Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2011

Sentiers de Balagne, suite

 

Des sentiers et des hommes:

sentiers de la nécessité et sentiers de loisir

carte sentiers.jpg

(voir le site de la Communauté de communes du Bassin de vie de l'Ile Rousse: CCBVIR)

Un projet ambitieux de réouverture de ces sentiers vitaux qui irriguèrent des siècles durant  la vie des villages de Balagne s'est concrétisé ces derniers mois, grâce à la volonté conjuguée de l'association du Pays de Balagne et des trois intercommunalités: Calvi-Balagne, Bassin de vie de l'Ile Rousse, et e Cinque Pieve di Balagna.

pancarte 1 blog.jpg

Un investissement lourd pour permettre aujourd'hui la redécouverte de ce maillage serré des chemins entre les villages, entre lieux d'habitation et lieux de travail:  ces sentiers répondaient autrefois à une nécessité vitale pour un monde rural d'agriculteurs et de bergers  en perpétuel mouvement. Les sentiers autrefois utilisés au quotidien ne connaissaient pas de problèmes d'entretien: sous le sabot et la dent des ânes et des chevaux, ronciers et  broussailles n'avaient pas le temps de s'installer ... Ce monde a  bien changé:  beaucoup d'anciennes exploitations ont cessé depuis longtemps de nourrir leurs familles, on ne descend plus par ces sentiers  pentus pour semer, récolter, cueillir, vanner, moudre ... et la farine, bien trop blanche pour être honnête nous arrive sans efforts en jolis paquets bien conditionnés. Bref nous voici désormais à l'ère de la grande surface,  du 4X4 et du téléphone portable ...

Ce monde ancien n'est plus. Il a pourtant laissé cet héritage d'un patrimoine rural qu'il faut apprendre à connaître , à condition de le à  parcourir autrement qu'en voiture. Un important travail a été fait en 2010 pour la Balagne: dégagement des sentiers, balisage et signalétique sont déjà en place, de quoi marcher dès maintenant entre les villages sans se perdre ni buter sur des obstacles infranchissables grâce à l'installation de portails qu'il ne faudra pas oublier de refermer derrière soi. Nous sommes toujours au pays des bergers et notre liberté doit respecter celle des troupeaux ...

pancarte Monticellu Belgodère blog.jpg

           ... et à pas d'hommes ...

pont génois blog.jpg

enjamber l'histoire (pont génois)

San Rocu sous Belgodère blog.jpg

découvrir les petites chapelles (San Roccu)

 

 

 

Palasca paysage blog.jpg

se réjouir de la beauté du monde (Palasca)

A Vaccaghja mangeoires dans un mur blog.jpg

du travail des gens d'hier

labours blog.jpg

et d'aujourd'hui

sous Belgodère blog.jpg

voir autrement le village (Belgodère) d'en-dessous

 

Costa blog.jpg

(Costa)

 

pancarte boucle San Bastianu blog.jpg

vers San Bastianu ...

san Bastianu et nuages blog.jpg

(San Bastianu)

 

 

vue sur Speluncatu blog.jpg

au loin voir Speluncatu ... y aller à pied par les sentiers.

Ces sentiers qui doivent faire l'objet d'un entretien régulier: mais le meilleur service que l'on puisse leur rendre, c'est de les utiliser en gardant en mémoire la présence de tous ceux qui, par le passé, les ont sillonnés au gré de leur nécessité .

 

Ce projet est né du désir de dynamiser ces 944 km2 de territoire rural de la Balagne et d'offrir des itinéraires intelligents non seulement aux touristes mais également aux gens de Balagne: parcourir "son" territoire et se le réapproprier au pas de l'homme c'est aussi aller à la rencontre de "sa" mémoire collective, en particulier à travers les nombreux lieux-dits encore présents sur les cadastres - en sachant toutefois qu'autrefois chaque parcelle de terrain portait un  nom et avait son histoire ... L'occasion aussi de découvrir le "petit patrimoine" des fontaines, des fours à chaux, des moulins, des murs, des aires de battages ...

Ce devrait être une obligation pour les  enfants des écoles de les familiariser avec leur patrimoine rural, comme c'est déjà le cas, par exemple, avec les enfants de l'école d'Olmi Cappella, dans le Ghjunsani grâce à la complicité et le travail opiniâtre de Santu, leur infatigable et cher mentor, et de tous les bénévoles de cette magnifique région ... Allez donc visiter leur site:

www.ecolepublique-olmicappella.com

 

 

Vallica blog.jpg

 

(Vallica)

Sans oublier à chaque fois que cela sera possible de rentrer dans le coeur du village: l'église ...

Ne jamais oublier que ce sont ces mêmes gens qui piochaient la terre et couraient derrière les troupeaux  qui ont créé ce merveilleux patrimoine religieux populaire,  si festif ...

