Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2013

Exposition à Gênes : il Gran Teatro dei Cartelami ...

 A Gênes, du 11 Mai au 25 Août 2013

au Palazzo Ducale,

une grande exposition à ne pas manquer sur le thème des décors éphémères pour la dévotion dans l'aire méditerranéene

Ligo San Bernardo Fraz Villanova alta.jpg

Ligo San Bernardo - Fraz Villanova (merci à Franco Boggero!)

En voici l'annonce sur le site officiel des "Beniculturali" de Gênes (clic droit) :

Il Gran Teatro dei Cartelami. Scenografie tra mistero e meraviglia

www.beniculturali.it/.../visualizza_asset.html_117352..

10003 Barretali Sepolcru de Filippo Malavesi 1872 - Copie.jpg

 

l'ensemble de cette belle tenture du sepolcru de Barretali ( Cap Corse) mesure 6 m de haut! Peinte par Filippo Malavesi en 1872. On notera la présence des deux gardiens du Tombeau du Christ, une représentation récurrente dans les mises en scènes monumentales des sepolcri de Corse ... et d'ailleurs!

 

Arma Christi blog.jpg

détail du sepolcru de Barretali: le coq du reniement de St Pierre, le Visage du Christ sur le voile de Ste Véronique, le Calvaire, les "Arma Christi", instruments de la Passion ...

La Corse, comme il se doit, y sera bien représentée: le riche patrimoine de ses sepolcri a largement sa place dans cette thématique de la dévotion populaire que nous poursuivons depuis des années . Ce véritable "théâtre mystique" s'exprime avec des variations nombreuses selon les régions: une thématique qui ignore les frontières à l'intérieur d'une même aire méditerranéenne.



 

livre cartelami 1.jpg

Un ouvrage collectif , cofinancé par le Fonds Européen du Développement Régional, a été édité autour de cette exposition, sous la direction de Franco Boggero et Alfonso Sista, avec la collaboration de Chiara Masi . Il illustre bien " La Coopération au coeur de la Méditerranée", "La Cooperazione al cuore del Mediterraneo" ... Notre ami Michel-Edouard Nigaglioni, qui a largement contribué à la reconnaissance du patrimoine des sepolcri en Corse, a rédigé les pages qui concernent l'île, une lecture passionnante à découvrir en ouvrant - avec sa permission -  ce lien:

https://elizabethpardon.hautetfort.com/files/I_Cartelami-nigaglioni.pdf

Cet ouvrage vient compléter la publication de 2009:

 

gênes,genova,franco boggero,alfonso sista,chiara masi,michel-edouard nigaglioni

Actes des Premières rencontres Méditerranéennes sur les décors de la Semaine Sainte, éditions Méridiennes ...


A suivre!

22/04/2013

E Case bastiaccie ... (n° 1)

Ce samedi 20 avril, à la découverte  des "Case Bastiaccie" de Terra Vechja, à Bastia:

une initiative du Comité de sauvegarde du quartier Puntettu

 

place du Marché.jpg

Sur la Place du Marché, premier contact avec notre guide, Isabelle Flores, Présidente de la Fédération régionale corse des guides-interprètes.

 

Hier matin, visite très instructive du vieux Bastia, "la" ville méditerranéenne de Corse par excellence, surtout côté Terra Vechja, guidée par notre amie Isabelle Flores, qui a fait joliment revivre le passé insigne du plus vieux quartier de l'ancienne capitale de la Corse. Une initiative intelligente du Comité de quartier Puntettu pour mieux faire appréhender toute la dimension humaine, patrimoniale et historique de cet ensemble unique en Corse et qui a généré une belle rencontre entre de très nombreux Bastiais, mais aussi de gens venus de Balagne . On a  pu prendre la mesure de la situation dramatique que vivent actuellement les habitants du quartier du Puntettu, menacés par le projet municipal de démolition de cinq immeubles - certes vétustes mais non irrémédiablement  insalubres - pour créer une nouvelle résidence et un parking de 80 places . Le label durement gagné de "Bastia, ville d'art et d'histoire" semble en contradiction notoire avec ce projet que l'on aurait voulu, samedi, voir argumenté par les responsables de la Municipalité devant la centaine de participants présents  : cette absence de communication entre les élus  de Bastia et les habitants du quartier reflète en tous cas l'extrême complexité de ce dossier et le pourrissement d'une situation où  responsabilités et irresponsabilités des uns ou des autres n'ont pas toujours permis un engagement unanime pour le bien commun.

 

rénové et à rénover.jpg

 

Quoi qu'il en soit et en attendant l'enquête publique sur ce quartier du Puntettu, la journée d'hier nous a permis de découvrir tout un monde ancien où se côtoient immeubles rénovés (bravo!) et chaleureusement colorés, et immeubles décatis, rongés par l'insalubrité . Un quartier vivant et riche de sa mixité sociale  où jouent tranquillement les enfants entre les murs hauts et serrés des ruelles.

