Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2010

le sepolcru de Frassu

Pieve du RUSTINU, anciennement diocèse d'ACCIA,
à  FRASSU ce Vendredi 2 Avril 2010:
une imprévisible renaissance
Frassu le montage du sepolcru.jpg
   Nous avions proposé une journée de découverte de quelques sepolcri de la région du RUSTINU et de CASTAGNICCIA, visibles uniquement lors de la Semaine Sainte et nous avions rendez-vous ce vendredi saint au matin avec Marie-Laure S. qui avait bien aimablement accepté de nous ouvrir la petite église saint Côme et saint Damien de FRASSU. Je connaissais depuis des années l'existence cachée de ces toiles de sepolcru, et souhaitais, avec l'aide de Marie-Laure les faire connaître. Cette dame m'avait dit au téléphone qu'elle avait des souvenirs de petite fille autour de cette installation et que depuis une cinquantaine d'années on n'avait plus dressé ce reposoir. Dans l'enthousiasme du moment  nous est venu le désir d'essayer de le monter à l'emplacement qui était autrefois le sien pour la Semaine Sainte : les échelles, les bras amis (en particulier merci Martine et merci Marie-Laure!) et nos efforts conjugués ont réussi à réveiller de son sommeil le vieux sepolcru ...
Frassu sepolcru blog.jpg
   Fermant cet espace du sepolcru, l'on retrouve les deux personnages incontournables et peu amènes des soldats romains gardiens du tombeau du Christ: casqués, cuirassés, moustachus et barbus à souhait, sortis tout droit de l'imaginaire populaire et de l'épouvante barbaresque .
Frassu sepolcru gardien gauche copie.jpg
regard mauvais et casque agressif  ...
Frassu sepolcrugardien droite copie.jpg
    Au-dessus, occupant l'arc, la représentation des instruments de la Passion, tels qu'on les retrouve aussi souvent sur les croix de la Passion: le coq du reniement de St Pierre, la colonne de la flagellation, la lance , l'éponge, le visage du Christ sur le linge de sainte Véronique etc ...
Frassu sepolcru anges et calice.jpg
   Et ce dernier élément, que nous n'avons pas su replacer avec certitude et qui devait accompagner le crucifix: ces anges nous invitant à bien comprendre l'enjeu de tout cela ...
Aujourd'hui l'enquête a commencé auprès des derniers anciens de ce village : j'espère que grâce à ce support visuel de la dévotion d'autrefois remonteront des souvenirs qui permettront aux gens de Frassu de se réapproprier leur mémoire et la manifestation particulière de cette période de Pâques. Chaque village est comme une famille qui développe au cours des générations des gènes particuliers où chacun se retrouve ... Frassu est Frassu et ce n'est pas Bisinchi ni même Castellu di Rustinu, deux communautés fort proches ... 
2 chapelle de[1]...jpg
(l'église saint Côme et saint Damien, vue depuis san Tumasgiu)
   Je rappelle que Frassu n'a été rattaché à la commune de Pastureccia di Rustinu que le 14/04/1857, formant ainsi, avec les communautés des hameaux de Gratte et Casa Pitti  la commune de Castellu di Rustinu. Toute cette région est riche de témoignages historiques et de patrimoine, et notre ami Toussaint Quilici en est le plus fervent chercheur et serviteur. Un peu plus haut, dominant Frassu, c'est la belle chapelle de SanTumasgiu et ses fresques qui vont être restaurées cette année, et, au bout de l'imposant éperon rocheux, les ruines de l'antique Castellu du Rustinu ... Toussaint, on attend avec impatience la publication de vos travaux!
8 vue strategique 1.jpg
(le vaste paysage, depuis les ruines du Castellu: dominant la vallée du Golo, le regard vertigineux vole jusqu'au village, dans le lointain, de Moltifau ...)
Encore plus haut, c'est le village plus important de Castellu (anciennement Pastoreccia) qui nous attend avec d'autres belles surprises ...
En attendant, cette scénographie du modeste sepolcru de Frassu participe à cette oeuvre commune de la dévotion populaire de la Semaine Sainte en Corse, avec force et dignité. L'état des toiles n'est pas excellent , comme on peut en juger. Espérons là aussi que notre regard aimant posé sur ce patrimoine particulier entrainera dans un jour prochain reconnaissance et volonté de sauvetage et de restauration ...
100_1375.jpg
Ici, cet énigmatique blason de stuc (M.E. Nigaglioni propose le 18ème siècle), au-dessus de la porte d'entrée de l'église de Frassu: un chapeau d'évêque à trois rangées de pompons, la tiare papale, crosse et clés de St Pierre, deux palmes de martyres (St Côme et St Damien?) merci, Toussaint Quilici pour la photo!
(à suivre!)

