Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2013

3- l'énigme de San Rodrigo de Cordoba: suite et rebondissement imprévu

Où St Laurent et St Rodrigue font connaissance à Cassanu grâce à un ex-missionnaire du Tibet

Murillo c.1650-55 Gemaeldegalerie Alte Meister Dresden Allemagne, détail.jpg

Dans la note précédente, je m'étais penchée sur les aventures du Saint Rodrigue de Murillo au XIX° siècle, se laissant copier, parmi toutes les admirables et nombreuses  toiles de la Galerie espagnole de Louis-Philippe au Musée du Louvre, entre 1838 et 1848, avant de disparaître à Londres et de réapparaître quelques années plus tard à la Gemäldegalerie Alte Meister de Dresden ...

La copie très fidèle de cette toile, présente à Cassano, me posait quelques problèmes: il fallait tout d'abord que je vérifie la date de cette copie en la regardant de plus près , ainsi que la signature:

Cassano St Rodrigue signature copiste 1842.jpg

Ce que j'avais pris pour 1832 s'avéra 1842, donc en pleine période de ce Musée espagnol du Louvre. D'autre part la signature du copiste devenait lisible: L. Jassogne . Comment ce rare saint andalou avait pris place à Cassanu restait une énigme, et il me semblait devoir ne laisser aucune piste possible de côté d'une relation de ce village avec l'Espagne ou l'Amérique du Sud - les Corses étant de grands et intrépides voyageurs, on le sait!

 Une chose m'intriguait encore: à Cassanu, la tradition voulait que ce saint diacre martyre fût Saint Laurent, et non Saint Rodrigue, dont personne n'avait entendu parler. J'avais remarqué, en comparant les deux toiles, un détail troublant: si le Saint Rodrigue de Murillo a bel et bien la gorge tranchée, celui de Cassanu, pourtant assez fidèlement copié par ailleurs jusque dans les détails, ne comportait plus cette blessure.

 

          Cassanu - San Lorenzu-Rodrigo détail.jpg

la balafre qui déchire le tableau n'a rien à voir avec la décollation de Saint Rodrigue ...

Oubli de Jassogne? Cela ne collait pas avec la minutie du peintre copiste, soucieux de restituer les moindres détails, à défaut de pouvoir transmettre l'ardeur mystique de Murillo.

Et voici ce que, ce matin aux aurores je découvre, grâce à la magie d'internet! en recherchant qui pouvait être ce Jassogne, en 1842: dans un dossier de la base Arcade, l'on apprend que ce Jassogne, l'auteur, honore une commande d'un Saint Laurent faite en 1841/42 par l' Abbé Bastianelli, ex-missionnaire au Tibet ...

Voir la notice des Archives Nationales AR 101942 - cote F/21/0342 -dossier 21.

Et voilà l'une des clefs du mystère, du moins je le pense: le peintre Jassogne reçoit commande d'un St Laurent en 1841/42. Où pourrait-il bien en trouver un qui ferait l'affaire ? Allons au Louvre! Justement, à cette fameuse Galerie espagnole nouvellement ouverte depuis trois ans, il y a ce beau diacre martyre peint par Murillo, vous savez Murillo, le moins dérangeant des peintres espagnols pour le goût français : Saint Rodrigue de Cordoue, dites-vous? Bah! la belle affaire, on arrangera la chose à moindre frais en effaçant la blessure et voilà un Saint Laurent tout-à-fait présentable, même si le gril de son martyre manque à l'appel. J'ignore si notre Abbé Bastianelli y a trouvé à redire, en tous cas voici sans doute comment notre Saint Lorenzo/Rodrigo a trouvé place dans le choeur de l'église de Cassano. Après tout, rien ne ressemble plus à un diacre qu'un autre diacre ...

Mais qui est donc cet Abbé Bastianelli ? Missionnaire aventurier au Tibet au XIX° siècle ... voilà encore bien autre chose! Je ne connais pas encore son prénom ... Serait-il un Lorenzo à défaut d'être un Rodrigo ?

Cette petite enquête de Cassanu m'a fait entrevoir d'autres relations imprévisibles entre la Corse, Murillo, Séville ... La prochaine fois, sans quitter la Pieve de Pino, nous irons du côté de Montemaggiore.

A suivre!

 

 

 

Les commentaires sont fermés.