Kevin bicyclette.jpg

comme le petit Kevin souriant sur sa bicyclette pimpante

Quelques images donc de notre balade dans ce qui fut le quartier des grandes familles commerçantes et notables dès le XVII° siècle:

rue des terrasses.jpg

Isabelle Flores plante le décor devant le Palais Cardi (fin XVI° s.), rue des Terrasses.

Palais Cardi.jpg

Une façade impressionnante qui raconte, sur plusieurs étages,  la réussite ancienne de la famille Cardi, originaire du village de Cardo: commerçants, militaires, ecclésiastiques, politiques ... 

porche Palais Cardi.jpg

On monte au deuxième niveau par un escalier qui donne sur l'une des terrasses qui a donné son nom à la rue: le portail principal donnait accès aux appartements de réception. L'étage supérieur était occupé par la famille. Au-dessus, encore, et bas de plafond, celui des domestiques.

 

fronton armorié Palais Cardi.jpg

Surmontant la porte, ce bas-relief en ardoise: deux femmes encadrent les armoiries des Cardi surmontées d'un heaume empanaché.

portail maison Castagnola.jpg

toute proche , au 4 rue des Terrasses,  la Maison Castagnola (fin XVI° s) et son portail .

fresques maison Castagnola.jpg

Dans le vestibule de la Maison Castagnola, les plus anciennes peintures décoratives profanes de Bastia: de quoi blouser l'invité de passage:

Galère fresque Castagnola.jpg

avec, entre autres, une galère et son équipage,

tauromachie Castagnola.jpg

une scène de "tauromachie",

ville de Loreto.jpg

la cité sainte de Loreto ...

IHS maison Castagnola.jpg

Au-dessus d'une fenêtre, dans l'escalier, une ardoise portant le sigle IHS - Jesus Hominum Salvator, et des traces de décor peint ... Cette demeure devait être bien splendide en son temps.

rue des terrasses d'en haut.jpg

La rue des Terrasses, prise depuis la Maison Castagnola: tout proche, de l'autre côté, le Palais des Cardi. Compétition oblige! Ces grandes familles se sont illustrées au cours des siècles dans la vie politique de Bastia.

rue étroite.jpg

Dans la rue étroite, le soleil n'arrive qu'aux étages supérieurs. Ici et là, d'imposants portails de pierre soulignent l'ancienne notabilité de ce quartier:

portail.jpg

Je ne sais quel saint patron logeait dans le petit édicule au centre du fronton interrompu, avec la charge de protéger la famille de cette maison ...

portail maison Sisco.jpg

Ici, le portail sculpté en pointes de diamant de la Maison(1628) du notable Micheletto Sisco bousculé par un jambon a perdu un piédroit ...

portail maison Guasco.jpg

Le linteau de la Maison Guasco (début XVII°s.).

Le nom du constructeur, Bernardino Guasco accompagne la dévotion de Ste Claire "S. CL.ra Ora Pro Nobis. Parmi les personnages illustres de cette famille Guasco, il faut signaler Matteo Guasco (1720 -1802), évêque et député du clergé de la Corse.

Ste Claire Maison Guasco.jpg

cette famille se place donc sous la protection de Ste Claire et sa monstrance:

en 1241, les Sarrasins voulurent attaquer le couvent où vivait  Ste Claire, la fille spirituelle de St François d'Assise et fondatrice de l'ordre des Clarisses. L'abbesse Ste Claire sortit seule du couvent et alla à la rencontre des pillards, brandissant le Saint Sacrement dans un ostensoir, ce qui les mit en fuite. Cet ostensoir, ou monstrance (le plus souvent en cristal), est l'attribut principal de cette sainte. On peut imaginer que sa présence sur le linteau agit comme une protection efficace contre le monde barbaresque toujours menaçant sur la mer et les côtes corses, protection dont ont bien besoin ces familles bourgeoises dont la prospérité dépend du commerce et de la navigation ...

Blason Barbaggi-Rivarola.jpg

Ici le blason de la Maison Barbaggi-Rivarola: Giuseppe Barbaggi était le neveu par alliance de Pascal Paoli qui venait ici rencontrer et consulter la mère supérieure du couvent voisin des Ursulines, Maria-Domenica Rivarola, une femme de tête et de bon conseil.

niche pieuse.jpg

Ici cette petite stèle pieuse

niche ste Catherine.jpg

et là, cette niche accueillant la dévotion protectrice de Ste Catherine d'Alexandrie ...

arrivée Miséricorde.jpg

Arrivée vers la rue de la Miséricorde: pour les amateurs de lumière, il vaut mieux habiter dans les étages supérieurs ... Isabelle nous fait remarquer que la nuisance, pour les étages inférieurs, n'étaient pas autrefois que l'obscurité, mais bien aussi la puanteur née de la vidange quotidienne des pots de chambre par la fenêtre: à vos mouchoirs, nez sensibles!

J'aurais aimé rencontrer également les gens modestes qui vivent aujourd'hui dans les logements vétustes et obscurs des rez-de-chaussée. Question: lorsque ces immeubles sont réhabilités, sécurisés, réaménagés, que deviennent les plus démunis d'entre les Bastiais, toutes origines confondues? Sont-ils relogés dans les mêmes conditions financières ? La mixité sociale , souhaitable, reste-t-elle de mise ?

