Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2011

Un serpent nu dans le Jardin

Aujourd'hui, récit de la Genèse,

avec Philippe JACCOTTET, la BIBLE, les infos, l'invention de la mort et autres babioles ...

San Quilicu Eve et le Serpent blog.jpg

(Eve et le serpent, San Quilicu à Cambia)

 

"Un grand serpent disparaît dans les hautes herbes jaunâtres.

 

Le silence pèse. Vais-je imaginer qu'une femme le dérange, qui approche entourée de ses cheveux, vais-je apprendre ce que sont des yeux qui ignorent le temps, et comment on marche quand on n'a ni regrets, ni désirs? A-t-elle, pas plus liée par ses pieds au sol que la flamme à la bougie, le regard opaque (ou trop transparent) des bêtes? Est-ce pourquoi elle aurait prêté l'oreille à l'une d'elles? Le serpent nous répugne peut-être parce que nous savons son histoire. Elle, le voyait-elle seulement? Ce n'était qu'un éclair paresseux ou une eau lente. Elle était encore prise dans le globe clos du jour: lesquels de nos mots auraient-ils eu un sens pour elle? Sûrement pas danger, faute, mensonge ..."

(...)

" Je rêve à ce jardin dans la solitude irisée de cette combe. Je contemple un tremble dont pas une feuille n'est immobile, comme un clocher aux milliers de cloches, pour une obscure alarme. Les bêtes habitent avec tranquillité le Temps. C'est comme si rien n'était encore visible à aucun regard. Tout est encore à l'intérieur d'un sommeil illimité. Soudain, pour la première fois, ces yeux s'entrouvrent. Elle n'était pas différente des bêtes; à présent elle voit la distance, les couleurs, les ombres, la beauté insidieuse; elle voit que les choses changent, pourraient fuir, lui échapper. Elle s'alarme, se trouble; elle devient si belle que même les figures invisibles du ciel descendent vers son nid. Et de même qu'elle a été expulsée de la sphère divine, le sang sort de son corps, et coule, plus épais que l'eau. C'est le premier sang visible. Il enténèbre le sol.

 

A celui qui se penche vers elle, la terre a-t-elle jamais livré des simples pour ces blessures?"

 

(Prose au serpent:  Philippe Jaccottet, Paysages avec figures absentes, nrf, Poésie Gallimard)

Adam  Eve  serpent arbre.jpg

" Le serpent était nu,

plus que tout vivant du champ qu'avait fait IHVH Elohîm.

Il dit à la femme: ainsi Elohîm l'a dit:

"Vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin" ...

La femme dit au serpent:

"Nous mangerons les fruits des arbres du jardin,

mais du fruit de l'arbre au milieu du jardin, Elohîm a dit:

" Vous n'en mangerez pas, vous n'y toucherez pas, afin de ne pas mourir."

Le serpent dit à la femme:

"Non, vous ne mourrez pas, vous ne mourrez pas,

car Elohîm sait que du jour où vous en mangerez

vos yeux se dessilleront et vous serez comme Elohîm, connaissant le bien et le mal."

La femme voit que l'arbre est bien à manger,

oui, appétissant pour les yeux,

convoitable, l'arbre, pour rendre perspicace.

Elle prend de son fruit et mange.

Elle en donne aussi à son homme et il mange.

Les yeux des deux se dessillent, ils savent qu'ils sont nus."

 

(La Bible: la Genèse, traduite par André CHOURAQUI)

Vous connaissez la suite - y compris les risques nucléaires majeurs que nous vivons aujourd'hui avec le drame du Japon ... Mais tout de même, de là à tout mettre sur le dos d'Eve et du Serpent! (je ne parle pas d'Adam, le pauvre homme, on le sait, il n'y était pour rien,  il écoutait le dernier qui parle, le dernier avis, celui qui disait qu'il n'y avait pas de risque, pas de quoi s'alarmer ... et puis quoi, on allait bien voir !)

