Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2013

avec les amis du Conservatoire d'espaces naturels de Corse

Dimanche 23 Juin,

une belle journée de partage

avec le Conservatoire d'espaces naturels de Corse

Castifau blog - Copie.jpg

Castifau et le Couvent de Caccia: au fond les Aiguilles de Rundinaghja.

 

voûte béante.jpg

Commencée au Couvent San Francescu di Caccia, et, privilège aujourd'hui, à l'intérieur de la grande église San Francescu

(voir la note précédente:http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2013/06/27/500-ans-d-histoire-aucouvent-de-caccia.html ),

Jean-Raphaël Cervoni.jpg

grâce aux bons soins de l'ami historien Jean-Raphaël Cervoni, intarissable sur son patrimoine ...

tombe dentelle.jpg

aux côtés des tombes -dentelles

prêche.jpg

non, , non, ce n'est pas le grand San Leonardo da Porto Maurizio grimpé sur ce qui fut la chaire de prêche ...

P1120335.JPG

une aile du couvent, en bien piètre état, investie par les vaches: merci à l'amie Michelle Lafay pour son reportage photos!

église Moltifao façade.jpg

Moltifau, façade de l'église

P1120347.JPG

le beau meuble de sacristie ( 1721) de Moltifau, typique de l'ébénisterie conventuelle,  provient du Couvent de Caccia,

P1120345.JPG   

et , intégré dans ce meuble de sacristie, un "Dieu le Père" bénissant qui devait à l'origine, orner le fronton du beau tryptique aujourd'hui présent dans le choeur:

Moltifao tryptique.jpg

 retable sur bois de style florentin, datable de 1545 - Il pourrait  provenir lui aussi du Couvent de Caccia ... 

 

En fin de matinée, U Piedigrisgiu:

pause pique-nique Piedigriggio.jpg

Une étape importante de la journée: merci aux amis de Piedigrisgiu qui nous ont ouvert le foyer rural et nous ont permis ce pique-nique tranquille et confortable!

église San Michele Piedigriggio.jpg

la petite église San Michele avec ses deux cadrans solaires,

Piedigrisgiu église San Michele.jpg

son campanile séparé,

DSCN4514.JPG

et les témoignages visisbles de la première église romane (X° s.): ici la petite abside ...

sieste musicale Piedigriggio.jpg

Puis, sieste musicale à la fraîcheur de l'église San Michele

P1120359.JPG

sur le petit orgue anonyme du XVIII°s. , transféré et agrandi par Anton Pietro Saladini, le facteur d'orgue de Speluncatu: " On a reçu cet orgue le 16 avril 1863" - Restauré par Jean-Louis Loriaut en 2004

P1120360.JPG

après une grimpette moyennement commode,

P1120363.JPG

 ce petit orgue se prête volontiers à quelques fantaisies  ... témoignages d'une pratique populaire de l'orgue: comment accomoder une valsounette sentimentale pour accompagner une élévation,

IMG_7793.JPG

au grand effroi du Diable tapi dans sa niche,

St Michel et le Diable.jpg

ferré par Saint Michel ...

Après une petite route magnifique qui passe sous les Aiguilles de Rundinaghja, nous rencontrons un autre San Michele:

P1120371.JPG

à Castirla, la délicieuse et modeste  chapelle San Michele, restaurée.

 

P1120365.JPG

Vous pouvez en retrouver un commentaire détaillé dans la note:


http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2012/10/13/castirla-cappella-san-michele.html

Castirla intérieur san Michele avec amis.jpg

 

Enfinj nous terminons notre journée à Corte, à l'église paroissiale de la Nunziata

DSCN4713.JPG

avec son sublime son orgue historique de Johannus VConradus Werle, vers 1760: pour  moi, l'un des cinq plus beaux instruments de l'île ...

