Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2010

CONCERTS ET CONFERENCES ... une actualité chargée!

Tout d'abord ce fort joli concert de demain vendredi 20 Juillet dans la délicieuse église de Costa: nous accueillons avec grand plaisir Catherine Zimmer-Lorenzi (orgue) et Yves Grollemund (fûte à bec) pour un beau programme baroque:
costa affiche juillet 2010 blog.jpg
Demandez le programme!

[ Dio vi salve regina

Johann Jakob Froberger (1616 – 1667) Toccata

L’art de l’ornementation est un des aspects les plus marquants de la composition musicale à cette époque.

À l’aube de ce 17ème siècle que l’on allait dénommer « baroque », tout exprime l’ivresse de la musique instrumentale : virtuosité, ornementation, diminution, improvisation. Dans ses toccata (pièce destinée à être toquée c'est-à-dire jouée

sur l’instrument), Froberger utilise avec science tous les aspects de la musique instrumentale de son époque.

Dario castello (ca 1590 – ca 1630) sonate prima

allegro – adagio – allegro – allegro - adagio

Dario Castello fut maitre de chapelle de l’église saint Marc à Venise

vers 1625 ; il a publié deux recueils de Sonate concertate in stil moderno per sonar nel organo, overo spineta con diversi instrumenti, à 2 et 3 voix et basse continue. Ces sonates,encore librement construites, dénotent un goût nouveau pour la virtuosité.

Girolamo Frescobaldi (1583 – 1643) Toccata prima

Principal maître du clavecin et de l'orgue en Italie pendant la première

partie 17ème siècle, sa renommée dépassa la péninsule italienne et son

influence s'étendit, notamment par l'intermédiaire de son disciple Froberger, dans le reste de l'Europe musicale.

Son oeuvre est marquée du sceau de son génie de mélodiste. Le style de Frescobaldi, très personnel, fait une large place aux dissonances,

à la modulation, aux ruptures subites de rythme, à l'invention mélodique toujours renouvelée qui évoquent l'improvisation.

Louis Couperin (1626 – 1661) allemande et passacaille

Membre d’une célèbre dynastie de musiciens, Louis Couperin fut organiste à Saint

Germain ainsi que claveciniste et gambiste. C'est son oeuvre pour le clavecin qui le fait passer à la postérité. Ces pièces (environ 130) ne furent pas éditées de son vivant, mais rassemblées dans plusieurs recueils manuscrits. Elles sont groupées sous la forme de suite de danses. Ses préludes non mesurés à la manière des luthistes et ses chaconnes sont les pièces les plus personnelles et les plus remarquables.

Henry Purcell (1659 – 1695) ground in Gamut

anonyme ground Pauls steeple

Le ground est une basse obstinée sur laquelle se développent des variations ou diminutions. Ce principe d’écriture fut utilisé dans tous les styles de l’époque baroque:

français (dans les passacailles et chaconnes), italien (variations sur la follia), anglais (divisions sur les ground), espagnol (differencias), allemand (variations sur un choral).

catellulurcu

Johann Ludwig Krebs (1713 – 1780) choral Jesu meine Freude

Krebs était un des trois fils de l'organiste et Kantor de Weimar, Johann Tobias Krebs duquel il a reçu les premières

instructions musicales. En juillet 1726 Johann Ludwig devient élève de l'école de l’église saint Thomas de Leipzig. Il fut élève privé et copiste du Cantor Johann Sebastian Bach.

Pietro Castrucci (ca 1679 – 1752) sonate pour flûte et basse continue en ré mineur

adagio – allegro – largo – allegro

Elève de Corelli, Pietro Castrucci a conduit l’orchestre d'opéra de Haendel à Londres pendant plus de 22 ans et a été un violoniste très populaire. Il a inventé la violetta marina (un type de viole d’amour). Ses oeuvres incluent des sonates

pour violon, flûte, et des concerti grossi dans un style virtuose.