Palais Bronzini de Cataffa faça.jpg

Ici l'imposant Palais Bronzini de Caraffa, 4 rue Chanoine Letteron: à l'origine maison bourgeoise  (1612) construite pour la famille Petroni, puis rehaussée de ses étages nobles et agrandie vers 1680 par le riche notable bastiais Anton Bastiano Caraffa, puis en 1775 par Giovan Battista de Caraffa, futur maire de Bastia (1789): tout le palais présente une grande richesse patrimoniale pour la Ville de Bastia qui compte bien le réhabiliter et le mettre en valeur.

balcon Palais Bronzini Caraffa.jpg

... un balcon de pierre impressionnant!

 

Rue du Chanoine Letteron.jpg

Rebaptisée au XX° s. rue Chanoine Letteron,  "u carrughju drittu", alias la rue Droite.

St Charles.jpg

L'ancienne église Saint Ignace-de-Loyola, construite en 1635 pour les Jésuites devient, après l'épisode de l'expulsion (1769) des Jésuites, l'oratoire de la confrérie de st Charles Borromée. Accoté à l'église, l'ancien collège des Jésuites.

 

bastia,terra vecchia,puntettu,palais cardi,palais bronzini de caraffa,casa castagnola,casa barbaggi-rivarola,ste claire

Proches du jardin Romieux, les maisons Bonavita et Romieu ...

 

bastia,terra vecchia,puntettu,palais cardi,palais bronzini de caraffa,casa castagnola,casa barbaggi-rivarola,ste claire


exemple de réhabilitation réussie de l'ancien ...


 

(à suivre pour le reste de la visite et la problématique du quartier du Puntettu)

 

 

 

 

07/10/2011

Comment Lépante s'invite à Aïti ...

Aujourd'hui où l'on célèbre à la fois l'anniversaire de la bataille de Lépante ( 7 Octobre 1571) et la dévotion du Rosaire, je vous invite à découvrir une oeuvre singulière à Aïti  (Pieve de Vallerustie) ...

 

Aiti vu de loin blog.jpg

 ce village de Castagniccia fièrement implanté dans un paysage à couper le souffle ...

l'église d'Aiti blog.jpg

en l'église st Etienne: vous pourrez tout savoir sur Aiti et son église en allant visiter le site amoureusement réalisé par René Casamatta:

http://aitipaese.canalblog.com

Dans cette église étonnante à plus d'un titre, nous allons rencontrer une iconographie bien en phase avec la commémoration d'aujourd'hui:

la Remise du Rosaire, par la Vierge et l'Enfant à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne. Jusqu'ici, rien de bien extraordinaire:

Remise du Rosaire détail haut blog.jpg

 cette dévotion est si coutumière dans nos églises de Corse que l'on finit par s'étonner lorsqu'elle manque. Mais qui donc sont  ces personnages énigmatiques représentés au registre inférieur sous ce premier groupe?

Remise du Rosaire détail bas blog.jpg

A gauche, le Pape Pie V et à droite, le Roi Philippe II d'Espagne, les vainqueurs de la Bataille de Lépante en ce 7 Octobre 1571 qui opposa la flotte chrétienne de la Sainte Ligue ( laborieusement liguée ...  ) à la flotte ottomane -

Je vous renvoie à l'oeuvre magistrale de Fernand BRAUDEL: la Méditerranée et le monde méditerranéen et aux pages foisonnantes qui resituent cette immense bataille dans le contexte pour le moins complexe de l'époque - en particulier dans le chapitre "Aux origines de la Sainte-Ligue: 1566 -1570".

Avec, en prélude, l'élection de Pie V, portant sur le trône pontifical le cardinal Ghislieri, "un de ces innombrables fils de pauvres en qui l'Eglise a souvent trouvé, au siècle de la Contre-Réforme, ses serviteurs les plus passionnés."(...). "A cette époque, ce vieil homme chauve, à longue barbe blanche, cet ascète qui n'a plus que la peau sur les os, est cependant d'une vitalité exceptionnelle, d'une activité sans bornes." (Braudel).

Et c'est ce pape visionnaire, vertueux, intransigeant jusqu'à la violence qui, par son ardente conviction qu'il faut mener une nouvelle croisade sans merci contre les Infidèles, va contribuer à l'armement maritime de l'Espagne,  sceller le destin de la Chrétienté alors mise à mal en Méditerranée par l'expansion ottomane, bref va arriver à constituer,  malgré les intérêts divergents des uns et des autres,  une alliance entre Venise (qui vit entre autres du commerce avec l'Empire Ottoman), les royaumes espagnols et les puissances qui leurs sont affiliés, comme la République de Gênes  : la prise terrifiante de Chypre (possession de la République de Venise) par les Ottomans en 1570 et le massacre qui l'accompagne convaincra la Chrétienté de l'urgence de cette coalition réclamée par Pie V.  La Sainte Ligue est née.

