Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2014

Semaine Sainte: les Sepolcri du Rustinu et de la Castagniccia

Vendredi 18 Avril 2014

l'association Saladini vous invite à découvrir ou redécouvrir

  les sepolcri et les chemins de croix de la Semaine Sainte en  Rustinu et Castagniccia

 

022 San Damiano - mise au tombeau- jpg blog.jpg

Ici, la déploration du Christ, élément du sepolcru de San Damianu, aujourd'hui restauré et présenté au Musée de Corte: vous ne verrez pas jeudi cet ensemble qui reste au Musée, mais verrez ses frères dans certains villages de Castagniccia, dressés pendant ces trois jours de la Semaine Sainte. Le reste de l'année, ces installations regagnent leur cachette secrète ... Vous pouvez retrouver les notes du blog consacrées  à ce patrimoine populaire des sepolcri et des chemins de croix liés à la Semaine Sainte en Corse.


 

P4100154.JPG
( le sepolcru de  Ficaja, l'an dernier)
Sortant de leur retraite pendant cette Semaine Sainte sont dressés  les sepolcri de Corse :
une forme dramatique du christianisme, une façon populaire et communautaire de vivre la Passion, stimulée par la mise en scène des Chemins de Croix peints et des décors spectaculaires des sepolcri, par les processions piétinées et chantées de la "Via Crucis", des " Cerce ", de la "Granitula" : une religiosité méditerranéenne qui continue d'irriguer tardivement l'art du Baroque jusqu'au plus profond des villages de montagne ...

semaine sainte,sepolcri,castagniccia

à Castellu, la déploration du Christ


Mais aussi miroir de l'âme de chaque communauté, soutenue à nouveau par la présence des Confréries qui, solidement implantées ou plus balbutiantes, tentent de  retisser humainement la trame de la  famille villageoise avec les armes de la dévotion populaire ... souvent réinterprétées et mises au goût du jour : en l'occurence la frontière entre  spectacle et  dévotion est particulièrement perméable et chacun y trouvera - ou non - ce qu'il  cherche  ...
 
P4100181-1- -2-.JPG
(à Quercitellu, procession du Vendredi Saint)

 

 

***

reposoirs,semaine sainte,dévotion populaire,iconographie populaire de la semaine sainte en corse,dramaturgie du sacré

En 2010, lors de notre visite, nous avions provoqué la renaissance fragile du petit sepolcru de Frassu ... après un demi siècle de sommeil...

Notre pélerinage débutera avec la rencontre de ce petit sepolcru de Frassu qui sera à nouveau remonté pour la troisiième fois et pour l'occasion: merci aux amis du Rustinu de permettre cette découverte . Notons que ce sera l'occasion également de redécouvrir l'église romane Saint Côme et Saint Damien de Frassu, restaurée l'année dernière, et qui laisse aujourd'hui admirer ses murs  ...

 

semaine sainte,sepolcri,castagniccia

 

Au programme de cette journée: Frassu, San Tumasgiu di Pastureccia, Santa Maria de Castellu di Rustinu (et son sepolcru), La Porta, Ficaghja  et Nocariu .

Rendez-vous à PONTE NOVU à 9H sur le parking de la poste

Inscriptions et renseignements : 04 95 61 34 85 ou  06 17 94 70 72

 


 

16/02/2014

Geneviève Moracchini-Mazel: une biographie

La biographie de

Geneviève MORACCHINI-MAZEL

la grande dame de l'archéologie romane de Corse,

( hélas, aujourd'hui à compléter et à clore )

 

par son fidèle collaborateur Stéphane Orsini, (FAGEC)

(via l'ADECEC)

 

fagec,stephane orsini

( ouvrage écrit en 1959, en collaboration avec une autre pionnière de la redécouverte et de la valorisation de la Corse, Dorothy Carrington:

... épuisé ...)

Je cite Stephane Orsini:

 

" C’est en avril 1951 que Geneviève Moracchini‐Mazel est venue à Mariana pour la première fois. En examinant rapidement les vestiges encore visibles de ce site, et en pressentant son importance pour la connaissance du passé de la Corse, elle décida de l’étudier. Mais ce n’est qu’en 1958, une fois titulaire d’une Licence d’Histoire de l’art et d’archéologie en Sorbonne, que le futur inventeur du site paléochrétien de Mariana, qu’elle a fouillé de 1958 à 1990, a pu réellement initier ses recherches en Marana et dans l’ensemble de l’île. En accord avec ses professeurs, elle a commencé ses thèses de Doctorat d’Etat ; la principale traitant des églises romanes de Corse et la complémentaire étant consacrée aux monuments paléochrétiens insulaires.

