAp_  * Bénédictines : Gasparo Domini 1865    (Jonet 1969)  C                        

 ERSA    * Sainte-Marie : L. et G. de Ferrari 1850  - #    H.J.

p-*Saint-André : L. et G. de Ferrari 1850  - R   H.J.  

 FELICETO   * Saint-Nicolas : Saladini 1839      D   H.J.   

 *Privé : Gasparo Domini 1876 - C   H.J.            

FIGARELLA   * San-Antonio : Agati-Tronci 1896  - Galtier - B

GHISONI   * Nativité : Stoltz 1869  - Galtier 1980  -C

 LAVASINA    Nativité : Jacquot-Lavergne (Unit Organ) 1959   Laval-Thivolle 1988      B 

  LAVATOGGIO   * N.D. de la Consolation : de Ferrari 1860  -D  HJ.                                                                                                                                                   LOZZI   * Saint-Jacques : XVIII° s. R H.J

LUMIO  * Assomption : de Ferrari 1831    C   H.J.

 LURI p-* Saint-Pierre (tr.,buffet): G.et F.Crudeli 1818      Sals     B

 MAUSOLEO-CASTELLO * Sainte-Marie : L. de Ferrari1840- C   H.J.

MINERBIO   * Sainte-Catherine : G. Tronci 1930      Sals 1988   C            MONTEMAGGIORE p-* Saint-Augustin (tr.,buffet).L. de Ferrari 1831.    H.J.  MONTICELLO* Saint-Charles : Anon. 1733/Crudeli 1804- Formentelli 1976   B         MOROSAGLIAp-* Ancien Couvent : A.P. Saladini 1857    D   H.J.       

 MORSIGLIA p_* Saint-Cyprien : Pirani 1770/A. de Ferrari 1878 - D   H.J.

  MURO * Annonciation : Pagnini 1796/Agati-Tronci 1878 - Muno 1982        

 NONZA p-* Sainte-Julie : Pietro Saladini 1835 - C   H.J.

NOVELLA p-* Sainte-Croix : G. de Ferrari  1855 - D   H.J. 

 OCCHIATANA    * Saint-Barthélemy : L. de Ferrari 1839  E   H.J           

OLETTA p-* Saint-André : Agati-Tronci 1888 - Galtier 1982- C

OLMETO  *Assomption: Stoltz 1852  Hartmann 1979               C

OLMI-CAPELLA  * Paroissiale : (1808 ? A.G.Saladini ?)      Muno 1986   B

 OMESSA p-Saint-André : buffet vide

PALASCA   * Assomption : A.P. Saladini 1833    Massoni 1993 C

PATRIMONIO p-* Saint-Martin : G. de Ferrari 1873 -  D

   PIEDICORTE DI GAGGIOp-*.Assomption : Agati-Tronci 1900   Grosleau 1977 -  B

  PIEDICROCEp-* Sts Pierre et Paul : Spinola 1619/Saladini 1844-               Sals 1985 B

  PIEDIGRIGGIO* Saint-Michel : XVIII° s./A.P. Saladini 1843 -  Loriaut 2003 - B

 PIETRACORBARA   * Saint-Clément : L. de Ferrari 1844            C   H.J.

 

  PIGNA    * Immaculée. Conception : A. de Ferrari 1881/Massoni  - Massoni 1993 - B

 PINO* Assomption L. de Ferrari 1836  C   H.J.

 PIOGGIOLA* Assomption : A.P. Saladini 1844  - Sals 1996  -B  

 PORETTOAssomption : Merklin 1896 - Galtier 1980  -B

  LA PORTA  * Décollation de St J.B.(tr., b.) : Marracci 1780     Formentelli 1963/84    B

 PORTO-VECCHIO St Jean-Baptiste : Dalsbaeck 1992   B

 POZZO BRANDO* Saint-Barthélemy : G. de Ferrari 1862      C   H.J.