Sainte Ligue où brillera par son absence la (très catholique) France, elle-même alliée des Turcs depuis quelques décennies pour lutter contre l'hégémonie espagnole - alliance ambigüe à laquelle la Corse se trouvera mêlée lors du soulèvement de Sampiero Corso:

" On ne peut pas ( écrit le roi Philippe II ) laisser Sampiero (...) s'emparer de l'île entière, lui, un aficionado de la France qui ferait de la Corse une "scala para los Turcos moros enemigos de nuestra santa fe catholica"...

 

Revenons-en à nouveau au Rosaire. Pie V, entré très jeune chez les dominicains, voue un culte passionné à la Vierge et au Rosaire. Ce culte s'était développé au siècle précédent sous l'impulsion d'un autre dominicain, Alain de la Roche (1428/1475), qui avait en son temps contribué à la (re)naissance de nombreuses confréries du Rosaire.

Pie V demande donc à toute la chrétienté, pour aider la Sainte-Ligue dans sa croisade, de prier la Vierge du Rosaire et lui attribuera la victoire à l'issue de la bataille de Lépante...

Emile Mâle rappelle (dans l'Art religieux après le Concile de Trente): "Le Sénat de Venise fit inscrire sous un tableau de la bataille de Lépante (...) cette inscription: "Non virtus, non arma, non duces, sed Maria rosarii victores nos fecit" (Ce ne sont ni les armes , ni les chefs, ni le courage, qui nous ont donné la victoire, mais la Vierge du Rosaire)

Serpotta Bataille de Lépante Oratoire du Rosaire Palerme.JPG

(Serpotta: la bataille de Lépante et la Vierge du Rosaire, à l'Oratoire du Rosaire, à Palerme).

La dévotion du Rosaire s'était auparavant déjà  largement répandue sous l'impulsion de la Contre-Réforme: on avait bon espoir que le Rosaire ayant gagné la bataille contre les hérétiques albigeois, il serait également d'un grand secours contre tous les autres hérétiques - comme les protestants ... ou les Infidèles qui écumaient la Méditerranée.

117139417669.jpg

(Chapelle Sixtine, le Jugement dernier peint par Michel-Ange)

Ce Rosaire  était: "une chaîne qui unit la terre au ciel" (sainte Thérèse):

dans l'ensemble de la fresque du Jugement dernier de la Chapelle Sixtine, peint entre 1535 et 1541, quelques années avant l'ouverture du Concile de Trente (1545),

Michel Ange chapelle Sixtine l'ascension des élus  Rosaire salvateur.jpg

Michel-Ange montre un élu qui tend, pour les hisser vers le ciel, un rosaire à deux autres élus, soulignant ainsi l'importance du culte de Marie (en réponse aux protestants ...)

 

 

Une génération plus tard,  la bataille de Lépante:


bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,fernand braudel

 

Dans le Golfe de Lépante, non loin de Patras en Grèce, sous le commandement du prince Juan d'Autriche, un tout jeune stratège de 24 ans lors de la bataille de Lépante et demi-frère de Philippe II, la Sainte Ligue aligne ses forces composées par l'Espagne, la République de Venise, les Etats Pontificaux, la République de Gênes (et ses Corses) , le Duché de Savoie, l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem. En face d'elle l'Empire Ottoman et ses alliés barbaresques, sous le commandement du kapudan pacha Ali Pacha Moezzin,

 

bataille de lépante,bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,algajola,fernand braudel,cervantès,don quichotte et la bataille de lépante

qui finira la journée la tête tranchée au bout d'une pique, pour le plus grand effroi des Ottomans ...

 

bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,fernand braudel

bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,fernand braudel

Un "recyclage" qui dit en dit long : exposé à Madrid, au Musée de la Marine, cet étendard d'un général des galères espagnoles en 1670, peint sur une voile de galère ottomane prise lors de la bataille de Lépante, un siècle plus tôt.

 

 

Veronèse 1572 Lépante.jpg

(Véronèse 1572, Gallerie dell'Accademia, à Venise)

 

             Un an après la bataille, Véronèse peint cette image de ce qui fut bien un carnage d'une violence indescriptible: côté ottoman, 62 galères coulées, 117 galères et 13 galiotes capturées -   les Turcs  perdent plus de 30.000 tués et blessés, 3.000 prisonniers; 15.000 forçats sont libérés. Côté Chrétiens, perte d'une douzaine de galères, 8.000 morts, 21.000 blessés ... Certes cette bataille est une victoire éclatante des Chrétiens sur les Infidèles, mais à quel prix!

Comme on le sait, Miguel de Cervantès, "le Manchot de Lépante",  y perdit l'usage de sa main gauche... On peut penser qu'il eut de la chance - et notre chance, à nous, est qu'il n'y perdit pas la vie. Il passera, après sa capture pendant son retour en 1575 par les Barbaresques, 10 années en captivité à Alger... de quoi, pour le moins,  affûter sa volonté de vivre et son sens de l'observation.

Il dira (dans son prologue de Don Quichotte) que la bataille de Lépante fut " le plus grand évènement que virent les siècles passés, présents, et que ceux qui viennent ne peuvent espérer" ...