 

fagec,stephane orsini

(... épuisé ...)

 

 

Ces travaux édités en 1967 – et qui font suite à l’ouvrage Trésors oubliés des églises de Corse publié dès 1959 – demeurent des références incontournables pour les spécialistes de ces questions comme pour les étudiants qui débutent leur parcours de jeunes chercheurs.

 

Suivra, en 1972, le désormais introuvable Corse romane, 37e volume de la fameuse collection « Zodiaque », qui replace les monuments romans insulaires au coeur des provinces européennes possédant un tel patrimoine architectural.

 

fagec,stephane orsini

(... épuisé ..., comme nombre de publications anciennes de cette prestigieuse collection de Zodiaque sur l'art roman en France)

 

Devenue membre titulaire du CNRS à partir de 1967, Geneviève Moracchini‐Mazel a poursuivi et approfondi ses recherches relatives aux édifices paléochrétiens et romans de Corse tout en militant pour la création de lieux de mémoire harmonieusement répartis allant de pair avec l’étude, la valorisation et l’animation des sites historiques et archéologiques majeurs de l’île perçus comme autant de vitrines du rayonnement culturel insulaire mais surtout comme de véritables outils d’aménagement du territoire générateurs d’un tourisme culturel de qualité à forte valeur ajoutée.

Du fait de l’inexistence de structures de recherches régionales, et l’université de Corse n’ayant pas encore été rouverte, Geneviève Moracchini‐Mazel a privilégié la vie associative, choix qui finalement s’est avéré très efficace pour assurer le bon déroulement de ses travaux. Membre de nombreuses associations culturelles dont elle a souvent encouragé la création, Geneviève Moracchini‐Mazel est notamment la co‐fondatrice de l’association des Amis de Mariana et de la FAGEC (Fédération d’ Associations et Groupements pour les Etudes Corses), respectivement créées en 1966 et en 1970, au sein desquelles elle exerce encore aujourd’hui [ jusqu’à son décès, ce vendredi 14 février 2014 … ] les fonctions de présidente et de vice‐présidente.

Ayant établi de solides contacts toujours actifs avec de nombreux chercheurs européens – en particulier des membres éminents de l’Istituto Internazionale di Studi Liguri comme Nino Lamboglia ou Augusto Ambrosi – on lui doit de nombreuses contributions relatives à la Corse dans des revues internationales dédiées à l’archéologie antique, paléochrétienne et médiévale.

Elle est également directrice de la publication des Cahiers CORSICA de la FAGEC, revue scientifique dans laquelle elle a rédigé ou cosigné un grand nombre d’articles consacrés aux fouilles de Mariana, aux églises piévanes, aux monachie primitives, aux possessions corses des grandes abbayes bénédictines de Toscane ou de Ligurie, ou encore aux châteaux de la première féodalité insulaire.

[ Je formule ici le voeu que cette très belle entreprise débutée il y a tant d'années des publications des Cahiers Corsica par la FAGEC se poursuive et honore ainsi le formidable travail initié par Geneviève Moracchini-Mazel: ce serait le plus bel hommage à lui rendre ! Sa "curiosité" est restée intacte jusqu'à la fin:  nous l'avions rencontrée en compagnie de Toussaint Quilici en 2012 pour évoquer avec elle le mystère des stèles de Trucchinacce. Son vif intérêt pour les "lieux-dits", toujours révélateurs et riches de pistes à exploiter, s'était concrétisée dans la publication d'une série spécifique de cahiers Corsica, une initiative qui mériterait elle aussi d'être poursuivie.

E. P. ]

 

 

 

 

fagec,stephane orsini

(... pour exemple ...)

fagec,stephane orsini

(ou cet excellent numéro collectif sur l'art baroque en Corse: la preuve, s'il en était besoin, de G. Moracchini-Mazel ne cantonnait pas son intérêt aux seules églises romanes ...)

 

" Sur le terrain, c’est en tant que vice‐présidente de la FAGEC que Geneviève Moracchini‐Mazel encadre encore l’équipe technique de la fédération qui assure dans l’ensemble de l’île les consolidations d’urgence sur de nombreux édifices anciens, notamment des églises ou des chapelles préromanes et romanes mais aussi des ensembles fortifiés et même des ponts médiévaux.