Costa voûte.jpg

l'occasion d'admirer l'exubérance des décors (Costa: la voûte de San Salvatore)

 

 

orgue blog.jpg

 

 ... et d'entendre leurs orgues ... (Costa),

à l'initiative de l'Association Saladini de Speluncatu , dans le cadre des journées de découverte de "La Montagne des orgues", qui va proposer, hors été, des balades patrimoniales sur ces sentiers autour des villages proches: Belgodère, Occhjatana, Costa, Ville di Paraso, Speluncatu ...

www.montagne-des-orgues.com

(à suivre !)

Merci à Alain Colombani de Speluncatu qui oeuvre avec passion depuis tant d'années à l'ouverture de ce réseau des sentiers, et à Olivier Franceschini, du CCBVIR, pour la qualité de son travail et de son accueil!

 

 

 

 

 

 

 

18/01/2011

petite ode aux chemins de Balagne et d'ailleurs

 

chemin dallés blog.jpg

CHEMINS

 

du fonds des âges

chemins de passage  

chemins des bêtes 

puis chemins des hommes

chemins de transhumance

piétinés par les troupeaux les pieds nus

chemins dallés chemins vécus

 cheminant entre villages et vallées

d'une pieve à l'autre

entre plaine et montagne


 

chemins sonnant et résonnant

voix et sonnailles

  sous le pas des bergers et des troupeaux

des laboureurs et des boeufs

 des soldats des glaneuses des colporteurs des lavandières


chemins de misère et chemins d’abondance

chemins du malheur et chemins de la résistance

chemins des fêtes et chemins du besoin

chemins pour descendre en plaine dès l’aube

en remonter le soir au pas de l'âne

  vannés et chargés

 chemins d'altitude pour semer et récolter là-haut

 

 nourrir la famille

quand les terrains d'en bas font défaut


chemins  pour courir à la veillée sous la lune

de l’autre côté du col

de l’autre côté du gué

de l'autre côté du monde apprivoisé

chemins de tous les  dangers

de l'embuscade des vivants et des morts

chemins de l'amour et du baiser

 sérénades en chemin



 chemins bordés de murs hautins

des riches jardins

 s’ouvrent et se referment les portails 

à grosse serrure

clos

 encadrés de pierres taillées

surmontés d'un fier linteau daté

signé pour que nul n'ignore

pas même celui qui ne lit pas


chemins de l’huile et du grain

bordés de moulins aux lourdes meules

chemins du vin entre les vignes le pressoir le tonneau

chemins de service à l’ombre des grands chênes


petits chemins de traverse

qui parcourent la trace d'anciens lieux dits

délaissés perdus oubliés sous la fougère



sur le chemin

depuis le port transporter à dos de mule

ce qui vient d’ailleurs

de Toscane de Ligurie  d'Elbe la proche

de France du Cap Corse

ce qui manque

les produits manufacturés

ce qui fait rêver

 ces draps fins

ces riches velours dont s'habillent les donateurs

sur les toiles peintes de la dévotion

ces statues miraculeuses

sur le passage desquelles jaillissent les sources

ces beaux objets pieux peints ciselés dorés


chapelles en chemin

et chemins des confréries

des gens cheminant en procession pieds nus

pour que la terre donne du fruit

 que nous soit épargnés

la sècheresse la pourriture le criquet

la tempête la peste le choléra

pour forcer la solidarité divine

 renforcer la solidarité humaine

remercier les bons saints de proximité

San Martinu San Roccu San Bastianu



 entendre en chemin le chant des cloches

par-dessus les oliviers les châtaigniers

les hêtres les genévriers les chênes

  jusqu'au sommet des montagnes 

jusqu'au creux du vallon

jusqu’aux maisons

les cloches

qui tintent jour après jour l’angélus

 au fil du temps

tissent à l'air libre

la naissance et la mort de chacun ici-bas

de ce village-ci de ce village -là

sonnent à la volée

le jour de Santu Stefanu Santa Vena

San Michele Santa Catarina San Gavinu

Santa Maria Assunta San Quilicu Santa Julitta

 San Pietro San Marcellu Santa Nunziata

San Salvatore San Tumasgiu Santa Lucia

 Sant’ Annunziata San Carlu Sant’ Andrea

 Santa Croce San Simone

San Bartolomeu

dans l'intimité San Barto


 ils sont si nombreux si bienveillants

on ne peut les citer tous

pourquoi s'en priver

et qui ne vit dans l'intimité de ses saints

a peu de chance de s'en sortir en chemin

 