"Heureux esprits qui francs du voile de la mort, pour le bien que vous fîtes vous vîtes élevés de cette vile terre au plus haut des cieux.

Une fureur, un honorable zèle ont animé vos corps et vous ont fait rougir de votre sang et du sang étranger la mer voisine et le sable des plages.

La vie vous fit défaut, non la valeur, et vos bras fatigués, en retombant vaincus, emportèrent la victoire.

Entre le mur et le fer, une si funeste chute vous acquiert à tout jamais la glore que donne le monde et celle que donne le ciel "

Don Quichotte, Partie I, chapitre XL: ce sonnet est intégré dans le récit du Captif, qui raconte, dans le chapitre XXXIX sa vie et ses aventures - dont sa participation à la bataille de Lépante:

"Et en cette journée -là, qui fut si heureuse pour la chrétienté, parce qu'en cette journée tout le monde fut désabusé de l'erreur où l'on était, croyant que les Turcs fussent invincibles sur mer " ...

bataille de lépante,bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,algajola,fernand braudel

 

Le Pape Pie V instituera, à la suite de Lépante,  la fête du Rosaire qui sera désormais célébrée dans toute la chrétienté chaque premier dimanche d'Octobre, en mémoire de la bataille de Lépante.


 

Si vous pouvez acquérir à la boutique de l'Ina un documentaire déjà bien ancien (1977) sur la bataille de Lépante, vous aurez une idée de ce que fut réellement cette bataille et de ce que vécurent les pauvres  bougres galériens enchaînés dans leurs excréments sur les bancs de leurs galères et autres galéasses, toutes origines confondues ... et parmi ces galériens, des corses ...

www.ina.fr/art-et-culture/musees-et-expositions/video/CPC77054136/lepante-1571.fr.html
 

Revenons à Aïti:

quant au personnage de Philippe II, fils de Charles Quint,  Roi d'Espagne en 1571, la Corse génoise de l'époque est sous sa suzeraineté, et de nombreux Cap Corsins  vont partir se battre au sein de la Sainte-Ligue:

"à partir de Macinaggio sur quatre galéasses (la Capitana, la Padrona, la Bastarda et la Quarta) armées par les Negroni de Rogliano. A l'issue de la bataille, gagnée par les Chrétiens sur les forces ottomanes de Sélim II, successeur de Soliman le Magnifique mort en 1566, la Vierge foulant aux pieds le croissant ottoman se mit à apparaître sur les drapeaux corses" (in: Les Corses, la Méditerranée et le Monde Musulman, p. 161, douzièmes Journées Universitaires de Bonifacio, Juin 2011éditions Piazzola)

Aiti Remise du Rosaire blog.jpg

 

Sur le Rosaire d'Aïti, entre Pie V et Philippe II, l'on a représenté des dévots et des dévotes en prière, et, au-dessus d'eux, un paysage maritime avec une côte battue par les flots: venant de la mer, évocation du danger toujours omniprésent des razzias barbaresques, dont on espère se protéger par l'intercession de la Vierge du Rosaire. Ce qu'elle a fait pour  la gloire chrétienne de Lépante, elle peut encore le faire au jour le jour pour les petites gens victimes de coups de main à terre ou sur mer... il faut bien continuer à vivre, cultiver, caboter, commercer malgré le risque ...

Murato le Rosaire Blog.jpg

(Murato, église du couvent, le Rosaire)

A Murato, l'église conventuelle des franciscains héberge un autre exemple de ce Rosaire accompagnés des vainqueurs de la bataille de Lépante:

Rosaire détail bas gauche.jpg

 st Dominique est  aux pieds de la Vierge en compagnie de st Pie V, st Jean-Baptiste,

Rosaire détail avec Jean-Baptiste, François, Philippe 2 et un Roi blog.jpg

st François, ste Catherine de Sienne, Philippe II, un roi (?) : cette peinture où couronnes et auréoles sont rehaussées de feuilles d'or est datable des années 1590/1610, donc assez peu de temps après la bataille de Lépante.

D'autres dévotions similaires se trouvent dans les églises de Corse, comme ici à Nonza, ce retable de 1613, date de l'érection de la confrérie du Rosaire:

 

le Rosaire, 1613 blog.jpg

(Nonza, église sainte Julie, le Rosaire)

 

La Vierge et l'Enfant, entourés de St Antoine Abbé et st Jean-Baptiste,


Nonza le Rosaire 1613 détail central blog.jpg

 remettent le Rosaire à st Dominique, ste Catherine d'Alexandrie (offrant un vaisseau  battant pavillon génois), Pie V, Philippe II, Don Juan d'Autriche , la reine Anne d'Espagne etc ...

bataille de lépante,bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,algajola,fernand braudel,cervantès,don quichotte et la bataille de lépante

don Juan d'Autriche: quel beau jeune homme!

bataille de lépante,bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,algajola,fernand braudel,cervantès,don quichotte et la bataille de lépante

... en tous cas un portrait proche des représentations habituelles de ce prince hors du commun, comme ici (à gauche) en compagnie d'autres vainqueurs de la Bataille de Lépante.