 

 

 

En ce qui concerne le Cap Corse, et pour n’évoquer que les opérations les plus importantes, Geneviève Moracchini‐Mazel a supervisé les travaux entrepris sur la tour de Cannelle, à Canari, l’intervention sommaire sur l’abside de la chapelle S. Agostino, à Morsiglia, les recherches menées à S. Maria della Chiapella, à Rogliano, et actuellement, la consolidation des parties romanes de S. Michele, à Ogliastro. De même, on ne peut citer tous les Cahiers CORSICA qui font référence au Cap et auxquels est associé le nom de Geneviève Moracchini‐Mazel mais l’on peut mentionner brièvement les titres les plus importants qui traitent directement de cette microrégion comme ceux consacrés aux fouilles archéologiques réalisées au Monte Bughju, à Rogliano (1973, 27‐28), et aux maisons anciennes du Cap (1976, 64), qui sont des numéros épuisés ; les Cahiers dédiés à la Torre dei Motti, à Luri (1976, 65‐66‐67), les monographies relatives aux villages de Canari (1991, 142‐143) et Pietracorbara (1997, 176) ; la publication traitant des reliques de Sisco (1994, 160‐161) ou de l’église piévane de S. Maria della Chiapella déjà évoquée (1999, 184‐185) ; de l’article sur la famille Negroni de Rogliano (2000, 188) ; des études concernant la peinture baroque insulaire (2002, 204) et, en dernier lieu, l’article de Françoise Lorenzi concernant les établissements prénéolithiques et néolithiques du Cap (2003, 207).

 

fagec,stephane orsini

 

Geneviève Moracchini‐Mazel, qui achève actuellement la rédaction du second volume [ espérons sa publication posthume, cher Stephane !] de sa trilogie intitulée Corsica Sacra, est enfin directrice du CERPAM (Centre d’Etudes Romaines, Paléochrétiennes et d’Archéologie Médiévale), laboratoire de recherches associatif qui accueille les docteurs et les doctorants de l’université de Corse et dont elle réclame, depuis plus de 30 ans, la création officielle en complément des structures muséographiques qui devraient voir le jour prochainement à Mariana, là où, finalement, tout a commencé pour cette grande dame de l’archéologie et du patrimoine ancien de la Corse."

 

J'ajoute qu'en ces temps de restrictions budgétaires, il serait malheureux que cet héritage généreux ne puisse continuer de s'enrichir des contributions des uns et des autres : il faudra lutter  pour poursuivre l'oeuvre fondatrice de Geneviève Moracchini-Mazel et les travaux de la FAGEC , ce qui sera notre meilleure façon de  lui exprimer dans la durée notre reconnaissance ... à suivre !

 

 

25/01/2014

la célèbre "Giustificazione delle Revoluzione di Corsica", de don Gregorio Salvini

Un travail que nous attendions avec impatience,

la traduction de la célèbre

 

JUSTIFICATION DE LA REVOLUTION DE CORSE,

(l'édition de 1764)

de Don Gregorio Salvini

Combattue par les réflexions d'un Génois,

l'évêque Pier Maria Giustiniani,

et défendue par les observations d'un Corse, Buonfigliolo Guelfucci

 

giustificazione delle revoluzione di corsica,don gregorio salvini,evelyne lucciani

 

giustificazione delle revoluzione di corsica,don gregorio salvini,evelyne lucciani

Présentation, traduction et notes d' Evelyne Lucciani:

un travail de titan mené à bien, édité chez Albiana  et enfin mis à disposition dans toute bonne librairie! Je vous invite à en lire le commentaire qu'en fait l'historien Jacques Denis dans sa lettre d'information du site de Mausoleu.Giussani: aller à Gregorio.

 

http://mausoleo.giussani.free.fr/Mausoleo_aPages_Textes/News/News_2014/2014-01/News-70_01_2014.html

 

Magnifique travail, chère Evelyne! et qui éclaire grandement notre compréhension de cette période historique exemplaire de la révolution corse, la première dans ce XVIII° siècle des Lumières...

