Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2008

Sant Antonino : l'orgue historique (Balagne)

Visite à la belle tribune de l'orgue de Sant Antonino , à l'église paroissiale de l'Annonciation ce mardi 15 janvier.(Merci à Marie-Jeanne!)

 

 

7a7b4f9adc8a96bd287af89bd77bc0e6.jpg

 

 Du haut des 521 mètres de ce promontoire connu des Romains 3 siècles avant notre ère, dominant la plaine du Reginu à l’est et celle d’Aregno à l’ouest, l’antique communauté s’est constituée dès le Vème siècle, fuyant les rivages dévastés par les incursions incessantes des nombreux envahisseurs de l’époque, et se plaça sous la protection de Sant Antonino (l’Inestimable »), martyrisé à Césarée en 308. Plus tard, vers 870, Pinito Savelli fait de ce site escarpé la capitale de la Balagne … L’histoire de ce village témoigne d’un passé féodal belliqueux et en garde la trace dans sa structure fortifiée de maisons solidement resserrées autour de son piton granitique jusqu’à la Cima … Au pied du village, l'église de l'Annunziata (XVIème siècle), habitée par ses beaux autels baroques  témoigne d'un noble passé. A ses côtés, la confrérie de St Antoine ornée de charmants décors muraux.. Au fond du choeur, la présence surprenante de l'orgue derrière le Maître-Autel...

 Cet orgue de 1744, de Giovan Battista Pomposi a été classé pour sa partie instrumentale en 1994 à la demande d’ Eric Brottier alors Technicien-Conseil de la Direction du Patrimoine pour la Corse. G.B .Pomposi nous est connu grâce à l’étude réalisée par Umberto Pineschi et il apparaît  qu’il ne reste plus, des travaux de ce facteur d’orgue de Pistoia, que sa reconstruction de l’orgue des Servites à Prato (d’Andrea Ravani, 1609) … et ce petit orgue de Sant Antonino. L’ensemble tribune et buffet a été classé en 1992. La tribune est actuellement fragilisée par la voracité des insectes. Il serait donc urgent d'en faire un nouveau diagnostique et d’intervenir en accord avec les M.H. Rappelons à ce sujet que toute intervention sur un objet  classé au titre des Monuments Historique doit passer par l’étude et l’accord préalables des autorités compétentes des M.H.

 

70de8be69570ed0918695692a992071d.jpg

 A l'origine construit pour l'église du couvent des franciscains de Marcasso, à Catteri, cet orgue a été transféré en 1806 à l'église paroissiale de Sant Antonino et placé, à la façon des orgues de couvent, dans le choeur, derrière le Maître Autel, oeuvre colorée du maître stucateur Antonio Sartorio delle Ville.  La magnifique tribune en coquille, agrémentée de panneaux de claires-voies à l’usage du monde conventuel a reçu un beau décor baroque aux couleurs chaudes et le garde-corps s’orne de scènes religieuses sur neuf panneaux peints. On remarque du reste que l’ensemble de la tribune a dû être agrandie de chaque côté pour occuper la largeur de sa nouvelle église « d’adoption » en 1806. Les peintures de ces panneaux  paraissent de la même main que les deux toiles des volets signées par le maître espagnol Vicente Suarez en 1789. 

2ff5164d01357cba478b5a48ad4bf046.jpg

Ces volets peints, restaurés avant le classement par Ewa Poli,  sont les plus remarquables de toute la Corse  : ils ont été replacés récemment sur le buffet « comme on a pu » grâce à la grande bonne volonté de personnes responsables de l’église du village, et qui se sont du reste trouvées confrontées à des problèmes techniques qui n’étaient malheureusement pas de leur ressort: on a vissé (!...) les panneaux restaurés sur les volets en place. Là aussi, il faudra envisager rapidement des solutions conformes au statut des Monuments Historiques et en particulier permettre l’accès à l’intérieur de l'orgue. Je n'ai pas pu ouvrir les volets en l'état, ni visiter le sommier et la laie où se trouve l’inscription : « Opera di Giovanni Battista Pomposi. Fece l’anno 1744 in Pistoia » .

a22a7066693170dc89d6f4028d7f2e87.jpg

La scène représente le concert spirituel de sainte Cécile à l'orgue en compagnie des anges musiciens...