 

Et à Algajola, ce beau Rosaire du XVII°s....

bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,fernand braudel

qui présente une scène inquiétante:

bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,fernand braudel

 Algajola encerclée par seize galères barbaresques

bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,fernand braudel

battant le pavillon de l'Islam ...

 

Je vous renvoie pour toute cette thématique  à l'excellent article écrit par Michel-Edouard Nigaglioni dans: "Périls de mer et iconographie dans les églises de Corse", publié dans l'ouvrage collectif: Mer et religion, neuvièmes Journées Universitaires de Bonifacio (mai 2008), éditions Piazzola.

Michel Edouard Nigaglioni que je remercie ici à nouveau pour son aide et ce formidable travail mené patiemment depuis tant d'années pour mettre en lumière le patrimoine artistique et religieux de la Corse.

 

En appendice ...

A propos des galères de cette époque et plus particulièrement celle de Juan d'Autriche, consultez cet article très intéressant:

Sylvène Édouard « Un songe pour triompher : la décoration de la galère royale de don Juan d'Autriche à Lépante (1571) », Revue historique 4/2005 (n° 636), p. 821-848.
URL :

www.cairn.info/revue-historique-2005-4-page-821.htm.
DOI : 10.3917/rhis.054.0821.

 

Extrait:

"En 1568, durant les négociations pour la constitution d’une Sainte Ligue, Philippe II ordonna la construction d’une galère royale pour son jeune frère, don Juan d’Autriche, qu’il venait de nommer capitaine général de la mer. L’année suivante, l’humaniste sévillan Juan de Mal Lara élabora le programme iconographique pour la décoration des poupes extérieure et intérieure de la galère. Les décorations renvoyaient au discours messianique des Habsbourg, avec, entre autres, des représentations de la quête de la Toison d’or par Jason. Les tableaux et les statues de la poupe servaient à légitimer l’ambition hégémonique de Philippe II. Toutefois, l’essentiel du programme était destiné au capitaine don Juan pour le guider sur le chemin des vertus, à travers la représentation d’un combat intérieur pour le triomphe des vertus chrétiennes, les seules pouvant vaincre le Turc infidèle".

bataille de lépante et le rosaire en corse,aïti,murato,nonza,fernand braudel

 

une galéasse espagnole

hélas, non! ce n'est pas une image de la fameuse Galère royale de don Juan d'Autriche: mais il en existe une reconstitution au Musée de la Marine à Barcelone.


 

 

 

 

 

 

 

 

29/04/2011

le Monte Revincu, ce lundi de Pâques

Nous partons aujourd'hui à la découverte du petit dolmen à couloir de Celluccia, que je ne connais pas encore, au sommet du Monte Revincu: trois cabrettes en cavale ...

... et  les pierres qui signent les hommes, sous la pluie ...

 

Avant tout, je signale - pour ceux qui ne l'auraient pas - l'excellent article dans le numéro de février de STANTARI: "Aux origines du mégalithisme en méditerranée".

Vous pouvez également le retrouver en ligne:

  1. www.cg2b.fr/cg2b/agriate/stantari_2011.pdf

 

Ainsi que le compte-rendu de la première journée de l'Agriate, le 22 novembre 2008 :

www.agriate.org/documents/Journée%20Agriate%202008%20compil.pdf

 

Vous y trouverez tout ce que vous devez savoir sur l'ensemble de ce site extraordinaire, ainsi que de fort belles photos aériennes très parlantes.

 

 

pancarte blog.jpg

En ce lundi de Pâques, donc, nous devrions passer entre les tirs militaires, sinon entre les cornes des vaches et taureaux en libre vagabondage ...

Je cite ( compte-rendu de la journée du 22 novembre 2008 ):

" Le Monte Revincu

Franck Leandri

Direction Régionale des Affaires Culturelles

Etude réalisée avec le concours de1 : Franck Leandri1, Christophe Gilabert1, Christophe Jorda2 , Maëva Assous-Plunian3, Céline Bressy 4, Lucie Chabal5, Frédéric Demouche6, François- Xavier Le Bourdennec7 , Serge Muller8, Nadia Federzoni9, Kewin Pêche-Quillichini4, Charles Pinelli13, Hélène Paolini-Saez 10, Gérard Poupeau 7, Marc-Antoine Vella 11 , Julia Wattez 12 .

1 1 MCC et LAMPEA- UMR 6636 (Univ. de Provence et CNRS), 2 UMR 5059, 3Université de Paris IV, 4

LAMPEA- UMR 6636 (Univ. de Provence et CNRS), 5 UMR 5059 et 154, 6Musée de Préhistoire corse de

Sartène , 7UMR 5060, 8ISEM, Université de Montpellier-2., 9Université de Corse., 10Association laboratoire

régional d’archéologie, 11 Université de Corse et Université de Paris IV., 12UMR 5140 CNRS, ASM, science du

sol et archéologie, 13 Association les amis des Agriate.