A propos de Don Gregorio Salvini, un enfant de Nessa (Balagne), comme l'est devenue notre amie Evelyne Lucciani ... :

en 2006 sortait l'ouvrage collectif d'Evelyne Luciani, Louis Belgodère et Dominique Taddei: Trois prêtres balanins au coeur de la Révolution Corse- Bonfigliolo Guelfucci, Erasmo Orticoni et Gregorio Salvini (éditions Alain Piazzola). Où l'on apprend l'implication d'un clergé insulaire éclairé pendant ces quarante années de combat: autre temps, autres moeurs ...

 

giustificazione delle revoluzione di corsica,don gregorio salvini,evelyne lucciani

giustificazione delle revoluzione di corsica,don gregorio salvini,evelyne lucciani

En 2009 paraissait chez Albiana un second ouvrage, co-rédigé par Evelyne Luciani et Dominique Taddei:

 

Je cite la quatrième de couverture:

Jusqu’en 1730, quelques rares Corses avaient fait parler d’eux, mais personne ne parlait de la Corse : il n’en existait presque aucune description, ni aucune carte ! Or, en 1730, à partir de ce qui a pu sembler une simple jacquerie, commence dans cette île une Révolution qui va durer 40 ans et passionner l’Europe des Cours et des Lumières. Désormais de Pascal Paoli à Napoléon Bonaparte, le monde entier ne pourra plus ignorer la Corse !

 

L’hypothèse que retient habituellement l’historiographie est celle d’une jacquerie, spontanée, qui se serait transformée au fil des années en révolution, orientée et dirigée vers l’émancipation intégrale des Corses vis-à-vis de la République de Gênes.

Le présent travail remet en cause cette interprétation traditionnelle. Il s’appuie sur de nombreux textes — donnés ici dans leur transcription originale et dans leur traduction — produits au cours de cette période : lettres entre insurgés, doléances exposées aux Génois, rapports des gouverneurs génois aux autorités centrales, des généraux autrichiens à leur monarque, etc.

L’ensemble de ces documents met en évidence le rôle d’un groupe d’hommes, qui sont à proprement parler les " pères fondateurs de la Nation corse ", composé des chefs d’un clan originaire d’un périmètre géographique restreint et de religieux, dont les noms sont restés vivaces dans la mémoire insulaire : Luigi Giafferi, Andrea Ceccaldi, Giacinto Paoli, Erasmo Orticoni, Giulio Matteo Natali, Gregorio Salvini, etc. La cohérence, la rapidité et la quasi-unanimité avec lesquelles ils agirent montrent que la révolte populaire ne fut pas aussi spontanée qu’il est commun de le dire. Très habiles stratèges, organisés entre eux, conscients de leurs forces et de leurs faiblesses, ils furent d’excellents manœuvriers qui réussirent à s’attirer la sympathie des cours européennes et, de fait, furent souvent écoutés et respectés par les grands de ce monde. 

Les Génois ne purent contenir cette première insurrection que par l’intervention militaire de l’Empereur d’Autriche, qui entraîna l’emprisonnement des chefs corses. Mais quelques mois plus tard, en 1733, dès leur libération, ils reprirent le combat au nom des mêmes valeurs et des mêmes principes, profondément révolutionnaires dans une Europe absolutiste qui s’ouvrait avec peine aux idées des Lumières. Ces derniers constituent les fondements théoriques, théologiques et politiques sur lesquels se fonderont les revendications corses des décennies suivantes. Au-delà, les Pères fondateurs de la Nation Corse sont les précurseurs des débats qui ébranleront le reste du monde, notamment celui du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes!"

 

giustificazione delle revoluzione di corsica,don gregorio salvini,evelyne lucciani

Des livres de référence à découvrir s'ils ne sont  pas déjà dans votre bibliothèque!

12/01/2014

tr: Vœux 2014 Musée de la Corse


La prochaine exposition en préparation du musée de la Corse,

centenaire oblige:

Les Corses et la Grande Guerre 1914-1918




> Message du 10/01/14 15:06
> De : "NUCCI Frédérique"

>
>

L’équipe du musée de la Corse vous présente ses vœux pour la nouvelle année


 



 


et vous invite à découvrir la prochaine exposition temporaire 2014 :


http://www.musee-corse.com/index.php/fre/Nos-expositions/Les-expositions-en-preparation/Les-Corses-et-la-Grande-Guerre-1914-1918


 



 


 

24/11/2013

Des moustaches de Vercingétorix à la cuirasse de Jeanne

Novembre, encore:

Vercingétorix et le Poilu.jpg

Je voudrais revenir sur le petit monument aux morts de Vallica: le soldat mourant étreint dans un dernier geste de  fidélité patriotique  le drapeau tricolore tandis qu'un prêtre-soldat lui promet, avec sa bénédiction, une place au paradis. De part et d'autre de cette scène, un Poilu, héros anonyme, et Vercingétorix, parangon de l'héroïsme national gaulois.

drapeaux français et casque.jpg

Sous cette scène, deux drapeaux français entrecroisés autour du casque du Poilu et de sa croix de guerre, largement méritée.