 

cambia,castagniccia,san quilicu,adam et eve,genèse

Adam et Eve et  l'arbre de la connaissance: tympan de Santa Maria de Rescamone, à Valle di Rustinu

Je reprends quelques instants quelques passages  de cette troublante  "Prose au serpent" de Philippe Jaccottet:

"(...) Pourront-elles jamais cesser d'aimanter nos regards, elles, les fraîches, les douces, nos bergères, ces lueurs ou ces clés qui tournent dans l'obscurité, qui ouvrent le monde, en déplacent les murs, elles justement qui semblent des habitantes du Jardin, qui le recréent un instant autour de nous; mais on sent que ce n'est pas le même, c'est comme quand on voit deux images en surimpression, ou que derrière le plus beau ciel on se rappelle la nuit ou l'on pressent un orage, comme quand on devine le crâne sous la peau, c'est déjà plein de flammes derrière les fruits mûrs, les degrés ascendants basculent, le haut et le bas se confondent, le caché émerge, flambe, une odeur de dissolution gagne, comme si de toutes les beautés la plus irrésistible ne paraissait que pour nous faire sentir par un plus court chemin la mort. Bergères infernales.

(...)

Il n'y a jamais eu ni Jardin, ni Serpent. Mais nous sommes vraiment ici, voyant des choses au travers des autres, des dieux et des morts derrière les vivants, des anges et des flammes au milieu des plantes, tout ce mélange de chair et de fumée est réellement en nous. Il faudrait une bonne fois cesser de dire: " Quel est le chemin du lieu sans tache?" ou encore: " Pourquoi vieillis-tu, pourquoi pars-tu, pourquoi me trahis-tu?" Ou nous refusons cette limite, et nous refusons tout (par quelque forme que ce soit de délire, d'excès), ou nous l'acceptons, et nous vivons avec elle. Mais comment, si la croyance en une résolution des contraires avant ou après la mort ne nous est pas donnée? Faut-il briser, chaque fois qu'il se reforme, tout élan vers le Jardin, chasser le plus faible de ses reflets? Plutôt, ceux-ci, les saisir en leur rapide passage, sous toutes leurs formes (variables selon les temps, les lieux, les natures), les maintenir tant bien que mal, aveuglément, n'importe quelle lueur au mur d'une prison étant bienfait ..."


cambia,castagniccia,san quilicu,adam et eve,genèse

le Serpent et l'Arbre, Santa Maria de Rescamone.





17/02/2011

Où en sont les projets de restauration des chapelles à fresques en Corse?

Mais où  en est donc la deuxième tranche de restauration de nos chapelles à fresques ?

Ped'Orezza visages de Thomas et Matthieu blog.jpg

(Ped'Orezza: San Tumasgiu et San Matteu)

Lors du Salon du Patrimoine Culturel  tenu à Paris au Carrousel du Louvre début novembre 2009, la Collectivité annonçait ainsi les travaux engagés pour sauver et restaurer ce patrimoine insulaire des chapelles à fresques. Je cite:

"Programme de sauvegarde et de restauration des chapelles à fresques insulaires
La Corse dispose d’un ensemble de chapelles à fresques d’une richesse exceptionnelle,
menacé de dégradations irréversibles voire de disparition.
C’est pourquoi, dès 2007, la Collectivité Territoriale de Corse a engagé un ambitieux
programme de sauvegarde et de restauration sur quatorze édifices aux décors monumentaux
conservés datés entre la fin du XIVè siècle (Sainte Marie des Neiges à Brando) et le début du XVIè
siècle (San Tumasgiu di Pastureccia à Castello di Rostino). Ces chapelles, situées sur les
communes d’Aregno, Brando, Calvi, Cambia, Castello di Rostino, Castirla, Favalello, Furiani,
Gavignano, Murato, Pied’Orezza, Pruno, Sermano, Valle di Campoloro seront restaurées d’ici la fin
2010." ( ...)

