Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2017

une journée dans la Ghjuvellina et le Cortenais vendredi 18 août 2017 avec la Montagne des Orgues

 

« LA MONTAGNE DES  ORGUES »

VENDREDI 18 AOÛT 2017:

une journée dans la GHJUVELLINA

et le CORTENAIS

 

Castiglione ste Cécile blog.jpg

(Castiglione, détail de la tribune: Sainte Cécile)

 

Des parcours initiatiques et festifs pour rencontrer la Corse autrement, vous immerger dans ses paysages et ses communautés, découvrir son  patrimoine, son histoire, ses traditions rurales : des clefs pour vous ouvrir les églises, vous faire comprendre leur sens caché et entendre leurs orgues historiques que l’on vous joue…

 

Accueil à 9h15 sur le parking du Super-U de Ponte Leccia, puis découverte de Piedigriggio (église Saint Michel et  son petit orgue), Castiglione (église N-D du Rosaire), Castirla (fresques de Saint Michel),

castirla 005 ensemble blog.jpg

(Castirla, chapelle San Michele)

puis Omessa (église Saint André et sa fresque remarquable),

Omessa fresque st Martin.jpg

(Omessa, détail de la fresque: la charité de Saint Martin)

et enfin Corte 

il Giardino d'Amore, Piedigriggio, Castiglione, Castirla, Omessa, Corte

(le site  préroman de San  Giovanni, propice au rêve)

 

 

sous les Aiguilles de Rundinaghja, la route sinue dans une végétation méditerranéenne de montagne, hors des grands axes routiers. C’est une région âpre, minérale, grandiose, pétrie de légendes, où l’on découvrira des trésors de vitalité dans ses villages perchés et ses petites églises aux décors naïfs qui n’engendrent pas la mélancolie !

 

Pour ceux qui le souhaitent, l’on pourra assister à 21h au magnifique concert de Cimbalata Academia d’Il Giardino d’Amore, avec le Trio des cordes pincées de Paris et le contre-ténor Jean-Paul Bonnevalle, et où le sublime orgue de l’Annonciation sera mis à l’honneur.

 

console.jpg

(l'orgue Werle de Corte)

 

 

15/05/2015

Entre Cambia et Corte, la Montagne des Orgues lundi 18 mai 2015

Le prochain parcours de la Montagne des Orgues:

LUNDI 18 MAI 2015

une journée en CASTAGNICCIA, GHJUVELLINA et CORTENAIS

 

 

cambia,san quilico,san chirgu,piedigrisgiu,castiglione,corte

(Sainte Julitte à San Chirgu de Cambia)

 

Accueil à 9 h sur le parking du Super-U de Ponte Leccia,

puis découverte de Cambia et des fresques de la chapelle San Chirgu et du monde préhistorique de cette région avec le menhir ("stantara") de Santa Maria

480325_4466321654995_1301056415_n.jpg

et la "Petra Frisgiata" (gravures rupestres), puis Piedigriggio (et son petit orgue anonyme), Castiglione, Corte : la route sinue hors des grands axes routiers sous les Aiguilles de Rundinaghja,

480388_4466379056430_443876038_n.jpg

une région de montagne âpre, minérale, où l’on découvrira la vitalité de ses villages accrochés au rocher et ses petites églises aux décors naïfs qui n’engendrent pas la mélancolie ! Notons que l’orgue historique ( J.C. Werle 1760 ) de l’église paroissiale de l’Annunziata de Corte est l’un des plus beaux de Corse.

 

cambia,san quilico,san chirgu,piedigrisgiu,castiglione,corte

 

La journée se termine sur le mélancolique site préroman de San Giovanni : où la légende croise l’histoire …

Renseignements et réservations : 04 95 61 34 85 / 06 17 94 70 72

e mail : elizabethpardon@orange.fr

www.montagnedesorgues.com/  

 

625629_4466336415364_1564158150_n.jpg

à bientôt!

