Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2009

E fole di Piazza Cumuna, di Lisandrina Grimaldi

Fole di Piazza Cumuna, couverture.jpg
  
 En 1989 paraissait ce recueil des fables écrites par notre chère et regrettée Lisandrina GRIMALDI: ceux qui l'ont vue, lors d'une veillée ou d'une fête,  embarquer un auditoire déjà chauffé par les figatelli, la polenta de châtaigne et le bon vin et voguer hardiment toutes voiles dehors entre les tables sur les flots imprévisibles de son imagination, ceux qui l'ont entendue CONTER dans cette langue riche et inimitable ces petites histoires folles nées entre les pierres et les gens de son village, CALENZANA, peuvent témoigner de cette belle nature qu'était Lisandrina. Elle avait reçu des fées le don de conteuse et en régalait les assemblées avec toute sa générosité...
Pressée par notre ami Santu MASSIANI de consigner par écrit ces fole fantasques, elle s'y est attelée en 1988 avec le soutien et l'accompagnement précieux de Santu, et ce ne fut certes pas chose facile, car Lisandrina était, comme toute bonne conteuse, avant tout dans l'oralité et la part d'improvisation de chaque instant risquait de se figer, bref, d'être trahie par l'écrit. Pourtant, au bout de quelques mois la moisson était faite et bien engrangée.
 Ce recueil, préfacé par Ghjacumu FUSINA,  fut édité par  EDIZIONI SCOLA CORSA sous le titre  de:
 "U STRINGAGLIULU DI SIGOLU"
Il témoigne de cette ultime récolte: je dis ultime, car peu de temps après la parution de son livre, Lisandrina a rejoint le monde invisible et enchanté des anciens et des fées de son enfance. Elles nous a laissé ce cadeau, du moins à ceux qui ont pu l'acquérir, car malheureusement le livre est épuisé depuis très longtemps et on ne pourrait que souhaiter sa réédition... vingt ans après...
Lisandrina avait confié à Ghjuvannina LANZALAVI le soin d'illustrer chaque conte, et m'avait  chargée d'accompagner librement - et non de traduire! - chaque récit par un texte en français. Pour moi ce fut une rencontre humaine magnifique doublée d'une drôle de complicité, et l'occasion de m'enraciner un peu plus profondément dans cette île où sont nés mes enfants, si non mes parents... A cette époque mes enfants étaient encore bien jeunes et je passais de mes activités de mère de famille (assez nombreuse!) à l'écriture au contact de Lisandrina sans ressentir de frontière: c'est que l'esprit d'enfance nous habitait l'une et l'autre.
Je me permets, pour vous donner envie de pouvoir lire ces contes, de vous proposer l'un des textes du recueil et adresse à Lisandrina, là où elle est aujourd'hui, un clin d'oeïl et toute mon affection. 
illustracion de Funtane e' muricciate.jpg
(illustration de Ghjuvannina Lanzalavi pour ce conte)

FUNTANE E’ MURICCIATE

 

 

Dopu à tante pesche, squasi mai miraculosi, a nostra barcella, avà truvillinata, ma cusì fiurita, finisce d’invichjà à l’intrata di u boscu. A menta fresca s’intillicceghja à i curdami.

I turisti chì ripiglianu fiatu, nantu à e muricciate di punta à u nostru ortu, venenu à inzuffasi u mustacciu ind’è a friscura. Pè innariulalli l’andatura l’avemu inturniata di rena è di piastre marine. Appillicate à cinque fili bianchi qualchi note di musica ramentanu l’introitu di a messa di u Mucale.

A’ mezziornu, u stradò lampa focu è, aspessu, porghju un broccu d’acqua fresca à i zitelloni chì collanu in muntagna pè scopre valle, monti è funtane. O tante surgente pè i nostri lochi ! ma tantu limicu à e petre di i canali.

Una notte di l’annu scorsu, un pastore piaghjincu, nativu di i cannoni Suprani, ci disceta cù voce disperata. Pare ch’una purtantina era ghjunta ind’è u compulu à l’ora di a munghjera è senza alcuna manera li disse di cullà à u più prestu in paese pè scopre un’affaru guffissimu : a funtana di a Regina avia persu u so vechju sciarbu è era culurita turchina. Tutta stunata, cercu à calmà e furie di u nostru amicu.