PROPRIANON.D. de la Merci : Vignolo c. 1900        D

 ROGLIANO

* S. Agnello (tr., b.) : Lazari 1761/Agati-Tronci 1888   Muno 1988         B

 SAINT-FLORENTp-* Assomption : G. de Ferrari 1853   C

 SAINTE LUCIE DE TALLANO* Sainte-Lucie : Agati 1875         C   H.J.

SAN DAMIANO*StsCôme et Damien : L. de Ferrari 1839       D   H.J.

SAN MARTINO DI LOTA*Saint-Martin : L. de Ferrari 1845       C   H.J.

SAN ANTONINO*Annonciation : Pomposi 1744        C   H.J.

SANTA MARIA SICCHEp-* Assomption : Clergeau 1872 Muno 1980  B

 SANTA REPARATA DI BALAGNA

* Saint-Antoine : G. et F. Crudeli 1817      C   H.J.

p-*Sainte-Réparate : G.de Ferrari 1859        C   H.J.

SARTENE

*Saint Côme et saint Damien : Agati-Tronci 1875  C   H.J.                                    

p-*Assomption : Clergeau.1861   C

 

SISCOp-* Sainte-Catherine : Agati-Tronci 1882 (?)     D   H.J.  

  SPELONCATO

* Assomption : G. Crudeli 1810       Massoni 1992        B

* Privé : A.P. Saladini 1825                H.J.

* Privé : G. Crudeli 1812               H.J.

 TOMINOp-* Saint-Nicolas : G. et F. Crudeli 1818           #   H.J.

 

 VALLE D'ALESANI (Prazzali d'Alesani)

* Couvent :Lazari 1750           travaux inachevés :   Galtier 1984    ?   H.J.

 

  VALLICA  * Assomption :  (Lazari ?)/ A. de Ferrari 1885            D   H.J.

 

VERDESE   * Saint-Sebastien : Agati-Tronci 1896          Formentelli 1985  B

VICO * Assomption : Tronci 1880 (transformé c.1930)          D

 VILLE DI PIETRABUGNO * Sainte-Lucie : L. de Ferrari 1837   Galtier 1981    B

  ZILIA * Saint-Roch (tr., b;) : A.P. Saladini 1831    Massoni 1995    C

 




10/03/2011

Deux videos autour de l'orgue de Costa

L' orgue anonyme (début XIX°s.) de l'église san Salvatore de COSTA

 

 

costa clavier et pédalier blog.jpg

 

 

A  prendre comme un témoignage amateur et amical de ce petit orgue attachant, classé Monument historique et  restauré par Alain Sals et Alain Faye, pour la partie instrumentale, et par le regretté Pierre Sibieude , pour la partie décor de la tribune et du buffet (décor de Bernardu Zigliara, 1819). A propos de cette restauration, voir les notes des 4 et 7/12/ 2007.



Merci à l'ami Gerard Adriaanse (Pays Bas) qui l'a aimé, enregistré et envoyé!

 


 

19/10/2010

1/ la chapelle San Quilicu à Cambia

En Castagniccia, la chapelle San Quilicu di Cambia. Pieve di e Vallerustie.

(Je reprends la note de l'hiver 2008 et la complète avec des images des fresques restaurées dernièrement par Madeleine ALLEGRINI)

1°/ La chapelle romane et ses décors sculptés

San Quilicu est blog.jpg

(à la lumière de cet été, le chevet de la chapelle, orientée comme il se doit à l'est)

 Pour la visite, s'adresser à la mairie de Cambia.

Cette chapelle San Quilico (alias saint Cyr) - comme sa petite sœur voisine dédiée à Santa Maria- semble dater du début du XIIIème siècle - leur fondation n’étant confirmée par aucun témoignage historique. On la découvre avec émerveillement blottie au secret d’une chênaie vigoureuse, au bord d'un ancien chemin muletier fort pentu qui descend à l'ombre des arbres. En hiver le grondement du torrent  caché ajoute au mystère du lieu ...