Giovanni Picchi ( 1575 ? – 1643)- Saltarello del pass’e mezo – Todesca (1621)

On sait peu de choses de sa vie : seul est assurée sa période d'activité entre

1600 et 1625. Il est présenté jouant du luth sur la page de garde de la Nobiltà di Dame

(Venise, 1600) ce qui nous renseigne sur l'estime dont on le créditait à son époque

comme maître de ballet et l'importance comme maître de luth. Il est ensuite connu

comme organiste de la basilique Santa Maria dei Frari (Casa Granda) à partir de 1615 et jusqu'en 1625. Le 5 mars 1623 il est nommé organiste de l’école de San Rocco.

Il publie les huit oeuvres pour clavier incluses dans les Intavolatura di balli d'arpicordo (chez l'éditeur Vincenti, Venise 1618, rééd. 1621) ainsi qu'un recueil séparé Canzoni da sonar (Venise 1625), composé de 16 canzonas et de trois sonates pour diverses combinaisons de vents et cordes.

Les Intavolatura di balli d'arpicordo sont l’un des plus importants recueils italiens de

danses pour le clavier du début du17ème s. L'écriture, très personnelle témoigne de l’émergence d’une littérature destinée au clavecin.

« Je promets de montrer des choses d’une manière différente de l’habituelle, et pour cela les étudiants trouveront non seulement les oeuvres difficiles à jouer, mais encore presque impossibles à lire. » Picchi, Préface des balli d'arpicordo)

L'oeuvre de Picchi est d'ailleurs caractérisée par sa bizarrerie. Il prend soin d'ajouter dans sa préface :

« J’avise ceux qui pourraient, dans de nombreux endroits, découvrir quelques unes de mes

musiques discordantes et comportant des fausses notes : malgré tout, si on les joue telles

qu’elles sont écrites et non différemment, on entendra des mélodies suavissimes... »

Bernardo Storace (1637 – 1707) passagagli (Venezia 1664)

Les seuls détails de sa vie qui nous sont connus sont ceux figurant dans l'édition 1664 de ses travaux, Selva di varie

compositioni d'intavolatura per cimbalo et organo, dans lesquels le compositeur est décrit comme « sous-maître de Chapelle à Messine (Sicile)». Cette collection d’oeuvres se compose d'une série de variations sur des danses célèbres de l'époque, parmi lesquelles on compte le « Passagagli » (une forme espagnole de danse qui s'est probablement produite à la fin du XVIe siècle) ; celles-ci constituent une des premières apparitions du terme « pastorale » dans le domaine purement instrumental. ]

°°°°°°°°°°°°

Samedi dernier, 24 Juillet  à la cathédrale saint Jean-Baptiste de CALVI:

les sonneurs à Calvi 24 juillet 2010 blog.jpg

 

le concert des amis sonneurs de trompes de chasse en dialogue avec l'orgue historique tenu par votre servante ... Toujours aussi puissant (les trompes, car l'orgue, lui, n'était pas au mieux de sa forme: vivement la visite attendue du facteur d'orgue Barthélémy Formentelli).

24 Calvi orgue Ciurlo StJean B blog.jpg
le bel orgue Ciurlo 1774, restauration Formentelli
°°°°°°°°°°°°°°
... et ce dimanche dernier 25 Juillet, à l'église saint Michel de PIEDIGRISGIU,
Piedigrigsio volets ouverts blog.jpg
(le petit orgue anonyme de Piedigrisgiu, 1843, remis en voix par J.L. Loriaut)
 ce fut la conférence/exposition de photos sur le patrimoine des orgues de Corse, manifestation organisée dans le cadre des 40 ans de Renaissance de l'Orgue Corse :  les amis du village étaient venus nombreux écouter leur petit orgue et participer au débat qui a suivi la présention des orgues ... Une fois de plus, Piedigrisgiu se distingue par l'extrême chaleur de son accueil, en témoigne ce gâteau fabuleux (bien arrosé!) qui nous attendait en clôture de la journée :
25072010180.jpg
... de quoi nous regonfler le moral, s'il en était besoin!
Altiani Hérodiade.jpg
Enfin, à ALTIANI, église de de Santa Nunziata, ce Samedi 30 Juillet, j'aurai l'honneur de présenter le riche patrimoine iconographique de l'église paroissiale ...
(à suivre pour le programme de la semaine prochaine, si Diu vole!)