            « Ti senti bè ? Sè sicuru ? Voli un duttore ? Ma chì sò ste pazzie ? Hè notte ceca, ùn ti possu infurmà s’ella hè sfigurata a funtana ! »

            Ma l’omu era tantu inchietu ch’escu à pasparoni. Chjamu a mo vicina Cecca, micca più uchjuta chè mè è ci n’andemu à braccetta versu u guadellu. Duie donne in camisgia, in carrughju à mezanotte, pocu stranu u fattu.

            Un cavalieru sbocca à u malgranu di Ciuschellà è ci lampa in sella. Mughju : « O furasteru, s’ell’era meziornu, sta franasia v’era passata ! Semu grisgie è sdinticate ! E’ chì vulete fà di noi ? »

            « Cercu donne amurose di belle funtane. Site signalate nantu à a cumeta di l’acqua. Aisù ! Belle faccende v’aspettanu ! »

                        A sella ci sfughje è m’azzingu à a trecia di Cecca. Appese à a chjoma di a ghjumenta Saittella, franchemu Cuzia è u Castardu sculunendu e disfatte di l’omi. Puzzicheghj tanti è piu.

            U cavalieru tira a sciabula, scupuleghja à San Petrone è crepa u nulu. Lavate è risciarate ci sentemu rinnuvilà ! Una fata cusgidora ci appara. Mittenduci dui tarraghjoli in manu ci ricumanda : « O donne affacindate, u sfilarozzu di e petre zucate gira in Balagna. Siate pronte à fà fronte ! A’u promu cantu di u cuccu, faranu una piantata in Bocca di u Ravalante ! »

            Ubbidiole, l’uparata cuminciò cum’è i nostru antichi a ci avianu amparata. Anu ghjuvatu i tarraghjoli à ammansà tarra è cotuli à l’intornu di e surgente, di i lavandaghji, di e vaccaghje, di i ponti, di i piazzili, di i mulini è ancu d’un cunventu !

            E’ poi, una mane d’aprile, avemu intesu cantà u cuccu è semu corse à a Fiera di e Petre. O chì billeza ! Tutte dumandavanu à fassi cunnosce è cherianu a stima di l’umani. I cumplotti di e petre ghjesgiale prufumate d’incensu s’alluntanavanu da quelle brumicciose di i casgili. A’ l’ombra di i lustinchi, a macine di a Rainca parlava di farina è di brennu è quela di u Pasturu, fata di mille chilò di marmaru, parlava di simulinu. Una ronda di tribbii cantava a « Chjama di l’aghju vaccinate » è l’altre si vultulavanu cum’è in tempu di spulera. Una funtanone in pezzi, à asciuvà l’arba bambina, e pignate figliuline di ranochje saltichjulavanu. Una cantarina schirzava u siccume di i guadri di u nostru chjassu cacciapuntati da une poche di teghje di Brandu. Duie pile di sumere, maestose vulianu inciaccia quella più preziosa di a turturella di u sgiò Ore.

U guadru di Stipitu, incarceratu da poi tant'anni avia righjuntu a flotta è innalzava a più grande bandera, bianca, f atta à cacciamosca.

Nantu à u pinzu di u Pratu, à l'alba di a seconda matina, a Petra Incatinata, cucina carnale di a Petra Turchina di Piazza Cumuna, suffiava ind'è u cornu. Si spumunava per imparà a nutizia : a ghjumenta Saittella si truvava in foce di Fiume Seccu è tirava miraculi di gondule.

In sella, u cumandante di a navigazione era un catellu muntaninu. Da a Tora Caldana à u pede di u San petrone l'a via in pratica ellu u fiume. E gondule, puntate da a zilevra facianu u colla è fala carche à petre in brama di i so lucali. Certe, stanche morte, asciugavanu e so lacrime di cuntintezza, ghjunte à u ponte di u Cruvilaghju.

U primu premiu hè toccu à u Piazzile di Ruglia. Nantu à i ponti, l'innamurati a si spasseghjanu à chjaru di luna; è Pardine sò dinò castelli è u poveru cunventu canta l'Alleluia. Ultimamente, dui ispettori muradori: un beccu cinnaricciu è un beccu à pargulatu misuranu l'appiombu cù a punta di e corne.