08/04/2010

sepolcri de Brandu, suite ...

Quelques images encore de ce jeudi saint , sur la commune de Brandu (Cap Corse)

Tout d'abord ces peintures du sepolcru de Poretto que je souhaitais voir :

Poretto église Annonciation sepolcru descente de croix Brunetti.jpg
A l'église de l'Annunziata, cette belle descente de croix bien composée fait partie d'un important ensemble peint par Luiggi Brunetti, ce peintre actif en Corse au XIX ème siècle, auteur de nombreux décors monumentaux dans nos églises (Belgodère, Pioggiola, Olmi Cappella ... pour ne citer que celles qui me sont proches) .
Poretto sepolcru Déploration du Christ.jpg
La déploration du Christ de ce même depolcru de L. Brunetti ...
D'autres éléments de ce sepolcru attendent d'être un jour présentés aux fidèles. Merci à M. Peretti qui nous a fait l'amitié de nous parler de tout ce patrimoine et qui nous a fait sentir la vitalité de la dévotion des confréries et des communautés de cette région : la Confrérie Sainte Croix de Poretto, l'une des plus anciennes de Corse, ne s'est jamais arrêtée et Michel évoque avec émotion  chants et processions. Des chants assez différents de ceux que nous avons en Balagne, très beaux aussi ... Nous comparons avec plaisir ...
Il nous montre à la casazza les grands palmes réalisés cette année pour ces deux jours :
Poretto palme croix des femmes.jpg
celui de la croix des femmes ...
Poretto palme croix des hommes.jpg
et celui de la croix des hommes, encore enveloppé dans son linge humide ...
J'apprendrai un peu plus tard que le vent n'a pas faibli lors de la procession et que les porteurs des croix palmées n'ont pu les tenir dressées et les ont portées à l'horizontale: l'essentiel reste d'aller par tous les temps le long des chemins ( seize kilomètres je crois) en portant sur le dos ce fardeau choisi
d 'au moins quarante kilos ... Dans la confrérie, de bien jolies photos ...
Poretto cerca avec les enfants.jpg
celle-ci, déjà ancienne, avec, derrière les enfants, derrière les confrères, les consoeurs portant la faldetta sur la tête ...
Brandu granitula 2007.jpg
ou celle-là, bien plus récente prise pendant a Granitula cuvée 2007 ...
 Je terminerai cette évocation de Brandu par quelques images prises dans l'église d'Erbalunga. Là aussi c'est l'attente de la procession du soir et les derniers préparatifs:
Erbalunga installation du palme.jpg
 Une jeune femme apporte le palme qu'on vient de terminer pour le fixer sur la croix. Opération délicate. Sur les murs de l'églises, les palmes des années passées:
Erbalunga palmes exposés.jpg
et celui-ci que je trouve si beau et évident dans sa simplicité :
Erbalunga palme poisson.jpg
... ICHTHUS ...
 Iesos Khristos Theou Uios Soter :
"Jésus-Christ , Fils de Dieu, Sauveur",
signe de ralliement secret des premiers chrétiens ...
A droite du maitre-autel, enfin, ce magnifique reposoir ,  tente flamboyante dressée comme une chapelle ardente pour recevoir le sepolcru d'Erbalunga ...
Erbalunga sepolcru 2010.jpg
Je termine ici cette note sur les préparatifs et installations de la Semaine Sainte sur la commune de Brandu, tels que nous les avons rencontrés ce jeudi 1 er avril 2010 : avant toute chose, je retiens l'extrême gentillesse des gens rencontrés qui nous accordé leur temps pour nous montrer ce qui leur tient à coeur et cet échange-là n'est pas près de s'effacer ni les visages amis...
Lucia tresse le palme.jpg
Au fait, vous l'ai-je dit ?
Pour apprendre à tresser les palmes ... il faut venir regarder, rester longtemps, patiemment ...
Ici, c'est Lucia aux mains noueuses. Elle ne se plaint ni de l'arthrose ni du travail qui façonnent ses doigts. Ce qui doit être fait sera fait. C'est plus difficile maintenant : les palmes d'aujourd'hui sont moins souples que ceux d'antan. Autrefois on mettait en terre dans les jardins les palmes un mois avant les Rameaux pour bien les blanchir et les assouplir : de nos jours les jardins sont abandonnés et les rats prospèrent et mangent les palmes - il faut donc les garder dans l'obscurité à la maison et moins longtemps et ils sont plus durs à manipuler ... Qu'importe!
Le lendemain, Vendredi Saint, nous sommes allés à la découverte des sepolcri de Castagniccia, une journée riche d' émotions : ce sera l'objet de la prochaine note ... à suivre, donc!