 

Malheureusement les tuyaux de l'orgue ont été pillés. Je suppose, au mieux, que le matériel a été réutilisé à droite ou à gauche, ce genre de pillage réduisant d’autant la possibilité de reconstituer l'orgue de Pomposi. Il reste tout de même les témoignages précieux du faux sommier et des registres …

9f8c5ca336133bb9562fea403527e709.jpg

Intérieur du sommier de pédale, tapissé pour l'étanchéité de journaux datés de 1828 : l’instrument connaît donc plusieurs phases d’entretien…

5207f8e5e099a7f17613c7dcde4394a3.jpg

 

le clavier, dont on peut admirer pour certaines touches les frontons sculptés: 45 notes avec octave courte. Placage en buis. Derrière les fils on aperçoit le faux sommier...
f0ae48d02385dc04244a1e041ef874d4.jpg

le tirage des jeux et les étiquettes (du 19ème ?) recouvrant les anciennes d'origine.

 

Composition:

Principale, Ottava reale, Quarta Decima (??), Quinta Decima, Ripieno( XIXa et XXIIa), Flauto (in ottava) Voce Umana (C3-C5), Flagioletto(C3-C5)

 

53555f444aa2d46d86289e7c1831d8ac.jpg
le pédalier, refait (19ème ?)
553569fecabdcbedd4736aabc17e6731.jpg
les tuyaux, du moins ce qui en reste...
La soufflerie cunéiforme à l'origine a été remplacée tardivement par un réservoir à tables parallèles.

On le voit, c'est un orgue de taille modeste, raffiné mais qui a subi des transformations au cours de sa vie. Aujourd'hui il semble que le village de Sant Antonino désire restaurer et remettre en voix son orgue, qui est décidément l'un des plus beaux fleurons du patrimoine des orgues de Corse:

 

"Cet instrument, bien qu'ayant perdu sa tuyauterie, reste néanmoins un ensemble exceptionnel à divers titres:

-la partie instrumentale s'inscrit dans un ensemble buffet et tribune d'une exceptionnelle qualité;

-la tuyauterie est reconstituable sur des bases archéologiques fiables;

La composition d'origine est très originale sur le plan musical (...)" Eric Brottier

 

Tous nos voeux pour une restauration future!

06/01/2008

quelques cartes de voeux d'orgues... 6 janvier 2008

quelques "cartes de voeux" de nos orgues... à suivre!
0c96b6eb5f4056f500744012868ca5b5.jpg
abd1c1cfe7660ae77d3c53d0fa67e5a7.jpg
9d51d9f9b4705590d66d261617dc4ff9.jpg
baa95160411f7890d7a6d742ff31ca1b.jpg
5b909885ff6d3a311f00af02201aeaf1.jpg

07/12/2007

Costa (suite): l'orgue historique

 
L'orgue de COSTA.
Orgue classé Monument Historique:
- 1992, classement du buffet et de la tribune
-1994, classement de la partie instrumentale 
Restauration 2004. (voir note précédente sur la restauration et l'inauguration )

Anciennement rattachée à Ochjatana puis à Ville-di-Paraso, cette communauté a gagné  son statut de commune (la plus petite de Balagne) à la Révolution française. Bordée de maisons hautes incisées de meurtrières, la  place du village, repavée à l’ancienne, est d’un enchantement silencieux, la municipalité a fait enterrer les câbles disgracieux et la vie semble s’écouler ici dans le paisible friselis de la fontaine. L’élégance simple de la façade de l’église avec ses deux portes d’entrée - l’une pour l’église paroissiale, l’autre pour la confrérie -  et l’harmonieux campanile baroque annoncent fièrement l’existence de cette communauté : encore faut-il savoir qu’elle est là, car l’on en devine peu de choses depuis la route passant au-dessus…

d4fca6e6f72e3e5f3ab6ea131f4ceada.jpg
dessin de Jean-Jacques Mancini

La « vicecura » de Costa , au milieu du 18ème siècle, gérait un peu plus de deux cents âmes et  ne comptait pas moins d’une dizaine de prêtres ! La présence toute proche du couvent San Francescu - depuis 1494  Observantins, puis Recollets, enfin Capucins  irriguaient la région de leur vie religieuse -  aux côtés de l’ancienne pieve de Tuani nous dit assez l’importance du lieu. L’on comprend mieux l’opiniâtreté de cette petite communauté lorsque l’on pénètre à l’intérieur de l’église San Salvatore, l’une des plus petites et des plus aimables de Balagne : achevée en 1762, accolée à sa confrérie gémellaire, les gens du village n’ont cessé de la rendre la plus belle possible, réglant ainsi ses différents avec la « grande » communauté voisine… Tout, dans ses décors, proclame l’allégresse de sa victoire : stucs baroques génois du 18ème  siècle, décors historiés de la voûte peinte par F. Giavarini au début du 19ème siècle environnent d’une même euphorie pastel la petite merveille nichée au-dessus du porche : l’orgue…