San Quilico sud ext blog.jpg   

 (La nef mesure 12,60 m de long, 4,60m de large; l'abside: 3,20m en ouverture et 1,65m en profondeur, mesures données par l'archéologue  Geneviève MORACCHINI-MAZEL dans  "Les églises romanes de Corse", ouvrage de référence publié en 1967

 

Ses murs de schiste gris blondissent au moindre rayon de soleil , rythmés par la musique des arcatures et de leurs modillons sculptés sous la corniche, des fenêtres meurtrières, des deux portes surmontées de leurs tympans en fort relief. L’élégance dynamique de l’ensemble, la variété des sculptures, leur formidable vitalité est, à chaque visite,  un enchantement …

 

 

San Quilicu avec Marie Germaine blog.jpg

 ( en ce mois d'août 2010, la façade ouest, avec notre chère Marie -Germaine Mary Conrad)

 

 Une histoire verticale

 

(Où l'espèce humaine devient à son tour, tant bien que mal,  championne de la verticalité)

 

 "Si vous mangez du fruit de l'arbre, vous serez comme des dieux"Adam Eve serpent arbre.jpg

 

 Le tympan de la porte de la façade occidentale illustre la scène de la tentation au Paradis du couple originel. Un arbre puissamment enraciné pousse droit, et le Serpent qui s'enlace autour du tronc avec force et élégance dépose dans la main d'Eve le fruit de la Connaissance par où l'humanité évolue vers son destin. 

Avez -vous remarqué? Le Serpent semble sortir du corps d'Eve et lui fait l'offrande d'amour (et de la petite graine si utile à la croissance et la multiplication de la descendance humaine - ce que le bon Adam pour l'instant ignore).

Le serpent se dresse. 

 Animal par la suite rampant et voué à la terre, fluide ou immobile, il s'arrache du monde horizontal et glaiseux auquel il appartiendra pour se dresser de toute sa volonté, s'élèver de toute sa vigueur intelligente. Dans cette recherche verticale, il a besoin de l'arbre pour atteindre le plus haut des degrés supérieurs concevables ...

Dualité du serpent:  symbole de mort, de luxure, bref, du Mal, ou bienveillant et guérisseur (le serpent d'airain érigé par Moïse dans le désert, le serpent d'Esculape sur le caducée, le Christ rédempteur figuré sous forme de serpent sur la Croix...). Quoi qu'il en soit, si besoin est, le serpent se dresse. A moins qu'il ne se morde la queue - mort et résurrection de l'ouroboros ... En tous cas si souvent présent sur le tympan de nos chapelles romanes qu'il faut bien s'accommoder de cette rencontre fatale.

  Car le serpent est le symbole de l'intelligence, de tous les animaux, c'est même le plus rusé. Sa sagesse acquise, volée? se double de séduction: à la fois tentateur et gardien du sacré, il utilise l'arbre du Paradis pour s'élever et, en faisant goûter ses fruits, entraîne, nous dit-on,  la mort spirituelle de ceux qu'il a séduits en leur faisant la promesse trompeuse d'une élévation au rang des dieux. Connaissance et Immortalité.

 - Il a choisi Eve pour atteindre Adam: c'est la plus vive, la plus avide de sensations nouvelles, la plus téméraire, la plus spontanée peut-être aussi? Ou bien la plus intéressée, la plus envieuse, la plus calculatrice? Et qui pourrait dire à quel moment précis ces deux-là en ont fini avec la pureté de coeur?

 

"Si je parle à l'homme, il ne m'écoutera pas, car il est difficile d'infléchir l'esprit d'un homme. Voilà pourquoi je préfère m'adresser d'abord à la femme dont l'esprit est plus superficiel (et la voilà entamée, la vaste histoire des femmes trop curieuses, en passant par Barbe Bleue!). Je sais qu'elle m'écoutera car la femme prête attention à chacun. (Glosez comme vous voudrez)

 

 Adam, tout comme Eve, tend la main du désir vers le fruit défendu:  ils ne l'ont pas encore croqué le fruit que déjà ils ont pris la mesure de leur nudité, de leur différence, et se cachent le sexe de leur grande main maladroite... Leur conscience s'éveille...  Deux étoiles stylisées  accompagnent dans leur chute celle de nos pauvres parents... Annonce d'amour, d'exil et de mort.