Di curugliula avemu spazzatu a calcina vechja. A nostra funtana di a Regina cummencia à ripiglià u so sciarbu è u so scottu. Hè stata tantu malata d'esse inghjuliata. Ancu dopu acconcia li ferma in pettu un angoscia tenace.

Dopu tanti mesi passati à u serviziu di e guadrere; Saittella chì scalava e gondule à a foce di u Seccu, ghjunta à l'ochju di Santa Lucia si ficcò ind'è l'urzaghju una ghjurnata sana, tutta adurata di menta fresca colta in la nostra barcella.

Quandu a bandera di u guadru di Stipitu sbattulò nantu à a Petra Incatinata, Saittella smarì in altu mare. U catellu muntaninu, ingratu, ci hà rincinziatu.

Torna grisgie è sdinticate ci simu impiumicciate ind'è i nostri letti. Ci ne scurdemu di Saittella, di e gondule, di e muricciate cu e funtane. Sbrancatu u telefunu, addiu à chì ci hà vistu.

inghjuliata. Ancu dopu acconcia li ferma in pettu un angoscia tenace.

enclos, terrasses, chemin de montagne.jpg

                                           ( enclos, chemins bordé de murs, terrasses: l'écriture des pierres en montagne)

 

SOULEVEMENT DE PIERRES (cuntrapuntu d'Elizabeth)

 

Celui qui n'a jamais écarté le lierre au bord du sentier, ni déchiré ses mains aux ronciers des vieilles fontaines pour en délivrer la source et la vasque,

 

Celui qui, vautré dans la vase le nez sur les têtards, les coudes dans la menthe, n'a jamais gratté de ses ongles le limon des pierres savonneuses où se tordait le linge,

 Celui qui n'a jamais su reconnaître, ou de l'usure du vent ou de l'intention de l'homme, ce qui faisait les pierres de son chemin, les pierres éboulées de «i tribii», le roc erratique du monolithe déchu,

 

Celui qui n'a jamais humé, dans l'abandon des vieilles bergeries l'auréole crémeuse des pierres à fromage, ni deviné sous la gangue du béton l'aristocrate effluve des stèles d'églises démantelées, dispersées au gré d'oublieuses mémoires,

 

Celui-là, comment aurait-il pu entendre leurs gémissements dans les geôles, leurs plaintes de mortification, leur sourde révolte enfin,

Celui-là, comment les aurait-il vues se dresser dans la nuit des temps et se mettre en marche comme une armée d'humiliés grossissant à chaque carrefour?

Oui, celui-là, comment pourrait-il croire à notre aventure?

    Cecca et moi, grises et antiques amoureuses de voûtes et de margelles, on nous réveille en pleine nuit pour constater la malfaisante parure bleue dont vient d'être affublée notre chère fontaine de quartier « A funtana di a Regina »... la voilà emplâtrée comme une sainte vierge qui tournerait mal sur ses vieux jours ! Un peu plus loin sous le grenadier de Giuschella, le chevalier des pierres révoltées, nous enlève sur sa fougueuse jument Saittella…

Comment dotées d'une nouvelle vigueur, nous devons donner place et dignité aux pierres façonnées et nous assistons aux Etats Généraux des pierres insurgées : de la timide cupule des tourterelles au massif abreuvoir des ânes, de l'humble pierre ménagère à la meule du moulin, les unes arrogantes, les autres fragiles.

Ce que toutes revendiquaient.

Et comment l'armada des gondoles voguant sur les flots du «Fiume Seccu», rapporta à sa place consacrée les unes et les autres sous le haut commandement d'un fier euprocte des eaux de mon village.

Et comment Saittella s'en fut, la tâche accomplie, gorgée d'orge et de menthe, rejoindre en haute mer les chevaux de Neptune, nous laissant retrouver enfin nos rides, nos lits tièdes et l'oubli de nos peines.

Oui, tout cela, qui pourrait le croire, sinon l'amoureux des belles fontaines, des murs redressés et des chemins bien entretenus?