9eb1bf77366423948db946549f6f3b1a.jpg

La chaude harmonie de sa tribune galbée, peinte sur fond turquoise de faux granits ocres et rouges, rehaussée de pilastres et de moulures dorées à la feuille (un luxe invraisemblable dans un édifice aussi modeste), se poursuit avec le buffet précieux et ses volets de bois peints selon la même technique mouchetée. La taille du petit orgue, le raffinement de son buffet évoquent le 18ème siècle.  Les moulures chantournées de la corniche dorée  portent en triomphe, sans doute depuis le début 19ème, le monogramme rayonnant du San Salvatore : « IHS », encadré des deux anges sonnant de la trompette en plein vol sous la voûte. Pierre Sibieude, lors de la restauration, a dû se livrer à une véritable prouesse de « lifting » pour sauver des vrillettes ces pauvres angelots !

 

 

Le maître décorateur de cet ensemble fut convaincu de l’excellence de sa création, car il signe son travail au-dessus du clavier...

 

Sous le décor peint de sa voute, l'orgue de l'église saint Sauveur de Costa s'est réveillé de son long sommeil: il habite véritablement le lieu et l'illumine de sa présence délicate...
b5fd38844e0d2b7b01d1ab958e2a6164.jpg
le clavier, le pédalier et la signature de Bernardo ZIGLIARA, qui a réalisé en 1819 ce décor étonnant de l'orgue de Costa: Zigliara a poussé la perfection jusqu'à décorer et dorer des éléments non visibles d'en bas...

Ce n’est malheureusement pas le cas de l’orgue lui-même dont on ne connaît pas l’auteur. Cependant certains éléments évoquent le travail des Crudeli (présents à Speloncato autour de 1810) et celui, pour la tribune, d'Anton Giuseppe Saladini, le célèbre maître ébéniste de Speloncato... Nous en sommes, pour lors, réduits aux hypothèses, en atten dant de remettre la main sur les archives paroissiales, mystérieusement disparues.

On ne peut donc que s’interroger sur son origine : c’est une taille coutumière pour un petit orgue de couvent – on sait du reste que le couvent de Tuani avait commandé au facteur lombard Giuseppe Lazari et reçu en 1759 un « organetto » qui a disparu depuis , sans doute lors de la tourmente révolutionnaire : l’église de Costa a-t-elle hérité d’une partie de ce modeste instrument conventuel? … L’on ne sait rien d’autre donc, sinon la facture raffinée d’une partie des tuyaux, l’élégance du clavier et des boutons de registres : tout indique en tous cas un facteur d’orgue maîtrisant son art et qui réalise ici ce petit joyau de facture italienne. Son mystère a longtemps nourri la curiosité vorace des rats et autres chauve-souris avant que la volonté de la communauté du village, avec l’aide de l’Etat, ne reconvertisse l’antre silencieux des rongeurs en paradis mélodieux des anges buccinateurs…

 

Restauration : Alain FAYE pour la partie instrumentale.

                         Alain SALS pour la résurrection des tuyaux

                         Pierre SIBIEUDE pour la restauration et reconstitution du décor peint.

Avec l'accompagnement de Michel FOUSSARD, Technicien Conseil pour les Monuments Historiques.

 

10bc122f9751109006843bfc7ef98d3f.jpg
le tirage des jeux
Composition de l’orgue de COSTA

Un clavier de 45 notes octave courte.

Un pédalier en tirasse de 8 notes.

-          Principale : 12 basses bois, dont 8 bouchées, 33 tuyaux de métal, dont 23 en façade.

-     Ottava : basse commune avec la Flauto in ottava, seul le dessus, 25     notes, est réel.

-     Decima quinta : 45 notes.

-          Decima nona : 45 notes.

-          Vigesima seconda : 45 notes.