L’établissement Néolithique du Monte Revincu est localisé au nord de la Corse à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Bastia. Il tient son nom d’une montagne culminant à près de 356 mètres dominant la plaine de Casta. Le site est implanté au sommet et au pied de cette montagne. Les recherches ont révélé sur 4 secteurs, disséminés sur une dizaine d'hectares une cinquantaine d’aménagements architecturés à vocation domestique ou funéraire, attribués pour la plupart au Ve millénaire av. J.-C.

C’est dans le secteur de la Cima-di-Suarella, un petit plateau surplombant le paysage vallonné que se concentrent les vestiges d’habitat. Une trentaine de structures dans un remarquable état de conservation y ont été découvertes. Elles sont délimitées au sol par des dalles disposées de chant et contiennent parfois un ou plusieurs niveaux de radiers constitués d’un empierrement relativement soigné. Ces structures présentent également des dispositifs de calage contre les dalles ou de trous de poteaux. Des cloisonnements ou des juxtapositions de compartiments quadrangulaires ont été observés sur certaines d'entre elles. La mise en évidence, grâce notamment à l’étude micromorphologique, de probables niveaux de sol contenant des restes d’aménagements en terre permet d’approcher la restitution précise d’unités domestiques. Les datations radiocarbones ainsi que le mobilier lithique et céramique, permettent de les situer dans le dernier tiers du Ve millénaire. A proximité de ces unités domestiques, on retrouve également au moins 3 structures qui, de par leur morphologie, pourraient se rapporter à une utilisation funéraire. L’ensemble des informations architecturales et chronologiques plaide en faveur d’une organisation trouvant tout son sens dans l’association entre aménagements domestiques et funéraires. La surface et la lourdeur de ces implantations au sol illustrent un ancrage territorial et peut-être un véritable essor démographique qui peut correspondre à la sédentarité d’une communauté et à la mise en place d’un véritable village. Une approche environnementale permet d’apprécier le territoire parcouru et exploité en synchronie avec le site et de retracer les influences que société et milieu ont pu exercer l’un sur l’autre.

Ce site permet de compléter la connaissance du mégalithisme en Méditerranée, sur son émergence et son évolution. Trois dolmens et plusieurs coffres funéraires, tous attribués au Ve millénaire avant notre ère par des analyses C14 et grâce au mobilier qu’ils contenaient ont été recensés sur le site. Les dolmens sont parmi les plus significatifs de l’île puisqu’ils conservent les arases de tumulus qui devaient les recouvrir. Au final ce travail rend une image plus fiable du mégalithisme corse, peut-être un peu flatteuse car avec les recherches récentes menées dans le sud, à Cauria, l’île apparaît comme un des premiers foyers d’émergence du mégalithisme méditerranéen occidental, si ce n’est le premier, en concordance avec les grandes architectures du mégalithisme de la façade atlantique. Parallèlement aux travaux de fouilles, a été entreprise une démarche environnementale qui consiste à définir par une étude paléogéographique les processus d’évolution, d’adaptation et de relation entre espace naturel et espace anthropique de manière diachronique. L’objectif premier de l’intervention s’appuyait sur la reconnaissance de phénomènes permettant d’évaluer le potentiel d’interrelations entre les sociétés et leur milieu. Dans ce cadre, ont été recherchés les secteurs offrant des séries stratigraphiques suffisamment puissantes et renseignées d’un point de vue chronologique, pour être interprétées. Les premières observations ont montré une faiblesse extrême de la couverture sédimentaire et la rareté de secteurs en cours d’érosion : le milieu est demeuré stable d’un point de vue hydrosédimentaire. Cette étude a été pour l’instant plus particulièrement dirigée vers les périodes les plus anciennes de l’utilisation anthropique du site. Cette étude s’appuie sur la réalisation d’un système d’information géographique (SIG) encore en cours d’amélioration qui repose sur le croisement de plusieurs types de données. Grâce à cette démarche nous disposons d’un large panel d’informations aussi bien sur les potentialités agricoles de la région (espaces utiles, zones de pâturages, réseau hydrographique etc…) que sur les axes de communication traditionnels (cheminements, sentiers, chemins pastoraux, axes de transhumances etc…). Le croisement de l’ensemble des données grâce aux SIG nous permet d’apprécier la perduration possible de certains phénomènes liées à des réalités géographiques et environnementales dont ont sait aujourd’hui qu’elles n’ont pas ou peu évoluées. De même il donne les moyens d’apprécier le maillage des sites, son évolution et par conséquent la pérennité de certains lieux d’occupation, de passages marqués par les mégalithes. La représentation 3D permet d’optimiser la visualisation des résultats.des recherches sont entreprises pour mieux comprendre la transformation de l’environnement des Agriate depuis les périodes préhistoriques jusqu’à nos jours. De plus des prospections permettent de se faire une meilleure idée sur l’évolution du peuplement. L’ensemble des données est en cours de mise en forme grâce notamment à un système d’information géographique. Ces recherches pluridisciplinaires viennent de faire l’objet d’une présentation dans le cadre du colloque de préhistoire récente de Périgueux.