Semaine sainte : sepolcri de Brandu

 à la rencontre des Sepolcri de la commune de Brandu 
Brandu Capuccini sepolcru.jpg
(merci Monsieur Agostini !)
Ces messieurs qui nous accueillent admirent le travail de mise en scène réalisé par une jeune femme de la commune: "elle est vraiment forte!" On me confirmera ailleurs que ce reposoir de Pozzo est traditionnellemnt l'un des plus beaux de la commune. C'est que chaque église, chaque chapelle abrîte son sepolcru qui va être visité au cours de ces deux jours de la Semaine Sainte par les communautés au cours de la Cerca, cette vaste déambulation de la population conduite par les quatre confréries de Brandu portant les croix palmées sur seize kilomètres à travers la campagne ...
Brandu a cerca.jpg
(merci monsieur Peretti !)
Scénographie de la Semaine Sainte : la tradition des sepolcri . Comme ailleurs en Corse on a préparé ces reposoirs fleuris, tendus du rouge de la Passion qui accueillent en ce Jeudi Saint le Christ encore voilé. Ici le sepolcru de l'église des Capuccini à Pozzo, église San Bartolomeu, anciennement église du couvent des Capucins de Brando.
sepolcro Pozzo 1.jpg
Le blé nouveau germé depuis quarante jours veille le Christ dans l'attente .
 Symbole triomphant de la résurrection après la mort :
" Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul;
s'il meurt, il porte beaucoup de fruits."
(Evangile de saint Jean)
Le Christ partage ce symbole ancien avec le dieu civilisateur égyptien Osiris, dont il est aussi l'emblème de la mort et de la résurrection, mais aussi plus tardivement avec la grecque et bienfaisante déesse-mère  Déméter et avec sa fille Perséphone, celle-là même qui partage sa vie entre le royaume infernal des morts auprès de son ravisseur/époux Hadès et sa mère: six mois dans une germination lente née de la mort du grain enfoui, couché dans l'obscurité sous terre, six mois dressé, grandissant et mûrissant  à la lumière sur terre . Lors des mystères d'Eleusis n'enseignait- on pas cette vérité cachée de l'immortalité de l'âme et de sa résurrection après la mort ? Une époque heureuse où les épis récoltés n'étaient pas stériles et donnaient à leur tour une semence bien vivante .
Qui dit blé semé dit blé moissonné : la moisson du blé évoque une autre moisson symbolique et sa grande faucheuse armée ...
a Falcina Castiglione 1 blog.jpg
a Falcina, ici sur un montant de croix (Castiglione)
BaniÞre-Ó-Stopia-Nova.jpg
ou là sur une bannière de confrérie (Stoppia Nova)
 sepolcru Capuccini visage du Christ.jpg
En attendant sa résurrection, ce Christ très ancien aux bras articulés sera dévoilé le Vendredi Saint.  Aujourd'hui repeint - certes avec amour ! - il devrait retrouver bientôt son apparence première après restauration ... Pour l'instant  il semble dormir bien tranquillement, les yeux clos.
(à suivre!)

28/03/2010

Sepolcri de Corse, suite ...