L'Arbre du Paradis lui aussi s'élève, mais naturellement et sans artifices, sans engrais chimiques ni tripotages transgéniques - pas encore eu besoin de les inventer, la terre d'Eden est naturellement bio et généreuse ... A lui seul il contient toute notre nostalgie de l'ascension après la chute et d'une communication terre/ciel. Le monde judéo-chrétien partage cette symbolique universelle de l'arbre/ axe du monde/ échelle cosmique avec bien d'autres civilisations:

"Dans l'ordre rituel,  rappelons-nous le cas typique des chamanes qui dressent le tronc d'un bouleau au centre de leur hutte, le sommet passant par le trou de fumée assimilé au pôle céleste, et en font l'ascension rituelle pour déboucher dans l'au-delà"

(Le monde des Symboles, éditions Zodiaque, p. 331)

  

Le futur Arbre de la Croix.

 

Axe cosmique de l'univers, l'Arbre exprime la croissance naturelle de la vie et l'aspiration de l'homme intérieur à se régénérer par la vie spirituelle: ses racines solides plongent dans le monde souterrain, celui des enfers, celui de l'obscurité - d'aucuns diraient celui de l'Inconscient, celui des trépassés, mais aussi celui de l'humus nourri des reliques des Saints, et il projette ses branches vers le monde céleste, en recevant lumière, spiritualité ("Pater noster qui es in caelis")  et eaux fécondantes. Curieusement, les branches de l'arbre préfigurent à leur façon les bras de la Croix.

 Aregno l'arbre et la croix blog.jpg

(enlacés, dans leur message cohérent, l'Arbre de la connaissance et la Croix: église pisane de la Trinité à Aregno, Balagne)

 

L'Arbre de la Croix :

 

 "(...) Cet Arbre qui s'étend aussi loin que le ciel, monte de la terre aux cieux. Plante immortelle il se dresse au centre du ciel et de la terre: ferme soutien de l'univers, lien de toutes choses, support de toute la terre habitée, entrelacement cosmique, comprenant en soi toute la bigarrure de la nature humaine. Fixé par les clous invisibles de l'esprit, pour ne pas vaciller dans son ajustement au divin; touchant le ciel du sommet de sa tête, affermissant la terre de ses pieds, et, dans l'espace intermédiaire, embrassant l'atmosphère entière de ses mains incommensurables. (...)

 

Hymne composé par Hippolyte de Rome au IIIème siècle

 

 

 

A propos du fruit offert à Eve par le serpent. 

En Corse on pourrait y voir, à la place de la pomme, une figue, ce qui faciliterait grandement par la suite le premier habillage d’Adam et Eve : les feuilles du figuier sont juste d'une taille  adéquate- sinon d'un grand confort lorsqu'on en connait les vertus urticantes - pour cacher ce sexe qu’ils viennent honteusement de découvrir – c’est du reste ainsi qu’Albert Dürer choisit de figurer cette scène - La feuille du pommier serait trop petite, la feuille de bardane assurément trop encombrante et peut-être n’en auraient-ils pas eu sous la main, bref  la figue fait parfaitement l’affaire, d’autant que c’est un fruit plutôt chargé de sens : la figue et le raisin ne sont-ils pas les attributs de Dionysos et de Priape ? Une invitation à «  consommer » la figue dont nous sommes tous issus…

Et si ce n’est pas une figue, c’est une pomme, bien sucrée et toute féminine, même si l’on sait que la pomme n’était encore présente en Orient à l’époque de la Genèse … Et si c’est une pomme, cela facilite aussi grandement l’interprétation puisque son nom latin est malum, le terme recouvrant du reste d’autres fruits comme le coing, la grenade, le citron, la pêche, l’orange, homonyme de malum, le Mal. Nous y voilà ! Et c’est Eve bien sûr qui en fait cadeau à son grand benêt d’Adam, lequel manque de s’étouffer en la mangeant trop avidement (on le représente souvent portant la main à sa gorge : d’où la pomme d’Adam). 