01/07/2013

avec les amis du Conservatoire d'espaces naturels de Corse

Dimanche 23 Juin,

une belle journée de partage

avec le Conservatoire d'espaces naturels de Corse

Castifau blog - Copie.jpg

Castifau et le Couvent de Caccia: au fond les Aiguilles de Rundinaghja.

 

voûte béante.jpg

Commencée au Couvent San Francescu di Caccia, et, privilège aujourd'hui, à l'intérieur de la grande église San Francescu

(voir la note précédente:http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2013/06/27/500-ans-d-histoire-aucouvent-de-caccia.html ),

Jean-Raphaël Cervoni.jpg

grâce aux bons soins de l'ami historien Jean-Raphaël Cervoni, intarissable sur son patrimoine ...

tombe dentelle.jpg

aux côtés des tombes -dentelles

prêche.jpg

non, , non, ce n'est pas le grand San Leonardo da Porto Maurizio grimpé sur ce qui fut la chaire de prêche ...

P1120335.JPG

une aile du couvent, en bien piètre état, investie par les vaches: merci à l'amie Michelle Lafay pour son reportage photos!

église Moltifao façade.jpg

Moltifau, façade de l'église

P1120347.JPG

le beau meuble de sacristie ( 1721) de Moltifau, typique de l'ébénisterie conventuelle,  provient du Couvent de Caccia,

P1120345.JPG   

et , intégré dans ce meuble de sacristie, un "Dieu le Père" bénissant qui devait à l'origine, orner le fronton du beau tryptique aujourd'hui présent dans le choeur:

Moltifao tryptique.jpg

 retable sur bois de style florentin, datable de 1545 - Il pourrait  provenir lui aussi du Couvent de Caccia ... 

 

En fin de matinée, U Piedigrisgiu:

pause pique-nique Piedigriggio.jpg

Une étape importante de la journée: merci aux amis de Piedigrisgiu qui nous ont ouvert le foyer rural et nous ont permis ce pique-nique tranquille et confortable!

église San Michele Piedigriggio.jpg

la petite église San Michele avec ses deux cadrans solaires,

Piedigrisgiu église San Michele.jpg

son campanile séparé,

DSCN4514.JPG

et les témoignages visisbles de la première église romane (X° s.): ici la petite abside ...

sieste musicale Piedigriggio.jpg

Puis, sieste musicale à la fraîcheur de l'église San Michele

P1120359.JPG

sur le petit orgue anonyme du XVIII°s. , transféré et agrandi par Anton Pietro Saladini, le facteur d'orgue de Speluncatu: " On a reçu cet orgue le 16 avril 1863" - Restauré par Jean-Louis Loriaut en 2004

P1120360.JPG

après une grimpette moyennement commode,

P1120363.JPG

 ce petit orgue se prête volontiers à quelques fantaisies  ... témoignages d'une pratique populaire de l'orgue: comment accomoder une valsounette sentimentale pour accompagner une élévation,

IMG_7793.JPG

au grand effroi du Diable tapi dans sa niche,

St Michel et le Diable.jpg

ferré par Saint Michel ...

Après une petite route magnifique qui passe sous les Aiguilles de Rundinaghja, nous rencontrons un autre San Michele:

P1120371.JPG

à Castirla, la délicieuse et modeste  chapelle San Michele, restaurée.

 

P1120365.JPG

Vous pouvez en retrouver un commentaire détaillé dans la note:


http://elizabethpardon.hautetfort.com/archive/2012/10/13/castirla-cappella-san-michele.html

Castirla intérieur san Michele avec amis.jpg

 

Enfinj nous terminons notre journée à Corte, à l'église paroissiale de la Nunziata

DSCN4713.JPG

avec son sublime son orgue historique de Johannus VConradus Werle, vers 1760: pour  moi, l'un des cinq plus beaux instruments de l'île ...