 

"La poursuite de la restauration des chapelles à fresques aboutira
fin 2009 à l’engagement de six opérations nouvelles constituant la seconde tranche fonctionnelle
de cet ambitieux programme de sauvegarde du patrimoine insulaire :
❚ l’église de la Trinité d’Aregno
❚ l église Saint Thomas de Pastureccia, à Castello di Rostino
❚ l’église Saint Michel de Castirla
❚ l’église Saint Pantaléon de Gavignano
❚ l’église Saint Michel de Murato
❚ l’église Santa Maria Assunta, à Pruno
La Collectivité Territoriale de Corse assurera la direction des travaux de conservation dont
la livraison est prévue fin 2010."

 

 

 

San Quilicu ensemble  blog.jpg

 

Si San Quilicu a recouvré ses couleurs,

 

Santa Giulitta visage.jpg

                                et sainte Julitte sa grâce mystérieuse,

 

fin  de restauration.jpg

et si, à la chapelle santa Cristina de Valle di Campuloru, on a démonté depuis longtemps les échaffaudages,

 

hippolyte- severine blog.jpg

laissant méditer Sant' Ipolito,

St Michel blog.jpg

et si à San Nicolau de Sermanu, San Michele ...

 

la Vierge blog.jpg

 

et la douce Vierge ont aussi retrouvé fraicheur et  paix ...

 

que sont devenus les projets, pourtant bien avancés semblait-il l'an dernier,  de restauration de la deuxième tranche ? Espérons que "la crise" ... ou ...  "les crises" ... ne feront pas pâtir ces chapelles qui appellent urgemment nos soins ...

A l'occasion de ces restaurations a été installé (février 2007) un Comité Scientifique de l'Opération Chapelles à Fresques - à consulter sur le site:

www.corse.fr/attachment/167588/


"(...)

 

Création du comité scientifique de suivi de l'opération "Chapelles à fresques"

Dans la suite du rapport d'orientation relatif au patrimoine, voté par l'Assemblée de Corse le 30 juin 2005 à l'unanimité (délibération n°05/109 AC), ainsi que de l'affectation au BP 2006 des moyens relatifs aux travaux de la première tranche de l'opération chapelles à fresques, un comité scientifique de suivi de l'opération "Chapelles à fresques" vient d'être créé.

 

Ce comité est composé de spécialistes chargés de donner un avis éclairé sur la méthodologie et la procédure d'intervention telles qu'elles sont proposées dans le PAT soumis par l'architecte en chef des monuments historiques, puis d'évaluer la qualité des travaux au fur et à mesure de leur avancement.

 

pour la CTC, l'intérêt de la création de ce comité est triple:

 

- la garantie apportée par une caution scientifique plurielle (c'est moi qui souligne)

- le partage d'expériences avec des professionnels hautement qualifiés dans le domaine concerné, et la mise en place d'un réseau européen de spécialistes (c'est moi qui souligne)

- l'élaboration d'un projet de mise en valeur de ce corpus patrimonial, au moyen d'expositions et de publications qui pourront être réalisées avec la participation des membres du comité scientifique.

(...) "


 

(à suivre)

 

 

 

10/10/2010

Gaubert: recherches sur les origines de la Corse par les Monuments

Je vous transmets, grâce à l'amie Jéromine Boussard (Campa in Altiani) cet extra-ordinaire document que je viens de découvrir:

"GAUBERT, Dessins pris sur place de 1886 à 1889, Recherches sur les origines de la Corse par les Monuments"

A ouvrir sans modération sur le site:

www.coggia.com/

Aller sur ARCHIVES

Bravo à l'auteur de cette mise en ligne! Cela dit, on aimerait en savoir un peu plus sur ce Gaubert et sur son aventure en Corse.