 

 

 

auge dans un mur.jpg
(meule  -préhistorique?- transformée en abreuvoir, encastrée dans un mur au milieu de nulle part dans le maquis)paillier et chardons4.jpg
(entrée majestueuse d'un pagliaghju)
a vaccaghja.jpg
(a vaccaghja: l'enclos et ses mangeoires)
cupules rezza.jpg

(Cupules néolithiques creusées dans un rocher, sous Speloncato)

merci, Hélène pour ton aide!

 

 

 

14/07/2009

Soirée de chant choral à Speloncato

Samedi 11 Juillet ...
DSCF1693.jpg
...à la Collégiale Santa Maria Assunta, la chorale île-roussienne "Cantemu inseme" a réjoui les auditeurs et encouragé la "jeune" chorale de Speloncato ... dite, allez savoir pourquoi, "chorale éphémère": du plaisir partagé qui témoigne de la vitalité du chant dans tous ses états!
Le pot offert en clôture après le concert par l'association Saladini a étanché petites et grandes soifs : en espérant se revoir!
DSCF1663.jpg
"la chorale éphémère de Speloncato" dans son répertoire populaire: merci, Paul, pour les photos!

28/09/2008

un écho des Journées du Patrimoine 2008

20 09 08 4.jpg
Samedi 20 Septembre: malgré l'heure matinale (9h) et les prédictions pessimistes de quelques amis... les visiteurs étaient au rendez-vous de cette "première station" en la Collégiale Santa Maria Assunta de Speloncato. Nous avons évoqué les problématiques posées par ce patrimoine si riche de nos églises de village: pour qui devons- nous restaurer ces oeuvres laissées par la dévotion des anciens? premières interrogations sur la destinée d'un patrimoine cultuel que notre époque a tendance à détourner en patrimoine culturel.
Qu'il s'agisse des Chemins de Croix (comme celui peint par Nicolau Filippi en 1746 pour Speloncato ) ou des orgues remis en voix (oui, je sais, ce devrait être au féminin pluriel: je réserve décidément la règle aux grandes orgues qui n'existent pas dans notre paysage rural et éprouve du reste de grandes délices à jouer sur l'unique clavier de nos petits orgues...), la question se pose de savoir si, une fois restaurés, il faut précautionneusement les préserver dans la naphtaline d'un regard ou d'une écoute muséographique ou bien les remettre "dans le circuit" de
leur communauté.
Après un intermède musical à l'orgue Crudeli - celui là vit bien, malgré quelques soucis générés par des problèmes d'étanchéité du sommier qu'il faudra bien un jour ou l'autre arriver à résoudre - nous avons quitté Speloncato pour Vallica...
20 09 08 11.jpg
...où les amis chantres des confréries de Nessa, du Ghjunsani, de Speloncato, de Muro... ont illustré par leurs chants la vitalité reconquise du Chemin de Croix de Vallica: mieux que tous les discours... Une approche inattendue pour certains, dans l'assemblée, qui découvraient en même temps la réalité actuelle des confréries de nos villages: un véritable échange qui s'est prolongé dans la convivialité pendant le pique-nique dans l'espace aménagé à cet effet par la mairie de Vallica, merci à tous! L'occasion aussi de goûter les bonnes bouteilles et les recettes  de tourtes et autres gâteaux maison: voilà une idée du patrimoine qui me convient!
20 09 08 9.jpg
L'orgue de Vallica a servi de relais pour exposer la richesse de notre patrimoine organistique: cet instrument vénérable, dont on pense qu'il proviendrait peut-être du Petit St Roch d'Ajaccio, transféré par Antonio de Ferrari en 1885, contient quelques tuyaux de façade d'une grande finesse qui évoquent la facture d'un Lazari, au XVIII° siècle... La communauté de Vallica manifeste la volonté de faire restaurer son orgue, ce qui enrichirait d'un troisième instrument cette vallée haute du Ghjunsani (après Olmi Cappella et Pioggiola). Renaissance de l'Orgue Corse était naturellement de la partie lorsque nous avons montré par des photos l'abondance et la qualité de cet héritage en Corse...