 

 

06/06/2010

la journée de découverte des élèves du conservatoire d'Ajaccio

Aujourd'hui, nous avions le plaisir d'accueillir les enfants et les adultes du Conservatoire de Corse Henri TOMASI, et plus particulièrement ceux de la  classe de clavecin de Catherine Zimmer ainsi que son Ensemble de Musique Ancienne pour une journée fatigante (ils étaient partis le matin en car d'Ajaccio ...) mais riche ! de découverte des orgues historiques de Costa et de Speluncatu suivie d'un concert  à la Collégiale de Speluncatu. Pour certains,  qui avaient eu la chance de participer les années précédentes aux stages de formation sur les  orgues historiques de Corse, organisés par Renaissance de l'Orgue Corse, c'était des retrouvailles avec ces merveilleux  instruments . Pour beaucoup c'était une première ...

Merci aux amis de Costa qui nous ont ouvert leur espace privé ... et logistique!

Quelques images ...

 

Tout d'abord sur le petit orgue anonyme (début 19 ème siècle) de COSTA,

(Restauration Alain Faye et Alain Sals)

et sous l'oeïl vigilant et attendri de Catherine,

Costa 1.jpg
... en fait, sous les doigts, ce n'est pas si différent que ça du clavecin ... mais pour le son, c'est autre chose, non?
Costa 2.jpg
les grandes, Bach, et le petit orgue
 découverte de l'octave courte
Costa 3.jpg
... tout dans la tête ...
Costa 5.jpg
... à deux c'est bien aussi ...
Costa 6.jpg
... dis, t'aurais pas du Zipoli ? ...
Speloncato 1.jpg
... à Speluncatu, sur l'orgue Crudeli (1810) ...
mieux vaut  choisir entre regarder ses doigts ou la partition ...
Pas de problème!
Speloncato 3.jpg
... concentrée ...
Speloncato 5.jpg
... pleine d'assurance ...
Speloncato 2.jpg
les touches sont plus larges qu'à Costa,
 d'autres sonorités aussi :
eh oui! chaque orgue est différent !
Speloncato 6.jpg
Mais vient l'heure du concert:
petit raccord avant l'arrivée du public ...
Speloncato 7bis .jpg
Devant un public nombreux,  tout d'abord  les flutistes à bec sont à l'honneur :
danceries d'Etienne Du Tertre (16 ème s.) et concerto de Joseph de Boismortier (+ 1755),
tout en légèreté : tout comme les laudes passionnées, chaque matin à l'aube, des  oiseaux mes amis tout autour de la gare ...
speloncato 10.jpg
 ... puis l'ensemble ...
speloncato 9.jpg
... pour des concerti qui mettaient en valeur tour à tour les jeunes musiciens:
Speloncato 7.jpg
Concerto pour violon d'Etienne Mangean (18 ème s.): Léa Antona au violon,
concerto pour violoncelle d'Antonio Vivaldi (faut-il le présenter ? + 1741):  Antoine Charlez au violoncelle,
concerto pour clavecin de Michel Corrette (+ 1795): Petru Casanova au clavecin solo et Lisandru Gambarelli à l'orgue positif,
concerto pour flûte à bec de Michel Corrette : "Le voyage du berger fortuné aux Indes Orientales" (!): Pierre Bossennec à la flûte à bec solo
speloncato 11.jpg
Bravo à tous pour tout ce bel enthousiasme ...
Bravo aussi pour le choix des musiques parfois fort peu connues et bien agréables à découvrir!
Merci à Catherine et à Yves qui rendent possibles ce partage et cette aventure musicale ...
Merci à tous ces jeunes musiciens de prendre le temps, dans leur vie d'ados et de lycéens, de travailler à ce partage ...
Merci à l'Ecole de Musique d'Ajaccio qui a permis ce déplacement!
Merci aussi aux amis de l'association Saladini de Speloncato qui a bien accueilli tous ces jeunes musiciens ...
Et une pensée très affectueuse à Paul qui n'a pas pu se joindre à nous aujourd'hui et à qui l'on souhaîte un très prompt rétablissement !
Catherine m'envoie ce message:
"Les enfants étaient plus que ravis, cette journée restera gravée dans leur
mémoire toute leur vie je pense, c'était pour certains une véritable aventure,
et pour d'autres une révélation.Les grands ont chanté avec leur guitare jusqu'à
Ajaccio, pleurant presque à la fin car c'était la dernière prestation de
l'ensemble pour cette année (il faut bien qu'ils révisent un peu le bac
maintenant!)
Je te remercie vraiment de ton accueil, de ton enthousiasme, de ta passion que
tu partages volontiers.
Remercie aussi chaleureusement ton association pour la collation qui nous a été
reservée à la fin du concert;