... et d'autres sepolcri ...
Querciolo 003 blog.jpg
... celui de Quercitello (XVIIIème s. Castagniccia) ...
nudité fragile non pas raidie
exposée tendrement dans son lange de mort
par des anges aux bras ouverts
les yeux fermés de l'Un
 les yeux baissés des autres
la main de l'ange laissée libre pour la parole
de la compassion
non pas hurlée
non pas criée
non pas chantée
juste méditée
silencieuse
sous sa guirlande de roses odorantes
Sepolcru Nessa blog.jpg
... celui de Nessa (XIXème s. Balagne) ...
peint par le peintre local Giuseppe Antonio ORSINI de NESSA:
"Attendite universi populi et videte dolorem meam"
Ici, raideur cadavérique
et cathéchisme égrené
tout autour du sepolcru
des instruments de la Passion
sepolcru Nessa orteils.jpg
meurtrissure des pieds nus
ceux-là mêmes qui ont trotté sur les chemins dallés
entre montagne et mer
sous les oliviers
pour pacager
piocher
glaner
ceux-là mêmes qui ont botté les fesses des chenapans
foulé les raisins au pressoir
goûté l'herbe et la mousse
bref des pieds intelligents de glèbeux
avec de longs orteils comme antennes
022 San Damiano - mise au tombeau- jpg blog.jpg
...  et sur  un fond sombre, celui de San Damianu (XVIIIème s. Castagniccia)
peint par Giacomo GRANDI ...
et la plainte véhémente de Marie de Magdala
qui dévoile de sa main amoureuse le visage du Christ
les larmes de Marie de Jacques
la souffrance poignardée de la Mère
devant le corps supplicié
de l'Aimé
de tous les suppliciés aimés de la terre
et Marie la Mère a dénoué sa chevelure en signe de deuil
libérant le flot puissant de sa douleur
Occhiatana pleureuse blog.jpg
 à Occhiatana, le Monument aux Morts de Damaso MAESTRACCI:
Hier, à la cathédrale Saint Jean Baptiste de CALVI, nous sommes allés écouter un très beau concert donné par l'ensemble  ORFEO ISULANU:
STABAT MATER DOLOROSA E FURIOSA.
Au programme, Benedetto MARCELLO et son Salmo Deciquinto pour alto, violoncelle et basse continue.
 Puis un extra - ordinaire Stabat Mater de Giovanni Battista PERGOLESE où , en compagnie de l'alto Michel GERAUD, de Philippe TALLI, violon baroque, Elena FILIPPI, violon baroque, Irmtraud HUBATSCHEK, violoncelle baroque et direction, et Catherine ZIMMER-LEGRENZI, clacecin, la soprano et comédienne Brigitte PEYRE portait ardemment entre les parties chantées de Pergolèse un  texte étonnant : STABAT MATER FURIOSA, de Jean-Pierre SIMEON, écrit en 1997 au Liban, un réquisitoire violent contre "l'homme de guerre":
"Parole d'une femme , libérée autant qu'il se peut du dolorisme que lui assignent des conventions millénaires, parole dressée en invective brutale et sans rémission face à la merde (il faut ici un mot net et absolu) du meurtre perpétuel. Stabat Mater furiosa, donc; et non point dolorosa ..." (Jean-Pierre Siméon).
Entreprise audacieuse d'Irmtraud Hubatschek, concert hors normes où l'auditeur venu par la musique alléché se trouve fortement dérangé dans son confort,  pris à partie, soumis au rouleau compresseur de la parole lâchée entre deux musiques sublimes du tout jeune Pergolèse (n'est-il pas lui même mort avant terme, l'année de sa création du Stabat Mater ... à seulement 26 ans ...). Brigitte Peyré est formidable, dans tous les sens du mot , passant dans l'instant et dans un même geste de la parole projetée au chant ...
Cela rejoint avec force les sepolcri peints de nos villages : nous sommes impliqués, pas seulement consommateurs ...
Occhiatana gisant blog.jpg
Occhiatana: cet autre forme de sepolcru dressé à la face des villages ...
"Je suis celle qui refuse de comprendre
je crache sur le guerrier de la prochaine guerre
qui joue aujourd'hui avec son ours en peluche"
( Jean-Pierre SIMEON)