Depuis 1995, ce gisement est propriété du conservatoire du littoral, des communes de Santo-Pietro-di-Tenda et de San-Gavino-di-Tenda. Les fouilles devraient permettre de rassembler la documentation nécessaire à sa mise en valeur. Certains monuments ont fait l’objet de reconstitutions 3D qui ont été intégrées dans un documentaire produit par la société bastiaise ISI Production et France 3 Corse, en partenariat avec la CTC ; ce film régulièrement diffusé sur FR3 et la chaine Via Stella a reçu le second prix du festival du film documentaire archéologique d’Amiens.

Le conservatoire du littoral et les communes ont clairement exprimé leur volonté de présenter à un large public ce gisement classé au titre des Monuments historiques depuis 1887. Le Monte Revincu est situé dans une région riche en vestiges mégalithiques (menhirs, statues-menhirs, dolmens etc…) qui pourraient compléter la visite dans le cadre d’un itinéraire des mégalithes du Nebbiu et des Agriate. Un cahier des charges devrait être rapidement présenté par un comité de pilotage qui sera mis en place très prochainement.

Cette démarche devrait être réalisée en concertation avec la CTC."

 

 

 

Quelques images de ce site toujours aussi puissant: la pluie fait lever les parfums et les couleurs des myrtes, cistes, lavandes, orchidées, bruyères, asphodèles, férules ...

le chemin pour y arriver blog.jpg

le chemin pour y arriver: nous allons grimper jusqu'au sommet du Revincu, là-bas, au fond du paysage

 

... en cheminant, quelques  alliens ...

épaves militaires.jpg

 

" Il est actuellement déconseillé de se rendre sur ce gisement qui se trouve dans les abords du champs de tir de Casta nord. L’armée, locataire des parcelles attenantes au site devrait quitter l’endroit et le dépolluer à très court terme." (compte-rendu, idem).

Bon. Ce n'est pas encore nettoyé ...

trace militaire.jpg

fleur de culture


orchidée.jpg

et orchidée sauvage

 

 

 

montagne du Revincu blog.jpg

Il va falloir grimper là-haut ... de la grimpette de chèvres au milieu du maquis odorant,  baveux ( les cistes!), fleuri et piquant

chèvres 3.jpg

justement, rencontre avec une famille de chèvres (et de leur bouc)

chèvres 1 détail.jpg

curieuses, comme nous, et libres!

coffres.jpg

en chemin, les premiers aménagements et coffres: toujours saisissants. Notre vieille humanité, ancrée dans le sol, et les paroles envolées.

 

casa di l'Orca blog.jpg

 et "a Casa di l'Orca", toujours aussi accueillante ... pour les bergers d'il y a peu.

colette et le cairn.jpg

Colette nous mène, avec un sixième sens pour repérer les cairns: pas de sentier visible ...

ouf!.jpg

ouf! les sécateurs sont de sortie. Chantal fait semblant de souffrir!

arrivée sur le site de Celluccia.jpg

enfin, l'arrivée au sommet du Monte Revincu ... et le site de Celluccia. Emotion

dolmen et menhir de Celluccia.jpg

le petit dolmen de Celluccia et, dans son prolongement, le menhir qui lui est associé

dolmen de celluccia.jpg

 le dolmen de Celluccia, sans sa dalle supérieure, mais avec son couloir  et son tumulus: daté du dernier tiers du V° millénaire ...

Ici nous partagerons notre nourriture avec les morts du lieu

le menhir de Celluccia.jpg

et son menhir,

menhir de Celluccia et St Florent.jpg

planté comme un amer dominant St Florent

Chantal, 1m 59 !.jpg

Chantal a pris la pose, du haut de son 1m 59!

cima di suarella.jpg

 Au retour, nous voici sur le plateau de a Cima di Suarella, avec ses vestiges associant habitats des vivants et rites funéraires : sur les fouilles et leur résultat, voir le Stantari de février/avril 2011 ...

casa di l'Orcu, de loin.jpg

 et, un peu plus loin en-dessous, la maison de l'ogre ...

a casa di l'orcu blog.jpg

le dolmen dit "a Casa di l'Orcu", qui a , hélas, servi assez récemment de point de mire pour les tirs d'artillerie ...

Un temps gris qui s'enfonce dans le mystère et le sacré du lieu.

Sous la pluie battante,  honorant les morts: férules vigoureuses, blanches asphodèles, lavandes sauvages et herbes tendrelettes ... Le parfum des myrtes est étourdissant.

 

mégalithisme en corse,monte revincu,cima di suarella,dolmen de celluccia

A côté du dolmen, cette petite construction en réemploi .

 


 

 

 

mégalithisme en corse,monte revincu,cima di suarella,dolmen de celluccia

 Merci aux jeunes biquettes de m'avoir accompagnées là-haut, même si nous avions des têtards dans les chaussettes.

C'était magnifique!

et vivent les appareils photo étanches!


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10/04/2011

Lumière

à la lumière d'avril, au bord des chemins ...

DSC_2551 blog.jpg

IMG_8758.JPG

IMG_8759.JPG

IMG_8757.JPG

IMG_8758.JPG

IMG_8756.JPG

... dans les jardins de la Balagne la danse des oliviers ...