 

 naguère pour se trouver

rencontrer l’autre en chemin



Depuis la montagne blog.jpg

Occhjatana, depuis la montagne

chemin, enclos et terrasses de montagne blog.jpg

au-dessus de Speluncatu, enclos et chemin

30 la traite.jpg

la traite

 une famille à nourrir.jpg

une famille nombreuse à nourrir


5 bis lessive.jpg

de retour du lavoir

39.au jardin.jpg

entre jardin et village

19.labour en montagne.jpg

labour de montagne

17.l'attelage des boeufs.jpg

sur l'aghja

Aghja aire à blé blog.jpg

l'aghja entre Ville di Paraso et Speluncatu

49 mandoline et cetera.jpg

les musiciens de la sérénade

mur blog.jpg

sur le sentier de Belgodère

portail sous Belgodère blog.jpg

portail de jardin

arche moulin Belgodère blog.jpg

c'était un grand moulin

Belgodère détail donatrices.jpg

les belles donatrices ( 16°s. Belgodère)

Belgodère Vierge des Douleurs blog.jpg

la Vierge des Douleurs, Belgodère

52 la procession.jpg

en procession, la confrérie de Speluncatu

 

Philippe Costa.jpg

en avant! la confrérie de Costa

chemin san Filippu Speloncato blog.jpg

sur le chemin, la chapelle san Filippu de Speluncatu

Chemin muletier blog.jpg

 
   

Les photos anciennes proviennent du fonds récolté par Speluncatu

 

 

 

 

16/11/2010

Les confréries de Corse: l'exposition de Corte, suite

Les confréries de Corse

2°/ petite suite: survivre aux mutations du monde contemporain ...

" Le déclin des anciennes certitudes n’a pas signifié la disparition des besoins psychiques qu’elles satisfaisaient." (Octavio PAZ)

 

 

St Andrea Boziu Crucifixion blo.jpg

  Sant' Andreu di Boziu: la Crucifixion avec deux confrères

Lu ce beau texte, écrit par Octavio PAZ : il s'agit d'une conférence donnée à Séville en 1991 et dont le titre était:

"Démocratie: l'absolu et le relatif"

 ( Itinéraire, chez Arcades/ Gallimard) 

En voici quelques lignes significatives:

               (…) Chaque homme est soif de totalité, faim de communion. C’est pourquoi il cherche le sens de son existence, autrement dit ce chaînon qui le relie au monde, qui le fait participer au temps et à son mouvement. C’est pourquoi encore il aspire à renouer avec cette intime réalité dont la naissance l’a brutalement séparé. Nous sommes suspendus entre solitude et fraternité. Chacun de nos actes vise à rompre notre isolement – notre condition d’orphelin – et à restaurer, fût-ce de façon précaire, notre union avec le monde et avec autrui. La démocratie moderne nous épargne les exigences exorbitantes et cruelles de l’Etat sous sa forme antique, à mi-chemin de la Providence et de Moloch. Elle nous offre la liberté, donc la responsabilité. Mais cette liberté, à défaut de se traduire par une reconnaissance des autres et de les inclure, est une liberté négative : elle nous enferme en nous-mêmes. Cruel dilemme : sans fraternité, la liberté se pétrifie ;  sans liberté, la démocratie cède le pas à la tyrannie. Une contradiction fatale, au double sens du terme : nécessaire et funeste. Sans elle, nous ne serions pas libres, nous ne pourrions aspirer à notre seule dignité : être responsables de nos actes. Mais avec elle, simultanément, nous tombons dans un abîme sans fond : notre propre personne. C’est à cela que nous assistons dans les sociétés libérales modernes : la communauté se fracture, la totalité se disperse. A son tour, la scission de la société se répète en chaque individu : chacun est divisé, chacun est un fragment et chaque fragment tourne sans boussole, et heurte les autres fragments. En se multipliant, la scission engendre l’uniformité : l’individualisme moderne est grégaire. Etrange unanimité, faite de l’exaspération du moi et de la négation des autres."

***

 Les confréries d'autrefois semblent avoir développé une certaine éthique que nous aurions aimé voir mise davantage en exergue dans cette exposition de Corte : le contraire de "l'exaspération du moi et de la négation des autres " ...

Elles marchaient sous leurs bannières, rappelant  ainsi sous la trame de la vie  l'humaine destinée: en voici deux choisies parmi tant d'autres, peintes pour une confrérie du Ghjunsani

 

vallica bannière confrères transparente blog.jpg

Regardez bien, par transparence sous cette crucifixion veillée par nos confrères ...

 

vallica a falcina avec sablier blog.jpg

... la méditation  mélancolique de A FALCINA (la faucheuse)

Et sur cette autre bannière:

d'un côté la Mort à grandes enjambées

vallica a Falcina blog.jpg

...tenant d'une main sa grande faux sanglante  aux dents acérées

et de l'autre le sablier ailé ...

 

bannière 2 blog.jpg

... tandis qu'au revers, l'aspiration à la rédemption, à la transcendance. Sur cette bannière le Christ couve du regard les deux confrères, dont l'un tient son flambeau allumé  et l'autre, l'air épouvanté, regarde son flambeau éteint:

"Veillez: vous ne savez ni le jour ni l'heure " ...