On me demande déja où on va l'an prochain...


Mille bises
Catherine

30/05/2010

l'ensemble de musique ancienne du "Conservatoire de Corse Henri Tomasi"

        

A l'initiative de Catherine Zimmer, professeur de clavecin à l'école de musique d'Ajaccio,
cette journée festive à venir:

 

 

            L’ensemble de musique ancienne d’Ajaccio, propose un programme de concertos, pour la plupart inédits. Composé d’une dizaine de jeunes musiciens, que fait travailler Catherine Zimmer-Lorenzi professeur de clavecin, cet ensemble accompagnera des concertos pour violon, violoncelle, flûtes à bec et clavecin, qui permettront à ces jeunes instrumentistes de dévoiler tout leur talent.

            Cette manifestation est organisée en partenariat avec l’association Saladini de Speluncato qui propose aux élèves du Conservatoire de Corse Henri Tomasi un passionnant trajet de découverte de plusieurs orgues restaurés.

            Ce sera l’occasion, pour ces musiciens, ainsi que pour une vingtaine de tout jeunes clavecinistes, de visiter et de jouer certains orgues historiques de Balagne, s’inscrivant ainsi dans la tradition de l’époque baroque, lorsque tous les clavecinistes étaient également organistes.

 

            Le programme musical qui clôturera cette journée, trouvera en cette église de Speluncato un remarquable écrin : ornements architecturaux et musicaux, instruments d’époque et musiques baroques se répondant par delà les siècles. Œuvres de Vivaldi, Boismortier, Corrette…

 

Dimanche 6 juin 2010

église de Speluncato – 17h

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles

costa clavier et pédalier blog.jpg
(à Costa: première découverte d'un petit orgue italien, de son clavier à octave courte, de son petit pédalier...)

 L'association Saladini de Speloncato est heureuse d'accueillir ces jeunes musiciens (ils sont formidables!) pour cette journée de découverte des orgues historiques de Balagne, et ce sera pour eux l'occasion d'apprivoiser un univers musical à la fois proche et différent du leur: l'occasion de rappeler que la grande majorité des orgues historiques - de facture italienne - de la Corse se trouve dans le nord de l'île et que le sud, plus pauvre de ce point de vue, espère fermement la restauration des orgues  de Saint Erasme à Ajaccio et  de Saint Dominique à Bonifacio, pour ne parler que de ceux-là. 

Ces restaurations permettraient enfin aux jeunes musiciens du Sud de la Corse de s'initier dans les meilleures conditions au monde de l'orgue italien et aux musiques qui le font chanter...

 

(à suivre!)

 

 