Vallica monument aux morts.jpg

Le tout sous la protection victorieuse et sonore du coq gaulois,

coq gaulois.jpg

triomphant,

grâce au sacrifice des héros de Vallica,

morts pour la France.jpg

morts pour la France.

Sous cet arc triomphal, la Vierge serre son enfant endormi sur son coeur, et avec lui tous les enfants sacrifiés de Vallica, et  tenant son coeur saignant à la main, s'adresse dans un lamentu véhément à son Fils mort sur la Croix. Là-haut, deux anges attendent les Poilus avec les palmes du martyre . Pour compléter le discours, deux pots-à-feu évoquent la flamme éternelle du souvenir...

 

Je ne sais rien de la commande ni de la date de ce petit monument aux morts dressé dans l'église paroissiale de VALLICA. En revanche Bernard Mondet (merci à lui!) m'a transmis ces photos de monuments aux morts très proches dans leur esprit:

Bourg Lastic (63).jpeg

celui de Bourg-Lastic (Auvergne)

Néré (17) (1).jpeg

et celui de Néré (Charente Maritime)

En ce qui concerne les monuments aux morts de Corse, je vous invite vivement à lire le remarquable article publié en 2010 dans les Cahiers de la Méditerranée par Jean-Paul Pellegrinetti et Georges Ravis-Giordani, les auteurs de "Du deuil à la mémoire", publié chez Albiana,

article passionnant que vous pourrez retrouver sur ce site:


http://cdlm.revues.org/5594.

 

On y apprend qu'au lendemain de la guerre, l'attachement à la France reste profond, en témoignent ces monuments aux "morts pour la France". Dans le même esprit l'on voit apparaître dans les églises  le pendant féminin du patriotisme français, je veux parler de Jeanne, la bonne Pucelle, l'héroïne incontestée dont on voit tant de statues dans nombre de paroisses corses - ce qui ne manque pas d' intriguer grandement les visiteurs continentaux!

Jeanne d'Arc Occhiatana.jpg

(derrière Jeanne, Ste Lucie)

Ici le sculpteur Damaso Maestracci a emprunté les traits de sa fille (du moins il me semble)  pour donner vie à Jeanne la Lorraine, Lorraine récupérée avec l'Alsace sur l'Allemagne après la Grande Guerre ...

" Souviens-toi, Jeanne, souviens-toi de l'attente des envahis (...)

Leurs pères ne croyaient plus en ton Dieu, mais ta légende leur faisait croire  encore en la France, en sa vocation singulière de consolatrice et de libératrice parmi les nations, - vocation féminine dont tu as  imprégné pour toujours la masse profonde de notre peuple, au moment où une grande pitié pencha ton coeur sur ce gisant, livré au mépris de techniciens superbes, envahi de honte et de désespoir."

(Louis Massignon, Parole donnée- 10/18)


Il faudra attendre les monuments aux morts beaucoup plus tardifs pour voir apparaître en Corse d'autres symboles :

 

Pietra di Verde monument aux morts.jpg

Comme ici à Pietra di Verde,

Pietra di Verde le coq.jpg

où le coq gaulois

Pietra di Verde tête de maure.jpg

partage" le deuil et la mémoire" pour parler comme G.Ravis-Giordani

avec la tête de Maure ...


"Ainsi dans ce discours d’inauguration prononcé par le maire de la commune de Pietricaggio, en 1920 : « Dormez en paix, vous qui avez tant sacrifié pour notre salut, vous les héros de Cyrnos, vous les dignes fils de Sambucucciu, Sampiero, Paoli et du grand Napoléon ».

" ( tiré de l'article cité plus haut des Cahiers de la Méditerranée de Jean-Paul Pellegrinetti et Georges Ravis-Giordani)