Ces bannières populaires portent avec évidence leur message. D'un côté la Mort n'est pas, comme aujourd'hui, escamotée: elle s'inscrit dans le paysage quotidien des vivants, semblant lier  à jamais l'humanité à son mortel destin  -  " la Mort pour tous et la Mort pour soi" -  en paraphrasant le titre de l'excellent ouvrage de Marie-Hélène Froeschlé-Chopard: "Dieu pour tous et Dieu pour soi" (éditions de l'Harmattan). Mais de l'autre côté ces bannières anciennes sont avant tout une invitation à répondre communautairement à la dure loi de cette mort individuelle: un engagement éthique qui, par cette réponse confraternelle, défait les liens de la mort et ouvre les portes de la liberté...

***

"Nos aïeules récitaient d'interminables rosaires; nos filles répètent des slogans publicitaires." ( Octavio Paz, idem) 

 

Parmi les plus beaux objets présentés à l'exposition de Corte, la magnifique série des bâtons de procession de la confrérie du Rosaire de Bonifacio m'a particulièrement impressionnée: c'est le seul cas que je connaisse en Corse du Rosaire ainsi conçue pour être "déambulée" ... En revanche cette dévotion reste l'une des plus populaires dans nos églises, moulinant dans un interminable  et doux murmure la dévote prière : son iconographie récurrente, délivrant avec efficacité le cathéchisme pour tous, se retrouve illustrée au long des siècles dans les moindres chapelles de nos villages: 



Muro le Rosaire blog.jpg

 

Ici l'autel du Rosaire dans l'église de l'Annonciation de Muro (anonyme, XVII°s): la Vierge et l'Enfant entre Saint Dominique et Sainte Catherine de Sienne

 

Muro détail Catherine , ascension blog.jpg

 

Sainte Catherine de Sienne et détail de la Résurrection, de l'Ascension, de la Pentecôte (Mystères glorieux) ...

Muro Rosaire détail  nativité blog.jpg

... et un détail de la Nativité (Mystère joyeux): la paysanne en robe noire apporte le double réconfort d'un panier rempli d'oeufs et d'une corbeille, sur sa tête, pleine de linge, me semble-t-il...

 

Nessa Rosaire blog.jpg

 

Ou ici, cette représentation plus populaire des Mystères du Rosaire peints par le peintre de Nessa , Antonio Orsini (milieu XIX°s) pour Nessa ...

Mais toujours ces liens affectifs, fraternels,  tissés entre les gens d'une communauté villageoise sur fonds de dogmes de l'Eglise ...

Que reste-t-il de l'esprit de ces époques? Le monde a changé. La survie, du moins pour une majorité des gens de notre époque est "assurée" - du moins l'on serait heureux de pouvoir l'affirmer! - par l'Etat "démocratique", cet Etat centralisé qui pense et agit à notre place pour "le bien du peuple", cet Etat dont nous voyons les visages successifs à la sacro sainte Télé  à grand renfort de suspens médiatisé ... La précarité n'est plus prise en charge par des gens reconnaissables, la charité s'exerce à distance :  les confréries n'ont plus réellement cette mission première  d'entraide au sein de la communauté sans laquelle autrefois l'on ne pouvait survivre ... Or cette nécessité  de jadis cimentait plus sûrement le groupe (la confrérie du village faisant office de famille élargie)  que la satiété de nos jours ...

[Mais gardons-nous du passéisme: les gens d'autrefois n'étaient pas meilleurs que ceux d'aujourd'hui et nous assistons chaque jour à la création d'associations caritatives très actives avec des gens formidables de tous bords qui luttent   - par les banques alimentaires, les restaus du coeur, les aides au logement, à l'éducation ,  à la recherche médicale ...  -  pour soulager la misère des innombrables laissés pour compte de notre société ... En Corse comme ailleurs.]

En revanche, ces confréries d'aujourd'hui, en dehors de leur fonction purement religieuse  ( si l'on peut dire, le religieux et l'humain se pénétrant sans relâche: il n'y a, pour s'en convaincre, qu'à assister par exemple à un Office des Morts fraternellement célébré pour un membre de la communauté ) et de  la dynamique  propre au travail du chant ( prenant en charge le riche patrimoine du chant local, dans sa recherche et dans toute sa diversité, dans sa transmission mais aussi dans sa créativité),  nos confréries, donc, ont clairement un rôle à jouer dans le maintien et l'enrichissement du lien social et dans une reconnaissance identitaire positive. Tel jeune en mal d'être, échappé des cadres structurants habituels de la société, peut retrouver là un  espace de communication, de parole, de respect. La place faite naturellement aux plus humbles, aux plus fragiles, aux plus simples, serait une raison largement suffisante pour justifier la vie de ces nouvelles confréries et exprime alors le meilleur de la spiritualité humaine.

Enfin soulignons que ce besoin de confraternité a toujours existé , il est inhérent à la nature humaine, partout dans le monde, qu'il s'exprime ou non au sein de structures religieuses, chez les chrétiens, chez les musulmans , chez les franc-maçons, etc ...  et prenant souvent le relais de structures étatiques centralisées et défaillantes , avec ses aspects positifs mais aussi parfois dangereux ... Ceci est un autre problème!