 

... et pour ceux qui avaient encore un peu d'énergie ...

brebis à San Giovanni.jpg

En Corse, patrimoine et nature font plutôt bon ménage: pour les bêtess comme pour nos gens, c'est la paisible fin de journée à San Giovanni,

avec amis.jpg

un plaisir qui se prolonge, même si l'on peut regretter, comme chaque fois, le semi-abandon de ce lieu magique


Rappelons tout de même ce qu'est ce site de San Giovanni Battista de Corté, classé M.H. en 1968:

Dans la vallée du Tavignano, dans un espace majestueux et largement ouvert sur les montagnes environnantes, peut-être sur l'emplacement de l'antique ville romaine de Venicium, à quelques mètres à peine du Palazzu ( maison forte) du semi mythique Comte Ugo della Colonna, le héros de la Reconquista de la Corse lors de la croisade contre les Maures au début du IX° siècle, ce site fut probablement déjà occupé dès la préhistoire: la colline du Poggio dello Palazzo (dont Madame Moracchini Mazel pense que le sommet est couronné d'une triple enceinte mégalithique) disparait aujourd'hui sous la végétation et l'on ne peut même plus distinguer les vestiges du Palazzo. Voici, juxtaposés, l'église-mère et le baptistère de la Piève de Venaco : fouillée en 1956/58 par Mme Moracchini Mazel, l'église préromane dont il reste la belle abside en cul de four et la base des murs, des piliers séparant les trois nefs, et le baptistère de plan tréflé, recouvert d'une charpente et d'un toit de lauzes. Notre ami Etienne Jacquemin nous rappelait que le relevage du baptistère fut l'oeuvre de l'Armée, alors propriétaire des lieux ... Ces deux édifices, leur appareil archaïque (pierres cassées au marteau, utilisation d'un mortier de chaux, de tuffeau) et leur décor de bandes murales à la façon des églises lombardes permettent d'estimer leur construction du début du IX° siècle... Comme souvent on retrouve là la permanence de l'occupation humaine sur un site sacré, vestiges mégalithiques, nombreux éléments de tuiles et poteries romaines réemployés dans la maçonnerie des deux édifices...

 

fin de journée.jpg


Merci à tous!

 

 

 

 


 

 

 

 

 


27/10/2012

Agriate: la ferme d'Ifana

 

Dans l'Agriate en cet automne 2012

une (chaude!) balade

à la rencontre de la ferme génoise d'Ifana

Agriate Colette explique.jpg

avec les fidèles amies Colette, Chantal et Hélène ...

livre Casta 1 .jpg

 

Tout d'abord, je signale ce petit ouvrage précieux et charmant , écrit par un amoureux des Agriate, Jean-Michel CASTA et accompagné de bien jolies illustrations de Fabien SEIGNOBOS - publié par le Conservatoire du Littoral, Actes Dud/ Dexia Editions. Le Conservatoire du littoral a acquis depuis 1979 5.514 hectares, dont 35 Kilomètres de côtes qui sont désormais protégées et surveillées.

Je vous renvoie, pour la présentation de l'Agriate, improprement nommé " Désert des Agriates", à quelques sites . Le premier, daté de 2007,  établit le diagnostic de cette région et c'est certainement l'approche la plus pertinente  pour quiconque souhaîte découvrir et comprendre en profondeur cette magnifique région et la politique difficile de sauvegarde d'un patrimoine exemplaire :

 www.agriate.org/documents/diagnostic_agriate0307.pdf -


 
fr.wikipedia.org/wiki/Désert_des_Agriates

et à quelques notes du blog qui concernent le mégalithisme de la région:

http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2009/06/19/monte-revincu-et-chiesa-nera-14-juin-avec-colette-chantal-et.html
 
http://elizabethpardon.hautetfort.com/trackback/3304402
 

Ce jour-là, nous avions décidé d'aller visiter ou revisiter la ferme d'Ifana, en partant du Domaine de l'Ostriconi sur la N 1197   ...