Très étonnant, même si les dessins ne sont pas toujours très fidèles, et si les monuments décrits avec le savoir d'un homme curieux de l'époque ont évolué - certains, hélas, vers une ruine avancée ...

09/02/2010

ALTIANI, chapelle San MICHELE

Ce dimanche 7 février 2010,
visite à la chapelle San Michele,
 à ALTIANI, PIEVE de ROGNA,
Canton de Bustanico,
moyenne vallée du TAVIGNANO 
Altiani paysage blog.jpg
(Le village d'Altiani)
Une lumineuse journée de découverte improvisée et  partagée en bonne compagnie des amis Nicole Munsch et Jean-Christophe Desrues!
Si l'église piévane San Giovanni Battista d'Altiani ( Piévanie de Rogna) est relativement bien connue de par sa situation - près du beau  pont génois élargi "Pont'à u large" construit au-dessus du Tavignano,  non loin de Corté, et visible depuis la route Corté/Aleria -, en revanche la chapelle San Michele  d'Altiani demande une intention particulière ... En ce qui nous concerne, nous sommes venus sur l'invitation réitérée des amis d'Altiani, Jean B. en particulier à qui j'avais promis depuis longtemps de venir découvrir cette chapelle, et que l'association locale Campà in Altiani , créée pour la sauvegarde du  patrimoine a entrepris de sauver de la ruine: on ne peut que les encourager dans leurs démarches et leur souhaîter toute l'énergie nécessaire -  et il en faut !  - pour porter ce beau projet !
Altiani S michele paysage.jpg
Ecoutons le rapport qu'en faisait  Geneviève Moracchini-Mazel dans son ouvrage " Les églises Romanes de Corse" , en 1967:
" Elle se trouve à 15 minutes de marche du village et ne sert plus au culte. Sa charpente s'est effondrée il y a une quinzaine d'années mais les murs ne sont pas encore dégradés.
(...)
La nef unique se termine à l'Est par une large abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four. Les maçonneries sont en partie crépies, en façade surtout, et sont donc peu faciles à observer . Toutefois le mur extérieur de l'abside, qui a perdu son crépissage, montre un appareil grossier de pierres éclatées plutôt que taillées qui nous rappelle celui de l'abside de San Petruculo d'Accia (fin du VI° s.)
Altiani S Michele abside extérieur.jpg
(note: entre temps, le crépi est aujourd'hui largement tombé à l'extérieur, mais il reste en place sur le mur Sud)
Les trous de charpente sont apparents et la petite fenêtre de l'abside comporte des piédroits monolithiques et une archivolte échancrée selon le tracé d'un arc en plein cintre.
IMG_8115.JPG
(cette fenêtre-meurtrière présente des traces de fresques que nous avons découvertes avec intérêt! Je reviendrai là-dessus plus loin)
Des dalles plus soignées et plus larges renforcent les angles S.- E.  et N.-E. de la nef. Il est certain que les murs latéraux (éclairés chacun par une étroite fenêtre  meurtrière rectangulaire) et la façade occidentale ont subi des réfections (vers le IX°-X° s.?).
A l'intérieur, la nef qui a 13,86 m de longueur et 6,88 m de largeur est entièrement crépie; on devine cependant que l'arc triomphal est fait de claveaux assez bien taillés? Au XVIII° s., on avait séparé la nef de l'abside par un grand mur établi à l'aplomb de cet arc et on avait disposé  l'autel contre ce mur.
Altiani S Michele intérieur.jpg
(la végétation a pris possession des lieux et l'eau ruisselle dangereusement sur le décor peint au-dessus de l'autel)
En 1589, Mgr Mascardi avait visité cette église alors paroissiale (fol. 157 vo): " ... elle se trouve à un demi-mille  des habitations ... ses murs sont peints en partie ... elle a deux portes ... elle n'est pas assez lumineuse avec une fenêtre unique ... ses revenus atteignent 42 aurei en terre et en prémices ; on y célèbre le jour de la fête et à l'occasion des funérailles; il n'y a pas de campanile, mais une cloche est pendue à un arbre dans le cimetière ... son autel se trouve sous une abside peinte ..."
(in "Les Eglises Romanes de Corse, p. 332)