 

 

crépuscule en chemin.jpg

 

 

 

(à suivre)

 

 

 

 


 

 

 

12/11/2010

Corte: l'exposition sur les Confréries de Corse

Corte, le 9 novembre dernier (enfin!),

 visite au Musée de la Corse de l'exposition

" Les CONFRERIES de CORSE,

Une société idéale en Méditerranée"

1°/ les "objets"

Une exposition qui présente dans une scénographie recherchée un ensemble bien représentatif d'oeuvres et d'objets liés au monde des confréries - encore si présent dans la Corse d' aujourd'hui . Parole d'épouse de confrère!

Santa Croce maître autel blog.jpg

le maître-autel de la Confrérie Santa Croce de Corte

M'étaient familières un grand nombre de ces oeuvres présentées, pour les avoir visitées, admirées, reconnues dans les églises ou les chapelles de confrérie de notre région, chacune ayant une histoire, un rôle à jouer, exprimant dans une grande diversité une même communauté d'esprit.

Visite d'autant plus utile qu'elle avait été préparée par la lecture du très intéressant "catalogue" conçu pour accompagner l'exposition.

On ne préserve bien que ce que l'on a appris à connaitre.

Lorsque ces "objets" regagneront leur pénates, on aimerait être sûrs que, grâce à cette exposition,  leur signification soit désormais à nouveau lisible, re-connaissable pour tous ceux qui les rencontreront à nouveau, touristes de passage ou villageois dans leur communauté où ces objets sont nés d'une certaine nécessité et pour un certain usage.

Querciolo tableau de présence des confrères.jpg

L'un des tableaux de présence de confrérie rencontrés "in situ" dans une petite église,  objet remarquable qui dit beaucoup: ce système de "pointage"  indiquant l'emplacement de quatre  réunions mensuelles , portant des listes successives  collées les unes sur les autres de noms (de générations) , implique une contrainte librement consentie, l'acceptation de la règle et l'effacement de l'individu au profit de la solidarité de la communauté (microrégionale!) des vivants. Probablement l'un des "objets" les plus parlants lorsque l'on veut évoquer le monde des confréries. Je reviendrai là-dessus plus longuement: il s'agira alors d'évoquer le rôle politique - au sens premier du mot - de la confrérie au sein de sa communauté. Autrefois.

Incinacce détail âmes du Purgatoire blog.jpg

Mais aussi solidarité avec les morts: voyez ces petites âmes du Purgatoire, en particulier celle-ci qui s'exerce à la corde à noeuds - le cordon de la robe de bure du bon  Saint Antoine de Padoue - pour s'extraire des flammes ...

Stoppia Nova bannière confrères blog.jpg

 

La bannière de confrérie (Francescu Carli, actif en Corse pendant le dernier tiers du 18°s et mort en 1821) peinte pour la confrérie  de Stoppia Nova: faire pénitence, contempler, adorer et imiter , enfin ... tenter! , et se conduire au mieux des intérêts profonds de la communauté. L'on sait que Pasquale Paoli et son frère Clemente furent confrères dans cette confrérie, mais ont- ils connu cette bannière?

***

    Qu'il soit occasionnellement visible pour certains objets, comme les claquoirs, heurtoirs, crécelles du Vendredi Saint,  palmes, tableaux de présence,  chandeliers,

 

Pietricaggio chandelier Semaine Sainte blog.jpg

(en Castagniccia, ce chandelier des Ténèbres, le petit frère de celui que vous verrez à l'exposition) 

 

Pietricaghju journal collé 1790 aile ange blog.jpg

à l'arrière des ailes de notre ange, un document collé, écrit en français et en italien daté de 1790 ...

 

 

 

... lanternes, bannières de procession, installations des sepolcri ...

 

le sepolcru de Ficaghja blog.jpg

"A sera,dopu cena, si falava in chjesa à veghnà u sepolcru canatndu "U Perdono".

A matina di u Venneri Santu, si aspettava cruciani chi falanu per "visità" u nostru belli sepolcru; facianu e so ppreghere è si ne cullavanu.

Tandu, nisunu manghava carne, ove, casgiu è mancu si biia latte; si facia Quaresimu severu."