-     Vigesima nona : 45 notes.

-          Voce umana : 25 notes.

-          Flauto in ottava : 8 basses bois ouvertes, 37 tuyaux en métal.

-          Tamburo : 2 tuyaux

-          Rossignol.

 
4d15e5a4e969952b1c858aed1cfdc32d.jpg

posté au sommet du buffet, l'un des deux anges allègres et sa trompette (non postée)

 
13ef90ba9a164f9dade904d7535552ce.jpg
les tuyaux de façade, miraculeusement ( minutieusement...) sauvés par l'art d'Alain Sals: il a fallu une volonté et un talent sans faille pour récupérer ces tuyaux crevés, machouillés par les rats ... Le résultat est là, et cela chante!
a3c5d2cbde076b27ed896bf39cf91602.jpg

 

Pour tous renseignements, s’adresser à l'heureuse responsable :

elizabethpardon@orange.fr

tel : 04 95 61 34 85

ou : 06 17 94 70 72

04/12/2007

Costa: l'orgue historique (inauguration 2006)

 

6213ab6c05c910d6e513352c38bc814b.jpgLors de l'inauguration de l'orgue de Costa... 
Pierre SIBIEUDE et l’orgue de COSTA

 

Ce jour-là, (samedi 29 juillet 2006, jour de l'inauguration de l'orgue) nous avons eu l’immense chagrin d’apprendre la disparition brutale de Pierre SIBIEUDE, l’artiste plasticien responsable de la très belle restauration de la tribune et du buffet du petit orgue de Costa. Pierre s’était embarqué la veille, déjà bien malade,  pour venir assister à l’inauguration de « son » orgue sur lequel il avait longuement et amoureusement travaillé pour en restituer ce décor délicat moucheté et doré à la feuille.

En arrivant à Calvi son destin l’a cueilli dans cette ultime profession de foi d’homme passionné doublé d’un artiste surdoué : son tempérament musical (c’était un improvisateur infatigable) enrichissait sa perception de l’orgue et, à Costa, l’a guidé avec finesse dans ce travail magnifique…Nous lui avons dédié cette belle cérémonie d'inauguration à laquelle la population de Costa avait tenu à participer d'une façon si magnifique et festive Tout le village s'était mobilisé pour accueillir sur la place de l'église  les amis de Costa et les amoureux de l'orgue.

Après un baptême célébré avec  l'intention religieuse et musicale qu'on lui connait par le Père Pierre Pinelli, grand amateur d'orgue, Maria Cecilia Farina a transmis vie et émotion au petit orgue avec ce brillant concert d'inauguration: cette charge lui revenait de droit, puisqu'elle avait offert il y a de nombreuses années, un concert de clavecin à Costa pour aider à financer la restauration de l'orgue...

 

 Voici les textes écrits pour le baptême et le concert d’inauguration de l’orgue de COSTA. Pierre Sibieude devait présenter lui-même son travail de restauration... 

 le samedi 29 juillet 2006

 

Restauration et vie d’un orgue historique de Corse

Alain FAYE , restaurateur  des mécanismes de l’orgue de COSTA :

 

La restauration d’un orgue ancien est pour nous une démarche à la fois historique, technique et musicale. Elle commence par une mise en condition, qui consiste à comprendre le contexte initial dans lequel l’ouvrage a été créé (…). Savoir lire le message des anciens artisans, parfois déconcertant, le déchiffrer sans l’interpréter hâtivement : on a vite fait de changer totalement la lettre comme l’esprit. Comprendre les transformations de l’ouvrage, comment et pourquoi il a été modifié, adapté, quand cela a-t-il été fait (…). Il est essentiel de couper tout préjugé pour ne pas trouver ce que nous voudrions bien trouver. Sur le plan technique, il s’agit de conserver une œuvre, physiquement, mais aussi de la restituer dans sa fonction. Ainsi, nous nous tenons strictement à l’obligation morale de transmettre et conserver l’ensemble du matériel ancien cohérent, d’empêcher sa dégradation et de le compléter à l’identique en adaptant nos techniques et savoir-faire au cas par cas. Sachant qu’une restauration n’est pas toujours la première et encore moins la dernière, nous nous efforçons de garder identifiable ce qui a été fait précédemment (…). Tous les matériaux et techniques utilisés lors de nos interventions sont absolument réversibles. L’orgue, c’est la voix de son église, il a son timbre, son langage. La conservation et la remise en fonction du matériel ancien sont  indissociables de l’objectif d’un résultat musical cohérent. L’ensemble de la démarche poursuit cette finalité. Les deux soufflets cunéiformes, levés par des rouets à cordes, étaient très dégradés. Après restauration, la pression retenue est de 60 mm. La soufflerie a été pourvue d’un ventilateur (3m3/ 80mm) monophasé placé dans un petit placard existant dans l’épaisseur de la tribune. Le bruit du vent non régulé est limité. L’accessoire du Rossignol qui n’existait pas a été rajouté. Le sommier avait reçu de l’eau et était partiellement vermoulu : de facture très soignée, il est entièrement en beau noyer, couleur palissandre, gravé dans la masse.