Le reste de l'après-midi s'est déroulé à Olmi Cappella, organisé par la municipalité et l'association pour la restauration de l'église: Ewa Poli a pu, en compagnie des artistes de son atelier,  témoigner de son travail de restauration et de construction d'autels dans l'église Saint Nicolas et des difficultés rencontrées (l'humidité récurente contenue dans les murs de l'édifice continue de contrarier cette belle restauration: c'est une problématique très fréquente dans nos églises et particulièrement difficile à résoudre, surtout lorsqu'il y a des décors peints sur les murs). L'église était pleine: les habitants du village étaient au rendez-vous pour honorer le résultat de cette longue aventure de la restauration, qui continue dans les mois à venir... Appel à la générosité de tous!
clavier et détail Sibieude Olmi Cappella copie. blog jpg.jpg
La fête s'est achevée avec un petit concert sur l'orgue restauré par Jean-François Muno et que l'on peut retrouver dans le double CD enregistré par Marie Hélène Geispieler (sur les orgues d'Olmi Cappella et de Muro). 
Dimanche 21 Septembre: la Confrérie de Speluncato accueillait ce matin-là dans leur Casazza les visiteurs du jour pour donner un aperçu de leur engagement et de leurs chants: une façon, encore une fois, de vivifier le patrimoine... J'ai mesuré avec plaisir le chemin parcouru après toutes ces années dans la réacquisition de ce patrimoine du chant religieux de Speloncato:  nous avions renoué avec ces chants à partir de 1991, date à laquelle nous avions commencé à travailler à partir des enregistrements faits juste à temps quelques années auparavant par l'abbé Squarccioni  auprès du vieux curé Colombani et de son frère , et grâce aussi aux enregistrements de 1949 réalisés à cette époque héroïque par Felix Quilici-  et cette aventure s'est concrétisée par la reconstitution de la confrérie de Speloncato. 
 Un peu plus tard, c'était le tour d'Ewa Poli qui présentait les étapes de la restauration du Chemin de Croix de Speloncato devant un auditoire attentif et questionnant...
20 09 08 15.jpg
Aujourd'hui replacé dans l'ordre ( que de Chemins de Croix accrochés dans un ordre aléatoire comme on accrocherait de vagues reproductions dans une chambre d'hôtel!), ce Chemin de Croix sert de support aux confrères de Sant'Anton Abbate pour  leur pieuse déambulation de la Semaine Sainte...
C.Q.F.D.
En fin de matinée, les amis de l'Association Saladini offraient l'apéritif à tous les visiteurs du jour...
Lumio orgue ensemble blog.jpg
L'après-midi fut consacrée à une présentation de l'orgue historique de LUMIO:
il s'agissait de faire une action de sensibilisation autour de ce très bel orgue de Luigi de FERRARI, de 1831, qui vient d'être classé M.H.,
et dont il faut faire avancer le projet de restauration.
Avec les amis Coletti, nous avions installé avant cette fin de semaine une exposition de photos des orgues de Corse évoquant cette richesse particulière sur notre île, mais aussi les problématiques liées à leur état, restaurés ou non. Ce dimanche fut donc l'occasion pour bien des habitants de Lumio de grimper à la très belle tribune ( de Fabbio Lecca, falegname de Lumio) de leur orgue, de découvrir de l'intérieur ...
Lumio clavier et abrégé blog.jpg
... la complexité de l'instrument (ici le clavier et l'abrégé) et l'étendue du travail à mener pour lui redonner vie. L'occasion aussi d'évoquer des souvenirs plus ou moins avouable: ah! ces chenapans de Lumio qui s'emparaient des tuyaux pour les transformer en plombs de pêche! et d'apercevoir ces savoureux graffiti qui ornent le buffet:
Lumio graffiti instit blog.jpg
(... 1894...)
Suivit un exposé-débat sur l'histoire des orgues en Corse, accompagné d'une projection de nombreuses photos des orgues de l'île, donnant un aperçu de l'extrême richesse de ce patrimoine, surtout dans le nord de la Corse... Beaucoup de questions et de discussions ont suivi au sein de l' assistance ( une cinquantaine de personnes, dont une majorité de la communauté de Lumio) démontrant, si besoin était,  toute l'utilité de cette opération. Parmi les gens les plus intéressés, le jeune Jérémie, passionné d'orgue, et futur organiste du village si l'on fait ce qu'il faut pour ressuciter l'instrument!
Bientôt une note sur l'orgue de Lumio.
Merci à Paul Giuliani et à Claude Goergen pour leurs photos!
(à suivre, donc!)