 

... et pour ceux qui avaient encore un peu d'énergie ...

brebis à San Giovanni.jpg

En Corse, patrimoine et nature font plutôt bon ménage: pour les bêtess comme pour nos gens, c'est la paisible fin de journée à San Giovanni,

avec amis.jpg

un plaisir qui se prolonge, même si l'on peut regretter, comme chaque fois, le semi-abandon de ce lieu magique


Rappelons tout de même ce qu'est ce site de San Giovanni Battista de Corté, classé M.H. en 1968:

Dans la vallée du Tavignano, dans un espace majestueux et largement ouvert sur les montagnes environnantes, peut-être sur l'emplacement de l'antique ville romaine de Venicium, à quelques mètres à peine du Palazzu ( maison forte) du semi mythique Comte Ugo della Colonna, le héros de la Reconquista de la Corse lors de la croisade contre les Maures au début du IX° siècle, ce site fut probablement déjà occupé dès la préhistoire: la colline du Poggio dello Palazzo (dont Madame Moracchini Mazel pense que le sommet est couronné d'une triple enceinte mégalithique) disparait aujourd'hui sous la végétation et l'on ne peut même plus distinguer les vestiges du Palazzo. Voici, juxtaposés, l'église-mère et le baptistère de la Piève de Venaco : fouillée en 1956/58 par Mme Moracchini Mazel, l'église préromane dont il reste la belle abside en cul de four et la base des murs, des piliers séparant les trois nefs, et le baptistère de plan tréflé, recouvert d'une charpente et d'un toit de lauzes. Notre ami Etienne Jacquemin nous rappelait que le relevage du baptistère fut l'oeuvre de l'Armée, alors propriétaire des lieux ... Ces deux édifices, leur appareil archaïque (pierres cassées au marteau, utilisation d'un mortier de chaux, de tuffeau) et leur décor de bandes murales à la façon des églises lombardes permettent d'estimer leur construction du début du IX° siècle... Comme souvent on retrouve là la permanence de l'occupation humaine sur un site sacré, vestiges mégalithiques, nombreux éléments de tuiles et poteries romaines réemployés dans la maçonnerie des deux édifices...

 

fin de journée.jpg


Merci à tous!

 

 

 

 


 

 

 

 

 


17/04/2009

Corse féodale, Pieve de Giovellina, Serravalle

 

Balade mémorable ce lundi de Pâques 2009:

Serravalle 

Serravalle, les copines blog.jpg

Sous la houlette de Colette et en compagnie wallonne (Françoise), flamande (Anna), néozélandaise (Judith), franco-vietnamienne (Hélène), la visite du site de Serravalle en cette matinée au teint brumeux: petite mise en jambes pour enfin retrouver ce Castellu qui domine le village de Piedigriggio: lors des parcours de la Montagne des Orgues concernant la Giovellina et le Cortenais, j'ai toujours plaisir à faire découvrir la petite église St Michel (qui abrite un orgue en fonction) et son abside romane visible de l'extérieur, avec ses belles pierres roses, les mêmes que nous retrouverons sur le château de Serravalle.

Nous sommes ici au centre de la Corse. Pour rejoindre Serravalle: depuis Ponte Leccia, se diriger vers Corte sur la N 193; à 2 km, prendre à droite la D 18 vers Piedigriggio (une petite route fort belle, avec, pour fond de paysage, le massif des Aiguilles de Popolasca). Au premier carrefour, prendre à gauche vers Popolasca et 2 km plus loin, on trouve - il faut être attentif, car le panonceau est au sol - l'indication du sentier qui grimpe tranquillement jusqu'au castellu. Il vaut mieux faire cette petite balade en dehors des grosses chaleurs de l'été...

 

Serravalle 5 blog.jpg
 
Une enceinte défensive polygonale construite en moellons de granite liés à la chaux, rosés commes les rochers de la colline. Murs percés d'archères, abritant une belle tour carrée de près de 8 m de haut: il n'y a pas d'accès aujourd'hui à l'intérieur de ce donjon qui comportait, au rez-de-chaussée, une citerne voûtée.
 
Fief des seigneurs Amondaschi.
 