Le clavier , à octave courte, de 45 notes, est fait dans un panneau de châtaignier, placage en buis, fronton des touches en noyer teinté de noir. Le pédalier était  très endommagé : de 18 notes, en noyer sur un cadre de châtaignier. Le tirage des jeux : 8 boutons tournés ronds d’un bois dur non identifiable, sur tirants rectangulaires en noyer. La traction des notes : l’abrégé est constitué d’un panneau de châtaignier . Les rouleaux de fer ont été déposés, brossés et cirés, parfois renforcés à la brasure. Les fils de liaison,en fer, ont pu être remployés pour la plupart après brossage et protection.

 

Toutes les pièces mécaniques de l’orgue de Costa révèlent un artisan qui maîtrise parfaitement son métier, travaille avec précision, avec de bons outils et de bons matériaux. C’est vraisemblablement la même main qui a exécuté les différentes parties de l’ouvrage. Aucune inscription n’a été trouvée. Ces travaux de restauration ont été exécutés de septembre 2003 à juillet 2004.

Alain SALS, restaurateur de la tuyauterie de l’orgue de COSTA :

Etat de l’orgue de Costa avant restauration…

C’était l’état classique d’un orgue corse, délaissé depuis des années, abîmé par les rats, les chauves-souris, des interventions discutables, et un long abandon. Le restant important de la tuyauterie était mélangé. Un essai de classement avait été tenté. Il était impossible à faire correctement sans démonter toute la tuyauterie, trouver la « clé » de classement par marquage, et remise en place . Il existe deux marquages. L’un vraisemblablement de CRUDELI ou de SALADINI sur la lèvre inférieure des tuyaux ne correspond plus à rien, sauf pour la Quintadecima. L ’autre, plus frustre, sur le côté des pieds, est celui du dernier état de l’orgue. Le classement précis a été fait à l’aide de ce marquage qui indique la hauteur de la note par rapport à la première touche, et le jeu en question par une marque particulière. Le Principale et la Vigesimasesta   ne portaient pas de marquage. Il y avait également 3 paquets de restes de tuyaux particulièrement détruits, coupé, écrasés et bouffés par les rats. (…) Toutes les hypothèses étaient possibles : réemploi de tuyauterie ou transformation radicale ? on ne pourra pas le savoir. Ce qui est certain, c’est le passage d’un des FERRARI. Environ une vingtaine de petits tuyaux sont de ce facteur (…).

583d022692388abd5ccfa3e04b9cc675.jpg

(…). Ces tuyaux sont d’une fragilité extrême. Métal très mince, plein d’impuretés (…) rendant parfois le travail à l’accordoir pratiquement impossible : seul l’accord « pincé » est ici de rigueur pour les petits tuyaux sous peine de les casser au niveau de la bouche ou de les déformer  et en détruire l’harmonie. Les tuyaux de bois sont au nombre de 22 : 12 pour le Principale, dont 4 bouchés, 8 pour l’Ottava et la Flauto in ottava (basses communes), 2 pour le Tamburo. 