16/09/2008

la BD sainte de la Passion: Journées du Patrimoine 2008

 

Cette thématique des Chemins de Croix (et de leur restauration) étant à l'honneur pour ces Journées du Patrimoine, organisées par l'Association Saladini, j'en profite pour réactualiser cette note de Pâques... Samedi et dimanche 20 et 21 Septembre seront l'occasion, entre autres, d'entendre les chantres du Ghjunsani et de Speloncato: ils illustreront par des chants de la Semaine Sainte la vitalité de ces Chemins de Croix dans notre région.
A propos des Chemins de Croix peints en Corse.
1890683295.jpg 
Ière Station: Jésus est condamné à mort.
Dans nos églises de Corse, il n’est pas rare de rencontrer ces images du Chemin de Croix, peintes à partir de la fameuse prédication de saint Leonardo da Porto Maurizio, venu sur l’île en 1744 en pleine révolte des Corses contre Gênes  et sur la demande conjointe des Corses … et de Gênes. Sa mission  avouée: prêcher la réconciliation contre la coutume de la vendetta, très meurtrière à cette époque, et d'autre part prêcher la dévotion du Chemin de Croix.

Sa mission inavouée, pour lui, le franciscain ligure d'Imperia: remettre au pas ces Corses turbulents et ingérables, les faire rentrer dans le giron de Gênes ... ce qui fait de lui une sorte d' agent-double sexagénaire très efficace sous son habit de moine. Nous reparlerons de cet évènement une autre fois, ce saint visiteur méritant d’être rencontré de plus près, tant il a marqué de son influence la dévotion populaire à l’époque : ce franciscain au verbe inspiré a développé cette vénération du Chemin de Croix en Corse, qui aujourd’hui encore se déroule dans nos églises avec une si grande ferveur, traditions et confréries à l'appui. Pour aider le peuple à vivre pleinement la Passion du Christ et "encadrer" cette dévotion, saint Leonard a encouragé la réalisation de « séries » de peintures représentant les quatorze stations du Chemin de Croix. La pédagogie par l'image, d'autant plus fortement vécue qu'elle est déambulatoire et chantée : le corps et l'esprit en mouvement.

134954781.jpg

IIème Station: Jésus reçoit la Croix sur ses épaules.

 Le drame se met en place: acteurs, spectateurs, costumes identifiant les protagonistes...

 

peinture populaire,corse,semaine sainte,chemin de croix

 

IIIème station, Jésus tombe pour la première fois sous le poids de la croix: allez, chien, lève toi!

 

peinture populaire,corse,semaine sainte,chemin de croix

 

IVème Station:Jésus rencontre sa Mère très affligée.

 La Vierge, reconnaissable à son manteau bleu, se fait bousculer par la soldatesque. Derrière elle, Marie-Madeleine tient à la main le flacon de parfum. A droite, un féroce soldat fait avancer Jésus enchainé en le fouettant. Dialogue de proximité entre la Mère et le Fils, inscrit dans un cercle de silence.

                                 

peinture populaire,corse,semaine sainte,chemin de croix

Toujours la IVème station, ailleurs: la Vierge, pâmée, impuissante, reçoit en plein coeur la souffrance dynamique du Fils qui marche vers son destin, ployé sous le poids de la Croix: entre eux, le vide et déjà l'absence.

 

peinture populaire,corse,semaine sainte,chemin de croix

Vème station: Simon de Cyrène aide Jésus à porter la croix


Vallica, 6°station.jpg

 VI ème station: sainte Veronique, bravant le danger, se fraye un chemin entre les gardes et essuie le visage de Jésus.