Voici ce que nous en dit Giovanni della Grossa (cité p. 150 dans le CAHIER CORSICA 214 (2004) sur le castello de Serravalle à Piedigriggio :
je vous invite à retrouver ce cahier présenté par Geneviève Moracchini-Mazel qui comporte de nombreuses informations concernant les travaux de consolidation menés à Serravalle il y a une trentaine d'années - chantier débuté en 1979 en collaboration avec l'Union REMPART sous la direction de Michel Simonin - et des documents historiques comme toujours fort éclairants):
"(...) [Ugo] donna ensuite à Amondo Nasica, Avoglino [Giovellina] avec tout le bassin du Golo; et c'est cet Amondo qui a donné son nom aux Amondaschi (...) ". (...) Aux Amondaschi obéissaient tous les pays situés sur les deux rives du Golo. Cet Amondino se révèle un chef puissant et ambitieux, dépouillant de nombreux autres seigneurs de leurs fiefs au prix de longues guerres tant dans le Delà que dans le Deçà des Monts( en Cinarca, Vico, Talcini, Canonica de Mariana, Casinca, jusqu'à Lavasina).  A la mort de ce chef, la discorde s'installe et le pouvoir acquis par les armes s'effondre progressivement.
Cette famille des Amondaschi, d'après Giovanni della Grossa, était en conflit avec les Pisans, alors "gérants" de l'île, et ils auraient fui le castellu de Supietra (Omessa) et se seraient établi en Giovellina, élevant ce château - stratégique pour le centre de la Corse - de Serravalle.
Je cite à nouveau ce cahier, p. 147:
"(...) Serravalle est situé en amont de Ponte-Leccia (...) sur un mamelon, à 550m d'altitude environ, dominant le village de Piedigriggio et commandant la vallée en haut de laquelle se trouve Popolasca.
Serravalle Piedigriggio blog.jpg
(du haut des murs de Serrevalle, le village de Piedigriggio)
   Il présente un intérêt stratégique relativement grand, puisque, par la vallée qu'il verrouille, on peut se rendre aisément dans le Niolo (...) de même que dans la pieve de Caccia (...).
   De plus, du castellu on peut, par des signaux visuels, mettre en communication les trois villages de Piedigriggio, Prato et Popolasca.
Serravalle Popolasca blog.jpg
(côté ouest, depuis Serravalle, au fond, niché sous les Aiguilles de la Giovellina, Popolasca. Au premier plan, le printemps des euphorbes)
   Notons enfin que le "château" est complété par une tour située au-dessous du village de Prato, sur le Monte Albano, et qui interdit l'accès de la vallée aux gens pouvant venir de Francardo."
(Texte de D. Geromini, publié dans la revue Corse Historique, 1964, n°13-14)
Serravalle mur d'enceinte blog.jpg
(un pan du mur d'enceinte et ses meurtrières)
Serravalle 4 blog.jpg
(Paroi Nord: on aperçoit les restes d'une échauguette;
 pierres rougeâtres du castello et rochers de même couleur)
Serravalle 'appartement' blog.jpg
(du côté des "appartements" présumés des seigneurs)
Serravalle donjon blog.jpg
(la tour carrée: le revêtement en pierres taillées blanchâtres ne laisse pas de prise; à la base du donjon, les murs sont aveugles)
Serravalle meurtrière blog.jpg
(et pour accueillir les intrus malveillants - et il y en a eu depuis le début du XI° siècle! , l'une de nombreuses meurtrières)
Serravalle visiteuses blog.jpg
 
 
 (Hélène, Judith et Anna devant le mur d'enceinte)
Serravalle merci Colette blog.jpg
Mission accomplie: merci Colette! Le reste de la journée m'incombe: le soleil émerge miraculeusement des nuages, tous les espoirs sont permis pour aller à l'aventure cet après-midi: je propose d'essayer de trouver un chemin pour rejoindre ce lieu mystérieux et qui m'intrigue depuis longtemps, sous PRATO de GIOVELLINA: "a Tribuna". Avec pour seuls biscuits (non des moindres!) les deux volumes sur la Corse romane (hélas épuisés) de Geneviève Moracchini-Mazel et une carte IGN. Entre le Château de Serravalle et "a Tribuna", une relation, semble-t-il de pouvoir et de juridiction féodale.
 
(à suivre)