Agriate en chemin.jpg

En ce mois d'octobre, les pluies ont eu le temps de réveiller la nature de sa torpeur estivale. Journée chaude, en dépit de ce milieu d'automne : le ciel un peu voilé fait chanter les verts dans ce vaste paysage de collines et de montagnes.

 

L'Oriu.jpg

En chemin, cette occupation forte: 

l'oriu de près.jpg

un oriu,

intérieur oriu.jpg

habitation troglodyte aménagée dans un abri sous roche,

utilisée par les anciens agriculteurs venus de Balagne ou du Cap Corse de la fin du printemps jusqu'à l'automne (après labours et semailles),  puis par les bergers en transhumance d'hiver. Elle nous raconte la vie ancienne dans l'Agriate, une vie rude sur des sols souvent pierreux et revêches , un peuplement nomade,  riche d'activités qu'il nous faut à présent imaginer: s'il reste encore quelques bergers, les nombreux petits cultivateurs d'autrefois ont disparu. Les incendies cataclysmiques ont détruit une partie de cette région autrefois si cultivée qu'elle avait reçu ce nom d'Agriate (ager, le terrain cultivé ou cultivable): à partir du moment où la nécessité vitale ne maintient plus les hommes sur leur territoire, la désertification commence et les jours de grand vent, les feux peuvent déferler à leur aise ... Ce qui fut le cas du dernier grand incendie de 1992, massacrant faune et végétation . Depuis la vie a repris, mais les arbres cultivés ne se sont pas renés de leurs cendres,

 

pause.jpg

laissant désormais la place aux oliastres, au maquis,

aux chasseurs et aux randonneurs ...

Agriate arbousiers.jpg

festin de couleurs : les arbousiers fleurissent et fructifient

Agriate pagliaghji.jpg

deux pagliaghji ( pailliers) au bord de la piste, avec le toît arrondi, caractéristique de la région.

Agriate Ifana de loin.jpg

 après deux petites heures de marche à travers la solitude du maquis, des cystes, des arbousiers, des oliastres, d'une végétation opiniâtre et généreuse resurgie au lendemain du feu,  saine,  sobre, libre,  cavalcadant sur la pierraille, ô combien odorante ...
et soudain, au loin,

Agriate ferme d'Ifana.jpg

 la voilà, imposante, orgueilleusement dressée en son vallon, sur son territoire organisé, maîtrisé, scandé de murs, d'enclos, de jardins, planté d'oliviers, de fruitiers ...

Agriate ferme d'Ifana détail.jpg

la ferme génoise d'Ifana et ses dépendances,

la maison dIfana.jpg

Construite au XVII° siècle pour répondre à la politique génoise de développement de l'agriculture, la ferme d'Ifana sera tout d'abord gérée par la famille aristocratique génoise des Spinola: " Ceux-ci s'engageaient à développer la culture du blé, de la vigne et de l'olivier, ainsi qu'à bâtir ou à consolider les tours littorales" ((J.M. Casta, " Les Agriate", opus cité plus haut). L'histoire du domaine d'Ifana suit l'histoire de la Corse: après 1769, confisqué sous l'Ancien Régime, balloté entre bien national ( sous la Révolution) et propriété privée, il finit, et cela est heureux, par être acquis par le Conservatoire du littoral,

bergerie et maison acec les 2 C.jpg

qui a déjà mis la toîture des deux principaux bâtiments hors d'eau, la grande maison de maître et la bergerie.

 

Agriate bergerie Ifana.jpg

la somptueuse bergerie, surmontée d'un étage où logeait le berger,

 

Agriate Bergerie Ifana intérieur.jpg

longue de ses 25 m, avec ses arcades et sa voûte basse dit assez l'opulence du domaine.

Ifana l'orme.jpg

Devant la façade de la grande demeure, un vieil orme, miraculé des feux,

le vieil orme.jpg

distille sa lumière à travers un  feuillage encore bien vivace,

le vallon d'Ifana à travers l'orme.jpg

résiste et veille sur le vallon : oliviers eux aussi rescapés des flammes...  murs, douceur d'un paysage travaillé au long des siècles.

le four à pain ensemble.jpg

près de la maison,

le four à pain.jpg

le four à pain, prêt à reprendre du service.