(Petru Vachet-Natali: Monografia , Tupunumia di Ficaghja, éditions Anima Corsa)

Ici le sepolcru de Ficaghja, peint par Francescu Carli  installé pour la Semaine Sainte 2010 (vous verrez à Corte celui de San Damianu) : à l'origine, le prêtre officiait à l'intérieur de cette chapelle constituée par ces  grands panneaux peints amovibles, sur un petit autel dressé aufond de l'ensemble, derrière le panneau/antependium de la Déploration du Christ. Un bel exemple de ce patrimoine fragile et éphémère comme peut l'être un décor de théâtre démontable et à usage ponctuel : trois jours par an ... Nous qui sommes gavés d'images et de sons, nous n'avons pas même idée de l'émotion que pouvait provoquer chez les gens de Ficaghja cette mise en scène de la Passion :

Imaginez-vous un instant à cette époque - sans ce matracage audiovisuel continu qui nous pétrit les neurones aujourd'hui à longueur de journée, ( je sais,  presque impossible d'y échapper sauf dans une cellule monacale ) , pénétrant  lors de la Semaine Sainte dans la pénombre de l'église seulement éclairée, au fond, par la lueur crépitante des bougies et des lampes à huile, accueillis par ces deux redoutables personnages  moustachus gardiens du sepolcru. Dans l'odeur âcre des cierges , horreur, délices et compassion  font leur oeuvre, d'autant que tout cela se vit ensemble ...

Conditionnement redoutable, me direz-vous. Certes. Mais faut-il préférer le nôtre?

 

jeudi saint palme 3.jpg

Autre patrimoine éphémère: celui tressé pour les processions de la Cerca (ici  à l'oeuvre une jeune femme travaille au grand palme de Brandu le Jeudi Saint 2010). Le rôle, alors de la transmission...

 

vieilles mains tressant blog.jpg

La transmission par le geste: attention! ces vieilles mains sont très agiles et cela va très vite! Brando, Jeudi Saint 2010.

 

ou que ce patrimoine soit plus quotidien,  plus "habituel"  - je veux dire  que l'on ne le  regarde même plus tant on a l'habitude de le voir - comme ces autels de dévotion, leurs décors peints ou leurs toiles, souvent emberlificotés de fleurs  artificielles dans des pseudo-vases chinois, de guirlandes électriques  et de statues saint-sulpiciennes emplâtrées d'amour, ce patrimoine est en danger dès lors qu'on n'en possède plus le sens. Mais il est bien aussi en danger lorsqu'il devient uniquement esthétique et qu'il cesse de s'inscrire dans une trame humaine où l'on sent que l'on a encore sa place, que l'on soit pieux ou non. Quelque part je préfère un patrimoine qu'on tripote avec amour qu'un patrimoine mis sous cloche.

Corté Sta Croce Vierge de Miséricorde blog.jpg

même ripolinée (!) la Vierge de Miséricorde (Santa Croce) protège les confères de Corte . Un univers symbolique qui s'adresse à tous ...  Un désir de protection universellement partagé et immédiatement lisible mais aussi un ripolinage hautement symbolique: rénover n'est pas restaurer!

Le rôle d'une telle exposition ne serait-il pas avant tout de nous apprendre à re- connaître notre patrimoine matériel et immatériel pour le préserver et le transmettre aux générations qui nous suivent: pas de transmission sans connaissance, pas de connaissance sans émotion, pas d'émotion sans récepteurs désencrassés.

Encore faudrait-il s'entendre sur le sens profond de ce monde des confréries. Un monde multi-pistes, plus facile à appréhender avec les yeux, les oreilles, l'analyse historique ou ethnographique qu'avec les outils de l'affect.  Aujourd'hui, entre débâcle et nostalgie, déliquescence et reconstruction ... Un monde comme moribond qui se refuse à mourir par tous les moyens, et qui sait qu'il doit transmettre parce qu'il ressent sa légitimité mais transmettre quoi, au juste?.

Je n'ai pas encore trouvé une analyse satisfaisante du rôle des confréries d'autrefois, en particulier par leur implication dans la vie sociale et politique de leur temps, ni de cette résistance inventive des confréries d'aujourd'hui, avec leurs failles et leurs forces, oscillant entre la forme et l'esprit ... Il faut peut-être essayer de faire sortir ces confréries de la naphtaline où on les entrepose parfois sans en être conscient au risque d'en donner une image identitaire passéiste, celle dont sont friands nos amis touristes de passage ... 

L'article de Marie-Eugénie Poli-Mordiconi consacré à ce sujet dans le catalogue de l'exposition sous le titre:" Confréries et société contemporaine, ou l'histoire d'un dialogue ininterrompu", apporte des éléments de réflexion très intéressants. Cela dit, il me semble que l'inventaire des confréries de Corse d'aujourd'hui reste à faire, chacune étant porteuse de ses particularités et de son histoire, et ne pouvant rentrer dans un simple questionnaire administratif: les personnalités qui composent ces confréries ne forment pas un matériau  stable ni homogène. L'usure des bonnes volontés parfois se fera ici sentir très tôt, ailleurs au contraire, l'énergie résistante et créatrice d'un seul dynamisera un ensemble plus vaste dans une région, ou encore un certain esprit de compétition amènera à des rebondissements inattendus, à de nouvelles créations. Pourtant de plus en plus il m'apparait qu'en absence d'une  réflexion communautaire sur le véritable enjeu de la confrérie, le ciment du chant retrouvé et des gestes renoués ne suffira plus à consolider l'édifice: l'enjeu se passe ailleurs, et c'est bien cela qu'il faudrait arriver à analyser.