03/02/2010

Philippe COSTA, un confrère exemplaire

Adieu à Philippe COSTA
Philippe Costa.jpg
(Philippe Costa: merci, Noël!))
Nous sommes dans la peine : Philippe Costa nous a quittés la semaine dernière à 86 ans, après une longue maladie qu'il affrontée avec un courage et une lucidité à toutes épreuves .... Cet homme énergique était une forte personnalité des confréries de Balagne: il fut à la base de la refondation en 1999 de la Confrérie Notre Dame du Rosaire de COSTA, qu'il avait très bien connue en activité dans sa jeunesse, et qui aujourd'hui regroupe les communautés de PALASCA, BELGODERE, OCCHJATANA, COSTA et VILLE di PARASO. Ses souvenirs ont nourri le travail de réappropriation de cette confrérie et Philippe retransmit avec fidélité et autorité le cérémonial de différents Offices, ainsi que plusieurs "versi" (les airs des chants) des messes ou des processions en pratique à Costa.
C'est l'occasion pour moi de rappeler cette incroyable richesse des villages dans l'expression de la liturgie, chacun voulant se distinguer de la communauté voisine par la qualité et la créativité de son chant. Beaucoup de versi ont certes disparu, pourtant il n'est pas rare que se réveillent les souvenirs enfouis de ces chants que l'on croyait perdus, lorsque se recrèent ces confréries renaissantes de Balagne et d'ailleurs en Corse ... Ce n'est alors pas seulement le chant qui se réveille, mais tout un monde ancien de solidarité dont on avait perdu la trame et qui se trouve alors remis en chantier ...
Costa Confrérie blog.jpg
(la Casazza de Costa)
 Philippe faisait partie de ces confrères entièrement dévoués à la vie de sa confrérie, à laquelle il a tenu à participer toujours activement malgré la maladie qui le minait : à Noël il était encore présent parmi les siens, l'oeïl vif et perspicace , la parole directe et volontiers malicieuse, fermement appuyé sur son bâton de procession, et pour rien au monde il n'aurait voulu manquer la moindre cérémonie! C'est que ces rituels renoués de la fraternité lui étaient devenus une nourriture essentielle, un viatique pour ce long voyage où il se savait désormais engagé ...
Vendredi dernier,  les confréries de Balagne et du Ghjunsani se sont retrouvées dans la Casazza de Costa pour lui faire ce profond hommage de l'Office des Morts (ce bercement grave et paisible de toute une communauté solidaire), et le lendemain dans la belle église de Costa pour concélébrer la messe de ses funérailles, pour lui qui avait accompagné tant de défunts de sa présence amicale.
Qu'il repose en paix dans son village de Costa!
Costa paysage blog.jpg
(Costa)

04/05/2009

la fête du Couvent de Tuani...

Hier, premier dimanche de mai, le traditionnel pélerinage de Notre Dame de Lourdes au couvent de Tuani (COSTA). Un couvent construit en 1495 pour les franciscains. Restauré depuis avec beaucoup de détermination (si non de moyens financiers)  par la famille Fauconnier qui l'a acquis depuis plus de trente ans, il accueille toujours pour cette fête annuelle de N.D. de Lourdes les villageois de la région. L'occasion pour tous de célébrer la Vierge mais aussi de se rencontrer, d'échanger les nouvelles. Cette année, hélas, toute la région était endeuillée par le crash d'hélicoptère du mois d'avril... 

Merci à Paul Giuliani pour ses photos!

3 mai 2009 3.jpg
Après une belle messe célébrée par le Père Piotr et chantée par les hirondelles de l'église et  les confréries de Balagne (Costa, Ghjunsani, Nessa, Corbara...), la traditionnelle procession emmène le groupe sculpté (par Damassu Maestracci d'Occhiatana) de la Vierge et de Ste Bernadette dans une promenade salutaire entre deux talus fleuris:
3 mai 2009 2.jpg
 les confrères chantent et méditent,
3 mai 2009.jpg
Les fidèles méditent et papotent,
3 mai 2009 4.jpg
les quatre coins cardinaux sont bénis, et la vie continuera... Et pourtant...
A l'issue de la messe, les confrères ont rendu un hommage très fort aux cinq victimes du récent accident d'hélicoptère qui a coûté la vie à une jeune maman de Costa et à son bébé qui venait de naître dans l'appareil, ainsi qu'au pilote et aux membres du Samu. La traditionnelle fête dans les jardins du couvent a été annulée par respect pour ce drame qui nous a tous bouleversés: on mesure la solidarité humaine à travers ces chants des confrères, qui avaient, le temps d'un LIBERA ME, retourné leur mantiletta du côté sombre de la mort.