 Le diapason de l’ensemble de la tuyauterie est de près d’un demi-ton plus haut que le diapason normal. Impossible de savoir si cela est d’origine (…). On a trouvé une inscription et une date sous le biseau d’un tuyau éclaté : 1811 et D G C, qui évoquent fortement la présence des CRUDELI, constructeurs entre autres de l’orgue de la Collégiale de Speloncato, en 1810… Il y a dans la conception de cet orgue une parfaite maîtrise de ce qu’est la facture italienne concernant la construction des petits instruments. . Au demeurant ces orgues que l’on peut qualifier de « rustiques » sans que cela soit péjoratif, n’étaient jamais « parfaits » comme on conçoit aujourd’hui les orgues. L’irrégularité de la fabrication des tuyaux dans leur suite et leur état après ce qu’ils ont subi au cours du temps rendent impensable l’égalisation du son en timbre et en force. Les anciens n’ont jamais entendu ces orgues parfaitement accordés. La différence de pression des soufflets cunéiformes, entre la position haute et la position basse faisait que le son baissait au fur et à mesure que les soufflets descendaient. Les anciens d’ailleurs s’en accommodaient très bien. L’orgue était un instrument festif autant que liturgique.

 

 

On voudrait maintenant entendre ces orgues avec des oreilles modernes habituées à des sons parfaitement homogènes et parfaitement accordés. Que l’on sache que cela est impossible sur de tels instruments. Le charme de l’orgue de COSTA, comme des ses frères corses,  réside précisément dans la poésie de ses timbres, dans la tonicité de ses sons, dans la luminosité de son Ripieno, dans la beauté de son buffet et de sa tribune, faisant parfaitement corps avec son église et avec le pays de Corse.

 

Petite histoire patiente du classement, de la restauration et de la vie d’un petit orgue de BALAGNE…

Pierre-Marie MANCINI, Maire de COSTA.

 Au début des années 90, la commune de COSTA, avec le soutien du Comité de restauration de l’orgue et la détermination de son président, Pierre MOTTARD, a entrepris les démarches nécessaires au classement et à la restauration de cet instrument. Ce projet a pu voir le jour grâce à l’engagement de Eric BROTTIER, ingénieur des Arts et Métiers, qui, après un travail de recherche minutieux, et une passion pour cet instrument qu’il avait du mal à cacher, a permis  d’aboutir au classement de l’orgue. Ce classement s’est fait en deux phases : - en 1992, classement du buffet et de la tribune. - en 1994, classement de la partie instrumentale. Ce travail a été poursuivi de façon exemplaire et animé d’une même passion et d’une grande exigence archéologique par Michel FOUSSARD, qui succédait pour la Corse à Eric Brottier comme technicien-conseil pour les Monuments Historiques. En collaboration fructueuse avec Michel COLIN et en coordination constante avec la Municipalité , Michel Foussard a particulièrement accompagné et guidé la maîtrise d’ouvrage.   L’étude préalable de la restauration suivie de l’étude définitive et de l’enveloppe financière nécessaire à cette restauration a été déposée pour demande de financement à la CTC. Ce financement fut accordé à notre collectivité à hauteur de 80% du montant des travaux HT qui s’élevaient à 76.541 € 40. Nous saluons ici les généreux donateurs privés et les artistes qui ont offert des concerts pour permettre cette restauration : parmi ces derniers, nous remercions particulièrement Maria-Cecilia FARINA qui, il y a exactement douze ans, donnait un magnifique concert de clavecin au profit de la restauration de l’orgue, et que nous avons souhaité voir revenir chez nous pour  parrainer et inaugurer l’orgue ce soir. Merci aussi à Jean-Jacques Mancini qui a réalisé, et vendu au bénéfice de la restauration, une jolie carte postale d’après son dessin de l’orgue… Avec l’aide de ces actions privées, le Comité de restauration a pu réunir la somme de10.000 €. Grâce au talent des restaurateurs,  pour la tribune et le buffet : Pierre SIBIEUDE, et pour la partie instrumentale : Alain FAYE et Alain SALS, les travaux entrepris et menés à terme avec succès nous offrent aujourd’hui un instrument d’une beauté et d’une qualité exceptionnelles. Il présente indéniablement un intérêt public au point de vue de l’histoire de la musique en  témoignant de l’évolution de l’esthétique de l’orgue corse au XIXème siècle.

 

Pour clôturer les Journées du Patrimoine 2004 organisées par l’Association Saladini de Speloncato sur le thème de « Patrimoine, sciences et techniques », l’orgue fut présenté et joué en première audition par Michel COLIN : qu’il en soit aussi remercié chaleureusement.            