Parmi d'autres, une question demeure en suspens: quelle relation possible entre  démocratie contemporaine et  confraternité ? Le sous-titre de l'exposition:  "UNE SOCIETE IDEALE EN MEDITERRANEE" devrait nous ouvrir les portes d'une certaine réflexion ... à condition d'accepter de s'engager sur un terrain dépourvu de garde-fous.

 

A propos des confréries d'aujourd'hui, je vous invite à découvrir, car c'était une découverte pour moi, le beau blog des Bonifaciens et Amis de Bonifacio, de CANONICI: à propos des confréries, voir sa note des cérémonies au cimetière San Franzè de Bonifacio, 2 novembre 2010 ...

(à suivre)

 



03/10/2010

ALTIANI , avec le village, visite de la Santa Nunziata

(Je réactualise aujourd'hui, finalise et regroupe ces notes rédigées à la fin de l'été sur l'église paroissiale d'Altiani)
 
ALTIANI, Pieve de Rogna, anciennement Diocèse d'Aleria.

Ce 31 Juillet dernier, à la demande de l'active et formidable assosciation "Campa in Altiani", nous avons pu partager avec les gens d'Altiani la richesse de leur église paroissiale: un après-midi festif et animé!
 Ces notes leur  sont dédiées.
en attendant la rencontre blog.jpg*

... papotages et embrassades à l'ombre de l'église, en attendant le début des "opérations" ...
Car il s'agit bien là d'une opération de charme: les gens d'Altiani s'apprêtent à voir de près les peintures qui ornent les autels de cette belle église, hélas dénaturée par l'actif pinceau ripolinant d'un décorateur qui a sévi dans de nombreuses églises de Corse ("là où L. passe, les anges trépassent"). Qu'importe, aujourd'hui, c'est le grand jeu, on va déplacer statues et autres saints objets encombrants pour pouvoir regarder et admirer ce richissime patrimoine des peintures d' Altiani. Une occasion rare de renouer, le temps d'un exposé déambulatoire avec cette iconographie dont la plupart des gens ont perdu le sens et l'usage.

          Altiani paysage blog.jpg

J'étais venue rencontrer ce village en février 2010, un coup de coeur! Une fois enjambé le Tavignano sur le beau "Ponte à u Larice", la route grimpe par lacets jusqu'à Altiani qui domine ainsi la vallée du  haut de ses 600 m: lumière et vents assurés. J'avais en février évoqué la chapelle romane San Michele qui fait l'objet d'un solide projet de restauration, mais aujourd'hui, place à la peinture baroque de Corse! Lors de ma première visite j'avais été émerveillée de la richesse iconographique de cette église, voyez plutôt ... et n'oublions jamais que le but premier de ces peintures était d'éduquer les gens par l'image ...

I° L' ANNONCIATION ( Francescu CARLI)

 

 

     Annonciation blog.jpg

Tout d'abord, cette toile de l'Annonciation, qui domine le maître autel: c'est le patronnage de l'église. Peinture de Francescu CARLI . Né en 1735, originaire de l'état de Lucca, en Toscane, il devient l'un des peintres les plus productifs (plusieurs centaines d'oeuvres) de l'Ecole corse du XVIIIème siécle, puisque c'est en Corse qu'il a choisi de vivre, de se marier (avec une jeune fille Franceschi de San Lorenzu) et de travailler jusqu'à sa mort, en 1826 ...

Ici, L'Annonciation met en scène les trois personnages requis: traversant la nuée peuplée d'angelots, la Colombe de l'Esprit Saint est déjà à l'oeuvre, dardant le divin rayon sur la Vierge agenouillée sur son prie-Dieu à droite, une main ouverte pour l'acceptation, l'autre retournée vers le sol pour la frayeur. On peut la comprendre! Robe rose de son humanité, manteau bleu de son appartenance céleste ...

A gauche, l'archange Gabriel, le beau Messager chatoyant, d'une main tend le lys de la pureté à Marie et de l'autre brandit son index droit vers le ciel, annonçant fermement le message d'en Haut:

" Réjouis-toi, pleine de grâce. Le Seigneur est avec toi. Tu es bénie parmi les femmes. (...) Et voici u'un ange debout devant elle disait: " " Ne crains pas, Marie, tu as trouvé grâce devant le maître de toute chose. Tu concevras de son Verbe " (Protoévangile de Jacques) 

Remarquez qu'au même instant  le Verbe sort bien du bec de la Colombe...

Notez aussi ce nuage lenticulaire en forme de gâteau roulé aérodynamique sur lequel surfe Gabriel avec beaucoup d'aisance: on retrouvera cette même représentation des nuages célestes chez Giacomo Grandi, un autre peintre fort proche de Carli et présent également dans cette église. En écho, le décor végétal du prie-Dieu.