Dernièrement j'ai circulé avec un passionné de tauromachie qui m'a signalé que ce geste de pieuse compassion a donné son nom à une célèbre passe : " la Véronique ", où le torero présente sa muleta face au taureau... J'avoue mon incompétence en la matière, mais je dois dire que cette remarque a fait remonter en moi un fort souvenir: c'était le mois de juin 1989, nous étions, Pierre et moi en chemin à pied vers St Jacques de Compostelle, arrêtés pour une étape à Burgos. Il y avait ce soir là une corrida dans les arênes et Pierre m'avait convaincue que c'était l'occasion ou jamais d'assister à ce genre de choses, ce qui, honnêtement, ne m'attirait franchement pas du tout et même m'angoissait d'avance. Je ne veux pas ici raconter cette expérience particulière, sinon dire la perception physique, électrique, très chaude, de la foule excitée (ce que je n'avais plus ressenti depuis mai 68), se levant comme un seul homme à certaines passes, hurlant ses insultes lorsque dans l'arène est apparu un taureau qui refusait le combat malgré les blessures et qu'il avait fallu sortir avec l'aide de ces dames génisses... Tout ce que je sais, c'est que le petit appareil photo que j'avais acheté pour cette route de saint Jacques m'a lâché là, pendant cette corrida, et que je n'ai donc pris aucune photo de notre périple, seulement dessiné et écrit chaque soir... C'était mieux comme ça.

Ce tableautin fait partie de la très belle série d'un Chemin de Croix peint par Giacomo GRANDI en 1757. Restauré par Ewa POLI.

Vallica 7ème station.jpg

 

 

 Une 7ème station très méchante ! Le plus acharné, le plus grotesque et bestial ( barbaresque, bien sûr) en a perdu son froc (…et toute dignité !), mais pas son bonnet : il s'est drapé dans le manteau rouge (du Christ en dérision) qui lui cache "les parties honteuses". Les autres méchants, gardes romains à la solde du Mal, cuirasses et âmes noires, tourmentent aussi avec une rare violence le pauvre Jésus tombé sous le poids de la Croix : pourtant celui-ci, fidèle à son image, ne cesse de sourire doucement... Derrière, le spectateur enturbanné et impuissant (que nous sommes), Simon le Cyrenéen ... Choisissez vite votre camp!

(Chemin de Croix de Giacomo Grandi). 

 

                                         442371451.jpg 

XIème Station:Jésus est cloué sur la Croix.

Dans ce tableautin d'une autre main que les précédents, le peintre semble avoir croqué quelques villageois de Castagniccia, une région réputée pour ses menuisiers (le chataîgnier y est roi: du reste je parie que la Croix a été taillée dans l'un d'eux). Regardez: le petit garçon bien dru sur ses jambes aide son papa en lui tenant gentiment le panier d'outil... Ici le pinceau de l'artiste se fait moins agressif, plus quotidien...

Ailleurs, la même scène de crucifixion, mais évoquée de façon plus violente: les "méchants" bourreaux au visage basanné (l'autre!) se contorsionnent tandis que les "bons" assistent, impuissants, et restent sobres... L'index tendu du soldat au premier plan à droite souligne l'irrémédiable exécution du décret. Derrière lui, la foule des spectateurs...

                                       738368484.jpg

 

 

Cette entreprise a enflammé l’imagination des peintres locaux qui ont su traduire avec force la dramaturgie de ces stations. Avec force, certes, mais aussi avec quelques fantaisies et quelques règlements de compte avec « l’autre », celui du mauvais côté du miroir, de la mer, celui qui razzie les villages, massacre, pirate, dont on garde des souvenirs douloureux au point aujourd'hui encore de traiter les enfants non baptisés de … « turcs » ! Et on force le trait des « méchants », délit de "sales gueules" basannées, grimaçants comme des diables, comme des turcs, des sarrasins, des maures, comme l’autre, quoi ! La règle étant que, comme dans toute bonne bande dessinée, l’on distingue du premier coup d’oeïl les bons (nous)  des méchants (les autres).

 Jésus se doit d’être paisible malgré la souffrance. Son visage reste humain en toute occasion, voire souriant : car il s’agit bien là d’exprimer son humanité face à la barbarie. Sa mère et les saintes femmes, elles aussi, gardent un maintien d’une grande dignité malgré la douleur. Leur gestuelle théâtralisée ne fait qu’exprimer des sentiments nobles et partagés par tous (nous) .  En revanche les bourreaux se doivent d'être bestiaux et manifestement cruels...