 

Si l’on trouve fréquemment sculptée sur nos églises romanes de Corse cette représentation de la Tentation d’Adam et Eve, elle disparaît  de l’iconographie dans les églises baroques de l’île : c’est que le Concile de Trente  est passé par là transformant cette malédiction du péché originel en message de rédemption. 

C’est ainsi que Marie, la mère du Christ venu racheter le péché originel, a transmuté le nom de EVA, notre mère originelle,  en AVE et en message de paix:

"Sumens illud ave

Gabrielis ore

Funda nos in pace

Mutans Hevae nomen"

Annonciation blog.jpg

                    ( l'Annonciation  de l' église d'Altiani )

 Désormais, sur les autels retables de nos églises,   la Vierge nimbée de lumière écrasera sous ses pieds nus le serpent du Mal, et, regardez bien, la plupart du temps, le Malin tient dans sa gueule une pomme … juste un petit rappel sympathique.

Piedicroce Immaculée Conception blog.jpg

 l'autel de l'Immaculée Conception à St Pierre et St Paul de Piedicroce

Piedicroce Immaculée Conception détail serpent.jpg

  (sale Bête, va!)

Les symboles traversent les siècles sans se soucier du politiquement correct et les sculpteurs de cette époque n’étaient pas pudibonds, on en aura quelques exemples savoureux sur les murs de cette chapelle ...

 

personnage de l 'abside.jpg

Le petit personnage impudique installé au-dessus du chevet salue béatement chaque matin le soleil levant.

 Sur les façades latérales, tous les modillons des arcs sont ornés de décors sculptés: têtes humaines ou animales, étoiles, fleurs, cordelières, croix , alternent avec des motifs géométriques.

San Quilicu Grandez'oreilles.jpg

(Oyez, oyez, Grandez'oreilles)

 

San Quilicu serpent à 2 têtes.jpg

(le Serpent bicéphale)

 

San Quilicu tireur de langue  blog.jpg

 

 

 ( le tireur de langue: faire la grimace pour éloigner les mauvais esprits ?)

  Et voici une charmante image, mi-ange, mi -diablotin , l'une de mes préférées !

s Quilicu ange blog.jpg

(Alleluia!)

et un peu plus loin, cette bien curieuse sirène bifide... que l'on retrouve du reste ailleurs sur nos chapelles (Murato, Aregno ...) :

sirène bifide.jpg

                 ... plutôt triton ou drac, non? ... En tous cas, voilà un être symbolique qui semble contrôler son aventure : thème fréquent chez les imagiers romans. Vous pouvez retrouver sur ce sujet un essai d'interprétation dans le livre d'Anne et Robert Blanc: " Monstres, Sirènes et Centaures, symboles de l'art roman" , aux Editions du Rocher.

S; Quilico tympan sud.jpg

 

 (le tympan de la porte sud)

 La façade latérale sud est percée d’une porte surmontée d’un très beau tympan posé sur un linteau massif et mouluré : sous l’arc surhaussé où courent des entrelacs élégants lui faisant une auréole, un personnage se tient solidement debout, jambes écartées, sa tunique (me semble-t-il) serrée à la taille  par une ceinture. De sa main gauche il empoigne le cou d’un gros serpent aux dents menaçantes et de l’autre il s’apprête à trancher la tête du monstre avec son glaive : le serpent monstrueux se tord puissamment autour de l’homme dont toute l’attitude déterminée et calme proclame la victoire du Bien sur le Mal…

 

 

C’est par cette porte que j'entrerai: dans la pénombre, les fresques nous attendent, nouvellement restaurées par Madeleine Allegrini ...