 Le style de Carli est immédiatement reconnaissable:  un univers pastel et rococo où les personnages mis en scène se meuvent avec grâce et délicatesse, des visages enfantins, des mains élégantes aux longs doigts graciles  ...

Annonciation jeu de mains blog.jpg

sans oublier les humbles outils du quotidien ...        Annonciation détail panier blog jpg.jpg

Marie, surprise dans sa prière, son ouvrage à ses pieds, le couvercle du panier entrouvert:  filer, inlassablement le voile du Temple, le fil du Destin, mêler sur la trame des jours le bon et le mauvais, l'âpre et le doux, la prière et l'imprécation, racommoder la déchirure, broder l'enfance ... bref, incessant travail de femme.

II° LA VIERGE DU ROSAIRE ET LES ÂMES DU PURGATOIRE ( Francescu CARLI)

             Rosaire blog.jpg

Une représentation habituelle - on en trouve dans un très grand nombre d'églises - de cette dévotion du Rosaire ... mais pour autant savons-nous encore la lire?

 La Vierge et l'Enfant, bien installés sur leur drôle de nuage, remettent le Rosaire à  St Dominique, à gauche et Ste Catherine de Sienne, à droite: Dominique, le fondateur de l'ordre des dominicains est reconnaissable à sa robe blanche, son manteau noir, et à la petite étoile qui brille au-dessus de sa tête; il est accompagné de son chien fidèle portant le brandon allumé de l'ardeur de la foi ("Domini canes": en un temps sombre de l'Eglise, les dominicains furent les grands inquisiteurs et firent allumer des bûchers de sinistre mémoire. Paix à la mémoire des uns et des autres.) . Et de l'autre côté, la dominicaine Catherine de Sienne, reconnaissable aux stigmates qui percent ses mains ...

                                                      mains.jpg                   

         Regards tendres et gestes raffinés de gens bien éduqués, phalanges musiciennes et petits doigts en l'air de buveurs de thé ...

 Venons-en aux 15 Mystères du Rosaire qui encadrent et justifient la scène:

 les Mystères blog.jpg

 

Autour du visage enfantin et paisible de la Vierge et de l'Enfant, 15 tableautins pour réviser son cathéchisme en récitant le Rosaire, 10 Ave Maria pour chaque Mystère:  5 Mystères Joyeux, 5 Mystères Douloureux, 5 Mystères Glorieux, bref, en tout 150 Ave Maria (aujourd'hui il faudrait rajouter à cette iconographie les 5 Mystères Lumineux ...)

 Un investissement de temps précieux en ces temps difficiles où la survie du plus grand nombre dépendait d'une lutte acharnée avec la nature: terrains souvent en terrasses, pierreux, pentus, dont il fallait inlassablement entretenir, remonter les murs, avec ces risques imprévisibles d'une météo capricieuse, voir d"une guerre fratricide où brûlent les moissons, mais  un vrai livre ouvert de cathéchisme en images doublé d'un vrai acte de charité envers ...

 

 

Ames du Purgatoire blog.jpg

 ...  ces pauvres Âmes du Purgatoire qui grillent (pendant quelques centaines de milliers d'années, parait-il: 800.000 ans pour une peccadille!) leurs imperfections en attendant de pouvoir enfin sortir de la fournaise,  nettoyées et légères. Réciter un Rosaire fait avancer le compte à rebours de façon notoire (moins 200.000 ans, m'a-t-on dit!) et témoigne d'une réelle solidarité des vivants pour les morts ...

Je rappelle ici le rôle de  l'église du  Purgatoire : il s'agit de cette "scession de rattrapage" qui permet de débarrasser - par le feu, par l'absence - l'âme de ses scories (les péchés) pour ne garder que le métal pur de la spiritualité. C'est aussi une forme d'assurance sur l'Au-delà . Ainsi va notre pauvre humanité, toujours inquiète , édifiant inlassablement des systèmes pour se rassurer contre l'inéluctable  ... En ce qui concerne notre monde occidental, je vous renvoie aux excellents ouvrages de Jean DELUMEAU: La Peur en Occident, Le Péché et la Peur, Rassurer et protéger, l'Aveu et le Pardon" etc ... (éditions Fayard) . Cette pastorale de la Peur n'est plus guère de mise aujourd'hui: nous prenons des assurances multirisques pour la vie, la maladie, la mort, la voiture, le vol, le bris de glace, bref, nous essayons de prévoir sur un laps de temps somme toute plutôt court (une vie d'homme, bien peu de chose au regard de l'éternité) ...

Avons-nous vraiment changé  ou sommes-nous simplement devenus myopes? Je ne prendrai pas partie mais dirai seulement ceci: les bons Pères de l'Eglise qui ont développé cette pastorale par l'image étaient de fabuleux publicistes!

 (à suivre pour les autres toiles d'Altiani)