                                                       2137331441.jpg
XIIème Station : Jésus meurt sur la Croix.
Tout est consommé. La Mère et saint Jean au pied de la Croix ponctuant de leur gestuelle leur douleur: la Vierge, mains jointes dans sa prière nous invite à faire de même, tandis que St Jean, la main droite sur le coeur, accueille de son bras gauche largement ouvert toute la souffrance de la scène et nous implique dans le drame.  Jésus , livide, entre le bon larron ( à sa droite, comme de juste), qui tend son visage confiant vers le Christ, et le méchant larron bien noir, comme calciné par le Mal, et déjà ratatiné pour l'éternité!
853709696.jpg

XIIIème Station: Jésus est déposé de la Croix.

Ici il n’y a plus de place pour les méchants : voyez comme Joseph d’Arimathie retient dans ses dents le suaire… Saint Jean reçoit les jambes du Christ. Marie Madeleine baise ses pieds. La Vierge souffre et prie…  Les visages sont graves et enfantins, signature particulière de ce bon peintre local d'origine toscane  (né en 1735 à Lucques) qui fit en Corse sa carrière d'artiste et sa vie ( marié à une corse de de San Lorenzo, en Castagniccia, il y finira ses jours en 1821). Il a beaucoup oeuvré dans les églises et "produit" de nombreux Chemins de Croix de cette facture efficace et populaire... Et quand je parle de produire, c'est qu'il fut particulièrement productif!

Vallica-14 ème Station-.jpg

XIV ème Station: Jésus est mis au tombeau. A nouveau Giacomo Grandi, et ses drapés tourbillonnants. Tout le poids du Christ plombant le linceul porté par les hommes. Aux femmes, les langes du nouveau-né, aux hommes les langes du mort . Aux hommes, l'action, aux femmes, la compassion? N'est-ce pas un peu vite dit? Je reviendrai là-dessus.

(à suivre)

 

 

22/06/2008

à Speloncato, la Fête de la Musique

Quelques images de la Fête de la Musique, organisée par l'Association Saladini: un bon cru 2008!

Fête musique 2008 1.jpg
préparée en trois semaines par la chorale provisoirement éphémère de Speloncato, sur une bonne idée de Gilbert et de Marie-France:
au premier plan, à droite, maman (94 ans) qui n'en a pas perdu une miette malgré les ratés de son vieux coeur.
Du punch et bien du plaisir partagé!
FETE DE LA MUSIQUE 08 ORGUE 003.jpg
en début d'après-midi, les enfants ont montré ce qu'ils savaient faire à l'orgue pour leur public acquis d'avance... Ici, Jean-baptiste, le plus jeune de la troupe, mais pas le moins motivé!
FETE DE LA MUSIQUE 08 ORGUE 002.jpg
avec Aurore, toute émue, mais qui a bien assuré sa partie.
FETE DE LA MUSIQUE 08 ORGUE 004.jpg
avec Marie Sarah: il avait fallu rassurer tout ce petit monde et jouer par moments la roue de secours... Marie Sarah a joué dernièrement lors d'une messe en souvenir de notre chère Noncette, donc en situation réelle, et cela avait tiré bien des larmes dans l'assemblée...
Anouk et Emeric jouent le thème en canon du Frère Jacques, version Mahler (3ème mouvement de la 1ère symphonie): on ne se refuse rien!fête de la musique arhant 4.jpg
J'ajouterai d'autres photos des enfants (sans moi, j'espère!) dès que je les aurai reçues avec Carla, Anouk, Emeric et Camille.
En attendant, les voilà tous réunis:
FETE DE LA MUSIQUE 08 ORGUE 005.jpg
Puis, sur la place... en avant pour les chansons traditionnelles corses et françaises:
FETE DE LA MUSIQUE CHORALE 08 006 jpg.jpg
là, on est encore assez sages...
FETE DE LA MUSIQUE CHORALE 08 08.jpg
...mais ça s'est vite débridé! Il faut dire que l'apéritif offert sur la place avait de quoi reconstituer les énergies!
FETE DE LA MUSIQUE CHORALE 08 .jpg
ya d'la joie, pour toutes les générations!
MERCI A PAUL, MARIE-FRANCE, GILBERT ET TOUS LES AMIS DE SPELONCATO ET CIAO!