 L’orgue a retrouvé sa voix et nous nous réjouissons de savoir qu’il vit à nouveau régulièrement puisqu’il est servi par Elizabeth PARDON, l’animatrice de «  la Montagne des Orgues » et l’organiste titulaire de Speloncato depuis 1991, et qui a accepté cette nouvelle charge avec plaisir. Nous savons qu’il a désormais recouvré une place de choix dans le patrimoine organistique de la Corse. Ce soir nous sommes heureux et honorés d’accueillir l’excellente organiste, Maria-Cecilia FARINA, qui nous fait l’amitié de revenir à Costa pour le parrainer et l’inaugurer après tant d’années.

 

 

 

 

COSTA, 29 juillet 2006

BAPTÊME ET

CONCERT D'INAUGURATION DE L'ORGUE

Maria Cecilia FARINA

 

en l’église Saint Sauveur de Costa

 

avec la participation religieuse et musicale du Père Pinelli , archiprêtre de Calvi , d’enfants du village et d’Elizabeth Pardon.

et  le soutien de l’ASSOCIATION SALADINI DE SPELONCATO

Organiste : Maria Cecilia Farina Voix: Maria Cecilia Farina, Elizabeth Pardon Giovanni Salvatore (Napoli, 1610?-1675?)    Toccata prima del Primo Tuono Finto (Napoli, 1610?-1675?) Manuscrit du Couvent des Capucins de Tuani (Costa) Chants:  Kyrie – Christe – Kyrie (Alternés aux couplets de Giovanni Salvatore)                                                  Giovanni Salvatore  - Canzone francese seconda, del Nono Tuono Naturale Durezze e Ligature   Bernardo Storace (Messina?, sec.XVII)  - Passagagli -   -Il Ballo della Battaglia   Domenico Scarlatti  (Napoli 1685- Madrid 1757):  4 Sonate : K.52 (Andante moderato) K.41 (Fuga, Andante moderato) K. 415 (Pastorale, Allegro)   K.53 (Capriccio, Allegro)   Manuscrit du Couvent    Laeta devote (orgue et chant)  

 

21/11/2007

orgues: VOLETS D'ORGUES PEINTS EN EUROPE

b4b99575c1ce456a2b3f2e83da5f46b6.jpg
608722c11e63c782b54fb1db4fc29d4d.jpg
« Die bemalten Orgelflügel in Europa »

« Les volets d’orgues peints en Europe »

En 2001 paraissait à Rotterdam cet important ouvrage de 720 pages édité par la fondation STICHTING ORGANA HISTORICA, sous l’impulsion passionnée de Monsieur Marinus Berghout Block.

Je pense que l’on doit toujours pouvoir se le procurer en écrivant à :

Stichting Organa Historica

Biellandstraat 71a

NL – 3037 LB ROTTERDAM

Tel :   (0031) 010 – 467 82 59  

Fax : (0031) 010 – 467 78 44

Postbank 55 77 00

BTW NL 8047.21. 191. B. O1

K.v.K. Rotterdam 41134236

 

Ce magnifique livre a été publié en allemand et concerne donc les orgues d’Europe comportant des volets peints en Belgique, DanemarK, Allemagne, Angleterre, Espagne, France et Corse, Suisse, Italie, Pays-Bas, Autriche, Slovaquie, Slovénie …

Les textes ont été rédigés, pour la plupart, par des musicologues de l’orgue et les photos  réalisées par d’excellents photographes : Marinus Berghhout Block était très exigeant.

Je vous en parle car nous avons reçu une lettre plutôt triste de notre ami M. Berghout Block qui annonce la cessation, faute de moyens et de subventions, en décembre 2007 de cette fondation qu’il portait à bout de bras depuis 14 ans. C’est dommage à plus d’un titre, car étaient en gestation  d’autres  projets ambitieux servant l’orgue (et les fous de l’orgue dans tous ses états)

 

Il m’avait été demandé, à l’époque, par l’entremise de nos amis de St Jean-de-Luz , Françoise Clastrier et Jesus Martin Moro ( qui travaillaient, l'une sur la France, l'autre sur l'Espagne), de rédiger la modeste partie ( ... au regard de l'immense moisson des orgues d'Italie, par exemple) concernant la Corse: j’avais bien volontiers accepté ce travail et confié le soin des photos à l’ami Tomas Heuer… Il se trouve donc un petit chapitre sur les volets d’orgues peints de la Corse, patrimoine surprenant de fraicheur montagnarde dans la cour des peintures raffinées du reste de l’Europe…

On ne peut que souhaiter une traduction en français de ce beau livre...

Elizabeth