Un examen attentif révèle en effet des traces des fresques dans l'abside, derrière le mur de séparation du choeur, malheureusement trop lacunaires pour qu'on puisse se faire une idée de l'iconographie, mais qui témoignent une fois de plus de la richesse de ce que fut ce patrimoine des fresques en Corse.
fresque fragment abside 1.jpg
(...traces ...)
inscription embrasure fenêtre abside.jpg
(et dans l'embrasure de la fenêtre de l'abside, des éléments d'inscription ...)
fresque fenêtre latérale nord blog.jpg
élément de fresque découvert dans la fenêtre du mur nord:
une poutre, dans sa chute, s'est malencontreusement encastrée contre le décor...
 Que cette chapelle soit dédiée à l'archange St Michel, notre Passeur d'âmes,  explique qu'un cimetière soit mentionné en sa proximité, même si, pour l'instant on n'en a pas trouvé de restes:
" Domine Jesu Christe, Rex gloriae, libera animas omnium fidelium defunctorum de poenis inferni, et de profondo lacu: libera eas de ore leonis, ne absorbeant eas tartarus, ne cadant in obscurum: sed signifer sanctus Michael repraesentet eas in lucem sanctam . Quam Olim Abrahae promisti, et semini ejus. " ( ... Que le porte-étendard céleste les ( les âmes des fidèles défunts) introduise dans la lumière sainte promise à Abraham et à sa descendance: Offertoire de la messe des Morts).
... Ce n'est pas un petit rôle ... d'autant que à cet instant crucial ... Satan accourt, prompt de la griffe et de la dent pour saisir ces pauvres âmes défuntes ... Heureusement, San Michele veille, armé de son glaive redoutable :
Altiani décor mural S Michel.jpg
... comme nous le rappelait sans doute dans toute sa gloire passée cette peinture murale au-dessus de l'autel, oeuvre du XVIII° s. dont il ne reste, hélas, que peu de choses, un élégant décor végétal, deux angelots dont le visage a viré de couleur (oxydation) ... et ce glaive de feu brandi d'une main ferme...
DSCF3188.JPG
On retrouvera le même thème  exprimé dans l'église paroissiale du village d'Altiani (je reviendrai sur cette intéressante église de l'Annonciation, hélas victime d'un "relookage latouresque" redoutable !)
IMG_8165.JPG
St Michel (photo impossible à prendre!)
IMG_8162.JPG
... maîtrisant l'un des plus affreux Diables de ma connaissance ... à ne pas rencontrer au coin de la vie!
Tout un monde que l'on aimerait voir restitué ... et en attendant, protégé au plus vite des intempéries ...
Sandrine L. nous a accompagnés avec beaucoup de gentillesse et de compétence sur le site:  revenue vivre au village, elle retrouve et interroge ses racines. Tout autour de nous, vieux oliviers, chataîgniers, et, à flanc de côteau, terrasses enfouies sous la végétation - naguère cette terre nourrissait encore son monde: en 1901, Altiani dénombrait 690 habitants, mais combien se sont exilés dans l'espoir d' une vie meilleure? et combien ont payé le prix fort lors des grandes guerres? Ils n'étaient plus que 329 en 1921 ...
IMG_8181.JPG
(... les Monuments aux Morts sont toujours éloquents ...)
Au-dessus de San Michel règne le domaine de la pierre, car la chapelle a été construite au pied d'un ensemble rocheux impressionnant, là où vivaient les premiers habitants du village de " u Petraghju":
IMG_8134.JPG
... déferlements rocheux faisant souvent saillie, consolidés ça et là par des murets de pierre, l'endroit est "habité": un peu plus haut, une fois franchi le chaos de pierres, de ronces, de racines entremêlées, des restes de constructions qui signent l'occupation humaine ancienne:
IMG_8136.JPG
Le peuplement d'Altiani ne date pas d'hier ... Au-dessus du village, Sandrine nous parle  d'une voie romaine, ce qui ne nous étonne guère (petits morceaux de poterie au sol) : le site de San Giovanni de Corté n'est pas bien éloigné, où l'on situe une bourgade romaine, peut-être la cité  de Venicium ... Je ne serais pas plus étonnée que cela si l'on retrouvait des traces d'un peuplement plus ancien encore dans ce bastion rocheux ...
(à suivre)
 