San Quilicu ensembledu fond blog.jpg

(à suivre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

03/10/2010

Altiani, suite et fin : deux toiles de Giacomo GRANDI et autres ...

ALTIANI, église de l'Annonciation, suite:

deux peintures de Giacomo GRANDI

1°/ La Vierge du Scapulaire avec l'Enfant Jésus

entre saint Antoine de Padoue

et saint Nicolas

 

Giacomo Grandi -Vierge du Scapulaire entre St Antoine de Padoue et St Nicolas blog.jpg

Cette toile pleine de douceur nous présente la Vierge apparaissant avec l'Enfant Jésus à Saint Antoine de Padoue et à Saint Nicolas. Une athmosphère intime règne dans cette pièce, ouverte sur un paysage familier des alentours. La Vierge d'une main délicate tend le Scapulaire à Saint Antoine, cet objet de dévotion que l'on mettait au cou des enfants pour les protéger des entreprises du Diable et de la gente malfaisante des mauvais esprits et autres sorcières malveillantes ... Pochette  (ici double et peinte) contenant des morceaux de cierge béni de la Chandeleur ... et du sel (on n'est jamais trop prudent: les sorcières, on le sait, détestent le sel)

Vierge du Scapulaire détail blog.jpg

La Vierge, toute de bienveillance, ouvre largement les bras, tout en gardant debout contre elle l'Enfant Jésus: ce  blondinet tout frisotté  pose sa menotte bien gentiment sur la tête de l'humble Saint Antoine, en prière devant un livre sacré et tout confit de tendresse. Dans l'autre main, Jésus tient le globe terrestre: le message est simple ... les hommes - et plus précisément nos bons villageois d'Altiani - peuvent s'en remettre à ces deux bons saints intercesseurs, Antoine et Nicolas.

 

Altiani Remise du Scapulaire à St Antoine Padoue et St Nicolas détail St Nicolas.jpg

De l'autre côté l'évêque Saint Nicolas de Bari regarde intensément la Vierge. Il porte un somptueux habit épiscopal, manteau chatoyant de roses rouges  par-dessus sa robe travaillée de dentelles raffinées. C'est l'Eglise glorifiée à travers la richesse et la beauté de son costume chamarré ... Ce style fleuri est l'une des marques  propres à l'inspiration de Giacomo Grandi .

Le grand saint Nicolas, si populaire dans toute l'Europe, porte la mitre, la crosse pastorale et un livre  surmonté de trois boules d'or (or donné anonymement par le bon Nicolas pour empêcher la prostitution de trois jeunes filles pauvres que leur père s'apprêtait à livrer au bordel, faute d'argent ... terrible histoire, non?). On connait aussi l'autre histoire, celles des " trois petits enfants qui s'en allaient glaner aux champs" , "mis au saloir comme des pourceaux" et ressucités par saint Nicolas... Nous la chantions tous les ans le soir du 6 décembre , en bonnes petites filles de notre papa lorrain, pour fêter dignement notre grand saint Nicolas et en espérant bien que le Père Fouettard ne viendrait pas à sa place nous tourmenter.

Giacomo Grandi -Vierge du Scapulaire entre St Antoine de Padoue et St Nicolas paysage blog.jpg

... tandis que par la fenêtre la vie continue...

 

2°/ La Mort de Saint Joseph en compagnie de la Vierge Marie et de Jésus

Altiani Mort de St Joseph Grandi blog.jpg

 Saint Joseph est au bout du rouleau, il vit ses derniers instants. A son chevet, la Vierge le soutient de ses prières et à ses côtés Jésus plein de compassion l'accompagne de sa bénédiction : ceci se passe avant le début de sa vie publique. Un angelot bouclé s'apprête à donner au vieillard l'huile de l'extrême onction . Joseph git sur son  joli lit aux pieds artistement travaillés: c'est que, toute sa vie, le bon Joseph a travaillé comme "falegname"," bancalaru", bref comme un honnête et excellent menuisier. Il a même, dit-on, travaillé jusqu'à son dernier souffle, en témoignent ses outils qui jonchent le sol: scie, hache, marteau, tenailles, rabot, équerre, compas, rien ne manque ... C'est que Saint Joseph est le patron des menuisiers, et Dieu sait s'il a du travail en cette région de Corse où poussent tant d'arbres magnifiques ...