Au rez-de-chaussée de la maison, les pièces réservées à l'exploitation:

Ifana pressoir.jpg

comme ce palmentu (pressoir),

Ifana graffiti sur le crépi du palmentu.jpg portant sur son reste de crépi d'énigmatiques incisions ... Un compte ? oui, peut-être, mais de quoi?

à l'étage abandon.jpg

puis à l'étage , l'abandon des anciennes et nobles pièces d'habitation...

cheminée cuisine.jpg

avec cette cheminée aménagée de la cuisine

Graffiti.jpg

et sur une cloison, ces extraordinaires graffiti historiques :        

  " Souvenir inoubliable de joie 8 mai 1945",

accompagné de croix de Lorraine,

graffiti 2.jpg

et de drapeaux tricolores : témoins de l'histoire contemporaine, échos émouvants et inattendus de la Seconde Guerre mondiale en Corse * ...

Nous en sommes réduits à imaginer les auteurs de ces inscriptions: des résistants, ou de simples habitants de la vallée libérés des contraintes de cette époque troublée?

Ifana oliviers champs murs.jpg

Tout autour, scandés de murs de perres sèches, de beaux champs et leurs oliviers préservés, où s'entend encore le travail de ces générations d'hommes et de femmes pour qui sait écouter ce que murmurent les pierres et les arbres

Ifana la grande aire.jpg

et un peu plus haut, bien ventée, l'aghja:

par ses dimensions,  cette très grande aire de battage signe elle aussi la richesse du domaine d'Ifana.

Ifana le pommier sauvage.jpg

à côté, ce pommier sauvage

Ifana ensemble maison bergerie.jpg

Il est temps de laisser - à regret - derrière nous cet ensemble encore façonné par tant de témoignages du labeur humain et de la volonté politique d'une mise en valeur programmée de la Corse par ses divers "gestionnaires". Gageons que le Conservatoire du littoral saura trouver les subsides nécessaires à la restauration et la sauvegarde de ce patrimoine si particulier et charhé d'histoire, et qu'il saura dégager une politique efficace pour le transmettre et le gérer au mieux des intérêts de la collectivité.

 

* A lire au sujet de cette période tourmentée de la Seconde Guerre en Corse  l'excellent livre d'Hélène CHAUVIN: " La Corse à l'épreuve de la guerre, 1939-1943" , dans la collection Chroniques, Vendémiaire Editions.

 

 

 

 

 



 

29/10/2011

Un chemin du septième ciel dans le Ghjunsani ...

"La mer, l'inlassable goutte d'eau, le vent, qui peuvent attendre, qui ne sont pas comme l'homme contraints de se hâter, assurent aux corps qu'ils caressent et qu'ils usent, le profil le plus pur, le plus pauvre aussi, mais le seul véritablement nécessaire. Dans ce long acquiescement, dans cette ultime misère, se dissimule assurément une des formes concevables de la perfection."

(Roger Caillois, Pierres, poésie Gallimard)

minéral et végétal.jpg

Dimanche 16 Octobre 2011.

En chemin, donc, avec Hélène, Colette et le bon génie (vous l'aurez remarqué, il doit y en avoir au moins un par pieve) du Ghjunsani, Santu: quelques images de cette lumineuse journée d'automne entre terre, ciel, montagne et mer

le chemin au-dessus d'Olmi Cappella.jpg

L'un des nombreux sentiers soigneusement dallés qui reliaient les communautés entre elles, entre le Ghjunsani et la Balagne: voies de communication dans tous les sens du terme.