 

27/06/2009

Muratu, San Michele: l'intérieur de l'église, suite 14

L' intérieur de San Michele de Murato

(Pour clore ces notes regroupées sur San Michele di Muratu,

à nouveau quelques images de l'intérieur )

San Michele intérieur.jpg
Une douce lumière baigne le maitre-autel par la porte ouverte: sinon, l'église médite dans une relative obscurité, traversée par les rais lumineux des fenêtres meurtrières et la croix évidée au-dessus du choeur.
Annonciation fresque.jpg
Trop peu d'éléments nous restent de ce qui fut sûrement l'une des plus belles fresques de Corse: le temps a fait son oeuvre, effaçant inexorablement ces peintures à fresque de la fin du XV°siècle. Demeure la présence estompée de cette Annonciation dans les écoinçons de l'Arc triomphal.
Muratu Archange Gabriel blog.jpg
L'Archange Gabriel, drapé dans un manteau blanc constellé de croix, brandit le phylactère de son Annonce à Marie...
Vierge Annonciation.jpg
... qui reçoit le divin message le visage méditatif: Marie en robe rouge et manteau bleu est représentée en prière dans sa chambre close de tentures rouges évoquant l'inviolabilité du ventre maternel de Marie. Se détachant sur ce fond rouge  un vase évoque les Litanies de la Vierge
" Vas spirituale, ora pro nobis,
Vas honorabile, ora pro nobis,
Vas insigne devotionis, ora pro nobis..." 
De même que l'étoile qui semble ici remplacer la colombe de l'Esprit Saint:
"Stella maturina, ora pro nobis"
Ici et là des traces de fresques subsistent, aujourd'hui illisibles... dont, sur le mur nord des éléments très effacés de ce qui fut peut-être le personnage de Saint Michel Archange.
aigle sculpté arc blog.jpg
Sous la croix évidée du choeur, un aigle sculpté, ailes déployées.
chapiteau sculpté choeur blog.jpg
Un chapiteau orné de sculptures naïves, à gauche du choeur.
linteau aux paons.jpg
Le linteau de la façade occidentale, hélas détruit par la foudre en décembre 1969 et déposé à l'intérieur: deux paons semblent tirer les oreilles d'un homme qui les maintient par les pattes... Le paon, emblème dans l'antiquité de l'incorruptibilité et de la gloire, devient , dans la symbolique chrétienne, l'emblème de l'immortalité grâce à la résurrection:
"A la résurrection générale , en ce jour où tous les arbres, c'est-à-dire tous les saints , commenceront à reverdir, ce paon - qui n'est autre que notre corps - débarrassé des plumes  de la mortalité, recevra celles de l'immortalité" ( Saint Antoine de Padoue, Sermon pour la Férie, 5ème après la Trinité: cité dans "Le Bestiaire du Christ" de Louis Charbonneau-Lassay).
C'est aussi  le symbole du Christ conduisant les âmes vers la vie éternelle...
Ici, les paons étaient sertis de pierres colorées: deux paons tirant par les oreilles l'humain agrippé à leurs pattes... une invite peu commune à l'envol spirituel!
linteau Murato dessin.jpg
(dessin reproduit dans: " Corse Romane" de Geneviève Moracchini-Mazel, édition Zodiaque)