A la tête du lit un élégant récipient qui pourrait bien être un pot de chambre: Saint Joseph n'est plus en état de se lever ... scène bien familière pour accompagner la fin de celui que l'on vénère ici aussi comme le " le patron de la Bonne Mort" : mourir dans son lit, entouré de l'amour des siens,  et muni des sacrements de l'Eglise, un espoir pour des populations soumises à bien des risques de mort subite ...

Mort de St Joseph détail outils blog.jpg

 

Giacomo GRANDI, peintre originaire de Milan, a choisi de vivre en Corse où l'on suit sa riche production picturale de 1742 à 1772. Après avoir vécu en Balagne dans le village de Monticello où il s'était marié, il se remarie en 1758 après le décès de sa première épouse avec une jeune fille de Quercitello , village qui surplombe La Porta, en Castagniccia, et y vit de nombreuses années avant de s'éteindre (1772) à Borgo où il est enterré.

 Beaucoup d'indices nous font penser que Grandi et Carli se connaissaient, Carli ayant peut-être même travaillé dans l'atelier de Grandi avant de voler de ses propres ailes: en tous cas, leur style est proche, sans toutefois se confondre. Pour l'anectote, leurs nuages en forme de galettes bretonnes semblent sortir de la même fabrique .

***************************************************************************************

   ... Dernières oeuvres ...

 

Altiani San Michele (église) copie petit.jpg

Saint Michel terrassant le Dragon de son épée de feu:

peinture anonyme du XVIII°siècle. M.E. Nigaglioni pense qu'il s'agit peut-être du "Maître des Anges Musclés" (sic !), bon peintre fort prolifique de la deuxième moitié du XVIII° que nous rencontrons souvent en Balagne.

IMG_8162.JPG

                                                                   (la sale Bête)

 

 

 En attendant de découvrir enfin dans quelque fond de tiroir de sacristie le nom de cet artiste qui ne signe jamais, mais compose toujours fort habilement ses toiles et ses séries de Chemin de Croix,  je remarque que notre saint Michel d'Altiani a bien sa place dans l'église paroissiale, doublant ainsi la dévotion  déjà en place à la chapelle romane qui lui est dédiée un peu plus bas dans la campagne. Nos amis d'Altiani ont entrepris de sauver cette chapelle aujourd'hui ruinée mais qui dut être fort belle et ornée de fresques ... dont nous avons retrouvé quelques traces, en particulier au fond de l'abside. Restes trop lacunaires pour pouvoir imaginer l'iconographie de l'ensemble. Cela dit, surmontant le maître-autel de cette chapelle romane de saint Michel, l'on aperçoit encore l'épée brandie par l'arhange:

Décor mural- l'épée de St Michel.jpg

... deux épées  qui se ressemblent étrangement!  Altiani décor mural S Michel.jpg

( l'ensemble, bien que fort dégradé, laisse voir encore ce décor fleuri et élégant)

Revenons à l'église paroissiale pour une toile accrochée en dehors de toute dévotion d'autel: sans doute un legs du cardinal Fesch, mais dont on ne saisit pas , à ce jour le sens. En tous cas, une belle toile du XVII° siècle, en mauvais état hélas.

Altiani ( sujet -) copie.jpg

Les personnages gardent beaucoup de présence,

Altiani jeune homme copie.jpg

  figés dans une gestuelle noble et efficace ... mais demeurée mystérieuse.

Voilà, mes bons amis d'Altiani! Bon courage pour votre courageuse entreprise de sauvegarde du patrimoine!