 

Santu nous a concocté un parcours où le paradis se mérite par la crapahute


En chemin.jpg

... tant de choses à raconter à chaque pas! Des bonnes, d'autres moins heureuses: le feu a ravagé plus d'une fois cette région, laissant à nu la terre rocailleuse là où poussaient chênes, châtaigniers, genévriers et les céréales opiniâtrement cultivées sur ces terres pauvres jusqu'au sommet des montagnes dans le système solidaire des prese : chaque communauté villageoise  permettant à chaque famille de cultiver et de récolter le fruit d'un sol communautaire.

limites, murs, aridité nouvelle blog.jpg

Vers la Boca à Leccia, pour contenir la divagation nouvelle des bêtes à cornes le fil de fer a remplacé les vieilles clôtures, les têtes de lit en fer forgé et rouillé, l'agencement de piquets liés, et la désertification a bientôt définitivement dévoré la végétation ancienne: la nécessité des anciens de survivre par le travail de la terre jusqu'aux sommets  ne se devine plus par endroits que par cette écriture patiente des vieux murs  sur le flanc aride des montagnes.

Côté Cap Corse.jpg

Là-haut, du côté d'Arba Bona (là où l'herbe était parfumée par l'air marin), la vue vers le Cap Corse

Côté Balagne et barrage de Codole.jpg

Côté Balagne et le barrage de Codole

Ile Rousse.jpg

et au loin, l'Isola Rossa ...

chat sentinelle.jpg

Sur le parcours, le chat-sentinelle veille sur le Ghjunsani et pose ses énigmes à l'imprudent qui s'égare

Côté san Parteu et Piuggiula.jpg

Côté San Parteu et Piuggiula

 

ghjunsani,dolmen de l'ascita

Côté San Pedrone et Castagniccia

 

Côté millénaires.jpg

L'aménagement des abris naturels témoigne de la permanence d'une occupation humaine très ancienne. A l'époque des premiers Corsi : s'abriter, se protéger du froid, des ennemis, et prendre le temps de vénérer les sources, les arbres, les rochers puissants ... On peut les comprendre !

 

côté préhistoire.jpg

plongeon dans la nuit des temps: abri au pied du sommet de Tornaboie

 

Libations sur le monte Bacchus.jpg

En leur honneur, libations sur le Monte Bacchus: Santu a sorti la Dive Bouteille! Cela risque de plomber un peu nos jambes après ces agapes, mais la communion avec les esprits du lieu mérite quelques sacrifices.

vers un rocher signifiant.jpg

vers a rocca Speluncata, pour l'instant tout va bien ...

cupule sur rocher sommital.jpg

et quelque part près du ciel, on peut rencontrer dans cet univers granitique, proclamant à l'improviste la présence des hommes de la préhistoire, une cupule, aujourd'hui "cabaret des oiseaux" (les jours de pluie ...)

en marche.jpg

il est temps d'amorcer la descente:

granit blog.jpg

c'est que nous avons rendez-vous à nouveau avec les premiers habitants de cette montagne ...

l'adgja.jpg

au passage, cette aire de battage, aghja plantée en plein vent à flanc de rocher

source aménagée.jpg

et cette source aménagée qui dit beaucoup sur cette montagne autrefois incessamment parcourue par les gens et les bêtes, hélas aussi sur l'abandon et la sècheresse d'aujourd'hui

sur le site de l'Ascita.jpg

Enfin, voici le site de l'Ascita: rencontre avec le "dolmen" d'Olmi Cappella: " L'endroit où se trouve ce mégalithe est fortifié par la nature et par l'homme: il est entouré de blocs énormes placés les uns sur les autres." (Rapport sur les Monuments mégalithiques de la Corses, par Adrien de Mortillet, autour de 1883)

le dolmen.jpg

la lourde dalle repose sur deux rochers naturels

cupule de l'Ascita.jpg

et, toute proche, cette belle cupule creusée dans le granite, qui évoque à nouveau des usages et des rites dont nous ne savons toujours pas grand chose à ce jour.

Un temps où les hommes du lieu n'avaient rien à envier aux autres habitants de la Méditerranée.

avec Mortillet.jpg

Merci, très cher Santu, pour ce beau partage de vos racines ... dans ce monde de naguère où chaque lieu et chaque objet avait une âme, comme en témoigne cette fable (via Bernardu Pazzoni) :

(sélectionner et un clic droit pour ouvrir)

http://www.youtube.com/watch?v=UMWGYgJdrE8&feature=colike

 

 

10/04/2011

Lumière

à la lumière d'avril, au bord des chemins ...

DSC_2551 blog.jpg

IMG_8758.JPG

IMG_8759.JPG

IMG_8757.JPG

IMG_8758.JPG

IMG_8756.JPG

... dans les jardins de la Balagne la danse des oliviers ...

 

 

 

 

 

 

 

05/04/2011

Balade sur les sentiers de Costa à Speluncatu ...

 

Sentiers de Balagne:

Dimanche matin, impossible de rester enfermés par ce beau temps.

Nous décidons de tester un parcours au pas de l'homme de la Montagne des Orgues : départ de la gare de Belgodère, puis Costa, Couvent de Tuani, Ville di Paraso, Speluncatu ... et retour.

devant le poteau.jpg

Départ au matin depuis la gare de Belgodère

sentier vers Costa.jpg

un enchantement floral: anémones , euphorbes, petits arums encapuchonnés, pastels, bourraches, pâquerettes, asphodèles, mourons et myosotis minuscules et leur fervent langage de vie ... corolles, étamines, anthères, stigmates, pétales, styles, pistils, calices, ovules, ovaires, réceptacles ...

amadier en fleur.jpg

fleurs habitées et zonzinnantes de bourdons et d'abeilles

san bastianu.jpg

petit crochet par San Bastianu, avant de terminer la grimpette vers Costa

 

Costa place.jpg

Sur la place de Costa, silence paisible, presque trop: où sont donc passés les enfants d'antan?

Costa place de l'église blog.jpg

 l'église san Salvatore

Costa voûte.jpg

 ... et toujours le même plaisir d'y retrouver son petit orgue ... Puis l'ancien couvent franciscain observentin de Tuani, d'où nous prenons le sentier de Ville di Paraso:

 

église pievane costa mur sud.jpg

tout près du couvent, les ruines de l'église San Giovanni Battista, ancienne piévanie de Tuani, récupérée par la suite par san Michele de Speluncatu : une église romane entièrement reconstruite vraisemblablement  au 14° siècle.

église pievane costa.jpg

Derrière l'église, on aperçoit E Ville di Paraso et, plus haut, Speluncatu ... Dans le champ, pas le moment de traîner: beuglements des vaches et des  taureaux, c'est le printemps vitaminé!

 

Aut_3180.jpg

 

Une fois passé le beau village d' E Ville di Paraso, et grimpé le raidillon vers Speluncatu, nous voilà bientôt arrivés à la Collégiale Santa Maria Assunta

AUT_3189.JPG

... et son orgue Crudeli ...

 

l'Annunziata, speloncato.jpg

En redescendant de Speluncatu, visite amicale à la petite chapelle de la Nunziata

Nunziata, graffiti pieux.jpg

aux murs gravés de pieux graffitis

 

à l'intérieur de l'Annunziata.jpg

et par la porte béante, en face, le couvent de Tuani que nous regagnons

 

costa fontaine.jpg

au retour, à l'entrée de Costa, le lavoir et la source généreuse à l'eau si légère

Costa campanile.jpg

traversée de Costa, puis nouveau sentier ...

Sous Costa source.jpg

encore l'eau vive d'une source aménagée

filets oliviers et pâquerettes.jpg

 

et le long du sentier, la récolte des olives sur un lit de pâquerettes

 

chemin sous costa.jpg

 sentier dallé, ombragé

sur le pont génois.jpg

 et son pont génois par-dessus la rivière du Pinzu Corbu:

nous voici quasiment revenus, après quelques cinq heures de marche tranquille ... Si ça vous dit, c'est la bonne saison!